Cinq questions sur le Mécanisme européen de stabilité

 |   |  764  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
La naissance du Mécanisme européen de stabilité (MES) a été officiellement actée ce lundi à Luxembourg. Le point sur le fonctionnement de ce pare-feu censé éviter que la crise d'un membre de la zone euro ne déstabilise l'ensemble des pays partageant la monnaie unique.

Les ministres des Finances de la zone euro et de l'Union européenne (UE) se sont retrouvés ce lundi à Luxembourg pour signer l'entrée en vigueur du Mécanisme européen de stabilité, qui devra, à terme, remplacer le Fonds européen de stabilité financière (FESF). En 5 questions, le décryptage de ce nouvel instrument financier.

? Qui dirige le MES ?

Les ministres des Finances de la zone euro constituent le Conseil des gouverneurs de cette nouvelle institution. Ce Conseil élira un président pour un mandat renouvelable tous les deux ans et nommera le directeur général du conseil d'administration pour un mandat renouvelable deux fois. Les dix-sept directeurs du Trésor formeront de leur côté le Conseil des directeurs. Klaus Regling, l'actuel numéro un du Fonds européen de stabilité financière assurera la direction de l'institution.

Dans les deux conseils, toute décision doit normalement être prise à l'unanimité, sauf en cas d'urgence susceptible de menacer la stabilité de la zone euro. Une majorité de 85% des voix doit alors suffire. Cela confère à l'Allemagne, la France et l'Italie un veto de fait.

? Quel sera le rôle du MES ?

Ce dispositif vise à assurer une aide financière aux membres de la zone euro en difficulté et qui ont ratifié le pacte budgétaire. Il peut intervenir lorsque les taux d'intérêt d'un Etat grimpent au moins de l'empêcher d'emprunter sur les marchés, menaçant la stabilité de l'ensemble de la zone euro. Pour voler à leur secours, il pourra accorder des lignes de crédit.
Il doit devenir opérationnel vendredi 12 octobre. Jusqu'en juillet 2013, il coexistera avec le FESF, l'actuel pare-feu européen. Ce dernier poursuit ses programmes d'aide à La Grèce, l'Irlande et le Portugal mais ne pourra s'engager dans de nouveaux programmes.

? Quel est le montant de sa dotation ?

Le MES dispose de près de 80 milliards d'euros de capitaux propres, dont 27,1% sont financés par l'Allemagne et 20,4% par la France. Grâce aux fonds qu'il pourra lever sur les marchés, sa capacité de prêts s'élèvera à 500 milliards d'euros en 2014. A ce montant, s'ajoute les quelque 200 milliards d'euros non utilisés du FESF ce qui porterai la force de frappe à 700 milliards d'euros. Des ressources équivalentes à celles du Fonds monétaire international. Sa capacité de prêt pourrait éventuellement être augmentée par le conseil d'administration.

? En quoi est-il différent du FESF ?

Grande différence entre les deux instruments, outre la dotation : le MES peut participer directement à la recapitalisation de banques en difficultés, comme l'on décidé les chefs d'Etats et de gouvernement lors du sommet de juin 2012. Cela permettra d'aider des établissements de crédit en difficulté sans que cela n'alourdisse la dette de leur pays d'origine. Mais cette possibilité est conditionnée à la mise en place d'une supervision bancaire européenne.

Par ailleurs, le MES sera une institution internationale autonome, comme le FMI, ce que n'était pas le FESF. Ceci signifie notamment que les garanties apportés par les Etats membres au MES ne seront pas comptabilisés comme de la dette publique par Eurostat, à la différence de ce qui se passait avec le FESF.

? Quels obstacles se dressent sur la route du MES ?

Ce pare-feu a déjà connu quelques déboires. L'entrée en vigueur de ce Mécanisme a déjà été repoussée. Elle devait avoir lieu le 9 juillet dernier, mais la Cour constitutionnelle allemande de Karlsruhe a d'abord tenu à vérifier la validité du traité l'instituant. Dans sa décision prise en septembre, cette Cour demande que la responsabilité financière de l'Allemagne dans le MES soit limitée pour l'instant à 190 milliards d'euros. Le Bundestag devra être consulté avant que le représentant allemand ne donne son accord à toute augmentation de cette responsabilité.

Par ailleurs, la principale innovation portée par ce nouveau système, la possibilité de recapitaliser directement des banques, étant conditionnée à la mise en place d'une supervision bancaire, tout retard dans cette dernière limitera sa capacité d'action. Ce point a d'ailleurs suscité de nouvelles divisions entre les deux premières puissances économiques européens. François Hollande a fait part de sa volonté d'accélérer la création de cette supervision bancaire tandis qu'Angela Merkel se montre beaucoup moins pressée. Une intervention de ce MES pour soutenir directement les banques espagnoles en difficulté reste ainsi en suspens. Pour l'instant, seul un prêt accordé par à l'Espagne pour qu'elle recapitalise ses banques est prévu. 

DOCUMENT: Le Traité instituant le Mécanisme européen de stabilité

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/10/2012 à 18:57 :
En clair, Les Etats restent endettés et payent toujours des interêts aux banques privées pour se financer à des coputs exhorbitants.

La création monétaire est toujours entre les mains des banques privées et sans contrôle.

La seule différence est que quand les banques n'ont plus de sous pour jouer au casino c'est la planche à billets européenne qui tournera 2 fois plus vite plutot que les Etats.

Et tout va bien dans lemeilleur des mondes de la finance dérégulée.





a écrit le 10/10/2012 à 14:41 :
Je tenais à adresser toutes mes félicitations au dyslexique qui a écrit ce torchon.

Si même les "journalistes" (ou "scribouillards", dans le cas présent) ne savent plus s'exprimer correctement, il ne faut pas s'étonner que la jeunesse de France ne soit plus capable d'aligner 3 mots sans faute d'orthographe...
a écrit le 10/10/2012 à 13:24 :
Comme dit ci-dessous, le MES n'est qu'un outil d'asservissement des peuples par la dette et une formidable pyramide de Ponzi.
De plus, quel besoin de recapitaliser les banques ? L'Islande a bien laissé tomber les siennes comme des m....s et peut se targuer d'avoir une économie croissante 4 ans après.
a écrit le 10/10/2012 à 0:19 :
Et bien voilà, les français doivent préparer leur fric pour alimenter un MES qui va redistribuer à la grèce, l'espagne, chypre etc ... Tous ces états qui vont vivre sur le dos des français !
Elle est belle "votre europe" ! Je vous la laisse et suis pas prêt de remettre les pieds en france moi qui vit si bien en Californie ...LOL
a écrit le 09/10/2012 à 3:05 :
Elle est au nord ??
a écrit le 08/10/2012 à 21:07 :
5 réponses: qui dirige? des technocrates, qui feront la pluie et le beau temps et bénéficient de l'immunité. Le Rôle du MES? c'est l'asservissement des peuples par l'endettement illimité, en cas d'insolvabilité d'un pays débiteur, nous serons garants et cautions et devrons payer la dette sans recours juridique.
Quel est son montant? illimité, si tel est le bon vouloir du conseil et il sera supporté par les peuples . En quoi est -il différent? c'est une entité incontrôlable. Quels sont les obstacles qui se dressent sur la route du MES? aucun. Il a contourné l'article 125 interdisant l'aide financière d'un pays à l'autre. Alors tout est possible.
Réponse de le 09/10/2012 à 7:12 :
"En quoi est -il différent?"l'article le dit:les fonds apportés par les pays membres ne seront pas comptabilisés dans leurs déficits!elle est pas belle la vie?cela veut tout simplement dire qu'aujourd'hui les déficits publics ne sont plus comptabilisés de manière "sincère"
a écrit le 08/10/2012 à 18:31 :
MES = M...E ensemble - M...E c'est ce que l'on dit lorsque l'on souhaite bonne chance...
Au fait combien va nous couter cette formidable structure ?
a écrit le 08/10/2012 à 16:45 :
La BCE va prêter à la France (via la planche à billets) qui prêtera au MES? QUI PRËTERA AUX BANQUES, le tour est bien joué !! et encore un tour de manège pour la dette ???? et dans 10 ans, les dettes auront encore augmenté et ils inventeront un système au niveau des pays occidentaux ?
a écrit le 08/10/2012 à 16:09 :
excellent article et très bon résumé surtout pour les néophytes comme moi !
a écrit le 08/10/2012 à 12:36 :
1/ En zig-zag
2/ En long en large en travers
3/ A cent mètres sans toucher les bords
4/En long en large et en travers à cent mètres
5/ En long en large en travers à cent mètres sans toucher les bords.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :