Moscou tente d'acheter la fidélité de Kiev avec son gaz

 |   |  481  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Avant des élections serrées en Ukraine, le Kremlin propose au pays de rejoindre l'Union Douanière concurrente de l'UE régentée par le Kremlin. Pour Moscou, le gain géopolitique coûtera 12% des bénéfices net de Gazprom.

"La Russie a posé une condition", a déclaré mardi le premier ministre ukrainien Mykola Azarov. "Rejoignez l'Union Douanière, et demain vous payerez votre gaz 160 dollars [les mille m3]". Aujourd'hui, Kiev paie 62% plus cher son gaz, soit 425 dollars, davantage même que les clients européens de Gazprom. Moscou confirme la proposition. Le Belarus, qui fait déjà partie de l'Union Douanière avec la Russie et le Kazakhstan, paie actuellement son gaz russe 166 dollars. L'Ukraine, comme le Belarus, sont les principaux pays de transit du gaz russe vers l'Europe. Tous deux souffrent d'une forte dépendance énergétique vis-à-vis de Moscou.

Pas de réponse claire de Kiev

La question douanière est un point particulièrement sensible en Ukraine, où la population a vu sa facture énergétique exploser depuis 2009. Prudent, comme pour tâter l'opinion publique, Mykola Azarov n'a pas répondu clairement à la proposition russe. Rejoindre l'Union Douanière, avec laquelle nous réalisons 40% du commerce extérieur, répond aux intérêts du pays, explique le premier ministre ukrainien. Il précise aussi qu'un accord d'association avec l'Union Européenne (30% du commerce extérieur), "répond aussi aux intérêts nationaux". S'il ménage la chèvre et le chou, c'est qu'il est soupçonné par l'opposition de sacrifier la souveraineté du pays. "Cela revient à dire qu'on est mieux nourris dans leurs prisons que dans nos tranchées" s'emporte l'éditorialiste Maxime Koukhar. Le Parti des Régions au pouvoir risque de perdre la majorité au scrutin parlementaire du 28 octobre, en dépit du fait que la principale opposante du pays, Ioulia Timochenko, croupit en prison.

Gain géopolitique pour Moscou

A Moscou, la souveraineté de l'Ukraine est également un problème. Le Kremlin se démène - jusqu'ici sans succès - pour ramener l'ancien vassal dans son giron géopolitique et économique. Le Kremlin convoite le réseau de gazoducs ukrainien si stratégique pour ses exportations vers l'Europe, et veut à tout prix que Kiev rejoigne un jour l'Union Européenne ou l'OTAN. L'Union Douanière promue par Moscou est un instrument de réintégration des anciens satellites soviétiques, qui doit servir de noyau pour une future alliance destinée à rivaliser avec l'Union Européenne, la Chine et les Etats-Unis.

Facture trop salée pour Gazprom ?

Mais beaucoup de Russes trouvent la facture géopolitique dure à avaler. "L'entrée de l'Ukraine dans l'Union Douanière pourrait coûter 12% des bénéfices nets de Gazprom", souligne Alexeï Kokine, analyste pétrole et gaz à la banque d'investissement Uralsib. D'un autre côté, le temps ne joue pas en faveur de Gazprom: le prix du gaz a tendance à baisser avec la demande et l'arrivée imminente du gaz de schiste. Moscou sait qu'il doit frapper un grand coup maintenant, avant que Kiev trouve le moyen d'échapper à son étreinte.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/10/2012 à 14:22 :
je comprends les raisons russes. Pas facile d'exister entre la Chine et l'UE qui pèse économiquement beaucoup plus. La Russie ou plutot son Union Douanière pourra ainsi peser davantage dans les accords économiques avec ses partenaires commerciaux, ses besoins étant plus grand, ses volontés seront mieux servies.
C'est une sorte de retour de l'ex-CEI, une communauté d'ex-pays soviétiques unis sous la bannière russe mais indépendants tout de meme.
Réponse de le 11/10/2012 à 16:56 :
Quand un pays est ami avec la Russie c'est sous sa tutelle. Les ukrainiens les polonais et autres satellites ont déjà payé pour -voire. Ils ne peuvent pas oublier. Ce serait encore une fois suicidaire.
a écrit le 10/10/2012 à 23:39 :
"Le Kremlin (...) veut à tout prix que Kiev rejoigne un jour l'Union Européenne ou l'OTAN." Emmanuel Grynszpan est sûr de son affirmation, ou il y a une coquille??? car j'aurais plutôt pensé "Le Kremlin (...) veut à tout prix que Kiev NE rejoigne PAS un jour l'Union Européenne ou l'OTAN." ??? merci de confirmer ou de rectifier ..!
Réponse de le 11/10/2012 à 4:32 :
Grynszpan est un type qui fait de l'anti-russe son argument principal. Il n'écrit d'ailleurs pas les articles, mais se contente de choisir et de modidier négativement ce que les rédacteurs de "son" journal à Moscou disent. Je crois qu'il devrait être tout simplement explusé et interdit de territoire en Russie.
Réponse de le 11/10/2012 à 14:15 :
@Lyon69,
quand j'ai lu l'article je me suis fait la meme remarque que toi, j'ai vu que l'auteur a surement du oublier d'ecrire le mot "éviter" entre les mots "...à tout prix" et le mot "que Kiev rejoigne..".

On l'a tous compris de nous-meme, la phrase couler de sens. Moi-meme, Il m'arrive si souvent d'écrire des mots dans ma phrase en croyant que je les avais bel et bien écrit.
a écrit le 10/10/2012 à 23:21 :
que l'Ukraine se débarasse une fois pour toute de ce voisin imprialiste
Réponse de le 11/10/2012 à 11:55 :
La Russie a déjà trahi ses engagements lors du contrat exorbitant et de dupes - baisse de coût du pétrole/bail de 25 ans !!! Pour la flotte russe. Yakounovitch mérite la haute cour de justice. J'espère que Azarov sera plus fineau

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :