La face noire de la crise de la zone euro, le chômage des jeunes

 |   |  448  mots
Copyright Reuters
Les dernières statistiques publiées sur le chômage des jeunes dans la zone euro montrent une aggravation en décembre due à l'effet de la récession économique, en particulier en Grèce et en Espagne.

L'une des conséquences dramatiques de la crise de la zone euro est la montée rapide du chômage chez les jeunes (16-24 ans). Ainsi, selon les statistiques publiées mardi par l'office européen, Eurostat, si le taux de chômage dans la zone euro atteignait 10,4% en décembre, un niveau stable par rapport à novembre, en revanche, celui des jeunes atteint 21,3% contre 20,6% en novembre. Désormais sur 16,469 millions de personnes qui cherchaient un emploi en décembre, 3,29 millions étaient des jeunes, dont un grand nombre n'ayant encore jamais travaillé.

Les pays du sud de l'Europe ou les ex-républiques du bloc de l'Est sont les plus touchés : Espagne (48,7%), Grèce (47,2%), Slovaquie (35,6%), Portugal (26,9%). A contrario, les pays où les jeunes trouvent le plus de travail sont ceux qui bénéficient d'une solide activité économique et où le chômage est bas :  l'Allemagne (7,8%), l'Autriche (8,2%) ou encore les Pays-Bas (8,6%).

Au-delà de l'anonymat des statistiques, ce taux élevé structurel du chômage chez les jeunes pourrait à plus ou moins long terme avoir de tragiques conséquences dans nombre de pays. Ainsi dans une étude publiée en septembre dernier par la fondation allemande Friedrich-Ebert-Stiftung, intitulée "Les jeunes grecs et la crise, le danger d'une génération perdue", le journaliste Nick Malkoutzis indiquait que "6 jeunes Grecs sur 10 envisagent d'aller travailler dans un autre pays européen", principalement en Allemagne et au Royaume Uni. Les Etats-Unis, le Canada et l'Australie, où se trouvent d'importantes diasporas grecques, font aussi partie des destinations prisées pour construire un meilleur avenir.  "A moins que des politiques soient adoptées pour répondre à ce problème, la Grèce pourrait voir un grand nombre des plus brillants esprits parmi ses jeunes quitter le pays", indique Nick Malkoutzis. La Grèce est le pays où le taux de chômage des jeunes a augmenté le plus rapidement passant de 25% en 2009, au début de la crise, à plus de 47% à la fin de l'année dernière.

Le dernier conseil européen qui s'est tenu en début de semaine à Bruxelles a souligné l'urgence de prendre rapidement des décisions pour lutter contre ce fléau. "Chaque État membre a convenu d'élaborer un plan national pour l'emploi. Celui-ci comprendra des mesures visant à réorienter la charge fiscale pesant sur le travail et à réduire la segmentation du marché du travail, afin d'améliorer les perspectives d'emploi des jeunes et des travailleurs peu qualifiés", indique la commission dans un communiqué, ajoutant qu'elle "formera des groupes de travail avec les huit pays (Espagne, Grèce, Irlande, Italie, Lettonie, Lituanie, Portugal et Slovaquie) qui enregistrent un taux de chômage des jeunes supérieur à la moyenne."
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/04/2012 à 13:57 :
Votre article concerne la zone euro... Sauf que la Lituanie et la Lettonie ne font pas (encore) partie de la zone euro!
a écrit le 02/04/2012 à 14:27 :
Si il n'y avait que les jeunes....Jeunes jusqu'a 25 ans et ensuite tu sorts des sondages mais tu restes toujours au chomage ou en grande precarite. Plus les seniors,les personnes ayant eu des problemes dans la vie et ayant du mal a la suite de reintegrer une entreprise trop frileuse car c'est mal vu d'avoir eu un jour des problemes dans sa vie,les handicapees etcetc bref autant dire que l'explosion sociale reunira un large panel de la societee francaise
a écrit le 02/04/2012 à 13:24 :
C'est pas grave dès qu'ils travailleront on les plumera avec l'immobilier et seront obligés à se saigner pour payer nos grasses retraites qu'ils n'auront jamais...
a écrit le 02/04/2012 à 12:18 :
La face noire de la zone euro, le chômage des jeunes !!!

Rien que le titre ferait rire s'il n'était pas dramatique quant à sa courte vue.

Quelques commentaires :

1) Pas un mot du chômage des seniors (inscrits sur les listes de Pôle emploi), 876.000 personnes, rien que pour la France, seniors qui subviennent aux besoins de beaucoup de jeunes., jeunes qui si les seniors ne retrouvent pas une activité seront obligés de prendre des petits boulots pour subvenir à leurs besoins, et, parfois arrêter leur formation.

2) En ce qui concerne les jeunes au chômage, plusieurs schémas existent:

- les non qualifiés (aucun diplôme, aucune compétence), compte tenu des exigences du marché du travail, il est évident que ceux-là auront du mal à se sortir de cette situation, sauf à occuper des postes ne nécessitant pas de qualifications particulières.

- les qualifiés (diplôme, compétence) qui, la plupart du temps arrivent à trouver un travail, s'ils veulent accepter les conditions de salaire (le salaire que l'on obtient n'est jamais celui qui est seriné dans les écoles et universités), de lieu de travail (eh, oui, il faut parfois déménager pour travailler).

- Les qualifiés revendicatifs qui n'acceptent pas de travailler à moins de tant par mois, s'il y a des déplacements réguliers, s'il faut dépasser les 35 heures, s'il n'y a pas tel ou tel avantage, et, n'oublions pas si l'on ne rase pas gratuit.

La vision du monde du travail de beaucoup de ces jeunes :

- 6 mois d'activité au sein d'une entreprise, et, ils sont persuadés de tout connaître, savoir et d'être capable de diriger !

- Un salaire, sans expérience sauf un bagage intellectuel théorique sanctionné par un diplôme, ne peut être aussi élevé que celui d'une expérience de 5, 10, 15, 20 ans !

- Sacrifice d'une génération, il ne faut quand même pas exagérer. Le marché de l'emploi est le même pour tout le monde, les salaires, à compétences, expériences et fonctions équivalentes ont baissé de 20 à 30 %.

- Les acquis sociaux ! Pour certains uniquement, en tout cas pas dans les entreprises privées. De plus, il n'existe pas d'acquis sociaux en fonction de sa tranche d'âge. A part les congés payés, l'ancienneté qui est un fait, et, non un acquis, je ne vois pas ce qu'il y a d'autre.

- C S G et C R D S sont payées par tous les salariés jeunes ou vieux, les augmentations sont les mêmes pour tous, comme les nouveaux impôts et taxes.

Enfin, à ces jeunes revendicatifs sans rien savoir, posez vous la question ou posez la question à vos parents, combien gagnaient-ils quand ils ont commencé à travailler ?

La retraite, croyez vous que seulement les jeunes n'y auront pas droit ? Une fois de plus courte vue démontrant une ignorance totale du problème. Croyez vous qu'une personne de 45 ou 50 ans aujourd'hui y aura droit ? Connaissez vous l'âge de son départ à la retraite ? Connaissez vous le montant de cette retraite ? Non, bien sur, il est tellement facile d'affirmer sans savoir.
a écrit le 02/02/2012 à 16:06 :

quand tous les jeunes s indigneront !!!nos paies des ministres auront des soucis
Réponse de le 09/04/2013 à 11:15 :
a voir: https://www.facebook.com/Youngandleader
www.youngandleaders.webself.net
a écrit le 02/02/2012 à 15:47 :
Il y a le chomage fleau majeur de ma generation, mais il y a aussi moult diplome de bac + 3 à bac +5 devenu travailleurs pauvres a qui on avait promis un "avenir radieux" pour peu d avoir un peu de bagage.... aujourd hui on travaille mais on profite meme pas du fruit de notre travail, bien souvent considéré comme des feneant par les anciens, ceux qui se sont alloue via gouvernemant successif des "acquis sociaux" qu on nous fait payer mais auxquels on aura pas droit, taxe toujours plus forte sur le travail.... au fait merci la CSG/CRDS non deductible pour le premiere fois en 10 ans de travail, cela fera 2 ans que malgre un salaire net moindre je paye plus d irpp...... sans compter toutes les nouvelles taxes.... il est vraiment temps de mettre fin a tout ca... d une maniere ou d une autre
a écrit le 02/02/2012 à 14:45 :
Publiez svp!!!!

Il faut remercier nos dirigeants de la premiere puissance économique du monde ; l'UE pour leur très bonne gestion..
Réponse de le 02/02/2012 à 15:41 :
Bah ils ont bien gere pour les papyboomer....... les autres ils s en foutent royalement du moment qu on peut les tondres pour assurer le train de vie de tous les autres
a écrit le 02/02/2012 à 10:50 :
Wilkommen in Deutschland!
L?Allemagne accueille bien volontiers les jeunes européens qui souhaitent venir s'y installer. En tant que citoyens européens, partageant une culture commune, ils pourront y vivre facilement et s'intégreront avec beaucoup de facilité. Nos usines manquent déjà de bras (et de cerveaux), alors jeunes Espagnols, Grecs et Portugais, venez! L'allemand n'est pas une langue si difficile à apprendre ;)
a écrit le 02/02/2012 à 7:13 :
Cette génération n'acceptera pas éternellement d'être sacrifiée. Il y a toujours une limite au sacrifice. Après l'indignation vient le temps de la révolte.Chaque jour qui passe nous rapproche un peu plus du chaos, l'explosion se fera comme toujours à partir d'une étincelle.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :