Gerhard Schröder attaque à mots couverts François Hollande

 |   |  500  mots
Copyright AFP
Copyright AFP
L'ancien chancelier défend, dans une interview au Handelsblatt, son bilan et la politique européenne du duo Sarkozy-Merkel. Il rejette toute idée de taxation des riches à 75 %.

Gerhard Schröder sort de son silence ! Dans une interview accordée ce jeudi au quotidien Handelsblatt, celui qui a été chancelier fédéral de 1998 à 2005 promet pourtant que « sa carrière politique est terminée ». Mais il n'en a pas moins une idée sur l'actualité.


Pro-européen
Sur l'Europe d'abord, il joue une partition très pro-européenne, saluant les décisions du conseil européen du 9 décembre et le nouveau traité budgétaire. « Les bases d'une plus forte intégration européenne ont été jetées », affirme-t-il, estimant que, désormais, les politiques « économiques, sociales et financières » devront être coordonnées. Oubliant qu'il avait en son temps plaidé pour la suspension du pacte de stabilité et de croissance.


Pro-BCE
Gerhard Schröder poursuit par une critique de la position trop « ordolibérale » de l'Allemagne dans cette crise, notamment de la part de la BCE, et défend les actions de Jean-Claude Trichet et Mario Draghi. « La clause de « no bail-out » (pas de renflouage d'un Etat) ne correspond pas à la réalité européenne », affirme-t-il, ajoutant que la « BCE a empêché l'explosion de la zone euro ».


Aide à la Grèce
Pour la Grèce, il plaide pour une stratégie de croissance en parallèle aux mesures d'économies. « La Grèce seule ne peut plus créer de la croissance », analyse-t-il. Mais il appelle aussi à la patience : « De par mon expérience avec l'Agenda 2010 [la série de réformes qu'il a mené aux débuts des années 2000, ndlr], je puis dire que de tels réformes prennent plusieurs années avant de produire ses fruits », dit-il, non sans amertumes. Car si chacun en Allemagne reconnaît aujourd'hui l'importance de ses réformes, à l'époque, elles lui avaient coûté politiquement cher.


Pour un SPD au centre
Il profite du reste de cet entretien pour tresser quelques louanges à cet agenda qui a « sensiblement augmenté l'image de l'Allemagne à l'étranger ». Il insiste sur l'importance du principe du lien entre assurance chômage et assurance sociale placé par les lois Hartz et estime que la baisse du chômage en est le fruit. Gerhard Schröder défend donc pour le SPD le positionnement qu'il avait défendu voici 15 ans : le « nouveau centre ». « Les élections seront gagnées au centre », rappelle-t-il, malgré la chute de 18 points du SPD entre le scrutin de 1998 et celui de 2009. « Le succès du SPD a toujours eu lieu lorsque sa politique sociale s'est bâtie sur la raison économique », affirme-t-il. Celui qui a ouvertement pris parti en France pour Nicolas Sarkozy estime ainsi qu'une tranche d'impôt à 75 % « ne peut être pris au sérieux par personne ». Une attaque à peine voilée à François Hollande.


« Agenda 2030 »
Pour finir, il défend l'idée d'un « Agenda 2030 » pour l'Allemagne afin de prendre en compte les effets du vieillissement de la population. Il plaide notamment pour un taux d'emploi plus élevé par une politique d'immigration « ciblée » et plus de femmes au travail.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/04/2012 à 6:54 :
Une tranche d'impôt à 75 % peut être pris envisageable et même nécessaire, surtout pour éviter les excès de rémunérations. Ce qui est important c'est que cette tranche ne soit appliquée que pour la partie des revenus qui dépassent le raisonnable. Elle aurait ainsi un effet dissuasif.
Réponse de le 09/04/2012 à 16:02 :
Tout à fait d'accord. Il faut absolument que cessent ces dérives financières qui sont d'un autre siècle.
a écrit le 07/04/2012 à 6:47 :
« La clause de « no bail-out » (pas de renflouage d'un Etat) ne correspond pas à la réalité européenne », parce-que les politiciens sont des incapables, la BCE a été obligée d'intervenir. Si nous avions une union fiscale réelle la BCE ne serait pas obligée d'intervenir à tout moment.
a écrit le 06/04/2012 à 16:54 :
Gerhard Schröder peut dire ce qu'il veut sur la France et Hollande, ça fait vendre du papier. Pas plus. Par contre, ce que Gerhard Schröder ignore c'est que la France a un problème énorme avec ses chefs d'entreprises : si on les compare au chefs d'entreprises allemands on comprend très vite leur abyssale incompétence. Pour s'en persuader, il suffit de comparer les chiffres à l'export de l'Allemagne et de la France. Il n'y a pas photo! Pire, même en supprimant totalement les salaires pour booster la fameuse "compétitivité" des produits français qui, parait-il n'est pas assez performante, les ventes à l'export n'augmenteront pas davantage. Le VRAI et SEUL problème, c'est l'incompétence des chefs d'entreprises français, et rien d'autre! Leur très gros point faible : AVOIR ENVIE DE VENDRE ET SAVOIR VENDRE! Nous sommes des latins, c'est à dire des "baratineurs" (comme Sarkozy) mais pas des vrais" vendeurs" qui respectent, aiment, suivent et anticipent les besoins de leurs prospects et surtout de leurs clients fidèles. Les Allemands savent faire, pas nous. Diminuer les charges patronales françaises n'y changera rien, c'est génétique!
Réponse de le 06/04/2012 à 18:16 :
Incapacité des chefs d'entreprises??? Les entreprises c'est un tout qui dépend autant du chef d'entreprise, des salariés (motivation, implication...) et du marché sur lequel elles sont positionnés (+ Capacité à s'adapter).
Sans les chefs d'entreprises et leurs compétences il n' y aurait aucune création de valeur dans notre pays.
Réponse de le 06/04/2012 à 20:06 :
Et sans les clients, créateurs de richesses par leurs achats, il n'y aurait pas d'entreprises et de chefs d'entreprises. Une entreprise crée par un "génie", avec des produits "géniaux" mais qui n'arrive pas à les vendre est une entreprise morte! Sans clients solvables, pas d'entreprises, sans entreprises, pas de clients solvables.
Réponse de le 06/04/2012 à 20:50 :
y a pas à dire, c'est du très haut niveau !
Réponse de le 07/04/2012 à 4:59 :
@ réflexion Merci d'expliciter votre réaction de très haut niveau et de préciser ce qui vous déplaît dans le "bas niveau" ci-dessus!
Réponse de le 09/04/2012 à 12:35 :
D'accord avec Tirelire ! Très difficile de travailler avec les Français !
Réponse de le 10/04/2012 à 0:47 :
Enfin, Tirelire, votre post montre que vous êtes déconnecté des réalités économiques. Ce ne sont pas les clients français qui vont permettre aux entreprises françaises, qui ont du mal à être compétitives, de s'en sortir. Je suis cadre chez PSA. Ce n'est pas dans la vieille Europe (où le marché est stagnant et tellement concurrentiel qu'on y fait du déficit !) que se joue notre avenir, mais en Chine et au Brésil. Croire que c'est par une relance qui améliorerait la solvabilité des "clients" que l'on réglera les problèmes de l'économie française, c'est d'une grande naïveté. C'est croire qu'on est encore en 1929...
a écrit le 06/04/2012 à 12:56 :
Un ancien gauchiste devenu chancelier social-démocrate et faisant une politique ultra-libérale pour finir par se vendre aux grands groupes énergétiques russes.
Des lettres de noblesse pour donner des conseils à la Gauche... Finir sa carrière politique en valorisant son portefeuille, pourquoi pas (même si c'est peu moral...), mais alors qu'il se taise!
a écrit le 06/04/2012 à 10:13 :
Memes la Gauche Allemande ne veulent pas Hollande. Les Anglais disent la memes choses "The Economist" magazine. La gauche Francaise est la risee de l'Europe, 3 partie trotskystes, Des syndicats qui ont trop de pouvoir comparee leur representation (seulement 5% du prive est syndique). Faut il qu'ils se prennent une autre branle au election pour comprendre?
Réponse de le 06/04/2012 à 11:38 :
Sauf que cette fois : ils pourraient gagner !
Les gens en ont marre de sarko !
Réponse de le 06/04/2012 à 19:40 :
il y en a peut-être marre de Sarko mais pour ma part je ne voterai pas pour Hollande.
J'ai pas envie que notre pays finisse comme la Grèce.
Alors tant pis, même si j'abhorre Guéant et sa bande, entre 2 maux, je choisis quand même le Sarko !
a écrit le 06/04/2012 à 9:40 :
Un ami banquier m'a dit un jour (il y a une quinzaine d'années): Les banques ne gagnent jamais autant d'argent que lorsque les socialistes sont au pouvoir.
En France, il n'y a pas de Gauche, seulement des partis de prostitués (au masculin comme au féminin). Ausculter en détail les carrières de Hollande, Mélenchon etc.)
Pour nous remonter le moral, disons que c'est la même chose en Allemagne.
Schröder qui doit gagner beaucoup d'argent grâce à son ami Poutine attend tout simplement que son pays rejoigne les BRICS pour en gagner encore plus...
Ce que j'ai pronostiqué s'approche de plus en plus. Le 7 Mai Poutine retourne au Kremlin et bizarrement l'ancien chancelier fait sa réapparition politique. étrange !
Jean-Claude Meslin
Réponse de le 06/04/2012 à 20:54 :
Ouf, vous nous ouvrez les yeux et mettez à jour le complot contre les peuples/
Merci Jean-Claude
a écrit le 05/04/2012 à 23:13 :
Son laïus sur l'Union Européenne !!! De la part du mec qui a tué le pacte de stabilité avec Chirac, c'est quand même savoureux !!!!!!!

Sur le programme du SPD, il ne semble pas comprendre que pour gouverner le SPD va devoir composer avec Die Linke. C'est un fait ! Ca les embête beaucoup mais c'est une réalité ! En plus contrairement à la France, le système législatif allemand est quasi proportionnel... Pour espérer gouverner, le SPD n'aura pas le choix ! En France, ce PS peut espérer "jouer" avec le front de gauche pour les balader... Pas en Allemagne !!!

Sacré Gerhard, retourne pantoufler chez les russes !
Réponse de le 06/04/2012 à 0:16 :
Pantoufler !!! avec les rémunérations "oligarchiques" qu'il doit recevoir !!! Les déclare t il, même ?
On savait que Blair était une pourriture; il a des émules outre Rhin, semble t il !
Réponse de le 06/04/2012 à 0:45 :
C'est quand même étrange tous ces prétendus mecs de "gauche" qui vont se vendre chez les pétroliers une fois leurs carrières terminées, Schröder et Nordstream, Joschka Fischer et Nabucco !!!!!!!!!! Mais pour continuer à vendre leurs "expertises" il faut bien sortir du bois de temps à autre et si possible pour faire le buzzzz, histoire de rester dans l'actu... Sinon, d'autres plus en vue médiatiquement pourraient prétendre aux postes !!!!!!! Quelle époque formidable !
a écrit le 05/04/2012 à 22:39 :
Il prône un retour au centre et n'a même pas pris parti pour Bayrou ....
a écrit le 05/04/2012 à 22:29 :
Tony Blair et maintenant Gerhard Schröder reconnaissent la validité de la politique de Nicolas Sarkozy ; pourtant je croyais que le PS considérait le Labour Party et le SPD comme ses alter ego européens... En fait, en lisant leurs programmes, je pense que le Labour et le SPD sont dans la partie droite de l'UMP française. Il n'y a qu'à lire les réformes effectuées par Schröder, et notamment les lois Hartz IV, pour le comprendre. Mais cela, Hollande l'a compris mais ne veut pas l'avouer.
Réponse de le 06/04/2012 à 9:28 :
Hollande " a un probleme avec la franchise" , c'est un menteur!
Réponse de le 06/04/2012 à 9:34 :
vous avez raison, la france est gouvernee a l'extreme gauche, c'est un secret de polichinelle; d'ailleurs le programme de hollande ne plait qu'au herr oskar lafontaine...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :