Des hausses d'impôts pour consolider le budget ? Oui, mais seulement en Irlande, en Espagne et à Chypre

 |   |  373  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Selon la Commission européenne, il ne serait possible de réaliser des hausses d'impôts pour consolider le budget que dans trois pays de la zone euro. Pour les autres, l'effet serait nocif à la croissance.

Dans le cadre de son rapport trimestriel sur la zone euro publié mardi, la Commission européenne s?interroge sur la pertinence des hausses d?impôts dans le cadre des politiques de consolidation fiscale qui sont en place un peu partout dans les 17 pays membres. L?étude estime que seulement trois pays ont aujourd?hui intérêt à réaliser un relèvement conséquent des taxes pour réduire leur déficit budgétaire : l?Irlande, l?Espagne et Chypre.

Critères

L?auteur de l?étude souligne combien la recherche économique est réticente vis-à-vis d?une politique de consolidation budgétaire fondée sur la hausse des recettes. La solution préconisée par les économistes est souvent de jouer d?abord et surtout sur les dépenses. Selon eux, augmenter les impôts nuit à la croissance et ne fait que reporter le problème plus tard en ne freinant pas la croissance des dépenses. Certains critères peuvent cependant amener à justifier une hausse des recettes : il s?agit d?un faible ratio d?impôts rapportés au PIB, mais aussi un besoin important de consolidation et l?absence de relèvement d?impôt notable dans les dernières années. Mais, là aussi, Bruxelles prévient : il faut mieux améliorer l?effectivité fiscale que relever brutalement les taxes.

Marges de manoeuvre

En adoptant ces critères, il apparaît que la France ne dispose que de peu de marge de man?uvre sur le plan des recettes, en dépit des propositions fiscales de plusieurs candidats à la présidence de la République. La Grèce n?est pas non plus dans la meilleure position : son ratio de prélèvements obligatoires sur le PIB a augmenté de 2,1 points entre 2009 et 2011, ce qui constitue un record dans la zone euro. En revanche, malgré la crise, ce ratio en Irlande et à Chypre a peu bougé compte tenu de leur niveau absolu d?imposition. Par rapport à 2008, le niveau d?imposition a reculé en 2011 de 1,1 % pour l?Espagne, de 2,3 % pour Chypre et de 0,8 % pour l?Irlande. Selon l?étude, la Slovaquie et la Slovénie pourraient également être des candidats à de nouvelles hausses d?impôts.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/04/2012 à 18:07 :
En clair, pour les autres, c'est ce bon vieux Milton Friedman qui dicte ce qu'on doit faire.
Que du privé partout! Les routes nationales, les départementales, les chemins de traverses, les sentiers à mule... Privatisez moi tout ça. La santé, la police, les écoles, les universités, les retraites...Privatisez aussi !
Et puis la représentation locale ou nationale ? inutile
Le gouvernement ? inutile aussi
2 ou 3 banques privées et tout sera pour le mieux dans le meilleur des mondes.;;
Réponse de le 04/04/2012 à 2:51 :
N'ayez crainte en France c'est le chemin inverse qui est pris. C'est toujours plus d'étatisme, de fonctionnaires, notamment dans les régions qui sont toutes socialistes à part une, l'Alsace, mais aussi toujours plus d'impots pour entretenir l'hyper collectivisme, l?assistanat de préférence pour les étrangers, mais aussi les rentes de situation à vie des députés, sénateurs, des conseillers régionaux et départementaux, (1 million de fonctionnaires en plus en 30 ans), et toutjours plus d'impots et de taxes pris par la coercision aux contribuables, non rassurez vous le libéralisme ne passera pas en France, notre modéle ultra collectiviste appauvrissant les citoyens est bien implanté dans les esprits en France, et cela commence dés le collége par le conditionnement bolchévique de la plupart de nos chers enseignants poussant les enfants dans la rue pour mannifester au non de l'égalitarisme français. Et voyez le résultat ! Si celui ci vous convient alors ne changez rien, et laissez donc l'état providence vous prendre en charge. Mais comme disait Coluche :"La France est usine qui ne fabrique que des pauvres".

Je vous rappel aussi que les autoroutes sont déjà privatisé en France, et que la SNCF, les controles aériens, les ports et leurs dockers, la secu, et autres, sont des bastions imprenables des mafias syndicales et bolchéviques, au détriment de l'économie et des emplois des entreprises privées, seules créatrices de richesses réelles. Si tout cela vous convient alors ne changez rien, et bon courage avec votre idéologie anti liberté, donc libérales, monsieur le collectiviste ignare.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :