Pour le Premier ministre belge, "l'Europe actuelle ne mérite pas de lauriers"

 |   |  369  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2010. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Pour Elio di Rupo, le chef du gouvernement belge, le prix Nobel de la paix récompense l'oeuvre des "Pères fondateurs" de l'Europe. Pas celle des dirigeants actuels.

C?est avec distance que le Premier ministre belge a accueilli le prix Nobel de la Paix accordé à l?Union européenne. Pour le socialiste Elio di Rupo, la remise officielle du prix du Comité Nobel à Oslo, récompense les "Pères fondateurs" de l'UE, et non les dirigeants actuel.

?L'Union européenne a permis d'éviter une nouvelle guerre entre l'Europe et l'Allemagne. Elle s'est aussi transformée en un espace de paix et d'égalité?, a-t-il ainsi commenté, selon des propos rapportés par l?agence de presse Belga. Dans sa formulation, le chef du gouvernement belge ne compte donc pas tout à fait l?Allemagne comme faisant partie de l?Europe?

On a du mal à juger l'Europe depuis d'autres parties du monde

Et si celle d?hier, construite par notamment l?un de ses prédécesseur Paul-Henri Spaak avec les Français Jean Monnet, Robert Schuman, l?Allemanf Konrad Adenauer ou encore l?Italien Alcide Gasperi, mérite à ses yeux le Nobel, ce ne serait pas le cas de ?l?Europe actuelle?. Minée par la crise financière et des divergences entre ses dirigeants l?Union européenne s?est d?ailleurs attirée des railleries pour cette récompense. Un ancien lauréat du prestigieux prix, le Sud-africain Desmond Tutu avait apporté sa voix à ces critiques. Mais, pour le Premier ministre belge, seul un Européen peut se permettre de critiquer l?Europe. ?On a du mal à juger l'Europe depuis d'autres parties du monde?, a-t-il ainsi estimé.

Justement, au sein même de l?UE, certains de ses collègues, comme son homologue britannique David Cameron ou le tchèque Vaclav Klaus, ne se sont pas privés de faire état de leurs propres différents en refusant de se déplacer jusqu?à Oslo pour recevoir le prix. Un signe d?antagonisme auquel le chef du gouvernement d?un Etat habitué aux divisions a répondu de façon plus consensuelle. ?Au sein des 27, il y a quelques collègues, heureusement peu nombreux, qui considèrent surtout l'Union européenne comme un marché unique", tandis que d?autres souhaitent davantage d?intégration politique et "ces deux visions existent à chaque débat", a-t-il pointé.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/12/2012 à 17:24 :
Faut-il sortir de l Euro de Jacques Sapir, éditions du Seuil.
De la Grèce à l Italie, en passant par l Irlande, le Portugal et l Espagne, la zone Euro est en feu. La Monnaie Unique censée nous protéger se révèle un piège dangereux. Tout cela avait été prévu car les défauts structurels de la Zone Euro étaient notoires et bien connus des économistes.
L Histoire dira la responsabilité de nos gouvernements qui, par idéologie, par conformisme et parfois aussi par lâcheté, ont laissé la situation se dégrader jusqu'à l irréparrable. Elle dira aussi l immense culpabilité de ceux qui ont cherché à imposer une Europe Fédérale en contrebande, par le biais de la Monnaie Unique, à des peuples qui n en voulaient pas.
Aujourd hui, c'est aussi une certaine conception de l Europe qui agonise. La crise actuelle solde à la fois les erreurs d'une financiarisation à outrance et la faute politique que furent le Traité de Lisbonne et le Déni de Démocratiequi suivit le réferendum sur le projet de Traité Constitutionnel en 2005.
Faut-il dans ces conditions, sortir de l Euro ? Ce livre tente de répondre à cette question. Il se propose d examiner la crise actuelle, de mettre en évidence tant ses origines que la conjonction de politiques particulières qui l ont rendu inévitable. Il entend montrer au lecteur comment nous en sommes arrivés là, à partir des espoirs - pour certains réels et pour d autres imaginaires - qui avaient été mis dans l Euro à l origine. Il se propose enfin de montrer les solutions possibles qui s offrent à nous, et d évaluer objectivement si nous avons un intérêt à rester dans l euro.
a écrit le 11/12/2012 à 17:21 :
A voir cet excellent cours d'histoire de 1945 à aujourd'hui
http://www.u-p-r.fr/videos/conferences-en-ligne/pourquoi-leurope-est-elle-comme-elle-est
a écrit le 11/12/2012 à 17:18 :
Page 32

Le compromis originel

Pour en revenir au Compromis Fondateur, il était le suivant.
L Allemagne obtenait un droit d'accès sans restrictions qu'elles soient tarifaires (principe du marché unique) ou monétaires (impossibilité désormais de dévaluer), aux principaux marchés de ses voisins ( La France, L Italie, L Espagne). Mais l Allemagne apportait aussi une contribution à l'Union.

Ses économistes savaient que la Monnaie Unique permettrait aux différents pays membres de la future zone Euro de profiter des taux d'intérêts très bas dont l Allemagne bénéficiait. C'est cet avantage que l'on fit miroiter aux pays de la zone euro.
En d'autres termes si l Allemagne obtenait un libre accès libre aux marchés de ses voisins, elle leur offrait la possibilité de s'endetter à bon compte pour ... acheter des produits Allemands !
a écrit le 11/12/2012 à 7:38 :
?Au sein des 27, il y a quelques collègues, heureusement peu nombreux, qui considèrent surtout l'Union européenne comme un marché unique"

Pire encore, Au sein des 27, il y a quelques collègues, fervent dévots de la loi du plus fort, heureusement peu nombreux, qui considèrent surtout l'Union européenne comme une chasse gardée pour leurs exportations et pas plus. 16 Milliards d'excédent commercial PAR MOIS et ceci depuis 17 ans (Allemagne) ce qui explique le surendettement de certains autres pays de l'Union Monétaire.
a écrit le 11/12/2012 à 7:30 :
"l'Europe actuelle ne mérite pas de lauriers" mais elle pourrait les mériter!
La disparité des compétitivités à l'intérieur de l'Union Monétaire est surtout due à des facteurs naturels et immuables (taille du marché intérieur, position géographique, topographie du pays, climat, ressources et richesse naturelles (matières premières), taille du pays, natalité (faire venir de la main d'oeuvre hautement qualifiée des pays voisins, comme tentent de le faire les allemands, coûte moins cher que d'élever des enfants et de les former soi même) etc, etc.) S'il est vrai que la France et l'Allemagne pourraient arriver à une compétitivité comparable il n'en est pas de même pour d'autres pays de la zone Euro
a écrit le 10/12/2012 à 22:33 :
Pourquoi pas premier ministre italien ? Si l'Italie était si géniale, pourquoi les Italiens fuient leur pays comme la peste ?
a écrit le 10/12/2012 à 22:12 :
L'Europe actuelle n'a juste pas de solution (divergences entre pays, fonctionnaires européens grassement payés (j'en connais !!!), gabegie ...).
a écrit le 10/12/2012 à 19:47 :
Honte à l'Europe !
Réponse de le 11/12/2012 à 17:20 :
A voir cet excellent cours d'histoire de 1945 à aujourd hui
http://www.u-p-r.fr/videos/conferences-en-ligne/pourquoi-leurope-est-elle-comme-elle-est
a écrit le 10/12/2012 à 18:46 :
Et si on se pose la question de savoir pourquoi ces autres pays ont un taux d'imposition plus faible que le notre? Plutôt que de les critiquer, nous ferions mieux de nous aligner sur eux et croyez moi qu'il n'y aurait plus d'exil fiscal
Réponse de le 10/12/2012 à 21:07 :
Commentaire completement stupide,ne reglant en rien la situation et cautionnat les agissements cupide d'une minoritee.
Si on s'aligne,les autres voudront baisser encore leur taux et ainsi de suite.Malheureusement les pays europeens sont dans une guerre fiscale,tire vers le bas.L'ex de l'irlande avec un taux d'imposition de 12% sur les societes,et etait et est toujours un paradis fiscal,a montre avec sa chute que ce n'est pas e nbaissant les rentrees d'argent que l'on regle ce probleme
a écrit le 10/12/2012 à 18:28 :
L'Europe , en bon élève de l'école de Chicago a créé la précarité , la pauvreté, la désespérance ; elle n'évitera pas les temps de la violence et de la guerre puisqu'elle est incapable de vision ; en effet, cela mérite un prix Nobel de la paix.....
Réponse de le 11/12/2012 à 17:26 :
Naomi Klein : la stratégie du choc la montée d'un capitalisme du désastre
a écrit le 10/12/2012 à 16:32 :
C'est le moins que l'on puisse dire. Le projet européen est d'abord un espace de paix et de coopération, pas un terrain de poker mondial. Il est temps de revenir aux fondements de l'UE. Atteindre aussi la maturité nécessaire pour refuser les convoitises et les ingérences qui appauvrissent et fragilisent notre système socioéconomique.
Réponse de le 10/12/2012 à 22:10 :
Utopie, non ?
a écrit le 10/12/2012 à 14:56 :
l'europe etait une belle idee mais la creation de l'euro a ete un tres grave erreur qui a porté un coup mortel à cette bellle idee. C'etait quand meme de la folie que de faire partager par exemple à l'allemagne et à la grece la meme monnaie alors que leur economie sont à des annees lumieres l'une de l'autre. L'euro est devenu un facteur de haine entre les peuples surtout que l'allemagne a retrouvé son arrogance et donc il serait plus utile pour la paix d'arreter avec cette monnaie unique que de recevoir ce prix nobel.
Réponse de le 10/12/2012 à 19:50 :
+ mille !
a écrit le 10/12/2012 à 14:27 :
Il a raison le 1er Ministre Belge, l'europe ne mérite pas de lauriers ... surtout quand la Belgique embrasse les traitres et mal élevés puis les loges dans ses propriétés cossues comme DEPARDIEU et les autres traitres de la France
Réponse de le 10/12/2012 à 16:44 :
+1. J'ai eu la même pensée en lisant cette article. Elie Di Rupo, de gauche soi disant, attire nos rentiers en leur déployant le tapis rouge. Exonération d'ISF et autres taxes solidaires. Voilà l?égoïsme Mr Di Rupo.
Réponse de le 10/12/2012 à 18:15 :
Mais si ils ne étaient pas allés en Belgique, ils seraient partis en Suisse ou à Monaco...

En vous en prenant aux terres d'accueil vous vous trompez de cible.
Réponse de le 10/12/2012 à 18:55 :
Hé les gars, vous croyez sans doute que la france est seule au monde à pouvoir dicter la conduite aux autres pays dans son enfer fiscal. Faudrait peut-être voyager un peu, pas dans das charters à touristes bien sur, mais pour le business.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :