BCE : statu quo sur les taux

La Banque centrale européenne (BCE) a annoncé qu'elle laissait son principal taux de refinancement inchangé à 0,75%, son plus bas niveau historique. A l'issue de son Conseil des gouverneurs, l'institution de Francfort a également maintenu son taux de dépôt au jour le jour (0%) et son taux de prêt marginal (1,50%).
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

Sur les taux, rien ne bouge. A l'issue de son Conseil des gouverneurs, la Banque centrale européenne (BCE) a annoncé ce jeudi qu'elle maintenait son principal taux directeur à son plus niveau historique, 0,75%, un niveau auquel elle l'avait ramené en juillet dernier. L'institution de Francfort a également laissé inchangé son taux de prêt marginal ("facilité de prêt marginal"), et son taux de dépôt au jour le jour ("facilité de dépôt"), respectivement à 1,50% et à 0,00%.

Recul du PIB de la zone euro de 0,2% au deuxième trimestre

La BCE n'a donc pas décidé d'abaisser son taux de refinancement à un nouveau plus bas historique. Une option qui avait pourtant été anticipée par un certain nombre d'observateurs et qui apparaissait comme probable, compte tenu d'un climat économique pour le moins morose en zone euro. Au cours du deuxième trimestre, le PIB de l'union monétaire a ainsi reculé de 0,2% par rapport au trois mois précédents, a confirmé ce jeudi l'office européen des statistiques Eurostat. Par rapport à la même période en 2011, la contraction de l'activité s'établit 0,5%.

Mario Draghi, plus que jamais sous les projecteurs

L'espoir de mesures fortes repose donc désormais sur les épaules de Mario Draghi, dont la conférence de presse débutera à partir de 14h30 (à suivre en vidéo ci-dessous). Depuis plusieurs semaines, responsables politiques et marchés attendent en effet de connaître les actions que la BCE envisage d'entreprendre pour sauver l'euro. Mais le président de la BCE, toujours sous la pression de la Banque centrale allemande qui continue de s'opposer à tout rachat d'obligations, risque fort -et une nouvelle fois- de temporiser en se contentant de préciser les contours de décisions qui seraient alors prises ultérieurement.


> LIVE de la conférence de presse

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 3
à écrit le 06/09/2012 à 18:01
Signaler
La question est simple : comparez les taux de croissances de pays de la zone Euro avec ceux des pays de l' UE hors zone Euro et vous comprendrez tout de suite ou est le mal. http://www.u-p-r.fr/sortie-de-leuro/faut-il-avoir-peur-de-sortir-de-leuro ...

à écrit le 06/09/2012 à 15:44
Signaler
En Finlande, nous commençons a en avoir marre des Mario Draghi, Mario Monti, .. toutes ces Mario-Nettes des banques crapuleuses de Wall Street, Goldman-Sachs, Morgan-Stanley, la feue Lehmann-Bros, etc ...

à écrit le 06/09/2012 à 14:29
Signaler
Nous allons certainement apprendre que la BCE est au service des états qui l'on nommée et non le contraire. Lieu de modération mais pas de décision. Les Bourses devront se faire à cette idée que leur segment de marché n'est plus roi mais doit justifi...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.