Grande-Bretagne : le nouveau budget entre allègements d'impôts et nouvelles recettes

 |   |  490  mots
Copyright AFP
Copyright AFP
Le budget britannique 2012-2013 annoncé mercredi s'est accompagné d'un ajustement des prévisions macroéconomiques et prévoit une série de mesures présentées comme "fiscalement neutres", de nouvelles recettes devant compenser certains allégements d'impôts.

Alors que les prévisions de croissance élaborées par l'OBR, le gendarme britannique des finances publiques, viennent d'être ajustées à +0,8% pour 2012 (contre 0,7% prévu en novembre) et à +2% pour 2013, le gouvernement britannique a présenté ce mercredi son nouveau budget, marqué par la rigueur.

De nombreux allègements fiscaux...

Au programme, de nouveaux allègements fiscaux côtoient la création de recettes compensatoires. Au niveau des allègements d'impôts, la diminution de 50% à 45% du taux marginal d'imposition décidée par le précédent gouvernement travailliste sur les revenus annuels supérieurs à 150.000 livres entrera en vigueur en avril 2013. L'augmentation du seuil d'imposition sur les revenus de 8.100 à 9.205 livres sera effective dès le mois prochain, tout comme la diminution de l'impôt sur les sociétés qui passera de 26% à 24%, et à 22% d'ici à 2014. 

Autres allègements : les règles fiscales pour encourager l'exploitation des hydrocarbures en mer du Nord, et le crédit d'impôts pour la production de jeux vidéos, dessins animés et programmes pour la télévision au Royaume-Uni. 

... et une série de nouvelles recettes pour compenser

Pour compenser, le gouvernement votera une série de mesures contre l'évasion fiscale, ainsi que le relèvement de 5% à 7% des droits de mutation des demeures valant plus de 2 millions de livres. A partir de janvier prochain, la taxe bancaire augmentera à 0.105% pour atteindre les recettes annuelles de 2,5 milliards de livres malgré la baisse de l'impôt sur les sociétés. Les règles concernant le travail dominical seront assouplies pour huit dimanche durant les Jeux olympiques et paralympiques, prévus cet été.

Encore une fois, le "vice" est davantage taxé, puisque la taxe sur le tabac est immédiatement augmentée de 5% au-dessus de l'inflation, ainsi que la taxation des machines à sous. Enfin, la TVA sera harmonisée avec la suppression des niches pour certains produits. Le plan de rigueur gouvernemental adopté en 2011 prévoit au total 81 milliards de livres (97 milliards d'euros) d'économies sur quatre ans et 30 milliards de livres de hausses d'impôts sur la même période.

Des prévisions macroéconomiques ajustées

Si la croissance devrait être meilleure que prévue en 2012, le taux de chômage devrait atteindre un pic à 8,7% cette année, avant de redescendre graduellement à 6,3% d'ici à 2017. L'inflation est, quant à elle, prévue à 2,8% pour cette année et à 1,9% en 2013.

Les prévisions de déficit ont été également ajustées, mais le gouvernement peut toujours tabler sur un retour à l'équilibre budgétaire à l'horizon 2016-2017. En novembre, il avait dû reporter cet objectif de deux ans en raison de la dégradation de la conjoncture. Selon l'OBR, le déficit public devrait atteindre 8,3% du produit intérieur brut (PIB) cette année et 7,6% en 2013.

La dette publique, calculée hors interventions de l'Etat pour aider le secteur bancaire lors de la crise financière, devrait continuer à croître jusqu'en 2014-2015, à 76,3% du PIB, avant de commencer à s'alléger.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/03/2012 à 17:27 :
Il y a encore un problème le tiers du budget est couvert par les achats de bons du trésors par la banque centrale, cela ne tient pas à long terme.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :