"Le rétablissement temporaire des frontières est une possibilité", selon José Manuel Barroso

 |   |  295  mots
(Crédits : latribune)
Le président de la Commission européenne a répondu aux dirigeants français et italien qui demandent la possibilité de rétablir des contrôles aux frontières.

L'Union européenne pourrait aménager un principe fondamental de son fonctionnement sur la libre circulation des personnes.

Dans une lettre adressée, dimanche 1er mai, aux dirigeants français et italien, le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, a indiqué que "le rétablissement des frontières est une possibilité parmi d'autres, qui, à condition d'être soumise à des critères spécifiques et bien déterminés, pourrait constituer un élément pour renforcer la gouvernance de l'accord Schengen".

Dans son courrier, le président Barroso explique néanmoins que "cette gestion ne devrait pas nous conduire à pencher vers une vision trop sécuritaire, qui pourrait paraître comme niant les valeurs mêmes sur lesquelles se fonde le projet européen, ni vers une vision trop laxiste de la politique de l'immigration".

Un tacle à destination de la France et de l'Italie. Paris a décidé de refouler à la frontière toutes les personnes en situation irrégulière. Tandis que Rome a décidé d'accordé des visas temporaires à tous les immigrés arrivant sur son sol en provenance de Tunisie et de Libye.

Le président de la Commission répondait au courrier envoyé par Nicolas Sarkozy et Silvio Berlusconi, à la suite du sommet franco-italien, mardi 26 avril.

Les révolutions arabes ont entraîné des tensions au sujet de l'immigration entre la France et l'Italie. Plusieurs dizaines de milliers d'immigrés sont arrivés sur les côtes italiennes depuis le mois de janvier.

Dans leur lettre Paris et Rome ont appelé au rétablissement des contrôles aux frontières de l'UE dans certaines circonstances.
 

Lire la suite de l'article "Le rétablissement temporaire des frontières est une possibilité", selon Barroso

 
 Retrouvez toute l'actualité européenne, avec...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/05/2011 à 21:00 :
Et voilà comment les politiques continuent de détruire l'europe par peur de perte de leur pouvoir ! Ou alors Sarkosy pait les yeux doux aux électeurs du Front national.....
Réponse de le 03/05/2011 à 8:39 :
Il peut faire les yeux doux à qui il veut mais les "électeurs du Front national" préfèrent l'original à la copie miniature.
a écrit le 02/05/2011 à 19:12 :
Pourvu que nos illégaux ne portent pas plainte parce qu'on les empêche de sortir du pays :-)
a écrit le 02/05/2011 à 12:39 :
Barroso... Barroso , Qui est-ce ? Quelle légitimité, depuis que l'Europe nous a supprimé le droit de vote ?
Les Français avaient voté, non, les politiques en ont décidé autrement, sans que cela soulève la moindre protestation des fonctionnaires européens et du soit disant Tribunal des Droits de l'Homme. De fait, ils nous ont supprimé le droit de vote.
Réponse de le 06/05/2011 à 9:53 :
la france n a pas vote non a Maastricht ni a Schengen.... La France a Vote non pour de mauvaises raisons (qui a lu les 20 page de la constitution europeenne??? alors qu elle etait calque en majorite sur la notre) pour des raisons de lutte politicienne et d influence entre partie...

Donc avant de dire des anneries on revise son histoire de la construction Europeenne.

Pour Schengen c est pas mal de vouloir a nouveau un peu cloisonner un peu les frontiere avec des Etats un peu trop laxiste (Espagne, Italie...), mais faudrais faire de meme avec les frontieres exterieurs et reinstaurer des droits de douane pour les marchandises exterieurs a la Zone Euro...
a écrit le 02/05/2011 à 9:53 :
Mais biensûr rien ne sera fait sinon cela sera fait trop tard et sans effet autre que la com., que savent bien faire les européistes!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :