L'Allemagne ralentit, mais résiste toujours

 |   |  250  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le PIB allemand a crû de 0,2 % au troisième trimestre, principalement en raison du recul des investissements. Au trimestre précédent, la croissance était de 0,3 %.

La croissance allemande n?a guère été vive au cours du troisième trimestre 2012. Ce jeudi matin, l?institut fédéral des statistiques Destatis a annoncé que la première économie européenne avait cru de 0,2 % entre juillet et septembre. C?est un peu moins que les 0,3 % enregistrés au deuxième trimestre et que les 0,5 % du premier trimestre.

Investissements en berne

L?Allemagne ne semble donc pas menacée par la récession « technique » (définie par deux trimestre consécutif de contraction du PIB), mais elle ne montre guère de dynamisme. Destatis ne publiera le détail du PIB trimestriel que le 23 novembre, mais d?ores et déjà, il prévient que l?essentiel de cette croissance provient de la contribution extérieure. Consommations privée et publique et construction devraient croître légèrement, juste assez pour compenser la baisse des investissements d?équipement et la réduction des stocks.

Résistances

Ces chiffres sont conformes aux attentes des économistes. Sur un an, la croissance atteint 0,4 % (0,9 % à jours ouvrées équivalents). Globalement, la situation reste assez rassurante pour l?Allemagne : en dehors du coup d?arrêt à l?investissement, qui s?explique également par un surinvestissement en 2010 et 2011, les grands piliers de la demande interne et externe demeure. Et si, selon les experts de Natixis, il n?y a guère de raisons d?être optimiste pour le dernier trimestre 2012, l?Allemagne semble montrer une forte capacité de résistance à la crise mondiale.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/11/2012 à 23:27 :
un proverbe chinois dit si on tue ses clients on ne peux plus vendre. A qui les roi de la compétitivité vont ils exporter maintenant. L Espagne, l Italie , La Grece ? et il suffirait qu en plus les exportations en Chine ralentisse pour que ce pays vieillissant, de rentier chute c est pas avec leur artz job qu ils vont consommer
Réponse de le 20/11/2012 à 7:11 :
@ LEO,
Un proverbe français dit " Rien ne sert de courir, il faut partir à temps" et Sarkozy, pour garder toutes ses chances d'être réélu, n'est pas parti à temps et n'a rien fait qui aurait pu déplaire aux électeurs mais qui aurait été dans l?intérêt de la France. Cela n'a servi à rien et malgré l'aide massive de ses ami(e)s d'Outre Rhin, il ne l'a pas eu son deuxième mandat.
Le vin est tiré il faut maintenant le boire! Santé mon cher François!
a écrit le 15/11/2012 à 10:32 :
A notre tour de montrer qu'on est capable aussi de faire mieux qu'eux !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :