Paris et Berlin proposeront de modifier les traités, mais pas le rôle de la BCE

 |   |  361  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Reuters)
A l'issue d'un sommet à trois avec la chancelière allemande Angela Merkel et le président du Conseil italien Mario Monti, le président français a confirmé que la France et l'Allemagne feraient "dans les jours qui viennent" des propositions communes de modification des traités européens.

La France, l'Allemagne et l'Italie sont "parfaitement conscientes" de la gravité de la situation dans la zone euro et sont "déterminées à travailler dans le même sens" pour soutenir la monnaie unique européenne, a déclaré jeudi Nicolas Sarkozy.

Ces propositions seront présentées avant le 9 décembre, a précisé Nicolas Sarkozy, qui a refusé d'en dévoiler la teneur... hormis le fait qu'elles ne concerneront pas le statut de la Banque centrale européenne (BCE).

Statu quo sur BCE

La France, l'Allemagne et l'Italie sont s'accord pour respecter l'indépendance de la BCE et vont s'abstenir de demandes "positives ou négatives" à cette institution, a annoncé le président Nicolas Sarkozy à Strasbourg après le "mini-sommet".

"Nous avons tous trois indiqué que, dans le respect de l'indépendance de cette institution, il fallait s'abstenir de demandes positives ou négatives" à la BCE, a dit le président français, tandis qu'Angela Merkel a affirmé que la modification prévue des traités européens ne concernerait pas la banque centrale.

Berlin insiste, la création d'"euro-obligations" ne modifie pas le rôle de la BCE

Progresser vers une union budgétaire plus étroite ne signifie pas accepter la création d'"euro-obligations", ni une modification du rôle de la Banque centrale européenne (BCE), a déclaré jeudi la chancelière allemande Angela Merkel.

"Quand nous ferons un premier pas vers l'union budgétaire, par exemple en renforçant le Pacte de stabilité et de croissance par le biais de sanctions automatiques, il s'agira d'un pas en avant mais cela ne me conduira pas à modifier l'opinion que j'ai exprimée hier", a-t-elle dit lors d'une conférence de presse commune avec le président français Nicolas Sarkozy et le président du Conseil italien Mario Monti, à l'issue d'un mini-sommet.

Mercredi, elle avait déclaré au parlement allemand qu'il serait "extraordinairement inapproprié" que la Commission européenne propose, à ce stade, des émissions obligataires communes et elle s'était dite "fermement convaincue" que le mandat de la BCE ne serait pas modifié.  "La Banque centrale européenne est indépendante", a-t-elle souligné jeudi à Strasbourg.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/11/2011 à 20:45 :
Shakespeare avait écrit "la mégère apprivoisée". Angela nous propose "le roquet mâté". C'est une question d'époque, sans doute, mais on n'a jamais vu une banque centrale ne pas être prêteur en dernier ressort : la catastrophe est certaine.
a écrit le 25/11/2011 à 12:30 :
En fait, le statut de la BCE ne changera pas et donc pas la peine de faire un sommet. L'euro continuera donc sa lente agonie comme les Etats. Au fait, n'est-il pas possible de vivre sans emprunter continuellement ? Car là, est le vrai fond du problème, vivre avec ses moyens et pas plus. Tout déficit devrait être banni ! On réduit les salaires des ministres, élus, hauts fonctionnaires et partout où il y a du gras, jusqu'à ce que le déficit disparaisse. Si cela ne suffit pas, on impose par ordonnance tous les riches, tous ceux qui ont plus de 25 000 euros par mois. Il en va de l'intérêt général, même des riches qui ont converti une grosse part de leur patrimoine en or. FL/ing. diplômé en économie
Réponse de le 25/11/2011 à 12:53 :
Tout à fait d?accord avec vos propositions sans omettre de mettre à même niveau les régimes de retraite des fonctionnaires et assimilés avec ceux du public. Mais, ce qu?il faut c?est également investir dans la fabrications de produits de très grande qualité, Regardez juste sur cette même page, l?info sur BMW et vous aurez compris pourquoi les Allemands sont dans le vrai. Nous nous misons sur des voiturettes à fourguer aux Français à bas prix et fabriquées en Roumanie ou en Asie. Il y aurait beaucoup à dire encore.
Réponse de le 26/11/2011 à 8:53 :
Je suppose qu'Eiffel ne gagne que 20000 ? par mois ! Arrêtons la caricature. Les riches sont normalement taxés avec les terxte's actuels à un bémol près : les niches fiscales. Il faut supprimer celles-ci pour l'essentiel. Quant à vivre sans emprunter, il faut déjà faire face aux emprunts actuelset c'est déjà une gageure.
a écrit le 25/11/2011 à 11:54 :
Zarkozy et Merkel sont plus attentifs á préserver leur électorat national que réellement décidés á prendre des mesures efficaces pour l´union Européenne.
Les états-unis, et les anglais n´ont pas hésité á prendre eux des mesures exceptionelles et en plus dans un délai assez court.

Le comble de l´histoire est que la situation va devenir insoutenable pour les français, puis pour les allemands.
Ces 2 gouvernements (Merkel et Zarkozy ayant alors du mal á conserver leur fauteuil) n.´auront donc pas d´autre alternative que la mise en place des mêmes mesures exceptionelles qu´ils refusent (les allemands surtout) de mettre en palce maintenant.
Il sera alors surement trop tard ...
a écrit le 25/11/2011 à 8:57 :
"Paris et Berlin proposeront" . C'est surtout Berlin qui proposera. Merkel a besoin de Sarkozy pour ne pas paraitre dictatoriale et Sarkozy est heureux d' obliger de facon a faire comme si il etait decisionaire et leader en Europe.
Réponse de le 25/11/2011 à 10:22 :
cela fait des années que les Français sont à la traîne des Allemands, ce n?est pas la faute des Allemands s?ils ont mieux géré et développé leur pays mais le Français est toujours envieux, jaloux, mesquin, arrogant de ses voisins lorsque ceux ci ont mieux réussi. Les Français capables et il y en a émigrent toujours tant ils sont mis dans l?impossibilité de s?épanouir dans leur propre pays. A défaut de se corriger, on fait dans l?anti allemand tout en conduisant son Audi, sa Golf, sa BM ou sa Mercedes. Quand on peut bloquer tout un pays sans aucune réaction du gouvernement avec une douzaine de grutiers surpayés, vous pouvez toujours cracher sur les Allemands, ça ne changera rien, nous passons pour des incapables. Le clubmed comme ils nous appellent.
Réponse de le 26/11/2011 à 9:50 :
Je ne crache pas sur les Allemands, je constate simplement que ce sont eux, et eux seuls, qui decident du futur de l'Euro et par extension de l'Europe et que la France, parce qu'elle n'a pas le choix, ne peut qu'enteriner les decisions Allemandes. Votre remarque sur le serieux Allemand est juste mais pas nouvelle. Nous sommes, vous et moi, d'accord. La question etant Sommes nous d'accord avec une Europe Allemande. Moi, je prefere rester Francais.
a écrit le 25/11/2011 à 8:49 :
La modification des traités est le premier pas. Le reste ne peut venir qu'après. L'Europe est pénalisée par une structure inadaptée. Il est urgent de corriger. Malheureusement tout ça prend du temps, trop de temps.
a écrit le 25/11/2011 à 7:56 :
Qu'il s'agisse de la création d'Eurobond ou de faire de la BCE un préteur en dernier ressort, il faut au préalable s'assurer que cela ne se transformera pas en chèque en blanc... (cf. http://www.ideas4tomorrow.eu/2011/09/eurobond-nouveau-depart-ou-fuite-en.html )
a écrit le 25/11/2011 à 6:24 :
il est grand temps que sarkozy arrête de se faire piétiner par merckel ; vivement mai 2012
Réponse de le 25/11/2011 à 8:47 :
A vous lire on ne peut qu'éclater de rire (jaune). Si je vous comprend bien vous êtes pour Hollande en 2012. Avoir un Président qui sera une véritable carpette sous les pas de Merkel et autre dirigeants européens vous séduit semble-t-il ! Imaginez qu'il pense déjà à faire abandonner le droit de véto de la France à l'ONU ! Sarkozy fait lui preuve de personnalité sur le plan international. Meerkel aussi et c'est très bien comme cela.
a écrit le 25/11/2011 à 5:52 :
Le problème de l'EU et plus sûrement de la zone euro ne viendrait il pas tout simplement du fait que cette construction bancale et inachevée ne convainc plus personne? Alors que nous devrions collectivement avoir un dessein pour parachever l'union monétaire, nous nous tirons dans les pattes? A ce rythme, l'euro finira par être rejeté par tous et incapables de nous entendre sur la finalité de la construction européenne, l'EU et l'euro disparaîtront. La zone euro, au lieu de devoir supporter le binôme Merket-Sarko, ferait mieux de se réunir en conclave de crise et comme jadis en 1776, mettre sur pieds les bases d'une union viable dans laquelle le bien de tous serait sécurisé. Ce que nous voyons en ce moment, c'est que personne ne veut vraiment aller vers plus de fédéralisme en espérant que la crise finira toute seule....il faut croire que nos politiques sont tous des incapables......si l'euro et l'UE doivent disparaître, vaut mieux que cela aille vite car les conséquences sur nos économies seront absoluement catasclysmiques! et nous devons nous préparer au pire... à moins que nos dirigeants finissent par voir l'intérêt collectif... mais...
a écrit le 25/11/2011 à 5:47 :
Etrange ces gens qui gouvernent sans peuple ... Coupés des réalités, dans une bulle de fantasme, gavés d'utopie et sans légitimité démocratique dans leurs choix !
a écrit le 25/11/2011 à 4:33 :
Pendant que Nicolas feint de sauver l'euro, l'Europe, et d'avoir la situation en main, le frère, Olivier Sarkozy (un des successeurs de G.W Bush comme dirigeant du groupe Carlyle), précipite sa chute par des déclarations fracassantes sur CNBC : "l'euro explosera avant trois mois", "nous sommes tout proche du point de non retour", "que le point de bascule va arriver plus tôt que prévu", en rappelant qu'en 2008, les banques américaines avaient besoin de stabiliser 3.000 milliards de dollars de financement, et que dans le cadre du plan de sauvetage (le plan Paulson), le Département du Trésor américain a acquis 212 milliards de dollars d?actifs toxiques qui ont permis aux banques de résoudre leurs problèmes les plus immédiats et de gagner du temps. Mais en Europe, le secteur bancaire est 10 fois plus important, donc les actifs à sécuriser sont de 30.000 milliards de dollars, et le sauvetage correspondant devrait donc décupler pour s?élever à 2.120 milliards.
« Si vous voulez stabiliser ces 30.000 milliards de dollars, et à mon avis, ce n?est pas ce que vous voulez faire, mais ce que vous devez faire, vous n?avez pas le choix, vous aurez besoin de 2.100 milliards de dollars et je suspecte que cela pourrait même être encore plus que cela». Or, aucune institution ne peut financer un tel montant, estime-il. :/

En gros, et c'est bien plus grave que la disparition de notre monnaie de clown qu'est l'euro, il annonce surtout l'effondrement tout entier du Système financier européen (et donc par voie de conséquence mondial)...
a écrit le 24/11/2011 à 22:07 :
Le moins que l'on puisse dire c'est que rien n'avance !
Cette rigidite de l'Allemagne sur la BCE devient coupable.
Pour tous les adeptes de la position Allemande et son modele economique, 2 petits rappels interessants :
- La solidarite des Etats a fonctionne en faveur de l'Allemagne. Le France a été solidaire de la réunification allemande, en acceptant que ses taux d?intérêts montent à 12% ou 14%.
- L'Allemagne se tire une balle dans le pied en ne voulant pas monetiser raisonnablement de la dette. Les analystes commencent à dénoncer les artifices utilisés par Berlin dans la présentation son déficit.
Le Handelsblatt lui-même pointe que la dette allemande n'intègre pas la majeure partie des dépenses prévues pour les retraités, les malades et les personnes dépendantes, et que son vrai montant n?est pas de 2000 milliards, mais de 5000 Mds d?euros soit 185% du PIB?
Réponse de le 25/11/2011 à 0:27 :
Compliment pour votre commentaire qui résume bien la situation actuelle dans laquelle nous maintient l'Allemagne. La France a accepté les conditions de l?euro qui a pris le relais du mark dans le financement de la réunification (v?ux de tout Allemand) et dont le coût a été estimé à 5000 M de marks. Helmut Khôl avait une vue à long terme de son pays ce que n?avait pas Mitterrand en matière de la géopolitique de la réunification. Malgré la dette les Allemands nous entrainent dans un suicide de la zone euro en n?acceptant pas que la BCE joue son rôle de banque d?émission de monnaie et soit ainsi préteur en dernier ressort. Et l?Allemagne en biaisant ses comptes se suicide doublement par un effondrement de sa natalité qui entrainera une diminution des retraites, une sécurité sociale non financée en laissant au bord du chemin les plus démunis. Le montant non pris en compte est effectivement « kolossal »
a écrit le 24/11/2011 à 17:53 :
l'Allemagne dans quelques semaines, va bientôt comprendre que sa rigidité concernant le rôle de la BCE, va la mettre en grande difficulté.
La récession dans les pays voisins va la pénaliser et à son tour, elle va connaitre le problème de son financement.
Il faut permettre à la BCE d'emprunter à la place des Etats de la zone Euros.
Ceux-ci garantiront les préteurs (le marché) contre un risque de défaut.En contrepartie, obligation de déficits zéro, harmonisation fiscale et gouvernement économique Européen. Peu importe, s'il faut changer les statuts de la banque ou la constitution.

Réponse de le 24/11/2011 à 18:51 :
Ce qu'on peut dire c'est que l'Allemagne n'a pas la mémoire courte, nous si, les autres pays du Sud et la Belgique. Je crois que le mieux effectivement c'est l'éclatement de la zone euro, tous ceux qui souhaitent le n'importe quoi et l'inflation, la facilité et la corruption continueront comme avant les nuls donc retrouveront leur monnaie à deux balles, et continuerons à crouler sous les dettes grâce d'ailleurs à leurs fraudeurs fiscaux et leurs rentiers de l'immobilier. Les plus forts et les plus rigoureux rejoindront une zone mark-florin-franc suisse où personnellement je placerais mes économies et où je conseillerais à mes enfants d'aller s'installer, il sera bien temps de se payer une résidence secondaire en France, en Espagne ou en Italie voire en Grèce ou aux Portugal et de se faire cirer les pompes.
Réponse de le 25/11/2011 à 5:49 :
Ah, vous me faites bien marrer tous les deux ! Etrange tout de même qu'en matière économique, l'histoire vous donne complètement tort. Quant à la monnaie à deux balles indexée sur l'or, elle a seulement permis à Venise de commercer durant 600 ans. Une paille !
Réponse de le 25/11/2011 à 9:11 :
La lire or ou le franc or c'est très lointain. Depuis 1945, les monnaies qui se sont imposées sont, comme chacun sait le mark allemand, le franc suisse et le florin. Dernièrement la couronne norvégienne a beaucoup monté, à suivre néanmoins je ne suis pas sûr que ça dure éternellement. Les français depuis les années 60 ont tendance à considérer qu'ils pourront acheter leur baquette de pain et payer leur caddy de course chez Auchan (ou ailleurs) avec une cote part de leur résidence principale ou secondaire ou avec les chambres de bonnes acquises à bon compte ou autres actif Scellier bidule machin. En France nous avons tout faux ou pas loin depuis un petit moment déjà, et le passage à l'euro a empiré les choses, ce n'est plus un voile que nous avons devant les yeux mais une couverture épaisse sur la tête.
a écrit le 24/11/2011 à 17:44 :
Entièrement d'accord avec l'Allemagne...mais il va quand même falloir se préoccuper du taux de change...qui va s'en charger?
a écrit le 24/11/2011 à 17:11 :
Si je devais choisir un seul mot pour qualifier ce couple.... ce serait INACTION coupable....oops, cela fait deux mots/maux!
a écrit le 24/11/2011 à 16:20 :
Il me vient la nausée quand je vois ces deux lá.
Réponse de le 24/11/2011 à 23:01 :
comme je vous comprends
Réponse de le 25/11/2011 à 5:51 :
C'est un stade dépassé, pour ma part, je vomis.
Réponse de le 25/11/2011 à 5:58 :
Idem!
a écrit le 24/11/2011 à 15:43 :
Et bien sur cette modification sera approuvé par... personne! Combien de temps il faudra pour vous rendre compte que l'euro ne peut pas fonctionner. Lisez Paul Krugman dans le new york times. L'euro est une absurdité économique. Les élites françaises se soumettent encore une fois (souvenez vous de 1940) aux diktats de l'Allemagne. La France sera transformé en pays agricoles et touristique et notre industrie aura disparu. La politique de déflation (pardon d'"austérité") ne marchera pas plus aujourd'hui qu'à l'époque de Pierre Laval en 1934. Arrétez de vous illusionner avec l'europe!
Réponse de le 24/11/2011 à 16:47 :
Krugman n'est pas l'évangile loin de là. Au dela de vos affirmations,il faut que vous compreniez que les USA essaient de se "payer" l'Europe.Ils essaient de faire oublier leurs dettes "sratosphériques par rapport à leur PIB .Ce n'est pas le cas pour nous européens.
Réponse de le 24/11/2011 à 20:05 :
nicolas a tout a fais raison! Et pierre 2 vous exposez un non sens! Ce ne sont pas les usa qui ont des problèmes de financement MAJEURS actuellement mais les 3/4 des pays européens!

Faut se réveiller et vite, sinon j'ai bien peur que l'on s'en relèvera pas...
a écrit le 24/11/2011 à 15:07 :
Encore un sommet pour se montrer et rassurer les marchés.MERCI....les marchés sont en baisse depuis qu'il est terminé§CQFD
a écrit le 24/11/2011 à 14:52 :
Voilà encore un sommet qui n'aboutit à rien.
Quand est ce que Merkel comprendra qu'il est nécessaire de modifier les statuts de la BCE afin que celle-ci puisse monétiser d'urgence la dette et qu'elle devienne un prêteur en dernier ressort ?
On peut donc dans les toutes prochaines semaines s'attendre à une montée des taux longs et à des primes de risques élévés et in fine à des mesures supplémentaires de rigueur budgétaire.
Je crois que nos dirigeants n'ont pas pris la mesure de la crise présente et surtout à venir .... sauf à souhaiter la grande crise des années 30 !!
il va falloir faire une pétition d'urgence au niveau européen pour que la BCE aide les pays à passer cette crise et rassurer les marchés!

Réponse de le 24/11/2011 à 15:48 :
@ à val47 :
Vous vous attendiez à autre chose ?
Réponse de le 24/11/2011 à 16:41 :
Décidément vous ne comprendrez jamais rien aux Allemands. Ils ne vous suivront pas dans cette fabrication de monnaie de singe et ils ont raison. Aux Français à se serrer la ceinture, à casser les forteresses de la fonction publique et les privilèges de tous nos édiles. Si vous manquez d?idée regardez ce que le gouvernement catalan et celui du Pays Basque espagnols ont décidé. Finito le crédit à gaugau et à bobo. Au boulot, c?est tout.
Réponse de le 25/11/2011 à 8:39 :
Ca se saurait s'il suffisait de remettre les fonctionnaires au boulot : les pays les plus dans la mouise sont les states et le RU qui ne sont pas les plus socialistes.
Feriez mieux de vous demande pourquoi le monde entier est surendett?.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :