La tragédie grecque, symbole de l'impuissance de l'Union

En 2011, le pays est toujours en crise, et toujours plus exsangue. La possibilité d'une sortie de l'euro est envisagée.

1 mn

Copyright Reuters

Contrairement au programme de redressement sur plusieurs années, qui avait été annoncé avec la mise en place d'une première aide conjointe de 110 milliards d'euros de l'Europe et du Fonds monétaire international (FMI) à la Grèce en 2010, la République hellène ne reviendra pas faire appel aux marchés en 2012.

En 2011, il aura fallu débloquer une nouvelle aide de 120 milliards d'euros, et ses modalités, en particulier le « haircut », soit le montant de la perte essuyée par les investisseurs privés détenteurs d'obligations grecques, ne sont pas encore bouclées. Car la Grèce est exsangue : récession, chômage, exode, système bancaire, évasion fiscale, crise sociale, incapacité des politiques à mener certaines missions, corruption...

Certains responsables européens commencent à évoquer la possibilité que le pays sorte de la zone car le cercle vicieux de l'austérité et de la pauvreté sans possibilité de dévaluer est en train d'enfoncer le pays. Incapable de s'unir le Parti socialiste au pouvoir, le Pasok a fini par se diviser, obligeant le Premier ministre, Georges Papandréou, à démissionner, après avoir tenté de se maintenir, en annonçant un référendum populaire, mais qui lui a attiré les foudres des responsables européens, Nicolas Sarkozy en tête. Désormais, c'est l'ancien patron de la banque centrale du pays, Lucas Papademos, qui dirige une coalition gouvernementale où dominent les socialistes, et où l'on trouve en plus des conservateurs, l'extrême droite. Comme son prédécesseur, Lucas Papademos peine à trouver un consensus de nature à répondre aux exigences des plans des créanciers. Et la prochaine tranche de l'aide en 2012 pourrait à nouveau donner lieu à d'âpres négociations.

1 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 06/02/2012 à 12:11
Signaler
Dette Indigne de Gérard Filoche et Jean-Jacques Chavigné, éditions Jean-Claude Gawsewitch : qui sont les coupables ? Quelles sont les solutions ? « Euro-obligations », « règle d?or », « gouvernance européenne », « fédéralisme budgétaire »? la cri...

à écrit le 31/12/2011 à 10:41
Signaler
On ne parle que rarement des déficits des balances commerciales des pays surendettés alors que les déficits budgétaires en sont la conséquence directe. Si l'Espagne comme les autres pays déficitaires réussissaient à avoir une balance commerciale équi...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.