Le premier ministre néerlandais veut une clause de sortie de la zone euro

 |   |  495  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2010. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Mark Rutte estime dans la Süddeutsche Zeitung qu'il faut modifier les traités européens afin de permettre une sortie d'un des Etats membres de l'UEM.

Dans un entretien avec le quotidien munichois Süddeutsche Zeitung, le premier ministre néerlandais Mark Rutte réclame une procédure d?expulsion d?un pays de la zone euro.

« Monnaie stable »

« En tant que pays de commerçants et d?exportateurs, nous sommes favorables à une monnaie stable », a expliqué le leader libéral qui dirige depuis le mois de septembre dernier une « grande coalition » fragile avec les travaillistes sociaux-démocrates. Et pour cela, il estime qu?il est « important pour la survie de l?euro, que tous les Etats membres tiennent leurs promesses lorsqu?ils entrent dans la monnaie unique. » Et d ?ajouter : « notre but, ce doit être de renforcer l?euro, de le rendre plus crédible et d?attaquer le dollar comme monnaie mondiale. »

« Corriger les traités »

Pour parvenir à ce but, Mark Rutte propose de « permettre à un Etat de quitter la zone euro, s?il le souhaite. » « Pour le moment, ce n?est pas possible, rappelle-t-il, puisqu?un pays ne peut quitter l?euro qu?en quittant l?Union européenne. » Et de conclure : « nous devons donc corriger les traités, afin changer cela. Nous y sommes prêts quant à nous. »

Déjà évoqué par Angela Merkel

Mark Rutte a raison : la monnaie unique a été conçue comme irréversible par ses concepteurs. C?est pourquoi aucune clause de sortie n?a été instaurée. En revanche, le traité de Lisbonne a mis en place une procédure de sortie de l?Union européenne. Plusieurs responsables de la zone euro, dont Angela Merkel elle-même en mars 2010, avaient déjà évoqué cette option d?une « expulsion » d?un pays de la zone euro. Mais rapidement, ils avaient fait marche arrière.

Quelle procédure ?

Reste à savoir s?il s?agit là d?une bonne idée. Une telle clause n?aurait-elle pas plutôt pour effet d?affaiblir l?euro en en faisant une monnaie « optionnelle » que les pays peuvent quitter à leur guise ? Car si la Grèce pourrait en effet quitter l?euro, il en sera de même des Pays-Bas et de l?Allemagne? Il n?est pas certain alors que l?euro puisse, avec cette épée de Damoclès, rivaliser avec le dollar. Une sortie de l?Allemagne mettrait fin de facto à l?existence de l?euro. Par ailleurs, la proposition de Mark Rutte est floue : doit-on laisser une porte de sortie ou expulser les pays qui ne respectent pas les règles ? Les conséquences seraient alors différentes.

« Sauvetage à tout prix »

Il n?est donc pas certain que Mark Rutte ait beaucoup de succès avec sa proposition. Depuis un an, Angela Merkel s?est faite la championne de la stratégie de « sauvetage à tout prix » de l?euro. Pour autant, la question d?une sortie de la Grèce de la zone euro semble toujours une possibilité. Elle créerait alors un précédent pour le reste des Etats membres.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/12/2012 à 0:00 :
Ce premier ministre néerlandais a bien défini l'avantage de l'Euro "En tant que pays de commerçants et d?exportateurs, nous sommes favorables à une monnaie stable" « notre but, ce doit être de renforcer l?euro, de le rendre plus crédible et d?attaquer le dollar comme monnaie mondiale. » Ca c'est bien dit.
a écrit le 30/11/2012 à 14:49 :
tout va se décider après els élections allemandes en septembre 2013. L'Allemagne va quitter l'euro, quitte à recapitaliser ses banques, comme toute l'europe du nord, ils vont quitter ce bateau ivre et sans gouvernail.
Réponse de le 30/11/2012 à 15:35 :
C' est pas la fin du monde le 22/12/2012 alors...!! john
Réponse de le 30/11/2012 à 15:57 :
on verra le 23/12/2012 :)))
a écrit le 30/11/2012 à 14:44 :
Voilà encore une preuve que seul la contrainte est utilisé pour imposé un dogme et non pas le désir d'être ensemble! Comme tout les grands empires, elle se disloquera tôt ou tard...
a écrit le 30/11/2012 à 14:32 :
Il y avait le chantage à la solidarité "si vous ne m'aidez pas l'euro va sombrer et cela va vous coûter très cher", il y aura aussi le chantage au départ "si vous ne faites pas ce que je dis, je vous quitte et je retire mes billes".
Le véritable engagement est entre la liberté pour chacun et le mariage pour tous.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :