Vingt-deux ministres de l'Agriculture lancent un "appel de Paris" pour une PAC forte

 |   |  424  mots
Bruno Le Maire a invité ses homologues à Paris pour préparer le conseil des ministres de l'Agriculture des 14 et 15 décembre. Ils appellent à une "approche équilibrée entre le jeu du marché et la préservation de nos choix collectifs".

D'abord définir des objectifs politiques, puis examiner le budget. Inlassablement, Bruno Le Maire martèle ce credo depuis plusieurs mois. Et pour en convaincre ses homologues européens, il a réuni vingt-et-un d'entre eux à Paris, jeudi 10 décembre. Avec ce G22, élaboré à partir des pays qui avaient soutenu l'initiative franco-allemande lors de la crise du lait, le ministre français veut peser sur l'avenir de la politique agricole commune (PAC) après 2013.

Dans une déclaration commune, baptisée "Appel de Paris", les Vingt-deux appellent à une "approche équilibrée entre le jeu du marché et la préservation de nos choix collectifs en faveur d'une alimentation sûre et de qualité".

Ce texte de trois pages affirme la volonté des ministres de "développer le modèle alimentaire européen", construire des "stratégies gagnantes pour toutes les filières", "relever le défi environnemental" et "garantir que les produits importés en Europe respectent bien toutes nos normes".

"Avoir les moyens de nos ambitions"

Cette réunion a eu lieu alors que le débat sur le futur budget de l'UE est particulièrement vif à Bruxelles. Début octobre, un document non-officiel de la Commission européenne avait suscité de nombreuses craintes, notamment du côté des partisans d'une politique agricole commune forte.

A Paris, pas question d'aborder le débat budgétaire. "Nous devons avoir les moyens de nos ambitions", souligne le texte. A l'issue de la réunion, le ministre français de l'Agriculture a insisté: "Nous n'avons pas parlé de questions budgétaires. Un budget, c'est un instrument financier au service d'une politique."

En Europe, le consensus sur ce sujet est loin d'être acquis. Même au sein du groupe des vingt-deux. "Les discussions sur l'agriculture sont toujours un peu compliquées et animées", a concédé Bruno Le Maire. Il a ajouté que trouver un accord entre vingt-deux pays qui ne sont pas entrés au même moment au sein de l'UE n'était "pas facile".

La Pologne, suivie par un groupe de pays dont la Bulgarie, la Lituanie et la Slovénie, insiste notamment pour réviser le mécanisme des aides directes. Celles-ci sont distribuées aux agriculteurs en fonction de la surface qu'ils cultivent. Actuellement, Varsovie estime que le plafonnement des aides directes auxquelles elle a accès n'est pas équitable.

Lire la suite de l'article Vingt-deux ministres européens de l'Agriculture lancent un "appel de Paris" pour une PAC forte

Retrouvez toute l'actualité européenne, avec notre partenaire EurActiv.fr

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :