L'Allemagne va rogner encore 5 à 6 milliards sur ses dépenses publiques

 |   |  231  mots
Le Bundestag à Berlin. Copyright Jose Giribas/ROPI-REA
L'objectif poursuivi est d'équilibrer le budget du pays pour 2014. Tous les ministères ainsi que le système de santé seront touchés.

Alors que les dépenses publiques allemandes ont progressé de près de 2% entre août 2011 et août 2012, soit plus vite que le PIB, le gouvernement allemand est en train d'inverser la tendance. Il prévoit de cinq à six nouveaux milliards d'euros de baisse des dépenses publiques, afin d'équilibrer son budget pour 2014, affirme vendredi le journal Rheinische Post, citant des sources internes au ministère des Finances.

Le système de santé impacté

Le quotidien précise que les baisses prévues par Wolfgang Schäuble, le ministre des Finances, devraient concerner tous les ministères, ainsi que le système de santé allemand. "Si nous voulons obtenir un budget équilibré sur un plan structurel en 2014, nous devrons combler un vide de cinq milliards d'euros", a reconnu Michael Meister, chef adjoint du groupe parlementaire de l'Union chrétienne-démocrate (CDU) de la chancelière Angela Merkel, cité par le Rheinische Post. "Cela se fera seulement à l'aide de coupes budgétaires", a-t-il précisé, excluant des hausses d'impôts.

Merkel annonce la couleur

En mars dernier, le FMI demandait à l'Allemagne d'accroître ses dépenses publiques pour préserver son potentiel de croissance.

"L'environnement économique ne sera pas plus facile, mais plus difficile l'an prochain" prévenait Angela Merkel lundi lors de ses v?ux pour 2013.

LIRE AUSSI : Angela Merkel s'attend à une année 2013 difficile pour l'Allemagne

 avec Reuters


 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/01/2013 à 7:55 :
Der Einwand, dass es Deutschland ja besser gehe und deshalb die anderen das deutsche Modell einführen sollten, ist jedoch, wie der ehemalige US-Finanzminister und Harvard-Professor Larry Summers sagte, "ein Musterbeispiel für einen Denkfehler": Was für einen Einzelnen gut ist, ist nicht notwendigerweise für alle gut. Deutschland hat seine Wettbewerbsfähigkeit seit 1999 beständig verbessert, allerdings um den Preis einer jahrzehntelangen Quasi-Stagnation. Heute führt diese Wettbewerbsfähigkeit dazu, dass sich Deutschland auf Kosten seiner Euro-Partner bereichert und zugleich den Ast absägt, auf dem es sitzt.
Résumé en français: le fait que l'Allemagne réussisse ne signifie pas que le "Modèle Allemand" est forcement une garantie de succès pour ceux qui voudraient l'adopter.
L'Allemagne s'enrichit aux dépens des autres pays de l'UME.
Tout le monde ne peut pas s'enrichir aux dépens des autres. Ce modèle a besoin de perdants pour pouvoir fonctionner.
Propos de Larry Summers, Harvard-Professor et ancien ministre des finances des États Unis
a écrit le 06/01/2013 à 11:28 :
De ne pas nous cacher la vérité.
Cependant, ce n'est pas suffisant ni staisfaisant....
Les élu(e)s ont TOUS ET TOUTES le DEVOIR de reprendre MAINTENENT la main sur les Banquiers et sur la Finance, et de servir enfin les intérêts des économies et des peuples dont ils/elles ont la charge, au lieu de servir les intérêts exclusifs des banquiers et des marchés spéculateurs!...
S'attaquer aux méfaits constatés et aux conséquences est une chose. S'attaquer aux causes serait nettement plus constructif et utile à tous.

a écrit le 05/01/2013 à 2:46 :
Le quotidien allemand « Die Zeit » du 10.12.2012 ecrit "Das beschämende Gefühl, Hartz IV zu beziehen" ce que je traduirais par: La sentiment de honte de devoir percevoir le RMI.
Et bien voyez vous, dans plusieurs pays du sud de l'UME le RMI n'existe même pas.
Les jeunes chômeurs (plus 50%) ont le choix entre le suicide et l'exode, il n'est pas rare qu'ils choisissent la première solution.
L'exode vers d'autre continents prévaut encore, le Canada, l'Australie, les États Unis et même l'Amérique latine depuis peu, les accueillent volontiers.
Ils sont perdus pour nous et pour nôtre futur, car il ne revienne que rarement en Europe.
a écrit le 04/01/2013 à 18:53 :
L'Europe, surtout du sud, se vide de son sang et agonise.
Dû à l'énorme excédent commercial de l'Allemagne (16 Milliards par mois, je répète : PAR MOIS, en moyenne et ceci depuis 17 ans) l'Euro est surévalué pour la plus part des autres pays de l'Union monétaire. Cela favorise les importations et pénalise les exportations, de la le déficit de la balance commerciale de la plus part des pays de la Zone Euro dont la France, de la le chômage en général mais surtout des jeunes et les déficits budgétaires qui en découlent par manque à gagner.
Pire encore, les bénéfices réalisé par les entreprises allemandes dans les pays déficitaires de la Zone Euro sont en grande partie réinvestis en dehors de celle-ci, souvent dans les pays de l'ancien bloc soviétique, ce qui en fait n'est autre qu'une fuite de capitaux légale. Conséquence, le centre politique et économique de l'UE se déplace vers l'est, plaçant ainsi l'Allemagne au centre de celle-ci.
Le chômage des jeunes qui en découle oblige beaucoup de jeunes hautement qualifiées à chercher fortune sur d'autres continents, ce qui est non seulement une tragédie humaines mais équivaut à un drainage de cerveaux qui à long terme s'avérera tragique économiquement pour toute l'UE.
Réponse de le 04/01/2013 à 19:44 :
Mais de quoi parlez vous, monstre, la liberté et le droit au travail ça existe! Etes-vous un bourreau de l'humanité et souhaitez-vous être jugé comme tel? Pour qui vous prenez-vous d'exclure la moitié des jeunes de la vie active!
Réponse de le 04/01/2013 à 20:24 :
Ce type aux 100 pseudos mous rabache sans arrêt les memes idioties !
Les jeunes vraiment qualitfiés - oui ca existe ! - n´ont pas besopin de s´expatrier car ils trouvent du boulot là où ils veulent ! Ils vont par contre la ou il ont envie parce qu ils peuvent se le permettre !
Les myriades de " pseudo qualifiés - eux ne peuvent pas jouer à la fine gueule.
Il sont forcés de prendre ce qui reste, même à 400 euro par mois !




Réponse de le 04/01/2013 à 23:41 :
+1000000000000000000000000000000000000000000000000 et ça fait des mois, purée qu'il me gave.
Réponse de le 05/01/2013 à 6:23 :
Et que faites vous de la liberté de pensée ?
Réponse de le 05/01/2013 à 6:54 :
@ Libre,
c'est quoi la liberté de pensée?
Réponse de le 05/01/2013 à 10:33 :
Un petit exemple concret sur ce qu on appelle ! qualification professionnelle et ses débouchés.
1) ma fille, à 25 ans médecine terminée avec plus un an à l´etranger pur faire un doctorat en recherche génétique (aux USA et Afrique du Sud), trilingue , francais allemand et anglais a trouvé en 24 heures l´emploi oà elle voulait aller.
2) mon neveu, meme âge que ma fille, - aujourd hui 34 ans - diplomé en sociologie, aucune langue etrangère, toujours la la recherche d´un boulot "adéquat" vit depuis prés de 10 ans aux frais de la communauté commme " Hartz 4" parce que trop Bon pour faire chauffeur chez DHL ou caissier au MacDo !
Ca c´est la real life en Allemagne.
Réponse de le 05/01/2013 à 11:35 :
Diplômée de médecine et docteur en génétique à 25 ans ? Ah bon elle a eu le bac à 14 ans ? Ca ne m'étonne pas car bon sang ne saurait mentir. Ainsi son père est un génie dans son genre : il a le don de faire rire de lui sans s'en rendre compte...
a écrit le 04/01/2013 à 17:16 :
Nous , on attend encore de connaitre le grand plan d'économies dans les finances publiques ! Hollande devrait demander à Merkel de lui filer sa copie ! En attendant on n'a eu que la liste des augmentations d'impôts ! c'est plus facile à faire !
Réponse de le 04/01/2013 à 17:53 :
Hélas dans le couple franco-allemand, il arrive que les partenaires divergent. Cela me rappelle la séparation de Clint Eastwood (qui a lu tout Bastiat) et de Merry Streep dans "The Bridges of Madison County" : déchirant...
Réponse de le 04/01/2013 à 18:17 :
@john galt : Et que pensez vous de l'intervention du post précédent ?
Réponse de le 04/01/2013 à 18:44 :
@ Gérard
En fait Milton Friedman a brillamment expliqué dans son ouvrage "A monetary hysteria of USA" que tout était dans tout et réciproquement. Ce qui signifie que seul l'impôt négatif pemettrait à des gens comme Gérard Depardieu de revenir vieillir dans la dignité dans un pays comme la France. Hélas, Hollande n'a pas lu Bastiat et ne connaît pas les droits de l'homme irréfragables que seul le vrai libéralisme bastiais et Poutine défendent.
a écrit le 04/01/2013 à 16:26 :
Tout d'abord, mon cher John Galt, votre agressivité et le fiel que vous maniez (sans beaucoup de classe) sont amusants. Vos propos sont généralement assommants et simplificateurs mais j'ai souvent remarqué que vous rabaissiez vos interlocuteurs en utilisant indistinctement les mêmes anathèmes "ignorant" "idiot" " etc... Ceci étant dit, je reviens à notre propos. Je suis déçu mon cher John Galt que vous oubliez dans votre réponse que les mots ont un sens. ?Compétitif? n'est absolument pas synonyme de ?Productif?. Je sais bien que l'époque veut qu'on manie confusions, glissements sémantiques et autres oxymores...Mais tout de même ! Toujours vos bonnes vieilles pirouettes ? Vous évoquez le luxe ? Très bien ! Parlons-en ! Prenons donc le vin de la Romanée Conti, appellation phare du domaine de la Romanée Conti et nouveau symbole du luxe à la française. Le domaine garde un relatif secret sur ses chiffres mais on peut présumer qu'il est "compétitif", vu ses prix de vente et de revient il dégage une marge conséquente tout en étant excessivement demandé dans le monde. Pour autant cette entreprise et son personnel ne sont pas "productifs" : les rendements à l'hectare de la RC sont faibles comparés, disons au bourgogne générique qui le jouxte de quelques centaines de mètres... Première faille dans votre brillante confusion : on peut être hautement "compétitif" en cultivant la mesure cistercienne et la compréhension de son biotope, sans être toujours plus "productif" (il va de soi que le gérant du domaine n'a même pas en tête le commencement de l'idée de démultiplier les rendements ou de racheter les appellations voisines pour les transformer en DRC). Prenons un second exemple si vous le voulez bien : un groupe de chercheurs en pharmacologie doit-il être "productif" ou "compétitif" ? Si on raisonne de manière mercantile, on favorisera la "compétitivité" car le but est de produire le plus vite possible de nouveaux médicaments et à moindres coûts (au Pakistan par exemple). Dans le système hautement "compétitif" que vous chérissez, tout va en effet plus vite car tout est destiné à dégager un profit maximal et un ROI rapide dans un contexte dérégulé et financiarisé. Peu importent les conséquences. Au final, le groupe pharmaceutique provoquera peut-être une crise sanitaire hautement médiatisée qui se retournera contre lui et qui finalement détruira de la valeur pour ses actionnaires et ses salariés... Seconde faille dans vos approximations : on peut être "compétitif" et détruire de la valeur actionnariale et entrepreneuriale et donc de la valeur tout court. J'ignore Bastiat ? Qu'en savez-vous ? Je le connais mon cher ami et je l'ai même lu. Je mets de côté votre mépris (qui ne grandit jamais son émetteur), pour vous répondre tranquillement : je l'ignore au sens premier du terme car ses simplifications outrancières et ses sophismes (comme les vôtres...) me laissent de marbre. Je l'ignore volontairement. Que comprendrait d'ailleurs votre Bastiat à Internet et à la complexité des machines ? Qu'ont compris les moines copistes à l'imprimerie ? Voyez-vous mon cher John Galt, contrairement à vous, je ne baigne pas dans des certitudes béates "le libéralisme, ça marche partout à chaque fois" je doute et j'admets pouvoir me tromper... Mais d'où tirez-vous ces sentences définitives ? Si le libéralisme marchait tant que cela, les peuples eperdus par le bien être dont ils jouiraient grâce à Bastiat se lèveraient pour l'acclamer : tels des convertis touchés par la grâce, ils en deviendraient les plus prosélytes ! je cherche aussi à comprendre et à confronter mon point de vue à l'aune de plusieurs disciplines. Libre à vous de vous considérer néanmoins comme un simple homo economicus et à vous contenter de la vulgate de pseudo scientifiques... PS : qui croyez-vous impressionner en parlant de "Malthusien" et de "Millénariste". Primo ces mots jetés dans la conversation ne m'impressionnent pas, secundo que viennent-ils faire au milieu de vos arguties ? C'est d'autant plus amusant que ça vient de quelqu'un qui est obsédé par la théorie du complot anti-libéral... PS 2 : comparer Benjamin Franklin un grand scientifique, à Bastiat, un fabriquant de sophismes à la chaînes, il fallait oser !
a écrit le 04/01/2013 à 16:22 :
Bon... j'admets que j'utilise souvent une dialectique que n'aurait pas reniée feu Georges Marchais ainsi que des techniques de bonimenteurs de foire comme l'effet de récence "ça vient de marcher" ou la technique du halo "ça a marché au Canada dans les années 90, donc ça doit marcher partout tout le temps". Il n'empêche que j'ai raison sur un point majeur : en Allemagne, ils ont une chancelière allemande ! J'attends de pied ferme le malthusien communiste millénariste échappé de Notre Dame des Landes qui prouvera le contraire !
Réponse de le 04/01/2013 à 16:37 :
Le commentaire ci-dessus de 16:22 n'est pas authentique. Je connais très bien les gens de Notre Dame des Landes et ce ne sont pas des communistes mais des gauchistes de la pire espère. Et je n'ai aucune espère d'admiration pour Georges Marchais. En revanche, les effets de manche de JL Mélenchon m'impressionnent. Si seulement il était libéral...
a écrit le 04/01/2013 à 16:15 :
Il n'est de vérité que Bastiat et Milton est son envoyé ! Bastiat Ouh Akbar ! Bastiat Ouh Akbar ! Pour gagner le paradis libéral, respectez les 5 piliers : "1 il n'y a d'autres vérité que celle de Bastiat 2 priez chaque jour Bastiat 3 gavez vous de richesses 4 ne payez pas l'aumône et fuyez l'impôt 5 réalisez un pèlerinage à Bayonne". Bastiat Ouh Akbar !
Réponse de le 04/01/2013 à 16:40 :
Je respecte les 5 piliers mon bon maître : puis-je entrer au paradis de Bastiat en plus d'avoir un passeport russe et un gîte à Néchin ?
Réponse de le 04/01/2013 à 17:31 :
vous avez tout bien fait?? dans ce cas on va voir s'il reste encore une place pour vous!
a écrit le 04/01/2013 à 16:02 :
Actuellement la rivalité l'emporte sur la cohésion au sein de l'UME, Cet état de chose profite le plus à l'Allemagne puisque la plus forte. L'Union Monétaire Européenne, telle qu'elle a été conçue par Kohl et Mitterrand, ne fonctionne pas. Pour nous il s'agit de constater ce qui ne vas et de changer les accords en conséquence. Ni plus, ni moins. La partie ne se joue pas seulement entre la France et l'Allemagne, il y a 17 pays membres à part égale dans l'Union Monétaire. L'analyse doit donc être faite en tenant compte des intérêts des 17 membres et la solution au problème des excédents et des déficits des balances commerciales, qui sont la vraie cause des problèmes actuels, doit donc être trouvée à ce niveau. Vouloir imiter le « modèle » allemand, qui en fait n'en est pas un, est ridicule. Ou pourriez vous me dire comment la Grèce, le Portugal ou l'Espagne pourraient noyer l'économie allemande grâce à leur excédent commercial?
a écrit le 04/01/2013 à 15:31 :
Contrairement à la France, l'Allemagne a 10 points de moins de dépenses publiques en P.I.B. avec notamment 15% de fonctionnaires en moins. Et elle s'apprête à tailler encore dans ses dépenses publiques y compris la santé. Nous on est censé en faire beaucoup plus (10milliards) mais personne ne sait où et quand ? De toute manière ce ne sont pas les 42.000 profs de plus et les pioliciers et magistrats supplémentaires qui vont aller dans le bon sens. Peut-être y aurait-il une solution pour rétablir notre balance des paiements: exporter notre fonction publique comme nous avons si bien su le faire au niveau des différents organismes composant le Parlement et la commission européenne: autre fonction publique plétorique, bien payée et défiscalisée.
Réponse de le 04/01/2013 à 15:42 :
En 1789, il y a eu l'abolition des privilèges pour les nobles. Depuis, cette ancienne noblesse a été remplacée par les innombrables élus qui se sont octroyés au fil des années, un grand nombre de privilèges comme les conditions très favroables sur les retraites, des augmentations de rémunérations importantes, des indemnités de logement excellentes, etc,. Ces mêmes élus distribuent sans retenue comme dans l'ancien régime, des postes très bien payés comme celui de François Chérèque qui vient d'être nommé le 1er janvier 2013, haut fonctionnaire pour un salaire mensuel 10 000 euros par mois, en traitement de base. Et toutes ces largesses, toutes ces rentes de situation sont payées pour cette nouvelle noblesse par le nouveau Tiers-Etat, c'est-à-dire le peuple qui travaille et à qui on augmente sans cesse les taxes telles que la CSG uniquement prélevées sur l'activité. Le nouveau roi Louis XVI n'a pas voulu augmenter le taux de la TVA, du moins pas autant que Nicolas Sarkozy, car cette retenue sur les biens de consommation aurait pénalisée la nouvelle noblesse lors des achats somptuaires. Dire qu'il faut une nouvelle abolition des privilèges est un pas, que d'ores et déjà beaucoup ont franchi et ne cesseront de franchir dans les jours et les mois qui viennent. STOP à l'écrasement croissant du peuple qui travaille par les taxes !
Réponse de le 04/01/2013 à 16:49 :
et qui peut de moins en moins se SOIGNER! c'est scandaleux d'en arriver à ne plus pouvoir prendre soin de sa santé, de ses yeux, de ses dents et on en passe, reculer lorsqu'il y a neccessité de faire 1 examen, pour en réalité n'en faire aucun, alors qu'il y aurait des économies à faire dans "certaines cures" et autres pour la ss, attendre jusqu'à ce que les choses se soient détériorées gravement..on va se retrouver avec une santé digne du moyen âge, pendant que nos énarques, eux, ne sont pas en reste pour épargner leur chère santé....il y a 1 autre possibilité, il faut s'endetter, c'est la tendance du moment pour ceux à qui on peur en accorder un...marre de cette société dégueulasse ou l'on reproche "aux vieux", d'être encore de ce monde, de toucher leur maigre retraite alors qu'ils ont économisé et participé toute leur vie...bon courage à tous
Réponse de le 04/01/2013 à 17:39 :
Nous sommes en présence d'une nouvelle aristocratie républicaine qui remplace les anciens privilégiés.
Mais je diffère avec lui sur l'étendu de ce groupe de nouveaux privilégiés. En effet il comprend aussi une partie de la fonction publique et des syndicats qui gouvernent ce pays sans aucune possibilité de réforme de fond sur les problèmes structurels du pays. Ce sont eux qui gèrent nos retraites, nos régimes sociaux, une partie des banques ( mutualistes etc..), les grandes sociétés étatiques: EDF, SNCF, RATP etc ( ou rien ne change et qui bloque tout changement. ajoutons y l'éducation nationale.
Il sont à la tête d'un pouvoir considérable tant politique, financier que de nuisance. Voilà ou est le vrai pouvoir, voilà le nantis aristo de la république. Celle-ci a accouché d'un monstre à plusieurs têtes... qu'il faut couper.
Réponse de le 05/01/2013 à 14:37 :
Apres 1789 ,la République a crée une nouvelle caste pour remplacer le système monarchique. les empires successifs ont bien structurer cette nouvelle noblesse
Apres 45 , la République crée l ENA pour donner un peu de formation a cette cour qui doit s adapter au monde moderne. dans le même temps on rend plus épais encore le mille feuilles administratif en augmentant le nombre de fonctionnaires membres de cette nouvelle cour.. Le travailleur lambda , employé , cadre moyen ou pas, dirigeant, doit donc subir ce système sur lequel ils n ont aucune prise. On parle de démocratie républicaine.Elle a ete volée et le peuple censé en bénéficier n est en fait qu un cerf nouvelle génération. On peut comprendre qu un jour une révolte surgira comme elle a surgit en 89 pour chasser cette cour de profiteurs planquée dans les ministères, les régions , les départements, les commissions et comités en tout genres, et tous les organismes gouvernementaux crees au fil des années avec des couts et resulats qu on connait.
a écrit le 04/01/2013 à 15:15 :
Le but n'est pas de s'aligner vers le bas mais de comprendre comment l'Allemagne a réussi ses réformes...
a écrit le 04/01/2013 à 14:20 :
une allemagne en forme et competitive ne peut qu'etre bon pour la zone euro. A lire certains commentaires on a l'impression du contraire. Il est vrai qu'en france à l'image de notre president on n' aime pas les riches.
Réponse de le 04/01/2013 à 14:48 :
@ super,
cela serait le cas si nous avions une vraie Union comme aux États Unis ou en Allemagne fédérale, avec un budget fédéral et des institutions fédérales.
Nôtre Union c'est le chacun pour soi.
Le plein emploi en Allemagne est atteint gràce aux exportations et à l'excédent commercial, c'est à dire aux dépens des pays déficitaires qui, vu les accords, ne peuvent s'en défendre et l'empecher ni par des mesures douanières ni par un dévaluation de leur monnaie.
Alors comment voulez vous que des pays comme la Grèce, le Portugal, l'Espagne et même l'Italie s'en sortent? Dèjà la France peine!
a écrit le 04/01/2013 à 14:17 :
Une chose a dire c'est que les allemands savaient ce que c'est que travailler et nous ont s est reposé depuis tente ans sur nos lauriers aussi il fau pas s étonner qu ils peuvent nous donner des leçons car nous ont a été en déclin ce qui n est pas glorieux pour notre pays de se retrouver dans la remorque.
Réponse de le 04/01/2013 à 15:04 :
Doudou, ne faites pas de votre cas une généralité... Je connais des français qui travaillent et des allemands...comme vous !
Réponse de le 04/01/2013 à 16:08 :
les allemands savent travailler.... ? .hm? et nous non? ..CQFD....autre chose.. en tant que frontalier.. je vois un peu mieux ce qui se passe en Allemagne..... le plein emploi? dans aucun cas... les CDD oui et intérim oui... ... à 400/5000 euro mois? cool ? et dans les zones commerciales.. des retraité(es) à 2 euro de l'heure ... qui remplissent les rayons... je l'ai vu et constaté de mes propres yeux.... c'est ça exemple Allemands..? .. énormément de précarité.et pauvreté.....pas convaincu moi de cette Allemagne...si pour quelques exemples....ex: voitures? moteur électriques? ...je pourrai argumenter longuement ...mais vous vous trompez..... sur les Allemands... ce qu'ils n'ont pas obtenu par les armes.... 1ere et 2ème guerre....ils le veulent aujourd'hui économiquement.....comme dans le passé..( je vais oser ...Europe IV Reich moderne?? ) en inondant notre marché comme après leur victoire à Sedan en 1870....motif réel de la 1ère guerre..(l?assassinat de l'archiduc ne fut qu'un prétexte).. l'histoire me l'a appris......je n'invente rien... vérifiez vous mêmes...c'est beau de débattre non?
Réponse de le 04/01/2013 à 16:56 :
@ CHIPIO + 100000000! ça fait un moment que je dénonce toute cette comédie, l'Allemagne, ce n'est pas l'Eldorado pour tout ce que vous avez décrit mais que beaucoup de Français ne savent pas, ou ne veulent croire, merci pour votre témoignage, vous n'êtes pas le seul à mettre cela en lumière !!
Réponse de le 04/01/2013 à 17:09 :
@chipio: c'est plutôt les allemands qui devraient avoir peur qu'il y ai des gens à la frontière qui pense comme vous! Mon Dieu... L'Allemagne d'aujourd'hui n'est plus comme avant, elle a évoluée et supasse aujourd'hui bon nombre de pays Européen en terme de respect des valeurs démocratiques. Il y a d'énormes inégalités certes mais elles existent également en France (travailleurs sans-papiers, cités, prisons délabrées...). Si vous habitez L'Alsace qui est l'une des régions les plus riches de France, je comprend que vous ne connaissez pas la réelle situation en France... Il est bon d'être critique vis à vis de l'Allemagne mais il faut faire la part des choses et ne pas avoir de préjugés remontant au siècle dernier.
Réponse de le 04/01/2013 à 17:15 :
chipio excellent
Réponse de le 04/01/2013 à 18:35 :
rendez-vous dans 5 ans...
Réponse de le 04/01/2013 à 19:17 :
ah! "Patriiiccckkkk", lui prédisait "dans 10 ans "...! ! ...Le RV ....
a écrit le 04/01/2013 à 14:11 :
L'Allemagne, dont la santé est excellente, annonce un effort de réduction des dépenses de 6 à 7 milliards.

La France dont les comptes publics sont désastreux, qui a 10 points de PNB en plus de dépenses publiques que l'Allemagne, annonce fièrement un effort de réduction de 10 milliards de ses dépenses publiques.

Cherchez l'erreur : il ,'est peut-être pas en Allemagne...
a écrit le 04/01/2013 à 14:03 :
Vous ne transformerez pas des français individualistes en allemands disciplinés.
Les anathèmes et formules incantatoires, comme ceux de la Mère Aline, sont ridicules. Il y aura toujours une majorité pour ?bien? voter (conservateurs de droite et de gauche) pour que rien ne change sauf en apparence dans ce beau pays. En France, pendant que les uns, travailleurs du privé ou fonctionnaires consciencieux bossent, les autres passent leurs journées à chercher la faille et à profiter un max du système dans lequel ils se trouvent !!! Tiens que chacun regarde son collègue ou son voisin (ou se regarde dans la glace)
a écrit le 04/01/2013 à 13:59 :
Un bon exemple pour nous français.
a écrit le 04/01/2013 à 13:53 :
Ce serait cocasse si ça n'était pas dramatique ce "combat" pseudo idéologique des rentiers privés, ceux qui profitent de la bonne sousoupe des niniches fiscales et des bonnes rentes de situation, contre les rentiers du public, ceux qui profitent de l'emploi à vie et de l'inconséquence de la dépense publique
En fait chaque catégorie de rentiers défend ses intérêts catégoriels, ceux qui font crever le pays à petit feu...
Réponse de le 04/01/2013 à 14:17 :
Je pense que le problème est ailleurs.
Dans ma jeunesse il n'y avait que 4 ou 5 pays industrialisés.(USA, Grande Bretagne, Allemagne, France)
Par contre il y avait beaucoup de pays pour fournir les matières premières.
Les choses ont bien changé.
Le premier pays à joindre le club des industrialisé fut le Japon, déjà là il a fallu partager avec eux, ensuite vinrent, Taïwan, Corée du sud, et d'autres pays d'Asie (Les tigres).
Le pire cependant est encore à venir, la Chine sous peu passera en première position, l'Inde suivra, l'Amérique latine est sur la ligne de départ.
Heureux les pays fournisseurs de matières premières.
Français et Françaises, le Canada, terre d'asile, vous attend, et dites vous bien que rien ne sert de courir il faut partir à point.
Le jour de gloire est arrivé.
Réponse de le 04/01/2013 à 14:17 :
Vous avez, Cocasse, effectivement bien compris le problème. Et en plus, ce qui est amusant, est cette mise en concurrence aussi entre pays de la Zone Euro alors que nous devrions être solidaires pour défendre notre zone. Pas mal joué dans le style : diviser pour mieux régner, non..??
Réponse de le 04/01/2013 à 14:37 :
Actuellement la rivalité l'emporte sur la cohésion au sein de l'UME, Cet état de chose profite le plus à l'Allemagne puisque la plus forte. L'Union Monétaire Européenne, telle qu'elle a été conçue par Kohl et Mitterrand, ne fonctionne pas. Pour nous il s'agit de constater ce qui ne vas et de changer les accords en conséquence. Ni plus, ni moins. La partie ne se joue pas seulement entre la France et l'Allemagne, il y a 17 pays membres à part égale dans l'Union Monétaire. L'analyse doit donc être faite en tenant compte des intérêts des 17 membres et la solution au problème des excédents et des déficits des balances commerciales, qui sont la vraie cause des problèmes actuels, doit donc être trouvée à ce niveau. Vouloir imiter le « modèle » allemand, qui en fait n'en est pas un, est ridicule. Ou pourriez vous me dire comment la Grèce, le Portugal ou l'Espagne pourraient noyer l'économie allemande grâce à leur excédent commercial?
a écrit le 04/01/2013 à 13:45 :
Déjà les Allemands sont super-compétitifs (16 Milliards d'excédent de la balance commerciale par mois et cela depuis 17 ans d'affilée)
Si la France aussi devient super-compétitive les autres membres de l'Union que vont-ils faire?
Parce-que avec les moyens de production modernes il serait possible à l'Allemagne et la France à elles seules de couvrir les besoins des consommateurs de toute l'Union !
Les autres que vont-ils faire?
Des dettes pour acheter le "MADE IN GERMANY" et le "MADE IN FRANCE"
Réponse de le 04/01/2013 à 13:52 :
si la france devient super compétitive, notre balance commerciale avec l'allemagne se rééquilibrera et leurs excédents vont baisser ... et pareil pour les autres pays de l'union.
Réponse de le 04/01/2013 à 14:03 :
En effet "Y'a comme un défaut"
Réponse de le 04/01/2013 à 14:09 :
@ les autres: 1. la compétitivité n'est pas un phénomème national, elle s'applique aux individus (concours pour devenir fonctionnaire) aux entreprises (dans les marchés internationaux, ou locaux - boulangerie à clermont), aux vacanciers (qui sera le premier à la plage, dans les bouchons). Les länders Allemands sont également en compétition de moyens et de résultats. La compétitivité des entreprises d'un pays ne se mesure pas nécessairement à travers des excédents commerciaux (les USA sont très compétitif dans de nombreux domaines économiques, très grand exportateur et en déficit profond). Vos chiffres de 16 milliards/mois sont faux. Je ne vais pas calculer cela pour vous, mais la moyenne des deux dernières années est de 13 milliards par mois; sur 17 ans la moyenne mensuelle est de 8 à 9 milliards: Vérifiez vous même, je n'ai pas le temps: https://www.destatis.de/DE/ZahlenFakten/Indikatoren/LangeReihen/Aussenhandel/lrahl01.html;jsessionid=4F191E5E15AF8D36BFEF8C79416B9B89.cae4
Réponse de le 04/01/2013 à 14:28 :
Mon cher John Galt. Ca ne marche pas votre système : tous les pays du monde (et même d'Europe) ne peuvent être simultanément compétitifs vu que la compétitivité est relative. Je ne sais pas si vous vous rendez bien compte de l'absurdité de prendre comme modèle des théories (uniquement occidentales...) très anciennes pour tenter d'expliquer le monde du XXI ème siècle. Précisément comme ceux qui ont créé les conditions de la crise financière et à qui on fait appel pour la résoudre alors qu'ils ne l'ont même pas vu venir la veille de son déclenchement. Vos "penseurs économiques" d'un temps révolu, comme Bastiat (mort en 1850...) saisiraient encore moins que nos chers élites et experts économiques contemporains, le changement de civilisation qui se dessine. Déjà je serais curieux de savoir ce qu'ils penseraient vos "maîtres", d'un monde où par exemple la verticalité du savoir comme à l'ére Gutemberg, n'existe plus et où les automates rendent les hommes de plus en plus dépendants... Je remarque aussi que vous n'utilisez que des exemples qui vont dans le sens des théories que vous professez et que vous ne répondez jamais vraiment aux objections, si ce n'est par des pirouettes faussement factuelles, par exemple en répétant comme une mantra "un jour en Nouvelle Zélande, ça a marché, donc ça doit marcher partout"... Je trouve que vous gagneriez à considérer que vous ne détenez pas la vérité absolue (vos quelques références ne constituent pas une "expertise"). D'autant plus que la "science économique" que vous professez ne répond pas à la définition de Bachelard. Enfin si vous vous ouvriez à d'autres disciplines : histoire, géographie, démographie, anthropologie, sociologie, philosophie...au lieu de tourner en rond autour du postulat friedmanien, vous gagneriez certainement en humilité face à la complexité des choses... PS : le monde qui se dessine n'est pas la continuation de l'ancien monde, vous allez tomber de très haut mon cher...si Dieu vous prête vie assez longtemps, ce que je vous souhaite !
Réponse de le 04/01/2013 à 14:30 :
@ john galt,
Si la France devient super-compétitive l'Allemagne fera le nécessaire pour devenir super-super-compétitive, ainsi il assureront le plein emploi chez eux.
Croyez moi à ce jeux là l'Allemagne sera toujours gagnante vu qu'elle a des avantages naturels par rapport à la plus part des pays de l'Union. (Taille du marché intérieur assaisonnée au chauvinisme national allemand inégalé à ce jour, 100 Millions de Germanophones et encore plus de germanophiles ou Pétainistes) situation géographique centrale, topographie du pays (comparez l'Allemagne et l'Italie et imaginez que vous deviez construire 500 km d'autoroute, pensez vous que ce serait plus facile dans les plaines d'Allemagne ou dans les montagnes d'Italie?
Quant à la Grèce et le Portugal, n'en parlons pas.
Réponse de le 04/01/2013 à 14:38 :
L'Allemagne n'est pas super-competitive. C'est les pays sud-européens (dont la France) qui sont super-NON-compétitifs. La zone de libre-échange européene consiste même à protèger les pays européens de la concurrence des pays à coûts de production réduits et offre un marché interne à haute valeur ajoutée. N'oublions pas le détonateur de la crise et ses causes: réglementation financière, bulle immobilière, l'endettement des pays etc...

Le problème en France est surtout la définition même de "social". En Allemagne, faire du social c'est aider les plus démunis alors qu'en France c'est répartir les richesses (en prenant au riches pour donner aux pauvres). La conception francaise est donc simpliste et idéologique (voire démagogique) et ne mène donc nulle part. Les commentaires sur les retraites sont justes: il n'y a rien de social à protéger des "acquis sociaux" (je suis germanophile et ce terme n'existe même pas dans la langue de Goethe) et encore moins à pousser les gens à ne pas travailler. Pour créer des recettes fiscales, il faut travailler et/ou créer du capital. Malheuresement, en France, pousser les facteurs "travail" et "capital" c'est faire un politique de droite. Préjugés et analyses simplistes...

Concernant le prélèvement fiscal, je reviens sur le concept démagogique défini par le gouvernement comme de "solidarité": la solidarité est toujours un acte bénévole et non pas réquisitoire. D'autre part, la pratique de satisfaire la majorité en tapant sur une minorité (dans le cas francais: les plus riches) en tant de crise est très mal percu outre-Rhin, car il rapelle un outil démagogique utilisé par le passé pour conquérir l'opinion d'une majorité en difficulté... Raison, tolérance et mesure sont très importants pour le maintien d'une démocratie.
Réponse de le 04/01/2013 à 14:48 :
@@john galt : tous les pays du monde peuvent être simultanément compétitifs (cad productifs) où est le problème ? la France est compétitive dans le luxe, l'allemagne dans la bagnole, chacun se spécialise. Bastiat, mort en 1850, décrit parfaitement ce que devioent un état providence français? dire de Bastiat qu'il est dépassé, où que les grands penseurs libéraux sont dépassés sous prétexte qu'ils ne sont pas nés au 21 ième siècle ne reflète que vote ignorance. "changement de civilisation" "verticalité du savoir" blabla bla que des mots pour chacher vos incohérenceset votre ignorance de la chose économique ... c'est quoi vos objections que j'y réponde ? curieusement, chaque fois qu'on fait du libéralisme, cela marche, partout, ce sont des faits, pas des pirouettes ... ne citez pas des disciplines et étudiez les, interrogez moi pour voir et on va bien rigoler !! "un nouveau monde différent dde l'ancien monde" discorus milléraniste et malthusien idiot, que l'on ne tient qu'en France dans les milieux bobos... si vous voyagiez un peu de part le monde, c'est vous qui tomberiez de bien haut, car je ne vois partout que ce qui se passe de tout temps ... la nature des hommes n'a pas changé ...
Réponse de le 04/01/2013 à 14:51 :
@ marché intérieur : la course à la compétitivité est le principe de l'éconoie de marché, elle a lieu depuis le 18ième siècle et c'est ce qui nous permet de nous développer... Les avantages naturels ne sont en rien des facteurs de succès, sinon pourquoi le japon, la corée du sud, taiwan, la norvège, etc etc ???? à vous entendre, la russie serait donc la nation la plus compétitive car la plus riche en avantages naturels, hors ce n'est pas le cas, donc votre démonstratino est fausse ...
Réponse de le 04/01/2013 à 14:59 :
@@john galt : curieusement, tous ces penseurs dépassés, quand leurs idées sont appliquées, redressent le pays ... la GB en 1979, les USA en 1980, la NZ en 1984, la suède en 1992, le Canada en 1994 ... c'était il y a à peine 15 ans ... et chaque fois que l'on fait du marxisme / socialisme, cela ne marche pas, mais est-ce du au fait que c'était des théories du 19 ième siècle ? au fait, benjamin Franklin a découvert que la foudre c'était de l'électricité, mais comme c'est une découverte du 18 ième, le paratonnerre, c'est dépassé ??? raisonnement inepte ...
Réponse de le 04/01/2013 à 15:43 :
@ Franco-allemand: oui, le déni subsitue la raison, la tolérance est corrumpu par la lutte et le combat pour ce terme creux de "la solidarité" qui consiste à maintenir ses propres acquis sociaux sur le plan individuel et il n'y a plus aucune mesure lorsque notre triste personnage présidentiel identifie l'ennemi du peuple dans la finance internationale. Outre-Rhin, l'expression du "judaisme international" a été crée par les nazis, un outil, désignant les riches banquiers juif-allemands et les élites prospères juives en général. Le concept de l'égalité est incompatible avec la liberté, la tolérance et la démocratie et la compétitivité.
Réponse de le 04/01/2013 à 15:53 :
@ déni de réalité : + 10000 !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
merci
Réponse de le 04/01/2013 à 16:02 :
Comparer un scientifique comme Franklin à un fabriquant de sophisme comme Bastiat est un argument spécieux.
J'ai d'ailleurs remarqué que côté sophisme, vous vous placiez là... Exemple : "un jour le libéralisme a marché en Nouvelle Zélande. La nouvelle Zélande est toujours sur Terre. Donc le libéralisme marche toujours sur Terre"
Qui croyez-vous impressionner ?
Réponse de le 04/01/2013 à 16:42 :
@déni de réalité: oui mais je ne dirais pas "incompatible", mais plutot qu'il ne peut y avoir d'égalité sans démocratie et de démocratie sans liberté. La liberté est donc la condition sine qua non et d'ailleurs la première de nos valeurs républicaines. La fraternité c'est être tolérant envers son prochain et respecter ses libertés. C'est ca la solidarité!
En Allemagne on parle plus d'Egalité des chances. Faire en sorte que chacun est une bonne formation (apprentissage en entreprise) et la possibilité de faire de très bonnes études sans devoir passer par des Etablissement privés ou élitaires. Je ne veux pas faire d'éloge de L'Allemagne car il y a aussi des mauvaises choses (par exemple pas de SMIC) mais veux pointer du doigt que le concept y est différent.
Réponse de le 04/01/2013 à 17:06 :
@ Déni de réalité : Bastiat l'a très bien décrit dans son tome "Guerre aux chèvres d'économie politique" et également évoqué dans son "Discours sur l'impôt des boissons gouleyantes" préfacé par Gérard Depardieu : quand on s'attaque au libéralisme, c'est qu'on cache de noirs sentiments pas du tout jolis jolis
Réponse de le 04/01/2013 à 17:20 :
@ Franco-allemand: Oui, incompatible n'est pas la bonne expression. Après mon écrit, je pensais également à l'égalité des chances, comme vous. Exemple: les filles réussissent mieux leurs parcours scolaires aux USA, puis trouvent des emplois plus valorisants et aujourd'hui gagnent plus que les hommes dans la pluparts des grands centres urbains. L'inégalité salariale résulte de l'égalité des chances. Mais celle-ci ne pourra jamais être absolu et n'oublions pas le totalitarisme égalitaire; animal farm de george orwell n'est pas bien connu en France, dommage.
Réponse de le 04/01/2013 à 17:49 :
@ déni de réalité : pouahh ! ne me parlez pas de ce socialiste libertaire d'Orwell si vous ne voulez pas me filer des boutons ! A notre époque il défilerait à Notre Dame des Landes. Non seul Friedman mérite d'être étudié. Ainsi a-t-il démontré dans "Fellation et systèmes monétaires" l'importance du sexe pour obtenir des salaires supérieurs !
a écrit le 04/01/2013 à 13:43 :
La preuve que le dumping social et dumping du salaire n'est pa une garantie de reussite économique,
source Banque Mondiale, 2008:
Les salaires en Bulgarie
348,40 ? de revenus moyen / mois

Les salaires en France
2 572,10 ? de revenus moyen / mois

Les salaires en Italie
2 160,80 ? de revenus moyen / mois

Les salaires en Allemagne
2 608,20 ? de revenus moyen / mois

Les salaires en Belgique
2 733,50 ? de revenus moyen / mois
Réponse de le 04/01/2013 à 15:14 :
salaire moyen en france : 1530 ?................
Réponse de le 04/01/2013 à 15:36 :
@ Iroise290 : 1530 (en fait plus proche de 1600) il s'agit du salaire médian, pas la même chose que le salaire moyen
a écrit le 04/01/2013 à 13:08 :
Comment peut-on envisager un redressement de la zone euro si des pays comme l'Allemagne mènent eux aussi des politiques d'austérité? Rappelons que tout ne va pas pour le mieux en Allemagne avec un indice PMI en contraction depuis 10 mois.
a écrit le 04/01/2013 à 13:05 :
Et dire que Hollande ne sait qu'augmenter les impots ! On ne pourrait pas envoyer cette bande de tartufes faire un stage en allemagne?
Réponse de le 04/01/2013 à 15:01 :
Ahaha, j'avoue cela serait utile
a écrit le 04/01/2013 à 12:48 :
Je suggère que l'on organise un stage de formation de nos technocrates en RFA, à commencer par nos gouvernants...
a écrit le 04/01/2013 à 12:46 :
Voici un pays qui a des dirigeants intelligents! Vite des reformes structurelles de fond. Nous pouvons économiser 1000 milliards d'euros en adaptant les structures de l'Etat et des Collectivités locales aux besoins réels du pays. Arrêtons d'emprunter des milliards par ci et des milliards par là. D'ailleurs la vraie question à se poser est la suivante: est-ce qu'un gouvernement, quel qu'il soit, a le droit (constitutionnel) d'endetter son pays? Pourquoi définir et adopter chaque année des budgets qui aggravent le déficit public? Est-ce que nous voulons, comme la Grèce, brader notre pays?
Réponse de le 04/01/2013 à 14:04 :
Dites donc les frouzes : ça fait 40 ans que vous votez systématiquement pour les démagogues qui vous brossent dans le sens du poil : vous avez pas ce que vous méritez au fond ?
a écrit le 04/01/2013 à 12:27 :
Il faut d'urgence supprimer les dépenses sociales qui pèsent encore plus que les fonctionnaires sur l'économie : retraites, maladie, allocations familiales. C'est à chacun de s'assumer : pourquoi paierais-je les soins d'un parfait inconnu qui a bu et fumé comme un pompier toute sa vie ? Pourquoi financerais-je le choix totalement individuel de faire 3 gosses ? Pourquoi devrais je payer la retraite d'un type qui vit 7 mois par an au Maroc et qui ne fait même pas travailler les français ?
Avant guerre, chacun s'assumait et la solidarité familiale, la prévoyance et l'épargne individuelle fonctionnaient très bien. A bas l'état providence socialiste et les 30 points de PIB qu'il coûte !
Réponse de le 04/01/2013 à 12:36 :
@Justice "C'est à chacun de s'assumer" voilà toute l'âme du néolibéralisme résumé en une phrase : chacun pour soit, la loi du marché avant tout, que du bonheur en prespective votre société...
Réponse de le 04/01/2013 à 12:44 :
Peut être parce qu'un jour (je ne vous le souhaite pas bien évidemment) vous développerez un cancer sans avoir jamais ni bu ni fumé et que vous constaterez que vous ne pouvez assumer seul le coût de la chimio et radiothérapie. Et vous serez content que les 3 gosses paient un jour votre retraite, que vous ne verrez plus alors comme un avantage indu. Un peu moins d'égoïsme svp
Réponse de le 04/01/2013 à 12:52 :
@ Bob 44
Imagine une copropriété où la facture d'eau est payée collectivement. A ton avis que se passe-t-il ?
Réponse de le 04/01/2013 à 12:54 :
Pour commencer, néoliberalisme, ça ne veux rien dire. Deuxiemement, Justice a raison. Pourquoi devrions nous assumer les choix des autres. Le minimum serais de nous laisser le choix. Tu veux la secu ou tu la veux pas (et tu payes pas). Tu veux une assurance chomage ou pas (et idem, tu payes ou pas...)
Réponse de le 04/01/2013 à 13:02 :
Les retraites coutent 15% du PIB et le poids du papy boom va peser de plus en plus sur l'économie française.
Il n'y a pas 50 solutions : comme en Grèce, en Espagne, en Italie... il faut baisser les retraites (sans toucher au minimum vieillesse bien sur) et les prestations sociales sur lesquelles vivent en plus tout un tas de "gestionnaires" qui prélèvent leurs dimes !

Réponse de le 04/01/2013 à 13:04 :
Rien ne vous retient en France cher ami. Le liberalisme sauvage que vous pronez existe sous d autre cieux. Vous etes libres d aller vous installer en Chine. Ainsi, Peut etre comprendrez vous un jour que c est ce systeme de protection sociale et de redistribution des richesses qui fait que vous vous sentez si à l aise dans ce pays, au point d en devenir avare et egoiste.
Réponse de le 04/01/2013 à 13:13 :
Oui Del7, un peu moins d'égoïsme et moins de vociférations idiotes comme la plupart des commentaires ci-dessous contre les fonctionnaires, qui sont je le rappelle des policiers, infirmières, médecins du travail, juges, cantonniers, enseignants, gardiens de prison... et qui contrairement à ce qu'on raconte chez les beaufs, assurent et rendent des services publics, qui contribuent au développement de l'économie et aux maintiens des infrastructures du territoire. De toutes les façons, les services qu'ils rendent seraient sous régime privé payants et plus chers probablement (regardez ce qui s'est passé à chaque fois qu'on a privatisé un service public de distribution d'eau par exemple). Le problème n'est pas le nombre de fonctionnaires mais l'efficacité de la dépense publique. Je suis d'accord avec le fait qu'on peut obtenir plus de services publics et de meilleure qualité sans dépenser plus
Réponse de le 04/01/2013 à 13:36 :
Redistribution des richesses ça ne marche pas quand on redistribue à découvert cqfd, les entrées doivent compenser les sorties il faut donc ajuster soit les sorties soit les rentrées mais vous ne pouvez pas nous vendre un système de redistribution déficitaire puisqu'il consiste à distribuer ce que l'on a pas. La solidarité à crédit financée par les générations futures il faut en revenir et vite.
Réponse de le 04/01/2013 à 13:56 :
on comprend pas bien à qui vous vous adressez...
sur le principe que les retraités d'aujourd'hui font financer leurs pensions indexées, par les dettes qu'ils collent à leurs arrières petits enfants, on est d'accord !
Réponse de le 04/01/2013 à 14:18 :
On n'arrète plus de confondre dépenses sociales, et gaspillage étatique, il ne s'agit pas des mêmes ressources et si l'urssaf a des problêmes c'est qu'elle s'intéresse plus à ses dépenses qu'à ses ressources, combien d'entreprises qui ne payent pas leur du dont les patrons ne se retrouvent pas en prison, quelle lutte contre le travail au noir, pourquoi gèrer des choses qui ne le concerne pas ,aru cmu ,rsa ,si le gouvernement invente des trucs nouveaux le trésor paye ou ne paye pas.
Pour les gaspillages étatiques je suis pour le même nombre en pourcentage de fonctionnaires qu'en Allemagne et licencier le surplus comme les entreprises le feraient.
Et moderniser la formation des fonctionnaires restants, combien ne savent même pas se servir d'un ordinateur ou font le travail à la main comme en 1900 en moins efficace .
Quand à l'armée sauf la marine on met tout le monde à la retraite, pourquoi je dois financer des guerres qui n'auront pas lieu chez-nous et sert aux présidents à faire joujou, pour faire mumuse à la guerre faites un tour chez Ubisoft ça créera des emplois bien payés en France.
Et on revend le foncier mais sans brader pour autant.
Réponse de le 04/01/2013 à 14:29 :
@CPM ba j'imagine qu'on la paye et collectivement ! So what ?
Réponse de le 04/01/2013 à 15:04 :
@ celui qui dit que j suis sans Iphone.
Je vois pas tres bien le rapport avec la discussion. Je m adresse à ceux qui voudrais que l on adopte un modéle hyper libérale, que l on revienne au 19 eme siecle et qui parle de progrès et de modernité, ceux qui pense que le responsable de la dette des Etats sont les victimes du systeme toujours plus liberale et injuste, ceux qui pensent que le confort qu ils pensent perdre du fait des depenses sociales alors que c est le fait du liberalisme economique de ces dernieres decennies, ceux qui pense que defendre les riches egoistes, personnes morales ou privés qui cumulent les millions et milliards d euros quand tout va bien et qui les lutualisent avec les pauvres quand ca va mal, vont faire d eux des menbres du club...les Etats ont toujours été endettés et souvent dans des proportions bien plus importantes. La difference avec aujourd'hui, c est que ces Etats ont perdu leur droit souverain de battre monnaie au profit d instituons financieres qui n ent n ont que faire du bien etre social..dire cela ne fait pas de moi un chantre du communisme, mais de l humanisme.
La désendettement des Etats n est qu un pretexte pour abattre les progres sociaux et economique arrachés haute lutte de ceux qui aujourd hui pretendent par la voix de leurs valets et d autres idiots utiles qu ils faut couper dans les depenses sociales et tout déréguler.
Meme le chantre du liberalisme ayant inspiré les politiques liberales des années 80, Milton Friedman, disait quz certains secteurs ne devaient pas etre privatisés, des secreurs tels que la santé, les transports l energie...
Réponse de le 04/01/2013 à 15:27 :
Je ne vois pas d'ailleurs pourquoi on paie de l'eau qui..."tombe du ciel"... seul le coût de l'acheminement et la dépollution devrait nous être facturé et encore! Une fois que les tuyaux sont en place, c'est fait pour des décennies. Idem pour les infrastructures de traitement, quand à l'efficacité de la dépollution, ce que nous payons au regard de ce qui est fait est une mine d'or pour les mastodontes de ce secteur.
Réponse de le 04/01/2013 à 15:27 :
Je ne vois pas d'ailleurs pourquoi on paie de l'eau qui..."tombe du ciel"... seul le coût de l'acheminement et la dépollution devrait nous être facturé et encore! Une fois que les tuyaux sont en place, c'est fait pour des décennies. Idem pour les infrastructures de traitement, quand à l'efficacité de la dépollution, ce que nous payons au regard de ce qui est fait est une mine d'or pour les mastodontes de ce secteur.
Réponse de le 04/01/2013 à 15:27 :
Je ne vois pas d'ailleurs pourquoi on paie de l'eau qui..."tombe du ciel"... seul le coût de l'acheminement et la dépollution devrait nous être facturé et encore! Une fois que les tuyaux sont en place, c'est fait pour des décennies. Idem pour les infrastructures de traitement, quand à l'efficacité de la dépollution, ce que nous payons au regard de ce qui est fait est une mine d'or pour les mastodontes de ce secteur.
Réponse de le 04/01/2013 à 15:39 :
@ Melkome : au lieu d'écrire un si long commentaire, lisez milton friedman. Vous accumulez les poncifs et montrez que vous ne comprenez pas ce que c'est que le libéralisme. quand à Friedman, c'est un néo libéral au sens technique, cad qu'il prône une intervention de l'état dans la vie économique, mais pour protéger les plus faibles avec des systèmes de bon d'éducation. Si vous aviez réellement lu Friedman, vous sauriez qu'il est pour la privatisation de la santé, de l'éducation, des transports, de l'énergie, etc ... cf "capitalisme et liberté". lisez au lieu de dire des aneries...
Réponse de le 04/01/2013 à 16:08 :
Lisez-donc autre chose que Bastiat et Milton Friedman : 1 ça nous fera des vacances 2 ça vous évitera d'enfoncer des portes ouvertes en pensant impressionner les lecteurs de la Tribune...
Réponse de le 04/01/2013 à 16:30 :
@john Galt
j ai pas besoin de lire l oeuvre dont vous parlez pour savoir ce qu il retoyrbe des theories liberales de Friedman. Je vous confirme qu il a affirmé dans les 90's que certains secteurs ne devraient pas faire l objet d une liberalisation dont l education...Ceci dit, je ne me reclame pas de cette economiste, au contraire je suis contre ses idées du laissez faire à outrance, de la totale dérégulation de l economie qui aboutissent au regne de la cupidité et de l egoisme. Il reprends l idée de la main invisible d Adam Smith. Main invisible qui ameliorerait le sort des pauvres par le biais de l individualisme sans regle de certains. On a vu où cela a mené aux usa, en Gb, et recelment en Allemagne..un gros doigt invisible dans le cul des citoyens
Réponse de le 04/01/2013 à 16:32 :
c est vous qui dites des aneries, dire que Friedman prone un interventionisme de l Etat. Friedman keynesien, j aurais tout lu
a écrit le 04/01/2013 à 12:18 :
il faut externaliser nos politiques et fonction publique et mettre quelques bons gestionnaires et sous traitants de services publics aec régime unifié de retraite et de protection sociale, on gagne 40% de dépense publique, et on repart comme la suéde, la mal est clairement identifé !
a écrit le 04/01/2013 à 12:16 :
ça fait 30 ans que nos politiques de droite comme de gauche votent des budgets en déséquilibre, augmentent la dette en tuant la capacité des entreprises et donc l'emplois. Ils sont archis nuls en gestion, pas étonnant, ils viennent de la fonction publique où ils retournent, la plus dépensière et la plus inefficace d'europe. Aucune entreprise ne durerait plus de 6 mois avec une telle absence de gestion. Il faut des patrons de la société civile, ceux qui savanrt ce que gérer veut dire, sinon on n'en sortira jamais.
Réponse de le 04/01/2013 à 12:27 :
@Aline les dépenses publiques s'expliquent pour une part importante par les partenariat publique privé où le publique payent trois fois ce qu'il pourrait payer en le faisant tout seul. La leçon de la gestion du privé qui serait plus saine que le pulbique est un fantasme de droite. Sans le publique le privé coulerait en France, sans toutes les aides qui lui sont versés et les partenariats en tout genre avec les collectivités.
Réponse de le 04/01/2013 à 12:39 :
@ bob44 : "où le public paye 3 fois ce qu'il pourrait payer tout seul" sans blague ??? une preuve ? Si la gestion publique est plus saine que la gestion privée, pourquoi l'URSS et tous les états collectivistes ontf ait faillite ? comme la suède et la GB ? et comme bientôt la France ? Leprofit est un indicateur d'efficacité. Si on ne recherche pas le profit (qui n'est pas le but du public) on n'est pas efficace ...
Réponse de le 04/01/2013 à 12:51 :
Sans le publique, ce dernier couterais moins cher aux entreprises en impots et cotisations diverses... Donc ces dernieres n'auraient pas besoins de l'investissement public pour vivre... Ca c'est LA solution de simple bon sens... Mais allez expliquer a nos enarques qu'ils n'ont pas mettre leur nez dans les affaires privées...
Réponse de le 04/01/2013 à 12:56 :
@john galt, un exemple récent parmis des millions d'autres, si le projet d'aéroport de Notre Dame des Landes fait 0% de rentabilité une année le contribuable devrait payer 18 millions d'euro à Vinci pour cette année là ! "Si on ne recherche pas le profit (qui n'est pas le but du public) on n'est pas efficace ..." mais tout n'est pas lié au profit et heureusement l'utilité à un sens aussi, une bonne autoroute entretenue par le publique coûte moins chère qu'une autoroute où on continue à payer inutilement des péages hors de prix, pour le contribuable le privé ne fait pas toujours mieux, parfois si, il ne faut pas être dogmatique et opposé privé/publique les deux sont complémentaires. De même la dette publique ne provient pas QUE des dépenses publiques mais aussi d'engagement avec le privé etc... mais le machinéisme est plus commode pour expliquer les choses j'en conviens...
Réponse de le 04/01/2013 à 13:02 :
@ Bob44 et John Galt
Pour une fois, je ne jetterai pas Bob avec l'eau du bain, parce qu'il soulève un problème réel. Certains PPP sous-estiment leurs coûts pour venir ensuite réclamer une deuxième voire un troisième couche d'argent public, notamment dans le BTP. Mais là on rentre en plein "crony capitalism", c'est à dire copinage, chantage et corruption. Et là, c'est sûr que cela fonctionne mieux en Suède pour des raisons qu'on qualifiera pudiquement de "culturelles". Appliquons seulement le principe de responsabilité consanguin au capitalisme (réel) et cela suffira. Si le partenaire privé a mesestimé ses coûts, il fait faillite, point barre. Un autre prendra sa place. Quant aux électeurs, s'ils faisaient aussi leur boulot, on aurait moins de problème, parce que ce ne sont pas les repris de justice qui manquent dans le milieu politique...
Réponse de le 04/01/2013 à 13:08 :
Le public c'est gangrène qui ronge notre société. Ou comment payer des gens à rien faire pour un service inefficace et inutile.
Réponse de le 04/01/2013 à 13:16 :
Si on ne recherche pas le profit, on n est pas competitifs selon vous?!
Profits pour qui ?? Les grosses firmes comme vinci? Ne vous en déplaise, Vinci fait de gros profits sur les autoroutes construites par nos impots et qu on leur a concédé pour une bouchée de pain. Par d astucieux montages fiscaux paye moins d IS qu une Pme.

D autre part, en effet les partenariats public privé , les PPP, sont une escroquerie en regle des deniers publics. Ce systeme qui nous vient de GB connus pour ses services publics performants tel le rail ou la santé, permet à un operateur tel que Bouygues immobilier de construire un hopital à moindre frais, et de le louer à l Etat au prix fort. De meme que les entrztetiens techniques. En effet, par contrat, si une ampoule grille, son changement est facturé 50€. Une porte qui ne s ouvre plus, 500 €...C est la situation dans laquelle s est empetré l Etat sous Sarkozy, avec l hopital de l Essonne et dont il essaye de se sortir en justice. Voilà la preuve cher ami
Réponse de le 04/01/2013 à 13:44 :
à bob 44 . A vous croire ou plutôt ,à vous écouter,(vous croire serait vraiment débile !) à vous croire donc ,c'est le public qui fait survivre le privé !?!?! Les seuls indispensables sont donc les fonctionnaires ! Donc ,Normal 1er n'a plus qu'à fonctionnariser TOUS les Français !!! Pour faire bonne mesure il pourrait aussi fonctionnariser Tous les clandés , ça améliorerait le Bilan et le P I B ( ça c'est sûr car même si on embauche des garde-chiourmes pour garder tous ceux qui devraient dormir en prison (d'après les statistiques !) cela augmente le P I B !!!!!!!
Réponse de le 04/01/2013 à 13:51 :
@ Melkome : comment voulez vous être compétitifs si votre objectif n'est pas de gagner de l'argent ? c'est de l'économie de base ... sur les ppp et la GB, vous ressortez des clcihés tous aussi faux les uns que les autres ... sur votre exemple des entretiens techniques, le contrat a été mal négocié, ce n'est pas lié à un ppp, aucun rapport. de quelle preuve parlez vous ? citez moi une seule entreprise publique qui ne coute pas une fortune au contribuable ? j'attends vos exemples pour tous les démonter avec délectation ...
Réponse de le 04/01/2013 à 14:02 :
J'aimerai intervenir, pour dire que l'argent publique n'est pas sensé partir subventionner le privé. Les entreprise privées condamnées à une mort certaine, doivent mourir, et ne doivent pas être sous perfusion de l?État, c'est la dynamique du cycle de la vie.
Par contre, l?État ne doit pas être la cause de cette mort certaine des entreprises, ou la cause de leur fragilité.
Je rejoins l'argumentaire de John Galt, que si l?État était un bon gestionnaire, pourquoi tant de nations ont coulé ou sont réduites à la pauvreté et au sous développement ?
L'exemple le plus frappant, c'est les deux Allemagnes: Pourquoi l'une et devenu riche et en tête du podium, et l'autre s'est transformer presque en un pays du tiers monde ?
Mme Merkel connait bien les dérives du modèle étatique, elle qui vient de l?Allemagne de l'est. Elle connait bien le totalitarisme, elle qui a fait l'université Karl Marx. Elle connait bien la logique elle qui a fait un doctorat en chimie.
Moi aussi je viens d'un pays ex socialiste, j'ai vu les dérives de ce modèle, la pauvreté induite, le clientélisme induit, et la mauvaise gestion généralisée, et plus jamais je ne pourrai défendre ce modèle, qui sous des illusions de justice et de partage, cache des vérités d'appauvrissement et de nivèlement par le bas.
La plus grande ruse du diable est de faire croire qu'il n'existe pas, et la plus grande ruse du communisme est de faire croire qu'il peut être appliqué à des humains.
Réponse de le 04/01/2013 à 14:37 :
@xxx "c'est le public qui fait survivre le privé !?" j'ai pas dit ça ? Vous avez aussi un problème avec la nuance visiblement..
@john galt, en effet dans le PPP l'état est aussi responsable car il accepte des conditions ruineuses et incertaines pour lui mais a-t-il toujours le choix quand ce sont toujours les mêmes grands groupes qui viennent répondre aux appels d'offre et qui s'entendent bien souvent sur les montants. Le monopole de certain grand groupe est aussi néfaste que le monopole étatique que vous entendez dénoncer..
Réponse de le 04/01/2013 à 14:54 :
@ bob44 : n'importe quoi. Je suis consultant pour certains PPP, l'état est un négociateur féroce qui ruine les sociétés avec lesquelles il travaille. sur les grands groupes, vous évoquez lecapitalisme de connivence entre copains énarques et là je suis tout à fait d'accord avec vous, mais ce n'est pas du libéralisme cela ... un monopole privé n'est pas mieux qu'un monopole public, mais il dure moins longtemps car la concurrence arrive toujours à passer, sauf lorsqu'on l'interdit (monopole public)
Réponse de le 04/01/2013 à 15:19 :
@john Galt: en effet sans profit, pas de fonctionnement. Cela est une regle de base en economie ..de marché. Aussii un service public est en dehors de tout jeu malsain de concurrence ou monopolistique par le privé. Un bon service public doit etre un monopole d Etat dans le but de servir les usagers sans recherche de profit, sans but lucratif sans le but d engraisser des actionnaires en recherche de rendements a 2 chiffres...Vous cherchez des exemples:En France, l energie, l eau, les transports et d autres jusqu à l acte unique europeen par lequel on s est engagé à liberaliser ces secteurs à terme, ca marchait tres bien. Aujourd hui un peu moins..les exemples de liveralisation qui marche pas sont nombreux à l etranger, aux usa, en Gb, ou les secteurs prives ont abimé ce qui etaient du service public..en France, la telephonie mobile, avec les ententes oligopolistiques scandaleuses de qq societe privés dont un ancien service public...
Réponse de le 04/01/2013 à 15:43 :
@ Melkome : tient donc, la concurrence c'est malsain ? demandez aux clients de FREE ...
donc, si un service public rempli vos conditions, mais ne fournit en fait aucun service, c'est un bon service public ? ... les transports marchent très bien ? avec des pertes de 15 milliards par an pour la sncf (montant des subventions annuelles) depuis 40 ans sans compter les 300 milliards de RFF ? Si nous n'avions pas la SNCF, nosu n'aurions pas de problèmes de retraite ... Dites donc, pourquoi tous les pays communistes se sont effondré alors ? le libéralisme, ce n'est pas un monopole d'entreprises privées, c'est l'arrivée sur le marché de FREE pour casser ce monopole. Vous nesavez pas ce que c'est que le libéralisme : lisez CONTREPOINTS.ORG
Réponse de le 04/01/2013 à 15:45 :
@ logique et Bon sens : merci. Je connais également des citoyens de bulgarie et roumanie qui ont connu le régime communiste et qui me decrivent un monde absurde et affreux, comme ce que vous dites.
Réponse de le 04/01/2013 à 16:30 :
Et ma grand-mère a croisé un jour à Bayonne l'arrière petit-neveu de Frédéric Bastiat. Alors autant vous dire que je sais de quoi je parle.
a écrit le 04/01/2013 à 12:11 :
Enfin un pays qui montre le bon exemple. La récession n'a rien voir avec la gabegie....
Réponse de le 04/01/2013 à 12:38 :
N'oubliez pas que Merkel se voit déjà avec la CDU sortir en tête en septembre et il lui faut aller vers ce que son aile droite demande: moins de social, moins d'"assistance" moins de fonctionnaires la chanson est connue. Mais précisément Steinbruck et le SPD ne manqueront pas de lui dire tout le bien qu'ils en pensent de son aile droite.
Réponse de le 04/01/2013 à 13:54 :
@propos : encore faut-il que Steinbrück et le SPD soient en mesure de le faire et, en fonction des sondages répétitifs de ces derniers mois (http://www.wahlrecht.de/umfragen/index.htm - site en allemand), c'est loin d'être garanti, que du contraire !!!! Mais, même si cela se renversait, le SPD est plus proche dogmatiquement de l'UMP que du PS...
a écrit le 04/01/2013 à 12:06 :
voila des exemples à suivre et qui réussissent comme la Suéde. Le problème est souvent pris à l'"envers, yakafokon, mais avec quel argent ? le notre ! C'est l'endettement et la dépense publique qui sont le cancer de l'économie et de l'emploi, c'est en créant la richesse qu'on peut faire du social, mais en saignant par l'impôt en laissant galoper les gaspillages, services pléthoriques, les effectifs et la dépense publique les plus élevés d'europe.La france a la plus grosse marge de manoeuvre d'europe, c'est en réduisant la déepnse publique improductive qu'on peut baisser les impôts, diminuer les charges, aider les PME, et donc faire du social
Réponse de le 04/01/2013 à 13:45 :
si les français étaient tant "saignés" par les impots,alors ou sont passés les stocks de fois gras et de chocolats des supermarchés,pourquoi les stations de ski sont pleines a noel?Non ,soyons raisonnables,c'est l'augmentation des taxes qui a permis de faire baisser nos taux d'emprunts et ainsi de désendetter le pays!
Réponse de le 04/01/2013 à 13:56 :
A mon avis , marion, cela est le résumé d'une bonne gestion ,Bravo ...Mais c'est trop simple ! Eux ,ils ont fait l' ENA et là ! faut pas faire simple ,le peuple comprendrait trop vite !
a écrit le 04/01/2013 à 11:29 :
Ils peuvent se le permettre ... pour l'instant. Bougez pas, la suite de la récession arrive...
Réponse de le 04/01/2013 à 12:21 :
t'as raison, réjouissons nous de la chute de l'allemagne et de nous avec, encore un planqué qui a la garantie de l'emploi et le salaire assuré pour raisonner de la sorte. L'allemagne finance l'europe sinon on serait déjà mal, et ils ont le mérite de prendre des décisions courageuses. Mais les franchouillards n?arrêtent pas de se plaindre en coinçant la bulle ! on n'a et on n'aura que ce qu'on mérite ! à nous de de nous bouger pour faire les bonnes réformes au lieu de la solution de la solution du vide qu'est la dette pour financer le domaine public !
Réponse de le 04/01/2013 à 12:31 :
@claire, "la dette pour financer le domaine public !" vous avez manifestement bien étudié la dette française, sa provenance et son financement pour dire des âneries pareils, avec des gens comme vous on est vraiment dans la m...
Réponse de le 04/01/2013 à 12:56 :
@bob44 : La dette ne sert pas a financer le public??? Premiere nouvelle! A quoi elle sert alors?
Réponse de le 04/01/2013 à 14:39 :
@M92 elle sert AUSSI à maintenir une consommation de masse sans laquelle tout le système s'effondre, elle sert à rembourser le service de la dette, elle sert à financer des PPP avec le privé... je continue ??
Réponse de le 04/01/2013 à 14:56 :
@ bob44 : c'est là votre erreur : vous supposez que le keynésianisme marche et que c'est la demande qui tire l'offre. étudiez JB say et sa loi des débouchés : on échange travail contre travail, offre contre offre. Si vous augmentez artificiellement la demande aujourd'hui, vous la baissez demain si le progrès technique n'augmente pas la productivité. TOUS les pays qui ont arrété cela ont subi 2 ans de récession avant de revenir à l'équilibre et de voir la croissance repartir : USA, GB, NZ, Suède, Canada, etc etc etc ...
Réponse de le 04/01/2013 à 15:33 :
@john galt, où vos politiques d'austérités marchent-elles ??? Vos exemples ont marchés à un moment précis pour des raisons précises sur lesquelles je ne vais pas revenir mais là maintenant vos politiques ne marchent pas désolé ..
Réponse de le 04/01/2013 à 15:50 :
@ bob44 : facile : partout. L'étude du professeur d'harvard Alesina montre que sur 104 exemples de réduction des déficits, seuls les baisses de dépense marchent. un lien sur cette étude :http://www.atlantico.fr/decryptage/meilleures-politiques-austerite-allongement-cotisations-retraites-et-tva-sociale-nicolas-goetzmann-340856.html
quels moments précis et pour quelles raisons précises ? revenez y car je ne comprend pas ? maintenant mes politiques ne marchent pas ??? Allemagne, Islande, pays balte, suède, norvège, finlande, cela marche et c'est maintenant !!!
Réponse de le 04/01/2013 à 16:09 :
@john galt, les pays du nord de l'europe (suède, balte, norvège, finlande) ne sont pas dans la zone euro donc ils ne sont en aucun comparable. L'italie, le Portugal, la Grèce, l'Espagne ça marche là bas ??? MDR Vos exemples sont dépassés comme votre pensée, arrêtez de vous voiler la face les réformes Monti n'amènent pas la prospérité tant annoncé !!
a écrit le 04/01/2013 à 11:17 :
je suis épris de liberté, et pourtant je trouve dommage que la France ait eu un gouvernement au sortir de la Guerre, et que nous n'ayons pas eu une paix séparée après l'attentat réussi Claus Philipp von Stauffenberg .Nous aurions une économie prospère sous domination Alllemande, des autoroutes sur lesquelles il fait bon rouler, sans peur des racketteurs, pour l'économie de son pays.des constructeurs automobiles construisant réellement des voitures un taux de travail important( chomage étant inventé pour expliquer que le coût du travail est trop élevé par rapport au marché réel du travail cotation). comme quoi la liberté cela se mérite, cela ne se décrète pas, comme le 49.3, de notre constitution.
Réponse de le 04/01/2013 à 11:34 :
l'économie allemande et française ont toutes 2 connu un miracle économique pendant les 30 glorieuses. Ce n'est qu'après que nos routes divergent réellement.
a écrit le 04/01/2013 à 11:12 :
A l'image de nos homologues outre Rhin, il nous faut Français comme le dit justement "bob44" accepter de voir diminuer nos retraites (la France a déjà l'un des plus gros différentiels d'Europe entre retraités avec pour premières victimes les FEMMES !), nos salaires (c'est déjà engagé avec la stagnation des revenus et l'explosion des dépenses CONTRAINTES ! ), nos prestations sociales (c'est pour bientôt !), ... Bref la COHÉSION sociale par terre ! Désolé pour notre ex "Gérard" parti sous d'autres cieux (la Belgique en attendant la Russie ...) mais la révolution bolchevique s'est faite sur un terreau qui s'appelait L'INJUSTICE SOCIALE !
Réponse de le 04/01/2013 à 11:34 :
et c'est quoi l'injustice sociale exactement ? le fait que nous soyons tous différents ?
Réponse de le 04/01/2013 à 12:15 :
Je vous aime bien John Galt, quoi que ne partageant pas toujours vos convictions. Vous posez des questions intéressantes. Toute inégalité (sociale) est-elle une injustice? L'inégalité sociale n'est pas une injustice dès lors que l'on offre à chaque individu la capacité de s'élever par la richesse (mais est-ce une fin en soi?) ou par ses capacités intellectuelles. Un système juste est un système méritocratique, qui permet aux plus talentueux de s'élever et de réussir, qui ne laisse pas de côté ceux qui n'ont pas la chance d'avoir un "héritage" de leur parents. Pas question de punir ceux qui ont été gâtés par la vie à la naissance, mais de permettre aux autres d'avancer....ce qui est rarement le cas.
La méritocratie est juste mais elle est même saine puisqu'elle permet à la sève du corps social (le talent) de bouger et de s'épanouir.
L'injustice c'est la reproduction de l'inégalité entre les générations.
Réponse de le 04/01/2013 à 12:18 :
@bioman vous avez mal compris mon ironie je ne souhaite pas du tout diminuer les retraites alors que je sais pertinemment qu'on peut les financer et même à 60 ans pour tous..
Réponse de le 04/01/2013 à 12:37 :
@ jeff : "l'inégalité sociale n'est pas uen injustice dès lors que l'on, c'est qui ce "on" ? par quels moyens ? (est-ce une fin en soi ? chaque individu a sa propre réponse, je me garderais bien de lui imposer ma vision). Donc on est laissé de côté quand on n'a pas d'héritage matériel de ses parents ? Et on est laissé de côté par qui ? il y a donc d'autres personnes qui ont consciemment laissé de côté certaines personnes et qui doivent être punies ? "la seve du corps social" ça ne veut rien dire. Pour savoir ce qu'est la justice sociale, lisez le tome 2 de droit législation et liberté de hayek (chapitre 9). Votre définition de l'injustice est marxiste et fausse, donc votre définition de la Justice aussi. La Justice ne s'applique pas à des faits économiques : c'est le respect des droits fondamentaux (naturels) de chacun. si les inégaliés entre géénrations sont dûes à des familles méritantes d'un côté et cigale de l'autre, où est l'injustice ? elle serait dans le fait de prendre aux fourmis pour donner aux cigales ...
a écrit le 04/01/2013 à 11:02 :
Un bel exemple à suivre...sauf qu'il faudrait toucher au statut des fonctionnaires ...tabou pour nos dirigeants Français!.
Ici on vendra Versailles avant d'avoir dégraissé la fonction publique, et aligné les regimes de retraite du public sur le privé!!!
Réponse de le 04/01/2013 à 12:00 :
on est bien d'accord, c'est avec cette injustice sociale qu'on l'accentue en saignant le privé pour financer les fonctionnaires, politiques...
a écrit le 04/01/2013 à 10:58 :
On repart dans le dumping social compétitif. 2me Round
Alors de deux, ou vous faites beaucoup mieux que les Allemands dans le dumping social et le dumping des salaires, ou vous vous faites cannibaliser par nos amis d'outre Rhin, comme cela a été le cas de l'Italie où depuis 2007 la production industrielle a chuté de plus de 25% grace à l'exédent de la balance commerciale allemande.
Alors pour ceux qui ne comprennent pas, il faut faire beaucoup mieux dans le dumping social parce-que l'Allemagne est avantagée par beaucoup de facteurs naturels, entre autre sa position géographique, de plus on ne peut nier le fait que l'Allemagne ait une certaine avance technologique.
Alors pour que le Portugal, l'Espagne, l'Italie puissent rivaliser avec l'Allemagne il faudrait plus qu'un miracle.
La France pourrait y arriver avec beaucoup de sacrifices.
Combien même la France et autres y arriveraient, qu'est-ce-qui empêcherait l'Allemagne de donner un tour de vis supplémentaire au dumping social pour garantir le plein emploi chez elle aux dépens des autres membres de l'Union ? Une agenda 2010 seconde édition en somme!
Le pauvre Mitterrand doit se retourner dans sa tombe en voyant comment la France est en train des se faire couler par ceux de qui il avait tenu la paluche à Douaumont près de Verdun.
Réponse de le 04/01/2013 à 11:17 :
excellent
Réponse de le 04/01/2013 à 11:36 :
de quel dumping social parlez vous ? les allemands gagnent plus que nous (chiffres ocde) ont un pouvoir d'achat supérieur de 30 % et leur système est viable. Le notre n'assure pas un niveau de vie suffisant pour tout le monde et le fait à crédit ...
Réponse de le 04/01/2013 à 12:10 :
à jonhn galt : 100% d'accord, les pleurnichards passent leur temps à critiquer les autres en attendant que tout tome du ciel. On n'a que ce qu'on mérite, la solution est entre les mains de chaque état, la suéde, le québec ont fait aussi de grosses réformes et s'en sortent bien. Nous sommes chacun les premiers responsables de notre sort, les solutions sont claires, il faut baisser notre énorme dépense publique pour financer la relance, c'est clair, ne pas le faire s'est s'enfoncer encore plus dans l'endettement et le chômage
Réponse de le 04/01/2013 à 12:13 :
@ doua...: Le premier "état-providence" dans le monde fut crée et inventé en Allemagne à partir de 1983. Le principe de l'assurance social (maladie, accident de travail, retraite et puis avant la crise de 1929 assurance chômage) a été instauré en Allemagne. Le système social français est largement basé sur celui de l'Allemagne. La majorité des états européens n'ont adopté ce système qu'après la 2eme guerre mondiale;
Il est intéressant de voir (si vous tapez "état-providence" sous wikipédia) que la part des dépenses sociales en % du PIB a été toujours très, très significativement supérieur en Allemagne, qu'aux US et en France qui se range en dernière. Par contre, la France est historiquement première pour le % du PIB pour financer sa dette. (Ces comparatifs historiques sont certes difficiles à faire et je ne connaîs pas les bases des chiffres)
La constitution allemande est clair; la république féférale est un état démocratique et social.
Les prestations sociales peuvent être attribuer d'une manière plus ou moins efficaces. Elles ont un coût considérable et sont essentiellement financées par la dette en France. Ceci n'est pas soutenable. Pourquoi parlez-vous de "dumping"?
Réponse de le 04/01/2013 à 12:16 :
@john galt, " les allemands gagnent plus que nous" certains pas tous du fait d'une moins bonne répartition et donc d'une plus grande pauvreté, et oui ce qu'on prend là on le retrouve ailleurs..
"ont un pouvoir d'achat supérieur de 30 %" faux : http://www.touteleurope.eu/fr/actions/economie/consommation/presentation/comparatif-le-pouvoir-d-achat-dans-l-ue.html
"Le notre n'assure pas un niveau de vie suffisant pour tout le monde et le fait à crédit ..." eux non plus le système n'assurent pas un niveau de vie suffisant pour TOUT le monde et ils sont aussi endettés 80% du PIB.. bref c'est pas la folie non plus comme système..

Réponse de le 04/01/2013 à 12:21 :
@hervé "il faut baisser notre énorme dépense publique pour financer la relance" c'est précisément l'état le premier investisseur en france, diminuer les dépenses publiques c'est contracter l'économie de tout le pays; c'est exactement ce à quoi mène les politiques actuelles d'austérités qui ne marchent pas du tout (augmentation de la dette car moins de recette puisque moins d'activité).. mais bon il faut encore attendre pour voir les résultats c'est ça ???
Réponse de le 04/01/2013 à 12:40 :
correction: à partir de 1983 veut dire 1883
Réponse de le 04/01/2013 à 12:41 :
@ bob44 : ils sont endettés, mais leur budget est à l'équilibre. Leur système n'est pas parfait, mais il est viable, pas le notre. Il faut donc repousser toutes réformes tant que l'on ne trouvep as un modèle parfait qui permettra le paradis sur terre ? vous allez vivre longtemps dans la misère avec de tels raisonnements ...
Réponse de le 04/01/2013 à 13:00 :
@john galt, "Leur système n'est pas parfait, mais il est viable, pas le notre" je ne le crois pas et l'avenir nous le dira prochainement, leur propérité est possible tant que l'euro est fort et que les autres économies de la zone continues d'accepter leurs politiques d'austérités désastreuses cela ne dura pas longtemps avant le chaos (déjà visible en Grèce et en Espagne)..
"vous allez vivre longtemps dans la misère avec de tels raisonnements ..." la misère est plus en allemagne qu'en france ne vous en déplaise, regardez les taux de pauvreté, les taux de mortalité infantile augmentent dans 10 pays d'europe voilà les magnifiques avancés de vos politiques libérales !
Réponse de le 04/01/2013 à 13:47 :
@ bob44: vous ne le croyez pas, mais leur budget fédéral est à l'équilibre, ainsi que leur sécurité sociale, ce qui ne nous est pas arrivé depuis 40 ans ... mais vous pouvez ne pas le croire, la réalité est toujours déplaisante ... Il y a moins de miséreux en allemagne car il n'y a pas de chomeurs !!! les taux de pauvreté sont des taux relatifs, qui ne mesurent donc pas la pauvreté mais les différences de revenus, nuance. Le taux de martalité infantile est lié au progrès technique qui fait que les grands prématurés sont compatbilisés comme naissances et ou décès alors que non auparavant, aucun rapport avec une politique libérale. L'allemagne ne pratique pas vraiment des politiques libérales, mais dites moi, dans quels pays fait-il bon vivre depuis 150 ans si ce n'est dans les pays libéraux ? pouvez vous me décrire la pauvreté réelle de vos pays socialistes ? game over ...
Réponse de le 04/01/2013 à 14:45 :
@john galt, pas de chômeurs en Allemagne, moins de misère que chez nous et maintenant les taux de mortalité qui sont pipo je crois que là ça sert plus à rien de discuter si la réalité déformée vous convient pas de problème.. D'ailleurs si aucun pays n'est assez libérale à votre goût je vous suggère de créer votre Tea Party et on verra votre score aux élections.. La pauvreté augmente dans tout les pays qui pratiquent une politique néolibérale, leur croissance augmente aussi comme quoi les deux ne sont pas corrélés; mais dire que c'est le contraire est un non sens mainte fois démontré par toutes les statistiques.. game over ? Le communiste est mort, le néolibéralisme est en train de mourir à son tour, comme quoi les extrêmes n'ont rien de bon.
Réponse de le 04/01/2013 à 15:31 :
sur les chomeurs en allemagne :http://www.lemonde.fr/economie/article/2013/01/03/baisse-du-chomage-allemand-sur-l-ensemble-de-l-annee-2012_1812585_3234.html
un taux de 6.7 % c'est le meilleur taux d'europe !!!
sur le taux de mortalité infantile, je ne nie pas qu'il augmente (très faiblement) mais c'est lié à des facteurs technologiques : bcp plus de grands prématurés, bcp plus de grossesses multiples à un age plus avancé multiplie les risques, mais c'est comme cela. Sur la pauvreté, elle est mesuré en % du salaire médian, c'est bien une définition de pauvreté realtive non ? Plus le libéralisme augmente dans un pays, plus les citoyensde ce pays sont heureux, cela s'est vérifié partout. Donc, le pen fait 17 % aux élections, ses idées sont valables selon votre raisonnement ? eh ben dites donc ... La pauvreté relative augmente dans une société qui s'enrichit, c'est statistique, et une politique libérale (pourquoi néo ??) enrichit toujours un pays ... C'est l'état providence, cad le socialisme mou de la social démocratie qui meurt à petit feu, il est grand temps que vous sortiez de France et voyagiez un peu pour voir que le libéralisme se développe, d'ailleurs le monde ne s'est jamais porté aussi bien qu'en 2012, voilà les faits, il faut ssayer de les comprendre.
Réponse de le 04/01/2013 à 15:35 :
@ bob44 : donc pour vous, la Liberté, la Justice, les Droits de l'homme (valeurs fondamentales du libéralisme, renseignez vous) sont des valeurs extrémistes ? les plus grands dictateurs de la planète disaient la même chose... mais bon libre à vous de confondre toutes les notions, vous devez être un adepte du relativisme ...
Réponse de le 04/01/2013 à 16:05 :
@john galt, les chiffres du chomage allemand sont aussi pipo que ceux des USA y'a que vous pour y croire. Votre théorie sur le taux de mortalité infantile est fumeuse aussi. Arrêtez de tout confondre le Pen qui augmente ça n'a rien à voir avec le libéralisme mais avec la crise et cette crise ne s'explique pas par trop de socialisme faut arrêter de raconter n'importe quoi ! D'ailleurs si on veut aller par là Le Pen augmente surtout dans les campagnes où les services publiques ont désertés ça c'est la réalité. Je préfère être adepte du relativisme que du néolibéralisme y'a pas photo et la liberté, la justice et les Droits de l'Homme ne sont pas la propriété des libéraux !!!!!
Réponse de le 04/01/2013 à 16:32 :
D'abord bob44, mes chiffres sont irréfutables car ils proviennent de Bastiat. Ensuite c'est justement parce que les USA sont gangrénés par le bolchevisme que le chômage progresse. Si les gens du tea party étaient au pouvoir, tous les paresseux seraient remis au travail !
a écrit le 04/01/2013 à 10:33 :
Le problème du FMI, c'est qu'il ne faut pas oublier qu'il fonctionne comme une banque. Son objectif est de faire du rendement sur l'argent qu'il prête. Si un Etat comme l'Allemagne n'est plus déficitaire, il n'emprunte pas, donc nuit aux banques. Le FMI n'est donc pas plus crédible que l'ensemble des parasites financier qui nous ont mis dans cette galère, et qui veulent nous faire payer leur facture.
Réponse de le 04/01/2013 à 11:01 :
L'Allemagne est très endettée. Elle va emprunter des centaines de milliards d'euro, juste pour refinancer sa dette. Elle a besoin de 100 milliards d'euro / an pour financer l'éternelle réunification. En contraste, Il est vrai que la France sera le premier emprunteur en Europe (environ 350 milliards d'euro) devançant l'Italie, la Grande-Bretagne et de loin l'Allemagne en 2013. Mais l'absence de déficit, n'anulle pas la dette, elle la stabilise et évite sa progression qui est forte (trop forte) en France; Le FMI n'est absolument pas une banque et ne peut pas avoir d'influence sur des un pays macroéconomiquement stable (malgré sa dette importante) comme l'Allemagne.
Réponse de le 04/01/2013 à 12:04 :
@ deni deréalité : l'absence de déficit fait diminuer la dette au lieu de la stabiliser, car vous remboursez ducapital en sus des intérêts quand vous êtes à l'équilibre budgétaire. a ce titre, une dette importante se remboursera petit à petit et va permettre de libérer la croissance, comme cela s'est passé partout ailleurs tout le temps (suède, canada, NZ, GB, USA, etc etc ...)
Réponse de le 04/01/2013 à 12:46 :
oui John.
a écrit le 04/01/2013 à 10:30 :
Des pistes pour la France , privatiser la santé, diminuer les retraites.
Réponse de le 04/01/2013 à 10:40 :
Oui j'ai hâte de payer 5 000 euros mes opérations et de partir à 75 ans en retraite...
Réponse de le 04/01/2013 à 10:54 :
vos operations coutent deja beaucoup plus que 5000 euros mais vous ne vous en rendez pas compte; pourtant c'est avec votre argent.
Réponse de le 04/01/2013 à 11:01 :
Et encore si vous êtes encore vivant... abberant les propos de William...
Réponse de le 04/01/2013 à 11:10 :
@ bob44,
partir à 75 ans en retraite?! Vous n'aimez pas le travail?
Réponse de le 04/01/2013 à 11:16 :
@@bob44 "mais vous ne vous en rendez pas compte; pourtant c'est avec votre argent." justement je peux encore les faire, le jour où je devrais les payer intégralement il faudra choisir entre se soigner ou manger !!
Réponse de le 04/01/2013 à 11:24 :
@sarcassissimo venez donc sur les chantiers ou sur les chaines d'assemblage pendant 40 ans et on en reparle...
Réponse de le 04/01/2013 à 11:24 :
Effectivement, on rêve tous d'un système à l'américaine: pour un "happy few", des cliniques de luxe et pour les autres les voyages sanitaires low-cost vers le Maroc ou la Roumanie.
Réponse de le 04/01/2013 à 11:26 :
Oui. Tout comme aux US. Leur système fonctionne à merveille, d'après ce que l'on peut croire. Bon, d'accord, faut beaucoup croire...
Réponse de le 04/01/2013 à 11:29 :
Juste un chiffre pour illustrer les vrais coûts : une "simple" hémodialyse pour un insuffisant rénal (chiffres donné dernièrement par le mag "QUE CHOISIR SANTE" ) 90 000 ? par an ! Il y a 300 000 insuffisants rénaux en France et ce chiffre augmente, augmente,...Alors on fait QUOI !
Réponse de le 04/01/2013 à 11:38 :
@ fred et yvan : manifestement, vous n'avez pas étudié le système US pour en rester à de tels clichés.
quand à bob44, pour mémoire, les soins médicaux dispensés par le privé en France (les cliniques) sont 30 % moins chers que le public, et la sécu les rembourse 30 % de moins !!!
Réponse de le 04/01/2013 à 11:44 :
Pas de secu en suisse. Assurance santé bien moins chere que vos cotisations secu et bien mieux rembourser....
Réponse de le 04/01/2013 à 11:53 :
@BIOMAN : les couts de santé sont un sujet complexe. Néanmoins, la seule manière d'améliorer les choses, c'est, comme toujours, la liberté : fin du numerus clausus pour augmenter l'offre medicale et faire baisser les prix, fin des loi bio-éthiques débiles pour permettre les dons d'organes rémunérés (on peut donner un rein sans problème et il se reconstitue, comme pour le sang), etc etc sur l'hémodialyse en particulier : http://demainlagreffe.fr/nos-publications/662/
Réponse de le 04/01/2013 à 12:04 :
John : manque de chance, si les américains veulent que l'état soit réduit à rien MAIS les aide en cas de pépin de santé, c'est qu'il y a une raison. Pour les cliniques, tout le monde sait qu'elles ne prennent QUE les pathologies légères, donc, les plus rentables. M92 : comparez ce qui est comparable. L'Italie ou l'Allemagne, par exemple.
Réponse de le 04/01/2013 à 12:11 :
@Bioman, on les soigne ! C'est peut être ta famille qui sera en insuffissance rénale demain ou toi !
@john galt, pour mémoire les dépenses de santé aux USA absorbent 16 % du PIB contre 11 % en France : le privé n'est pas moins chère !
Réponse de le 04/01/2013 à 12:42 :
@ yvan : les américain veulent tout l'inverse, c'est obama qui a été élu pour info... pour les cliniques, "tout le monde sait" n'est pas un argument, surtout quand il est parfaitement faux, renseignez vous !!!
@ bob44 : les dépenses de santé aux USA sont majoritairement socialisées ... et donc non efficaces ...
Réponse de le 04/01/2013 à 13:02 :
@john galt, "les dépenses de santé aux USA sont majoritairement socialisées " LOL mais oui et Obama est communiste !
Réponse de le 04/01/2013 à 13:07 :
@Yvan : On ne peut pas comparer car eux aussi on un systeme medicale socialisé... un genre de secu a eux. Prenez l'exemple des US. Les personnes non eligibles a l'obamacare payent une assurance maladie environ 15000$ par/an... Eux son tres bien couvert. Prenez vos fiches de paye et regarder combient vous coute la secu et son niveau de couverture... Le choix est vite fait!
Réponse de le 04/01/2013 à 13:07 :
@bob44: en % du PIB les USA ont les dépenses de santé les plus importantes, suivi en 2eme position par la France....
Après, il faut comparer les résultats (l'éfficacité) de ces dépenses. Déjà les 2 principales lanternes rouges se disqualifie en termes de performances (dans toutes les majeurs études comparatives). La performance, après, se discute, certes.
Réponse de le 04/01/2013 à 13:25 :
les cliniques prennent facilement en charge des pathologies tres graves lorsqu'il existe un acte bien reconnu financierement par l'assurance maladie: la plupart des interventions chirurgicales. La difficulté vient quand il n'existe pas assez d'actes à coter pour une prestation: par exemple en réanimation ou pour garder en surveillance une personne avec pour seul acte une consultation par jour. Donnez un prix de journée meme 30% moins élevé que celui des services hospitaliers correspondants et la possibilitée d'ouvrir des lits(car en fait ils sont limités) et il ne restera plus beaucoup de service "reservé" à l'hopital publique. Apres comme dans beaucoup de domaine je trouve tres sain la concurrence publique/privé.
Réponse de le 04/01/2013 à 13:56 :
@bob44 : ma foi, vosu avez un problème avec la réalité .... vous connaissez medicare et medicaid ? le système de santé us ? Obama étant social démocrate, c'est un quasi communiste (cf Hayek), d'ailleurs the economist vient de le représenter en français !!! mais la route de la servitude a l'air de vous plaire ...
Réponse de le 04/01/2013 à 14:47 :
@john galt, sacré Hayek toujours le mot pour rire ;-))))) et the Economist waaaa LA référence.. la santé US est privatisé mais si ça vous fait plaisir d'affirmer le contraire ça m'empêchera pas de dormir.
Réponse de le 04/01/2013 à 15:33 :
ma foi, the économist est une référence pour ses analyses, pas libé ni le monde que je sache ... vous devriez lire hayek au lieu de vous moquer, vous riez surtout de votre ignorance ... Ah bon, medicaid et medicare c'est privé aux USA ? décidément, j'en apprends tous les jours avec vous ..
Réponse de le 04/01/2013 à 16:01 :
@john galt, libé comme le monde c'est la même soupe que the economist de la bouille libérale ni plus ni moins, les mêmes qui ont pas vue la crise des subprimes, qui croit que le marché s'autorégule et toutes ces sornettes. Medicaid c'est 16 millions d'américains autant dire une paille dans le système no comment
a écrit le 04/01/2013 à 10:22 :
comment se fait-il que l'allemagne ne suit pas les recommandations du fmi?
a écrit le 04/01/2013 à 10:21 :
Prochaine élection française je vote Merkel ou Schroder, ras le bol des charlots de droite ou de gauche français.
C'est presque incroyable de les voir incapables d'équilibrer un budget avec une telle pression fiscale et un panel d'impôts et de taxes qui s'allonge chaque semaine.
Réponse de le 04/01/2013 à 10:37 :
Une bonne chose serait de simplifier énormément le système fiscal. Parce que là, il est tellement facile d'ajuster des fractions de % dans tous les coins qu'on se fait enfumer sans avoir aucune prise sur quoi que ce soit. Ce n'est jamais la faute de personne...
a écrit le 04/01/2013 à 10:01 :
Tout Etat devrait chercher à avoir un excédent budgétaire d'au moins 1% du PIB. C'est "l'épargne" de la nation qui servirait à faire face aux coups durs (guerre, crise économique majeure).....
Réponse de le 04/01/2013 à 10:23 :
Impossible, les états ont toujours été endettés, c'est le fondement même de l'économie de marché. Le tout étant d'arriver à l'équilibre.
Réponse de le 04/01/2013 à 10:32 :
@jeff
C'est cela le Keynésianisme bien compris. On fait des excédents quand cela va bien et des déficits quand cela va mal. Une vrai politique contra-cyclique. Le déficit permanent, ce n'est pas du Keynésianisme, c'est de la gribouille.
Réponse de le 04/01/2013 à 10:40 :
Non Jeff, ni 3%, ni 1%. Le seul déficit qui est durable, c'est celui correspondant exactement à la croissance. Si nous sommes a 0, ce qui est probable en 2013, le déficit acceptable, c'est 0. Mais comme on a déjà près de 100% de déficit accumulés, en supposant qu'on rembourse en 30 ans, on devrait avoir 30 années d'exercice excédentaire de 3% pour s'en sortir... Il est évident que nous ne rembourserons jamais la dette de l'Etat. Il faudra l'annuler un jour, mais qui aura les c... de le faire ?
Réponse de le 04/01/2013 à 10:55 :
@ Odilon: en tant que keynésien j'approuve entièrement votre propos. On assimile mauvaise gestion et keynésianisme totalement à tort. De même Keynes préconisait des dépenses de relance qui aient un effet d'entrainement (grands travaux, programme industriel.....ce que font Indiens, Chinois et Brésiliens aujourd'hui.).
La gauche a tendance a distribué des aides sociales de manière inopportune, la droite à baisser les impôts de manière inefficace puisque ça n'a jamais vraiment stimulé la croissance. Dans les deux cas c'est du saupoudrages fiscal ou financier mais PAS du keynésianisme.

Réponse de le 04/01/2013 à 11:39 :
@ thomas : les états tjrs endettés, c'est le fondement de l'économie keynésienne, absolument pas de l'économie de marché, aucun rapport.
a écrit le 04/01/2013 à 9:43 :
Tout va bien en Allemagne !
Le chomage baisse.
Les bagnoles se vendent.
La balance commerciale ferait bander Picsou !
Et, il y a quelque temps, le ministre en charge nous disait bien que l'Allemagne atteindrai ses objectifs avant la date prévue.

Et maintenant il dit que pour attendre cet objectif, il faut encore couper dans les dépenses ???

Cette guerre des déclarations à l'echelle européenne ne vise qu'à obtenir le meilleurs traitement de la part des marchés. La France veut faire baisser le spread abec l'Allemagne pour faire passer les eurobonds et l'Allemagne veut exactement l'inverse pour conserver son avantage.
Réponse de le 04/01/2013 à 10:31 :
@ comprends pas !!!: Effectivement, c'est incompréhensible; qui voudrait obtenir des taux d'intérêt bas pour contracter une dette? Qui? Pour mon projet immobilier, je déclarerais à ma banque que mes dépenses pour ma vie courante dépassent largement mes revenues, que mes revenues baisserons, je dirais à mon banquier que mon vrai ennemi, c'est la finance; qu'il est un voleur et que de toute façon je ne rembourserais jamais ma dette, car je ne voudrais pas participer à ce complot de la finance internationale et je demanderais un moratoire après l'obtention de mon crédit. Notre président est parmi nous, c'est un moralisateur, un vrai combattant, un confiscateur genre robin des bois qui va montrer à la finance qui est le plus fort. Mais, vous avez dit eurobonds? Il ne faut pas dire ça, la forêt de sherwood, ne s'étend pas jusqu'en allemagne...
a écrit le 04/01/2013 à 9:37 :
Dans quelques temps, on dira que l'Allemagne est riche... et qu'elle doit prêter aux pays du Sud, dont la France...
a écrit le 04/01/2013 à 9:34 :
""Cela se fera seulement à l'aide de coupes budgétaires", a-t-il précisé, excluant des hausses d'impôts." Ces propos sont inconcevables pour nos gouvernants qui assimile baisse des dépenses publiques avec non augmentation des dépenses publiques...
a écrit le 04/01/2013 à 9:28 :
Reduire la dépense publique au lieu d'attaquer sans cesse le revenu des citoyens,voila une preuve d'intelligence dont manque cruellement nos élus socialos !!!
Réponse de le 04/01/2013 à 9:40 :
S'il n'y avait que les élus socialos, ce serait bien, mais le problème est que les autres d'en face ne font pas mieux.. Vous avez vu un quelconque exercice budgétaire équilibré sous la droite depuis 30 ans ? Bin non.. Droite , gauche, centre, extremes, c'est tout pareil. Plein de conneries a raconter a longueur de journée pour occuper l'écran TV, mais pas un gramme d'échantillon de gestion. On ne s'en sortira que lorsque les partis auront dégagé.
Réponse de le 04/01/2013 à 10:04 :
il n'y a pas vraiment eu de gouvernement de droite depuis 30 ans: ceci explique cela. Le seul "un peu" à droite:sarko a fait des petits efforts: baisse du renouvellement des fonctionnaires mais qui ont été largement annéantis par l'augmentation irresponsable des effectifs de la fonction publique territoriale
Réponse de le 04/01/2013 à 10:42 :
@ @pakeu, ohlala pas de gouvernement de droite e nfrance ces 30 dernières années, MDR, c'est comme l'URSS elle était pas communiste... vous etes pitoyable
Réponse de le 04/01/2013 à 10:57 :
et oui l'etiquette ne fait pas la politique
a écrit le 04/01/2013 à 9:20 :
Gouverner, c'est prévoir. Les allemands ont une vision anticipative des évènements. Les dirigeants français sont, a contrario, des guignols irresponsables.
a écrit le 04/01/2013 à 9:18 :
L'Allemagne n' a qu'un peu de retard sur la France, l'Espagne, La Grèce.
Réduire les dépenses publiques, sans contrepartie comme réduction de taxes, d'impôt ou autre c'est forcément ralentir l'économie. La demande du FMI en mars, d'accroître ses dépenses pour préserver la croissance en est bien la preuve.:
réduire les dépenses publiques ralentit l'économie, les augmenter l'améliore.

Donc l'Allemagne est dans une position coincée comme tous les pays d'Europe.

Le problème est donc ailleurs.
C'est le système financier, monétaire bancaire, qui crée une dette, qui oblige les états à payer des sommes gigantesques d'intérêts aux banques, et par le fait ,met en déficit les états. Mécaniquement il conduit les pays à la ruine. Ce système mis en place permet aux banques de percevoir une part disproportionnée de la richesse produite, c'est l'enrichissement que quelques uns au dépend des finances des états et de leur population de plus en plus taxées et de plus en plus mal payées..
C'est une arnaque acceptée par les gouvernements qui se retrouvent dans une situation de dépendance vis à vis des banques qui sont prête à bloquer tout en ne finançant plus rien dans un pays qui refuserait de payer ce racket.
Le système analogue aux USA a exactement les mêmes conséquences, La mesure acceptée ce week end qui permettra de tenir 2 mois, augmentera encore la dette et le racket des intérêts. Les USA aussi arrivent au bout de système et sont au bord de l'effondrement.
L'islande a compris et est sortie de ce système mafieux bancaire, elle est en croissance.
Un autre cas de sortie décidée et voulue par un dirigeant s'est soldée par l'assassinat de celui ci Kénédy.

Les bénéficiaires de cette escroquerie mondiale sont quelques personnes bien cachées, comme les assassins de Kénédy : ce sont les mêmes.

Nous allons entrer dans une période de misère comme il n'y en a jamais eu depuis l'antiquité.
Réponse de le 04/01/2013 à 10:02 :
Quand un pays réussit à diminuer sa dette grâce â une politique d´austérité il pourra alors reduire les impôts et charges et il restera plus d´argent pour faire tourner l´économie. Les perdants seront les banquiers et spéculateurs. Rien d´aussi simple !
Le problème: il faut réduire les depenses (inutiles) et par n´importe quels moyens !
Bien sur on a loe droit de rêver et d´espérer que la dette nationale sera absorbée par les voisins ( Eurobonds) !
Réponse de le 04/01/2013 à 10:42 :
Faux... Réduire la dépense publique de "fonctionnement" ne ralentit pas l'économie Elle permet de ne pas ponctionner les contribuables privés ou d'entreprises au-delà du raisonnable comme en France, car cette ponction ralentit l'économie et l'investissement, elle compromet sérieusement le redémarrage. En revanche, il ne faut pas toucher aux dépenses d'investissement de l?état, sauf de les rendre plus compétitives. Il est en effet possible de réduire le coût de l'enseignement en France à condition que les syndicats dits "représentatifs" veuillent bien ouvrir les yeux et voir qu'il est de l'intérêt de l'éducation nationale de se réformer (ex 1 : abolir le redoublement systématique qui coûte une fortune au profit d'une aide aux élèves en difficulté dont le coût est moindre et l'efficacité constatée dans les pays qui appliquent ce système, ex 2 : payer mieux les enseignants en exigeant d?eux un nombre d?heures de travail comparable avec ceux des pays de référence, etc..). Qu?on ne me dise pas que tous les ministères et les collectivités fonctionnent sur le fil, ce n?est pas vrai. Mais il faut que l?administration apprenne à gérer l?efficacité (l?abolition du privilège d?emploi à vie serait pour cela un sérieux outil en obligeant certains employés indélicats ou glandeurs à faire le nombre d?heures pour lesquels ils sont payés) mais des siècles de laxisme et de « droits acquis » ne se gomment pas du jour au lendemain.
a écrit le 04/01/2013 à 9:16 :
On voit là toute la différence entre les gens responsables... et nous !
a écrit le 04/01/2013 à 9:13 :
On attend effectivement que l'on nous dises où la France va faire des économies, il ne suffit pas de prélever de nouveaux impôts il faut aussi faire cesser l?hémorragie.
Réponse de le 04/01/2013 à 9:48 :
Tu t'imagines aller voir ton patron : "Je veux faire des économies : vous pourriez augmenter mon salaire de 10%. Entre mes WE de 3 jours, l'I-Truc et l'I-Bidule annuels, les 7 semaines de vacances à l'étranger, ma 10e nouvelle voiture, ma 5e maison secondaire, pour loger mes 5 maitresses, etc etc, j'ai un peu de mal en fin de mois" ? Les politiques français eux n'hésitent pas.
a écrit le 04/01/2013 à 9:03 :
c est pas en France ...qu on verrait un gouvernement capable de reduire les depenses, trop dangereux pour se faire reelire. Comme en 1789, il faudra qu on soit au fond du trou pour que le peuple prenne les rennes
Réponse de le 04/01/2013 à 9:24 :
à c'est pas en france : On avait déjà connu cette gestion socialiste ET Guy Mollet est allé chercher De Gaulle en Mai 1958 ,qui avec l'aide de PINAY avaient redressé la situation ,au point que l'on a eu le Franc Lourd début 1960 ! Mais où trouver un nouveau De Gaulle aujourd'hui ??? Car, les solutions existent ,(d'ailleurs beaucoup ont la leur !)Mais il faut trouver l'Homme de la capacité,de la dimension d'un De Gaulle !!!
Réponse de le 04/01/2013 à 10:02 :
@ xxx tu refait l'histoire. Pinay avait redressé la situation mais ça n'a pas duré. De Gaulle voulant sa bombe française, il a commencé a flambé, se qui a conduit a la démission de son ministre des finances... et la dérive des comptes publics n'a pas cessé depuis.
Réponse de le 04/01/2013 à 10:53 :
Pas tout à fait Vrai ! Si De Gaulle n'a pas fait une gestion Parfaite, les comptes déficitaires n'ont commencé qu'après ET,c'est la trahison de POMPIDOU aidé de GISCARD (des 200 familles !) qui ont entamé les déficits en nous imposant la loi selon laquelle il faudrait ,dorénavant, empruter à leurs copains les banquiers ,en place d'obtenir un crédit à % (et provisoire !) auprès de la Banque de France !!! Ce n'est Pas refaire l'Histoire mais la Préciser !!!
a écrit le 04/01/2013 à 8:39 :
et la cigale hollande va t-elle rogner sur les dépenses publiques sans préserver ses petits copains?
Réponse de le 04/01/2013 à 9:08 :
il attend plutot les eurobonds...
Réponse de le 04/01/2013 à 9:49 :
ben qu'il arrete de rever et tout de suite car les eurobonds c'est la fuite en avant
Réponse de le 04/01/2013 à 10:39 :
préserver les petits copains, c'est ce qui compte le plus, on ne se fait pas d'entourloupes entre eux, on se soutient, on se comprend, on s'épargne, on se "gâte

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :