L'Ordre national des pharmaciens condamné pour entrave à la concurrence

 |   |  353  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : latribune)
La Commission européenne a infligé une amende de 5 millions d'euros à l'Ordre national des pharmaciens. Elle lui reproche d'avoir empêché la concurrence sur le marché français des analyses médicales.

L'Ordre national des pharmaciens (ONP) et ses organes dirigeants ont été condamnés, mercredi 8 décembre, à une amende de 5 millions d'euros par la Commission européenne. Elle leur reproche d'avoir imposé des prix minimums sur le marché français des analyses de biologie médicale et d'avoir entravé le développement de groupes de laboratoires.

Ces pratiques s'opposent aux règles de l'UE relatives aux ententes et pratiques commerciales restrictives (article 101 du TFUE). L'exécutif européen considère que l'Ordre des pharmaciens est une association d'entreprises au sens du droit européen de la concurrence car il a une autonomie de décisions et que ses membres exercent une activité économique.

Selon la Commission, le comportement de cet ordre chargé de veiller au respect des devoirs professionnels des pharmaciens, a lésé les patients et l'Etat qui ont payé plus pour les analyses médicales que si la concurrence avait joué et s'était développée. C'est pourquoi elle a demandé à l'ONP de cesser immédiatement ces pratiques.

Dans un communiqué, l'Ordre rejette l'analyse de la Commission et la sanction qui en découle. Il envisage d'introduire un recours en annulation devant le tribunal de l'Union européenne.

Deux infractions distinctes

L'enquête de la Commission a commencé après la plainte du groupe Labco, en octobre 2007. Les investigations ont révélé que, dès 2003, des décisions de l'ONP ont "systématiquement visé" des entreprises associées à des groupes de laboratoires.

Elles avaient pour l'objectif d'entraver leur développement sur le marché français et de ralentir ou d'empêcher des acquisitions et des modifications statutaires ou au capital de ces entreprises.

De plus, selon la Commission, entre septembre 2004 et septembre 2007, l'ONP a pris des décisions visant à imposer des prix minimums, notamment au détriment d'hôpitaux publics et d'organismes d'assurance de santé publics.

L'Ordre a cherché à interdire les remises supérieures à 10% sur les prix publics octroyées par des entreprises privées dans le cadre de contrats.

Lire la suite de l'article L'Ordre national des pharmaciens condamné pour entrave à la concurrence

 

Retrouvez toute l'actualité européenne, avec...

Euractiv

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :