Europe : accord de principe pour financer des grands projets

 |   |  332  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Pour tenter de faire redémarrer la croissance en Europe, l'idée de financer de créer des "projects bonds", obligations servant à financer des grands projets, fait son chemin. Ce mardi les gouvernements et le Parlement européens se sont mis d'accord pour permettre à la Commission européenne de débloquer 230 millions d'euros sur son budget pour inciter les capitaux privés à investir dans des grands travaux d'infrastructure.

Un premier pas pour les "projects bonds". Grâce à un accord entre les gouvernements et le Parlement européens, l'UE pourra débloquer 230 millions d'euros pour inciter les capitaux privés à investir dans des projets d'infrastructure jugés stratégiques. Le Danemark, actuellement en charge de la présidence tournante de l'Union européenne en a fait état ce mardi, en marge d'une séance plénière du Parlement européen.

Effet multiplicateur

Ces 230 millions d'euros provenant de fonds européens non utilisés dans le budget 2012, d'une ligne crédit allouée au réseau trans-européen ainsi qu'aux fonds du programme pour la compétitivité, pourront mobiliser jusqu'à 4,5 milliards d'euros grâce à un effet multiplicateur. Du moins c'est ce qu'espère la Commission européenne. Le mécanisme consisterait à inciter fonds de pension, compagnies d'assurances et autres investisseurs privés à engager eux aussi des fonds dans ces grands travaux trans-européens et ce, dans les secteurs des transports, de l'énergie et des communications.

Un test avant les "projects bonds"

Avant que ces 230 millions d'euros soient débloqués il faut encore que les Etats membres valident cet accord - ils seront sollicités à ce sujet au mois de mai - et que le Parlement européenne l'approuve à son tour, ce qui n'interviendra pas avant juillet. Cette opération correspond à une phase pilote avant l'émission d'obligations européennes servant à financer des grands projets, les fameux "projects bonds". Et, contrairement aux euro-bonds, qui, eux, serviraient à financer la dette des pays européens, ces "projects bonds" ont, dans leur principe, reçus le soutien de l'Allemagne.

Relancer la croissance

Ces nouveaux outils sont considérés comme un instrument-clé pour faire redémarrer la croissance, alors que nombre de pays européens s'enfoncent dans la récession et connaîssent un niveau de chômage très élevé. Demain, lors d'un sommet informel à Bruxelles, ces "projects bonds" feront partie des discussions entre les chefs d'Etat et de gouvernement européens.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/05/2012 à 19:10 :
Non il ne s'agit pas d'euro-obligations mais projects-bonds : pas la même chose du tout !
a écrit le 23/05/2012 à 10:04 :
Qu'il s'agisse de project-bonds ou d'euro-obligations, on recommence toujours les mêmes erreurs : lors de la création de l'euro, on a créé l'euro avant de définir les contraintes à respecter, autrement dit on a mis la charrue avant les boeufs. Cette fois, on voudrait mettre en place des euro-obligations avant de définir clairement les règles du jeu, comme la "règle d'or" par exemple : on dirait que les politiciens ne peuvent pas faire autrement que mettre la charrue avant les boeufs...
a écrit le 23/05/2012 à 0:08 :
Bonjour,
Quelqu?un pourrait-il m?expliquer pourquoi on s?obstine à parler de croissance ? Il me semble que mathématiquement, une croissance régulière se traduit par une jolie exponentielle, absolument incompatible avec nos ressources naturelles qui se trouvent être limitées. D?où mon incompréhension. Merci d?avance pour vos explications
a écrit le 22/05/2012 à 20:11 :
Il faut que le bon sens l'emporte. Investir pour financer des partenariats public/privé de développement, de recherche ou de construction dans l'économie verte par exemple est plus que nécessaire.
a écrit le 22/05/2012 à 19:57 :
C'était déjà dans les cartons, Le 29 juin 2011, la Commission européenne a adopté une proposition relative au prochain cadre financier pluriannuel pour la période 2014-20201: «Un budget pour la stratégie Europe 2020». Elle y propose la création d'un nouvel instrument intégré pour investir dans les priorités de l'UE en matière d'infrastructures dans les secteurs des transports, de l'énergie et des télécommunications, baptisé le «mécanisme pour l'interconnexion en Europe»
a écrit le 22/05/2012 à 19:16 :
Je n'y comprends rien mais 4,5 milliards d'Euro divises par 27, ca fait moins de 170 millions par pays. Ils sont plutot rachitiques les grands projets et , encore, les 4,5 milliards sont esperes meme pas sures.
a écrit le 22/05/2012 à 18:55 :
On va encore débloquer des euros qui vont partir chez les chinois qui viennent faire les grands travaux en Europe avec leur contingent impressionnant de travailleurs chinois. Qu ils emploient des européens s ils font des chantiers en Europe! Ref: la Pologne.
a écrit le 22/05/2012 à 18:29 :
N'importe quoi ! Le Keynésianisme détourné dans ses pires travers. Qu'est-ce qu'une obligation si ce n'est un emprunt ? Quant aux assureurs qui mettront l'argent de leurs clients dedans, ils auront à rendre des comptes car l'Union européenne n'aura pas les moyens de ses ambitions. Déjà que l'Espagne et les autres pays du sud sont pliés, alors nous ressortir ce type de bêtise, c'est proprement scandaleux car réalisé avec l'argent des peuples.
a écrit le 22/05/2012 à 18:21 :
Ben avec 230 millions, on va aller loin
a écrit le 22/05/2012 à 17:48 :
Des "projects bonds" il faudrait préciser leur detail. Qui paye ? les états? comment ils font pour avoir un retour?
Si la France donne 100m? pour un projet Italien, qu'est ce que cela rapporte?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :