Bataille de l'or dans le nord de la Grèce

 |   |  711  mots
Le site de Skouries. Copyright Stefania Mizara, pour La Tribune
Le site de Skouries. Copyright Stefania Mizara, pour La Tribune
Pour combler une partie de sa dette, le gouvernement grec a autorisé l'entreprise canadienne Eldorado Gold à exploiter la mine d'or de Skouriès dans la péninsule de Chalcidique, au nord du pays. Les défenseurs de l'environnement sont révoltés.

En Chalcidique, les montagnes vertes du site de Skouriès dominent la mer azur. Ce coin de nature paisible est toutefois le théâtre d'un violent conflit. Fin juillet, l'entreprise minière Eldorado Gold a été autorisée à exploiter l'espace. Aux yeux de plusieurs centaines de riverains, Skouriès, la « terre d'Aristote » est bien plus précieuse que les gisements d'or, de zinc, de plomb et d'argent présents dans le sol. Ils dénoncent un danger pour l'écosystème et veulent bloquer l'activité minière. « Notre mouvement prend de l'ampleur, la population devient hors de contrôle, prévient Annie, une activiste, nous nous battrons jusqu'au bout.» Le 5 août dernier, la contestation est montée d'un cran entre manifestants et forces de l'ordre. Katerina Igglezi, une députée de Syriza (coalition de gauche radicale), reste choquée :« on a tiré des balles de caoutchouc sur la foule». Depuis, des barrages, barbelés et des cordons de police anti-émeutes ont été installés en catastrophe sur les hauteurs.« Nous ne pouvons même plus entrer sur le site, s'énerve Xanis, minéralogiste dans la région, une quinzaine de policiers bloquent notre montagne.»


Des créations d'emplois bénéfique


Le 26 juillet dernier, le Conseil d'Etat Grec, convaincu par les gains de l'extraction minière, autorise Elodrado Gold à exploiter les mines de Skouriès. Le site minier, qui emploie déjà plus de 300 employés, devrait créer 1.500 à 2.000 emplois d'ici dix ans. L'entreprise canadienne annonce l'extraction de 50.000 onces d'or (1,5 tonne) par an jusqu'en 2015. Une extension du site portera la production à 170.000 onces (5,3 tonnes) par an dès 2018. Eldorado Gold est déjà bien implantée en Grèce. Elle possède des permis d'exploitation pour les sites de Perama (en Thrace) et Olympias (également en Chalcidique). L'ensemble des trois réserves atteignent au total 8,37 millions d'onces d'or (260 tonnes), selon l'entreprise.


Un combat écologique « ruiné par la crise »


Depuis 30 ans, des centaines de Grecs s'opposent à l'extraction minière du site de Skouriès. « C'est un patrimoine naturel vieux de 2500 ans, ici tout est classé « Natura 2000 » exceptée cette zone »,s'attriste Dimitris, un activiste. «Sous prétexte que l'économie va mal, on autorise des activités nocives.»


En 2002, au terme de protestations locales, le Conseil d'Etat grec interdit en effet l'exploitation du terrain, sous motif qu'il représente « un danger imminent » pour l'environnement. En 2003, les mines sont néanmoins cédées à European Goldfields (rachetée depuis par Eldorado Gold). « Un coup dur, se souvient Dimitris, nous étions soulagés et notre combat a été anéanti par cette décision. » En 2011, l'Europe a par ailleurs condamné la Grèce pour la vente de Skouriès. Avec cette transaction « sans appel d'offres et à un prix sous-évalué », le pays est soupçonné brader ses richesses.


« Etudes falsifiées » ?


« L'entreprise Eldorado Gold veut réaliser une mine à ciel ouvert mais aussi creuser dans le sol, de 300 à 700 mètres de profondeur pour trouver 0,18 grammes d'or par tonne de terre», détaille la militante Annie. Son collègue Thanasis renchérit : « Avec cette exploitation, nous atteindrons le même niveau de pollution atmosphérique que la ville de Thessalonique (la deuxième du pays), de l'arsenic (composante des roches) sera diffusé en grande quantité dans l'air.» Les manifestants, qui s'appuient sur une récente étude de l'Université de Thessalonique, affirment que « les données sont falsifiées» par Eldorado Gold.« Ils avancent des chiffres de pollution en deçà de ce qui va réellement se produire », conclut Thanasis.
Manifestations à venir


De son côté Eldorado Gold prétend respecter les normes environnementales et assure que ses activités sont "très bonnes pour l'économie grecque". « Derrière tout ça, il y a un soutien politique important, explique, amer, Dimitris, comme le maire de la ville d'Aristoteles, Christos Pachtas. » Secrétaire d'Etat socialiste à l'Economie en 2003, le politicien a été impliqué dans la vente des mines de Chalcidique à Eldorado Gold. Ce dernier a quitté le gouvernement après des soupçons de corruption dans une autre affaire. « Il assure que toutes les activités peuvent cohabiter», rapporte Dimitris. Fin août, les manifestants reprendront leur lutte. « Nous prévoyons une opération coup de poing pour la rentrée parlementaire», annonce Dimitris.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/03/2013 à 12:00 :
Hectopascal, on est pas stupides mais simplement lâches de pas avoir encore fait de révolution... Il faudra probablement que plus de personnes encore n'aient pas les moyens de survivre -pas dignement mais tt court-
Pour la mine oui sauf que l?exploitation sera à profit d?entreprises non grecques.
En Chalcidique le terrain exploitable a été vendu (et non loué) pour 11 millions d?euros ce qui revient à 34? par hectare. 95% des profits iront à la compagnie canadienne Eldorado et les 5% restant à une entreprise grecque. 2000 emplois promis dans une région touristique qui forcément -en raison de la pollution- perdra au moins 10.000 emplois (Chalcidique environ 5millions de touristes étrangers par an).
Donc merci du cadeau.
a écrit le 18/08/2012 à 0:34 :
J'avais aussi pris connaissance via Bloomberg si je me souviens bien il y a quelque temps déjà du rachat de European Goldfields par Eldorado Gold. Mais je n'étais pas au courant du fait que ce rachat avait passé outre les règles d'appel d'offre - une information pertinente relayée ici. Les procédures et les périmètres public / privé n'ont donc pas été respectés. Ainsi, est écartée également l'application d'un modèle d'appels d'offres préférentiel par niveau (publication prioritaire par niveau géographique - d'abord municipal, puis régional, national, européen, et enfin mondial) qui donnerait une chance à l'industrie locale et au redressement. Autrement dit, sont exclues a priori les entreprises grecques, alors que celles-ci ont pourtant un besoin crucial d'activité pour le redressement des comptes du pays (cfr. exigences FMI). Ceci est-il cohérent ?
Réponse de le 18/08/2012 à 0:55 :
Y-a-t-il des sociétés Grecques sur ce marché? (question sans arriére pensée je précise). Merci.
Réponse de le 18/08/2012 à 1:26 :
@ PME - Bonne question. J'avoue ne pas le savoir non plus. Mais le fait de publier l'appel d'offres - selon un cahier des charges bien défini, y compris dans l'intérêt d'un développement local durable - prioritairement au niveau grec aurait permis de le savoir. Et ensuite, de passer au niveau supérieur si ces éventuelles sociétés grecques ne répondaient pas aux critères du cahier des charges.
Réponse de le 18/08/2012 à 3:42 :
Merci
a écrit le 17/08/2012 à 23:48 :
Nos gouvernants n'ont pas saisi le danger que représente la bulle monétaire dollar qui s'appuie sur le principe de la libre-circulation des capitaux pour se reconvertir dans des actifs physiques. Cette fois, ce n'est plus seulement la monnaie (l'euro), le pouvoir d'achat (dévalorisation), le patrimoine public (revente d'infrastructures et immeubles publics) ou l'industrie (cession de grandes entreprises) qui sont menacés, mais directement l'intégrité du territoire. Au-delà du débat gauche-droite, un nouveau constat s'impose : plusieurs pays de l'UE sont déjà frappés par la tiers-mondisation et l'appauvrissement. Et deux questions : 1 ) quand nos gouvernants étudieront-ils ce phénomène et 2 ) prendront-ils les mesures appropriées ?
a écrit le 17/08/2012 à 14:38 :
On s en fout de l environnement! C est un complot de al gore et tout le monde tombe dans le panneau
Réponse de le 17/08/2012 à 17:23 :
Mon dieu...
a écrit le 17/08/2012 à 11:14 :
Apparement les Grecs ne sont pas tres intelligents...Quant on possede des mines d'or on les exploite soi-meme et on ne se laisse pas piller par un autre pays etranger...On pourrait encore en rajouter sur ce pays aux abois.
Réponse de le 17/08/2012 à 12:36 :
la crise a assez montré qu'il s'agissait surtout de tout privatiser dans l'urgence (il y a deux moyens de contrôler un pays un par l'épée et un par la dette) elle n'a probablement pas été assez exploitée du fait de manif civile et de pression d'ong jusque là. il s'agit d'un rapport de force et d'un pillage méthodique, rien à voir avec le tableau que vous brossez, trop simple
Réponse de le 17/08/2012 à 12:40 :
+1
Réponse de le 17/08/2012 à 12:55 :
Pourquoi vous dites cela ? Avez vous eu le contract liant la société et l'état ?
a écrit le 17/08/2012 à 11:10 :
Personnellement, des mines d'or ne me gêneraient pas, mais qu'à une seule condition : qu'elles ne soient pas à ciel ouvert !
a écrit le 17/08/2012 à 10:29 :
Tiens, la Grèce aurait des atouts en or??? Joli coup des banksters qui ont provoqué l'endettement de la Grèce pour la piller légalement!
Réponse de le 17/08/2012 à 11:50 :
Et les responsables politiques depuis 30 ans ne seraient ils pas les premiers responsables, et cela depuis le début, comme en France ? C'est un peu facile d'ignorer cela. c'est quand même bien leurs gouvernements qui ont menti à l?Europe sur leur réel état d'endettement il me semble.
Réponse de le 17/08/2012 à 12:39 :
qu'attendez vous de personnes dont le but est de se faire ré-élire 4 ans après ? vous pensez réellement que le bien être de la population est ce qui leur vient à l'esprit tous les matins lorsqu'ils se lèvent ? quant à l'europe elle s'est fait ballader par Goldman Sachs sur le point que vous soulevez, la même europe qui place un ex-GS à la tête de la BCE. politiciens responsables est un oxymore.
Réponse de le 17/08/2012 à 12:43 :
Ah? Je croyais que c'étaient les barons de Goldman Sachs et consorts qui nous gouvernent...
Réponse de le 17/08/2012 à 13:01 :
il y a trois pôles qui nous gouvernent : le système monétaire (banques et banques centrales), les compagnies pétrolières (sur les 10 plus grandes sociétés au monde classées par CA, 6 sont issues du monde du pétrole) et le complexe militaro-industriel. Tout le reste vient après, absolument tout le reste. Notre monde moderne est un monde féodal hyper sophistiqué régit par eux, ils font la pluie et le beau temps sur cette planète.
Réponse de le 17/08/2012 à 13:43 :
@K78 Tout à fait d'accord. Les gouvernements ne sont que des marionettes aux mains de ces grandes puissances.
Réponse de le 17/08/2012 à 14:36 :
Raisonnement un peu simple et simpliste
Réponse de le 17/08/2012 à 16:58 :
Peut-être mais il faut parfois appeler un chat un chat et ne pas noyer le poisson comme le font nos économistes patentés et rémunérés. Je constate d'ailleurs que si vous trouvez mon raisonnement simpliste, néanmoins vous ne le contredisez pas.
Réponse de le 17/08/2012 à 17:17 :
Je devine à l'utilisation du mot "bankster" que vous n'avez pas voté pour l'Europe @jb, moi non plus dans les conditions présentées (ou plutôt cachées) mais le reste de nos concitoyens l'a fait ! C'est peut-être parce que votre point de vue n'a pas été correctement représenté à ce moment là et encore maintenant car illisible ou enfumé dans de vieilles turpitudes voire des stratégies à multiples tiroirs bien décevantes. Pour le reste vous nous expliquez que le monde est dirigé par un ensemble de stake holders et non un seul dictateur, heureusement, mais nous le savions déjà.....pas la peine de mystériser.
Réponse de le 18/08/2012 à 11:56 :
C'est pas tout à fait juste.Le traité de Lisbonne nous a lui été imposé par nos oligarques.
a écrit le 17/08/2012 à 9:29 :
Voila quand un pays a une aide du FMI . Tout et permis pour la pulution ...C est le meme probleme dans le nord de la Roumanie a Rosia Montana ( montagne rouge ) une compagnie Canadienne pour le permis de 50 ans pour extrere de l or avec de l arsenic . Et apres les nappe phréatique pollue. Qui va payes la polution nos enfants . Pas les compagnies ...
Réponse de le 17/08/2012 à 9:41 :
C'est sûr que les Canadiens, qui ont signé les accords de Kyoto sans jamais les respecter, ne sont pas là pour défendre l'environnement, ni même le bien-être des Grecs, mais uniquement pour le fric.
Réponse de le 17/08/2012 à 11:23 :
êtes vous bénévole Patrickb ?
Réponse de le 17/08/2012 à 13:07 :
Travailler pour une companie ne signifie pas nécessairement être d'accord avec tous les choix de cette companie. Vous êtes 100% d'accord avec les actes passés de vos aïeuls ? Dites moi si vous avez trouvé une société occidentale 100% clean, qui ne fraude pas ne pollue pas place le social avant le profit etc. Perso je cherche toujours. Les sociétés privées sont comme les politiques, elles doivent être éduquées par notre sens civique te nos revendications sinon elles ne modifieront pas leur comportement d'un iota.
Réponse de le 17/08/2012 à 15:56 :
@cekui quei ne me demande si je suis bénévole: bien sûr que non, je ne suis pas bénévole, mais ce qui m'irrite, c'est qu'on fasse passer les Canadiens pour ce qu'ils ne sont pas...c-à-d. de gentils terriens... malgré leurs campagnes de marketing pour recruter des émigrants.
Réponse de le 17/08/2012 à 17:07 :
@patrickb
Ne confondez pas Eldorado Gold (compagnie minière) avec l'Etat canadien. Le Canada n'a rien à faire là-dedans. Il revient à l'Etat grec de faire respecter sur son territoire les accords internationaux auxquels il a souscrits.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :