Le FMI propose 17,5 milliards de dollars à l'Ukraine

 |   |  239  mots
Christine Lagarde réclame un plan de réformes pour assainir l'économie ukrainienne.
Christine Lagarde réclame un plan de réformes pour assainir l'économie ukrainienne. (Crédits : DR)
Christine Lagarde a annoncé que le Fonds monétaire international était prêt à fournir 17,5 milliards de dollars sur quatre ans en échange d'un ambitieux plan de réformes.

Le Fonds monétaire international propose à l'Ukraine, dont l'économie frôle la faillite, un nouveau prêt, de 17,5 milliards de dollars (15,5 milliards d'euros) sur quatre ans, en échange de réformes, a annoncé jeudi sa directrice Christine Lagarde.

L'accord trouvé à Kiev doit encore recevoir l'aval du conseil d'administration du FMI, "j'espère (...) avant la fin février", a indiqué Mme Lagarde lors d'un point de presse à Bruxelles.

"C'est ambitieux... et pas sans risques, mais (cela représente) un cadre macro-économique réaliste et des réformes ambitieuses", a-t-elle décrit.

"Les autorités ukrainiennes montrent une détermination et un courage à mener les reformes que nous n'avions jamais vus auparavant", a salué la directrice générale du FMI, citant ses programmes de lutte contre la corruption et la fraude, mais aussi les restructurations d'entreprises publiques promises, comme celle du fournisseur d'énergie national Naftogaz.

"Ces ressources du FMI seront complétées par d'autres financements bilatéraux et multilatéraux" comme l'Union européenne et la Banque européenne pour la reconstruction et le développement, a déclaré Mme Lagarde.

"Comme le gouvernement ukrainien l'a annoncé, il a l'intention de mener des consultations avec les détenteurs de sa dette souveraine pour la rendre plus supportable à moyen terme", a expliqué Mme Lagarde.

Au total, cela représente sur quatre ans "un paquet de financements" estimé à 40 milliards de dollars pour l'économie ukrainienne, a-t-elle précisé.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/02/2015 à 19:08 :
Voilà , c'est comme ça qu'il faut faire....
Quand la photo est belle , le reste passe tout seul.
Moi , c'est comme ça que je fais quand je demande à mes collaborateurs de renoncer à leurs vacances... Je commence toujours par une belle photo.
Le mieux , c'est une belle bagnole...vous savez comment sont les meckes ?
A tous les coups ça marche !
a écrit le 13/02/2015 à 8:42 :
supprimer certaine banque comme hsbc et exproprier
tous les ancien dirigeants de cette banque
a écrit le 12/02/2015 à 18:45 :
Un peu de pommade pour faire passer la pilule. Au niveau de la dérive du pays 17 milliards sont une bien petite goûte. La séparation de l'est du pays devrait lui permettre d'en obtenir plus. Petit bout par petit bout le pays va devenir russe. Quel est le sort réservé dans ce deal à la Moldavie. Il est probable qu'elle doive suivre le même mécanisme. Pourrait-on dire que Poutine a gagné si tout se déroule conformément au plan ? Nous le saurons dans 20 ans s'il était écarté d'autres régions contre cet avantage consenti aujourd'hui.
a écrit le 12/02/2015 à 17:39 :
tout ça pour que l'ukraine rejoigne l'otan et l 'ue et les USA ??? on achète un pays maintenant ? la russie pas contente !!
a écrit le 12/02/2015 à 16:39 :
Les ukrainiens vivent notre guerre de 1870 et la perte de l Alsace et la Moselle. Comme pour nous ça va créer un esprit de revanche du type n en parler jamais, y penser toujours. Poutine voulait conserver un glacis protecteur et il va se retrouver avec un ennemi irrémédiable. J espère que ce ne sont pas les germes d une nouvelle guerre mondiale.
a écrit le 12/02/2015 à 15:19 :
les Ukrainiens méritent d'être aidés dans leur décision courageuse de s'affranchir du parrain omnipotent et corrupteur russe. Nous devons les accompagner dans leur cheminement vers l'état de droit et la modernisation de leur économie.
Leurs réussites seront des missiles bien plus efficaces dans l'œil de l'autocrate Poutine. Après tout c'est bien ce qu il craignait le plus et qu'il voulait éviter. Par ces agissements criminels, il légitime notre soutien et ancre la défiance dans le cœur des Ukrainiens à son encontre.
Pire pour lui, ca devrait amener d'abord la Biellorussie puis in fine la Russie dans la famille des démocraties. Quand on voit la vitesse à laquelle s'est rétablie la Pologne, ça sera juste peut être un peu plus long (ca fait plus longtemps qu ils sont occupés) et j'ai bon espoir de le voir de mon vivant.
J'ai pas souvent (euphémisme) apprécié la politique du FMI, mais là je plussoie.
Réponse de le 12/02/2015 à 18:38 :
Analyser sereinement la situation dans l'ex-Urss requiert un minimum de connaissances en histoire contemporaine et une maitrise particulière de la décennie 1990. Après la chute du mur, les États-Unis ont voulu à la fois s'assurer la maitrise des ressources naturelles de ces territoires et empêcher la Russie de redevenir une puissance politique. C'est comme cela qu'on a vu apparaitre une nouvelle caste dirigeante soutenue par les banques occidentales : les oligarques. Cette élite corrompue était l'assurance pour les Etats-Unis d'une captation par l'occident des richesses de l'ex-Urss et hypothéquait durablement le retour politique de la Russie. Ce scénario hollywoodien rêvé et théorisé à l'époque par Francis Fukuyama n'a cependant pas prévu ce petit grain de sable insignifiant que semblait être Vladimir Poutine, ex-petit officier sans relief du KGB. Et pourtant c'est bien lui qui a mis au pas en Russie tous ces oligarques écartant ceux qui ne lui juraient pas fidélité et qui qu'on le veuille ou pas à relevé le pays et redonner au russes leur fierté oubliée.
Cette volonté américaine a fonctionné à merveille en Ukraine ou les oligarques locaux ont joyeusement pillé et corrompu leur pays qui se retrouve maintenant à genoux. Et on peut raisonnablement penser que les honnêtes citoyens ukrainiens qui manifestaient à Maidan - c'est à dire hors pravy sektor ou svoboda - ne réclamaient ni plus ni moins que la fin de cette corruption généralisée. Un an plus tard, qu'ont-ils gagné ? Un nouveau gouvernement tout aussi corrompu mais soutenu comme jamais par l'occident (peut-être un peu moins dorénavant par la France et l'Allemagne ? nous verrons) qui mène une guerre fratricide contre une partie de sa population et une terrible crise économique. Ces 17,5 milliards d'aide iront directement dans les caisses des banques ukrainiennes propriété de ces mêmes oligarques et ne profiteront jamais à la population. Pire, les "réformes" qui accompagneront cette aide et menées par des ministres fraichement naturalisés ukrainiens, tous anciens cadres de fonds de pension ou d'institutions financières internationales, toutes à base de privatisations forcées ruineront encore plus le pays.
Par mes propos je ne veux pas sembler dédouaner Poutine et sa volonté d'influencer le cours de l'histoire de l'Ukraine. Je dis simplement que nous avons nous occidentaux, le camp du "bien", par notre aveuglement idéologique, notre part de responsabilité dans la tragédie ukrainienne. Et j'espère simplement que nos erreurs ne nous entraineront pas dans une catastrophe encore plus grande...
a écrit le 12/02/2015 à 14:00 :
Les BRICS sont en train de construire un équivalent au FMI, et une agence de notation. Il devient urgent que cela marche. Je rappelle que le mode de gestion du FMI est toujours bloqué par les USA et l'UE qui en font uen arme politique. Les BRICS notamment, mais pas seulement, demandent à avoir droit au chapitre. Nenni ! On comprend pourquoi : s'il y avait eu changement de direction, les Grecs auraient été aidés et non torpillés par le FMI, et l'UE aurait été obligée de devenir raisonnable .. Le FMI comme l'OTAN est une menace pour tous, il est aux mains de gens peu scrupuleux qui veulent garder leur domination du monde à tout prix. Il n'y a pas plus inquiétant.
a écrit le 12/02/2015 à 12:59 :
Pour acheter des tanks des missiles et armer les circonscrits on peut en être sûr, le pays est en faillite.
a écrit le 12/02/2015 à 12:37 :
Faire une annonce pareille en pleines négociations n'est pas du à la bêtise, l'inconscience ou l'incompétence. Non, ça serait trop facile. Alors, c'est quoi ?
Réponse de le 12/02/2015 à 15:29 :
vous faites une mauvaise analyse d'après moi. Les accords vont être dures à avaler pour les Ukrainiens et je les comprends, se voir amputer d'une partie de ce que l'on considère légalement comme son territoire suite à des manœuvres d'un voisin, .ça doit faire très très mal. J'imagine, entre autres, des gens qui ont de la famille de part et d'autre, imaginez un peu leur douleur!
Des perspectives économiques aideront un peu à faire passer la pillule et quelle meilleure revanche, que d'accéder à une prospérité relative, énormément supérieure dans un cadre démocratique. Ils peuvent même espérer que ca ramène complètement à eux les régions sécessionnistes. Piètre consolation finalement à court terme, mais fantastique ambition à moyen terme et je l'espère mobilisatrice pour eux.
a écrit le 12/02/2015 à 11:16 :
a uk pas au habitants qui n aurons que leurs yeux pour pleurer
a écrit le 12/02/2015 à 10:41 :
génial un pays en guerre je sais hollande va régler la question... et on envoie du fric bien sur si si si....il faut bien sur aider mais c'est en sens unique??? on se demande si on a affaire a des gens sérieux reformer l'ukraine la grece les autres..... la seule vérité est de mettre les gens au boulot... donc de créer du vrai travail de production et non pas des paperassiers... dépenseurs.... prolétaires au boulot
Réponse de le 12/02/2015 à 11:04 :
Il y a des contre partie, le but aussi est de relancer le pays et de le renforcer économiquement, mais aussi d'éviter de le laisser dans un marasme total et donc d'éviter à tout prix la guerre en Europe.
Réponse de le 12/02/2015 à 11:44 :
En général et à l'analyse de l'Histoire, quand le FMI intervient cela signifie austérité et misère pour les sans dents
Après leur coup d'état réussi et maintenant revendiqué, les US vont former l'armée ukrainienne avec l'argent de l'Europe et du FMI
C'est cuit horreur et malheur

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :