Guerre du gaz : Bruxelles menace Moscou et Kiev d'actions en justice

 |   |  409  mots
Le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, a menacé la Russie et l'Ukraine d'actions en justice des compagnies gazières européennes si les livraisons de gaz à l'UE n'étaient pas rétablies de manière "urgente".

La crise gazière s'aggrave, l'Ukraine et la Russie s'accusant mutuellement d'avoir empêché la reprise, initalement prévue pour hier mardi matin, du transit du gaz vers les pays européens. Une situation jugée inexcusable par l'Union européenne (UE). 

Le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, a d'ailleurs haussé le ton et menacé la Russie et l'Ukraine d'actions en justice des compagnies gazières européennes si les livraisons de gaz à l'UE n'étaient pas rétablies de manière "urgente". "Je veux envoyer un message clair à Moscou et à Kiev", a-t-il déclaré au parlement européen à Strasbourg. "Si l'accord avec l'UE n'est pas honoré de manière urgente, la Commission européenne conseillera aux compagnies européennes de porter l'affaire en justice et appellera les Etats membres à prendre une action concertée pour trouver des moyens alternatifs d'approvisionnement énergétique et de transit", a-t-il ajouté. "Si l'accord n'est pas honoré, la Russie et l'Ukraine ne seront plus considérés comme des partenaires fiables de fourniture d'énergie pour l'Europe", a-t-il encore dit, indiquant aussi qu'une partie d'une enveloppe de 5 milliards d'euros de fonds communautaires non dépensés lors du précédent exercice serait destinée à développer les interconnexions énergétiques entre Etats membres.

Ce mercredi matin, le Premier ministre ukrainien Ioulia Timochenko a promis la reprise du transit du gaz russe vers l'Europe aussitôt que la Russie le fournira à nouveau à l'Ukraine, au cours d'une rencontre à Kiev avec son homologue slovaque Robert Fico. "Si le gaz est fourni aujourd'hui (mercredi), il sera immédiatement envoyé" vers l'Europe, a déclaré Ioulia Timochenko.

Mais voilà rien n'est fait et l'Europe continue de grelotter. L'Ukraine a repoussé une demande de la Slovaquie qui réclamait une reprise des livraisons de gaz afin d'éviter la mise en place de "mesures sans précédent". "L'Ukraine ne dispose pas de suffisamment de gaz. Nous ne disposons pas de nos propres livraisons", a répondu Ioulia Timochenko à son homologue slovaque Robert Fico. "Vous avez signé un contrat avec la Russie, et s'ils fournissent le gaz, nous assurerons les livraisons", a-t-elle dit.

Cette guerre du gaz fait perdre plus d'un milliard à Gazprom

Dmitri Medvedev, le président du géant énergétique russe Gazprom a indiqué ce mercredi que son groupe a perdu 1,1 milliard de dollars de chiffre d'affaires depuis le 1er janvier en raison de cette crise gazière avec l'Ukraine.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
La commission européenne hauuse le ton. Oui, c'est bien, mais encore. Quand un fournisseur est défaillant, on change de fournisseur. Mais alors vers qui se tourner ? De toute manière, ce faisant on est affaibli vis à vis du nouveau fournisseur car il y a un précédent. Et des fournisseurs de gaz, ils ne sont pas nombreux. Toute cette affaire est plutôt inquiétante et pose sérieusement le problème de notre approvisionnement présent et aussi et surtout pour le futur. Comment faire quand toutes les énergies fossiles seront en voie d'épuisement ? Avons-nous des énergies de substitution ? Pour l'ensemble de la population européenne ? Mondiale ? Pour finir quelqu'un peut-il répondre à ces questions ?
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Bonsoir FL, en effet il y a pas mal de question à se poser, mais ce qui devait arriver, arrive. je dirai même, heureusement maintenant. Par contre pas de crainte pour les énergies "fossiles", le cours du pétrole augmentera et les ressources ne seront taries que quand non arrières petits enfants seront DCD, et d'ici là, il y aura des progrès !!!Cela ne nous désengage pas pour autant de lutter contre le gaspillage, la pollution et les alternatives énergétiques (bel objectif pour ce nouveau siècle, non?). Enfin, j'espère que l'OPEP du gaz, récemment créé, ne sera pas reconnu, et que les autorités sauront mettre en place un comité de coordination/contrôle/développement autour des énergies, indispensables à la vie, au développement durable...
Aller, pas de soucis supplémentaires, l'année sera probablement difficile, investissons dans des pulls et des chaussettes....
A+

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :