Le ministre de l'économie allemand veut confier l'économie grecque à Bruxelles

 |   |  252  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : REUTERS)
Le ministre allemand de l'Economie, Philipp Rösler, voudrait voir l'un des 27 commissaires européens se charger spécialement de la remise sur pied de l'économie grecque, et a déclaré dans un entretien publié vendredi "ne pas comprendre que la Grèce s'oppose à cette proposition".

Un "commissaire à la reconstruction", désigné parmi les 27 commissaires de l'UE, aurait "la responsabilité principale des élans de croissance et de la mise en oeuvre des réformes" dans le pays, a suggéré le ministre libéral (FDP) Philipp Rösler au quotidien Handelsblatt. Il coordonnerait notamment les propositions d'aide des Etats membres. M. Rösler a redit sa déception devant le peu d'entrain de la Grèce à accepter les offres allemandes de soutien. "Il est d'autant plus important maintenant que la Grèce soit enfin prête à plus de coopération", a-t-il dit.

En début de semaine, un document émanant de son ministère avait circulé qui dressait un bilan décevant des initiatives lancées par l'Allemagne pour soutenir l'effort grec. "Je ne comprends pas que du côté grec on s'oppose à cette proposition", a-t-il ajouté à propos de l'idée d'un commissaire dédié. "J'ai parfois l'impression que le peuple grec est conscient des sacrifices nécessaires, mais que les élites grecques ne veulent pas renoncer à leurs privilèges", a-t-il poursuivi.

L'Allemagne avait déjà lancé l'idée d'un "commissaire aux économies" qui veillerait aux finances grecques, une idée rejetée par la plupart de ses partenaires et par les Grecs eux-mêmes, qui y voyaient une tentative de mise sous tutelle très malvenue. M. Rösler est coutumier des déclarations à l'emporte-pièce sur la Grèce. Il avait évoqué publiquement une faillite du pays il y a quelques mois, embrasant les marchés.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/03/2012 à 10:35 :
Les politiques Grecs disent oui, le peuple Grec dit non, avec la Grèce c'est un puits sans fonds, la Grèce est ruiné parce que les Grecs ont vidés leurs comptes bancaires, point. Et moi j'ai fait pareil, je laisse 50 euros par mois pour le prélèvement EDF et basta, PEL fermé, la voiture au garage en attente d'être vendu, terminé de consommer, que les banquiers et leurs amis sortent l'argent des paradis fiscaux, à commencer par BNP, AXA, SG, Crédit agricole...La fête est finit, ainsi que le mépris des élites envers les peuples d'Europe ...
a écrit le 02/03/2012 à 15:03 :
pourquoi on ne mettrait pas tous les pays sous le controle de bruxelles et donc de l'allemagne d'un coup , et tout le monde à parler allemand , comme ça on n'en parlerait plus ( ni d'autres langues ) !!!!
Réponse de le 02/03/2012 à 16:53 :
@ zorro. Et pourquoi pas de la Grèce tant que vous y êtes ? (y = rêves, cauchemars ou conneries)
a écrit le 02/03/2012 à 10:43 :
J'ai l'impression que ce Monsieur a raison, et je me demande pourquoi M.François Baroin (notre ministre de l'économie) et M. François Fillon (son Premier ministre) sont aussi discrets sur le dossier grec.
a écrit le 02/03/2012 à 9:07 :
Il pourrait en faire de même pour d'autres pays : Italie, Espagne, Portugal et France aussi au passage. Car avec l'arrivée possible du PS au pouvoir on peut craindre le pire. Même chose d'ailleurs si Sarko rempile.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :