Angela Merkel s'attend à une année 2013 difficile pour l'Allemagne

 |   |  434  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
La chancelière allemande Angela Merkel avertit ses concitoyens que l'environnement économique sera "plus difficile" en 2013 qu'en 2012, appelant à la "patience" et au "courage" dans son allocution pour la nouvelle année.

"L'environnement économique ne sera pas plus facile, mais plus difficile l'an prochain". C'est le message fort du discours d'Angela Merkel qui doit être diffusé ce lundi soir à la télévision allemande à l'occasion de la nouvelle année. Dans le texte, communiqué aux médias dimanche soir, la chancelière défend son bilan et appelle les Allemands à la patience. "Les réformes que nous avons décidées commencent à produire leurs effets. Mais nous avons encore besoin de beaucoup de patience. La crise est encore loin d'être surmontée" a toutefois mis en garde la dirigeante de la première économie européenne, qui s'en sort pourtant mieux que ses voisins de la zone euro.

La dirigeante conservatrice, qui briguera un troisième mandat de chancelière lors des élections législatives de septembre 2013, n'a pas omis de souligner les bons points de son bilan en Allemagne malgré la crise. Le chômage y est au plus bas et le nombre d'emplois est au plus haut depuis la Réunification il y a 22 ans. Mais, si l'Allemagne bénéficie d'une conjoncture économique meilleure que la plupart de ses partenaires européens, elle n'a cessé de ralentir tout au long de l'année 2012. Au troisième trimestre, son PIB n'a crû que de 0,2% après 0,3% au deuxième trimestre et 0,5% au premier.

Entre prudence et vigueur

Une situation qui incite la chancelière à la prudence, alors que son ministre des Finances Wolfgang Schäuble a estimé récemment que le pire de la crise était derrière nous. Et les prévisions pour l'année 2013 ne sont pas là pour donner tort à la dirigeante de la première économie européenne. Selon la Bundesbank, l'Allemagne fait face à un ralentissement de son économie qui pourrait même la conduire à un bref épisode de récession. Alors que la banque centrale allemande prévoit une quasi stagnation de l'économie allemande en 2013 avec une progression du PIB de seulement 0,4%, après +0,7% cette année.

La chancelière a toutefois tenté de montrer un peu de vigueur en appelant à une meilleure supervision des marchés financiers. "Il faut faire davantage au niveau international pour mieux superviser les marchés financiers. Le monde n'a pas suffisamment tiré les leçons de la terrible crise financière de 2008", a-t-elle affirmé, en appelant au rôle des Etats."Plus jamais, une telle absence de responsabilité ne doit s'imposer. Dans une économie sociale de marché, l'Etat est le protecteur de l'ordre et les gens doivent pouvoir avoir confiance en cela", a-t-elle ajouté. Elle est en campagne, ne l'oublions pas.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/01/2013 à 7:21 :
La photo à l'appui le prouve, elle (Angela) est bien résolue à défendre les intérêts de l'industrie et économie allemande, même si pour cela les suicides doivent doubler en Grèce et l'exode des cerveaux vers d'autres continents (brain drain) doit se poursuivre causé par plus de 50%.de chômage des jeunes dans certains pays de l'Union.
Elle me fait penser à feu Adolf, il avait aussi toujours cet air décidé, jusqu?au-boutisme chronique teuton, même pendant que les Cosaques essayent d'inculquer des notions de modestie aux femmes allemandes dans les territoires libérés par l'armée rouge.
Réponse de le 07/01/2013 à 9:18 :
Der Einwand, dass es Deutschland ja besser gehe und deshalb die anderen das deutsche Modell einführen sollten, ist jedoch, wie der ehemalige US-Finanzminister und Harvard-Professor Larry Summers sagte, "ein Musterbeispiel für einen Denkfehler": Was für einen Einzelnen gut ist, ist nicht notwendigerweise für alle gut. Deutschland hat seine Wettbewerbsfähigkeit seit 1999 beständig verbessert, allerdings um den Preis einer jahrzehntelangen Quasi-Stagnation. Heute führt diese Wettbewerbsfähigkeit dazu, dass sich Deutschland auf Kosten seiner Euro-Partner bereichert und zugleich den Ast absägt, auf dem es sitzt. Résumé en français: le fait que l'Allemagne réussisse ne signifie pas que le "Modèle Allemand" est forcement une garantie de succès pour ceux qui voudraient l'adopter. L'Allemagne s'enrichit aux dépens des autres pays de l'UME. Tout le monde ne peut pas s'enrichir aux dépens des autres. Ce modèle a besoin de perdants pour pouvoir fonctionner. Propos de Larry Summers, Harvard-Professor et ancien ministre des finances des États Unis
a écrit le 02/01/2013 à 5:38 :
Ce qui est quand même étrange c'est que l'excédent commercial d'un pays (Allemagne en l'occurrence) semble être considéré souhaitable, alors que le déficit commercial, sans lequel tout excédent serait mathématiquement impossible et qui est donc indispensable à tout excédent, est mal vu et condamnable. Les déficits budgétaires qui sont la conséquence logique du déficit commercial sont donc pratiquement inévitables si l'on ne veut pas que le pays sombre dans la misère totale. Le chômage causé par l'excédent commercial d'un pays dans les pays déficitaires est curieusement imputé aux pays déficitaires, qui pourtant, vu les accords internationaux, ne peuvent ni empêcher ni même freiner les importations (ni même dévaluer leur monnaie pour certains puisque dans l'Union Monétaire). Ceci conduit inexorablement les pays déficitaires et faibles économiquement dans un premier temps à la désindustrialisation, (Italie -25% depuis 2007), suivi d'un exode en masse (brain drain pricipalement vers d'autres continents), pour aboutir à une sorte d'esclavage (républiques bananières). Les accords internationaux ne seraient-ils pas faits et dictés (Bakschisch aidant) par les pays riches et hautement industrialisés?
a écrit le 01/01/2013 à 11:45 :
Tien, Tiens ! on croyait que c'était le pays de cocagne, l'Allemagne, conseillère!
a écrit le 01/01/2013 à 11:02 :
Madame Merkel n'est pas plus ni moins lucide que François Hollande. Mais elle dirige l'Allemagne et donc des citoyens allemands pour qui le pays est plus important que eux-mêmes. Si Madame Merkel avait utilisé ses méthodes, héritées du Chancelier Schröder , en tant que Présidente de la France , elle aurait connu une autre déroute que Sarkozy. Le français veut tout pour lui et se fout du pays et de ses concitoyens. des millions d'allemands vivent avec un job à 400 ? , sont obligés d' aller travailler 20 h semaine pour 1 ? de l'heure s'ils veulent garder leur chômage qui après un an tombe à 350 ?! Vous voyez une pareille situation en France : ce serait un soulèvement général. Maintenant Madame Merkel fait peur aux allemands , un langage démagogique , voire populiste pour être réélue fin de l' année; et tant pis si le reste de l' Europe doit attendre des mesures qui seraient bénéfiques pour tous les pays et tant pis si pour les mêmes raisons elle soutient Cameron qui veut tout le mal possible à l 'Europe pour soutenir sa City. Allez vivre en Allemagne mais alors il est temps d' apprendre la discipline et d' abandonner votre individualisme!
a écrit le 01/01/2013 à 9:57 :
Angela MERKEL est plus lucide; réaliste que François HOLLANDE qui aime à se complaire en imaginant un pays de Bisounours (surtout si c'est hors mariage hétéro..., ou alors intra mariage homo), à dire que tout va bien aller, que la courbe du chômage va s'inverser, grâce à ses 150 000 emplois socialistes. Il n'a présenté aucune fiche de poste à l'écran, c'est facile de créer du boulot ainsi. Chers Allemands, je vous envie d'avoir une homologue de Président, sérieuse, rigoureuse et droite.
a écrit le 01/01/2013 à 5:34 :
Devinez ce que cela veut dire pour la France?! Mais non, tout va bien en France, Madame la Marquise, tout ira bien...
a écrit le 31/12/2012 à 16:28 :
Allezvoir
a écrit le 31/12/2012 à 16:22 :
En tant qu'allemand et fonctionnaire je me dis que pour le moment, grâce a nôtre excédent de la balance commerciale de 16 Milliards PAR MOIS en moyenne et ceci depuis 17 ans, nous profitons plus que quiconque de l'UE et de l'Union Monétaire, ceci aux dépens des pays moins favorisés que nous. Les quelques petits milliards que l'Allemagne doit verser à Bruxelles tous les ans ne sont rien par rapport à l'excèdent commercial que nous réalisons grâce à cette petite cotisation. Excèdent commercial énorme qui nous permet d'exporter nôtre chômage vers les pays de l'union monétaire économiquement plus faibles et qui, a cause des traités imposés à l'UE par l'axe franco-allemand, ne peuvent ni empêcher ni taxer l'avalanche de produits Made in Germany qui étouffe et empêche leur propres économies de se développer. Les bénéfices ainsi réalisés dans les pays sur-endettés, y compris la Grèce et son armement, étant souvent réinvestis par nos grandes entreprises hors de la Zone Euro, souvent dans les pays de l'ancien bloc soviétiques, que nous sommes en train de coloniser d'ailleurs en rachetant tout ce qui est privatisé, ce qui va nous donner le contrôle économique sur ces pays. Que la Grèce, l'Espagne, le Portugal et autres affichent un chômage des jeunes qui dépasse déjà les 50% n'intéresse ni M Weidmann, ni M Sarrazin, ni ma pomme, en fait cela nous arrange, nous récupérons ainsi l'élite de ces pays, puisque nous manquons de jeunes hautement qualifiés. Quand à M Klaus Regling, qui se dit inquiet pour l'Italie, croyez moi, c'est bien le moindre des soucis des Allemands. L'Italie est destinée à faire partie du tiers monde à plus ou moins brève échéance. Les accords UE ne garantissent pas une qualité de vie similaires dans les pays de l'Union Monétaire, le fait que les pays pauvres deviennent toujours plus pauvres et les pays riches toujours plus riches le prouve. Une sorte de néocolonialisme en somme. Mais le mieux c'est que l'Allemagne peut quitter l'UE le jour ou cela ne sera plus intéressant pour nous d'en faire partie ! Personne ne peux nous en empêcher.
Réponse de le 01/01/2013 à 11:46 :
grand bien vous fasse, donc
Réponse de le 01/01/2013 à 14:28 :
propos purement provoc de franchouillard michel pour stigmatiser l'allemagne par des arguments réducteurs et faux, propos ridicules de fatalisme et de situation définitive ! il n'y a aucune fatalité, les pays qui ont fait l'effort de bien gérer s'en sortent très bien, ceux qui ont "géré" par la dette s'enfoncent, qui s'en étonnera?. Chacun peut faire le bon ou le mauvais choix, indépendamment de ce que peut bien faire l'allemagne, chacun à la clé à sa main est est le premier responsable de sa propre situation.
Réponse de le 01/01/2013 à 17:42 :
@ hervé,
il suffirait que la France soit dirigée par Merkel, comme du temps de Sarkozy, pour que tout aille mieux au pays du cambert et du litron de rouge.
a écrit le 31/12/2012 à 16:00 :
la façon dont certains salivent à l'idée que l'allemagne se plante est inouie, certainement des bobos qui ont la garantie de l'emploi et un salaire indépendant des résultats ! l'allemagne réussit parce qu'elle a le courage des réformes, de la transparence, de la négociation avec de vrais syndicats, pas des partis politiques déguisés, et ils avancent quand on reste sur place à faire des discours et laisser la dépense publique dériver au plus haut niveau de l'europe et avec des résultats déplorables, source de 1900 milliards de dette qui tue l'emploi. L'avenir appartient à ceux qui se bougent et qui gérent, pas à notre chianli politique, syndicale et administrative unique sur la planète
Réponse de le 01/01/2013 à 12:00 :
eh! oui, mais ce n'est pas tout aussi "rose" que vous sembliez le croire en Allemagne, il y a aussi un sacré "tendon d'Achille" pour les petits ouvriers payés des cacahuètes, renseignez vous !bon jour de L'An
Réponse de le 01/01/2013 à 14:21 :
à jacques, certes, mais si vous préférez le déficit à l?excédent, si vous préférez l'assistanat à l'emploi, la dépense publique plutôt l'efficacité publique, c'est votre choix, mais surtout assumez en personnellement toutes les conséquences, et pas d'en faire payer le prix fort aux autres, comme la moitié des français !
Réponse de le 03/01/2013 à 9:54 :
@ Aline : bien dit !
Réponse de le 05/01/2013 à 7:11 :
@ aline
Le choix entre le déficit et l'excédent que vous offrez est injuste, vous oubliez de proposer l'équilibre des balances commerciales.
L'équilibre des balances commerciales est en fait la solution!
La question est: Comment y arriver?
Je propose comme solution provisoire d'autoriser une TVA variable, réduite pour les produits locaux, réduction compensée donc par les impôts sur les salaires, plus élevé pour produits sur lesquels l'état n'a pas prélevé d'impôts sur les salaires, puisque produits en dehors du pays.
Ceci devrait encourager les grosses entreprises internationales à investir dans les pays vers lesquels elles exportent traditionnellement afin de ne pas perdre leur part du marché.
Il va sans dire que ma solution ne plait pas à Merkel, elle me l'a dit heir encore au cours d'un dinner.
a écrit le 31/12/2012 à 15:56 :
à machiavel, suite : la vision uniquement statique et par vases communicants est fausse, on peut se développer comme dans les 30 glorieuses, c'est la dynamique qui fait changer les trajectoires, augmenter la richesse produite.L'excédent ou déficit commercial est global, il cache des composantes négative set positives, et ce sont les variations qui donnent la direction. Par ailleurs, il n'y a aucune fatalité à ouvrir les frontières sans ajustements, c'est au contraire une utopie qui nous coûte cher. il faut réguler les échanges. Il y a des rapports de force, mais l'avenir appartient à ceux qui agissent, pas à ceux qui ne font que se plaindre, la suéde a donné la voie des réformes (plus de fonctionnaires, paiement au service demandé) et du progrès par le courage
a écrit le 31/12/2012 à 15:50 :
la france tirait l'europe avec l'allemagne, mais à force de dépenses publiques incontrôlées et l'absence de volonté de la france à vouloir assainir le domaine public (à droite comme à gauche), on préfère se ranger du coté des mauvais gestionnaires et faire la manche ! si la france ne se met pas au travail et diminue trés fortement la dépense publique inutile (et il y a de quoi faire !), l'allemagne ne pourra pas financer seule l'europe et c'est toute l'europe qui va dans le déclin ; on va devenir la grèce de l'europe :
a écrit le 31/12/2012 à 15:44 :
à machiavel : ne pas confondre déficit budgétaire et balance commerciale. Le déficit budgétaire est inexcusable, c'est dépenser plus qu'on ne gagne, et ça fait 30 ans que ça dure en france. On peut accepter de s'endetter que si on a identifié des projets porteurs qui vont rapporter plus qu'ils ne coûtent. Or la dette de la france c'est l'état, la sécu, les collectivités, des dépenses colossales pas du tout maitrisées, du saupoudrage, du confort social payé par le vide de la dette. Les pays sérieux dont la Suéde, ont rationalisé leur effectifs et dépenses, et sont repartis dans la prospérité. En france, on ne fait rien, et donc on asphyxie par es impôts et charges, les ménages, les entreprises, on tue l'emploi par l'absence totale de gestion publique.
a écrit le 31/12/2012 à 15:18 :
Angela a la téte sur les épaules et ne ment pas à son peuple comme le fait le président français, il ferait bien de prendre modèle.
Réponse de le 01/01/2013 à 12:01 :
hum...miroir aux alouettes...
a écrit le 31/12/2012 à 13:39 :
C'est pour moi la seule femme qui peut faire de belles choses car elle a du nez aussi je pense que de dire que l ALLEMAGNE doit faire attention c'est pour ne pas etre taxée par les autres pays d'etre la gendarme de l EUROPE mais je lui fais confiance et je lui présente tous mes voeux pour 2013 car vraiment elle le mérite car elle est vraiment qu on le veuille ou non la première dans l EUROPE a ne pas avoir des déficits comme les pays du sud.
Réponse de le 31/12/2012 à 15:30 :
hou la, seriez vous un peu "fayot" ?
a écrit le 31/12/2012 à 12:46 :
Ce qui est quand même étrange c'est que l'excédent commercial d'un pays (Allemagne en l'occurrence) semble être considéré souhaitable, alors que le déficit commercial, sans lequel tout excédent serait mathématiquement impossible et qui est donc indispensable à tout excédent, est mal vu et condamnable. Les déficits budgétaires qui sont la conséquence logique du déficit commercial sont donc pratiquement inévitables si l'on ne veut pas que le pays sombre dans la misère totale. Le chômage causé par l'excédent commercial d'un pays dans les pays déficitaires est curieusement imputé aux pays déficitaires, qui vu les accords internationaux, ne peuvent ni empêcher ni même freiner les importations (ni même dévaluer leur monnaie puisque dans l'Union Monétaire). Ceci conduit inexorablement les pays déficitaires et faibles économiquement dans un premier temps à la désindustrialisation, (Italie -25% depuis 2007), suivi d'un exode en masse, pour aboutir à une sorte d'esclavage (républiques bananières).
Les accords internationaux ne seraient-ils pas faits et dictés (Bakschisch aidant) par les pays riches et hautement industrialisés?
Réponse de le 31/12/2012 à 15:05 :
"Les déficits budgétaires qui sont la conséquence logique du déficit commercial sont donc pratiquement inévitables"... Si c'est un lien entre déficit commercial et déficit budgétaire que vous faites, c'est une contre-vérité. On peut parfaitement avoir un Etat avec du déficit commercial et un équilibre budgétaire en ce qui concerne les administrations de l'Etat. Vous mélangez les torchons et les serviettes !
Réponse de le 05/01/2013 à 13:46 :
@ halley,
on peut certainement pendant un certain temps avoir un budget équilibré tout en ayant une balance commerciale déficitaire.
Mais dans ce cas vous devez renoncer à investir dans l'infrastructure.
Comprenez donc que le fisc allemand perçoit en moyenne 3.000,- à 5.000,- EURO par voiture exportée. (Impôts sur les revenus, salaires) Ces 3.000,- à 5.000,- EURO manquent dans le bilan du pays importateur qui devra se contenter seulement de la TVA, alors que si la voiture était produite dans le pays, l'état aurait les 3.000,- à 5.000,- EURO d'impôts sur le salaire et de plus la TVA.
Cela es, je l'admet, difficile à comprendre, surtout que en plus des revenus par l?impôt sur les salaires il y a aussi les cotisations sociale qui proviennent aussi des salaires.
a écrit le 31/12/2012 à 11:23 :
L´industrie allemande elle n´est pas tellement pessimiste pour 2013. Elle prevoit certes un faible ralentissemernt sans plus mais en même temps avec une croissance des chiffres d´affaires sur les marchés d´exportation. Les sondages fait recemment aurpres des grandes compagnies sont unanimes.
Le discours de Merkel et ses mises en garde s´adresse à tout autre cercle dé spectateurs et auditeurs en particulier à la presse internationale.
Il faut lire entre les lignes !!
a écrit le 31/12/2012 à 11:12 :
@ Day Dreaming .... Vous êtes pathétique de vous en prendre à un pays qui réussit économiquement grâce au travail, au bon sens et au pragmatisme de ses habitants... à vous lire, vous semblez plutôt un chantre de la taxation et de l'endettement public perpétuel qui ruinent notre pays depuis 40 ans.
Réponse de le 31/12/2012 à 11:47 :
Angela avait mis sa tenue premium, gris Mercedes,, pour ses voeux:pq placer cette ancienne photo en 1ère de l'article?
Réponse de le 31/12/2012 à 12:22 :
Un pays où on travaille tard pas comme en France pays des papy boomers partis à 55 ans du taff avec de bonnes pensions indexées...
Réponse de le 31/12/2012 à 15:33 :
et ou les individus se plaignent de ne travailler qu'à temps partiel mais il faut dire que les loyers sont beaucoup moins chers que par chez nous....nous, on a droit à la double peine
Réponse de le 31/12/2012 à 16:32 :
Un pays ou on y travaille tard,même très tard!!!Beaucoup de travaille précaire,paye 2 euros de l heure.Voila ,la réalité du travail en Allemagne,mais ça,on ne le dit pas.Renseignez vous,un peu,et vous verrez....J habite a la frontière allemande,je sais de quoi je parle....
Réponse de le 01/01/2013 à 11:51 :
il n'y a pas longtemps, une émission télé faisait ressortir le mal être des Allemands, qui galèrent pas mal, et travaillent pour 1 misère, à temps partiel la plupart du temps, mais évidemment, si on écoute Mme Merkel...elle ne manque pas de grand chose! et comme dit Ninine 4, CA, on en parle pas beaucoup des ouvriers qui galèrent! lamentables certains coms
a écrit le 31/12/2012 à 10:15 :
Quand on a des hommes politiques qui ont eu comme seul objectif de booster la croissance par la dette depuis 30 ans, on ne peut pas donner des leçons aux allemands. Balayons devant notre porte dans un premier temps; cessons de vivre à crédit ce qui veut dire augmentation des impôts (c'est fait), augmentation de la TVA (c'est un peu fait), baisse des retraites et des salaires des fonctionnaires par non indexation sur l'inflation, économies sur les dépenses peu utiles (nombres d'élus).
a écrit le 31/12/2012 à 9:17 :
Il parait qu ' Angela va exporter des petits vieux car elle n ' arrive plus a vendre des Porsche Cayenne aux Grecs et aus Espagnols.
Réponse de le 31/12/2012 à 12:46 :
elle exporte ces vieux , oui, ont leur dit dégager si vous pouvez pas vous payer vos maison de retraite.
comme ça d'un autre coté ces "vieux" pèsent pas sur les caisse d'assurance maladie de l?Allemagne.
ou comment montrer au monde comment gérer une protection social digne d'un pays qui n'a jamais pris en considération l'humain.
si t'es pauvres, ben tu peux crever, même leur sdf ils les cachent, seul compte l'image propre qu'ils veulent montrer, en oubliant de dire comment leur industrie est aussi "profitable" ( salarié russe ou polonais payé 3 a 4 fois moins qu'un salarié allemand pour le même travail, pour les non CEE c'est retour au pays la retraite arrivé, sans en toucher bien sure, leur caisse ils les remplissent avec le travail des frontaliers et des émigrés)
incapable de former leur futur élite ils l?importent, ingénieure ? medecin ? etc..... dans 10 ans vous aurez du mal a en trouver qui ne soit pas indien ou autre, mais pas allemand c'est sure.
on peut pas envoyer ça population en apprentissage forcé et en même temps arriver a former assez de jeunes à des études supérieure alors qu'il y a de moins en moins de jeune, ( vieillissement de la population, l'Allemagne sans ses émigré c'est quoi ?)
bref le mirage allemand qui exploite et ce fout des règles européennes, le château de carte finira par tomber quand le chancelier allemand se nommera Hakan Müller ( et j'ai rien contre les turc), et que les beau blond ne pourront plus nier la mixité de culture existant dans leur pays, ça ira mieux pour tout le monde.
Réponse de le 31/12/2012 à 15:34 :
je suis frontalier en Allemagne, et ce que vous dîtes est malheureusement la vérité. Et croyez moi, bosser avec des gens qui n'aiment personne (français, turc, russes) n'est pas évident, mais vu qu'il n'y a plus de boulot en France, j'ai pas trop le choix.
En tout cas, il chose est sure, j'achète plus de made in Germany.
Réponse de le 31/12/2012 à 15:35 :
@ triton Bien dit
Réponse de le 01/01/2013 à 11:55 :
comme quoi, ne pas toujours se fier à ce que l'on veut bien nous faire CROIRE! à bon entendeur...
Réponse de le 01/01/2013 à 12:09 :
cette façon de faire, pas jolie, jolie après, évidemment on peut donner des conseils aux Français et autres pays...!
a écrit le 31/12/2012 à 9:09 :
Alors Dieu sait que sera le mur de la dette pour la France et son évolution économique, pas de problème ? l'évagéliste Hollande et son apôtre flanqués de leur micelle, prêchent la bonne parole faite d'espérance de charité - entendez les pharisiens il faut les lessiver et Sodome il faut les multiplier- et vivent de bonne paroles vis-à-vis de leurs ouailles, j'ai bien peur que les Romains vont les crucifier vite fait bien fait sur une croix de Saint André avec des gros clous produits à Florange.
Réponse de le 31/12/2012 à 10:22 :
Cet ancien enfant de choeur confond les micelles créees par la lessive avec les graisses et le missel : livre de messe. serait il une brebis de feu Mrs lefevre ce qui expliquerait son goût pour la rigueur allemande et son discours intégriste !
a écrit le 31/12/2012 à 9:00 :
Après s'être engraissée grâce à son excédent commercial chronique aux dépens des pays qui ont bien voulu et qu'on a bien voulu laisser se surendetter, l'Allemagne (Merkel) s'inquiète. Le cannibalisme économique propre à l'Union Monétaire et qui profite forcement aux plus forts, a besoin de chair fraîche. L'Italie (production industrielle -25% par rapport à 2007) et l'Espagne déjà presque mourants, la Grèce en réanimation artificielle, il faut à l'industrie allemande une nouvelle victime, c'est maintenant le tour de la France, les pays du sud ne pouvant continuer à s'endetter à cause des méchantes agences de notations.
Un pays qui vit de son excédent commercial et qui exporte ainsi son chômage, ne fait pas seulement du tord aux pays déficitaires mais il déstabilise aussi l'économie mondiale.
Un système économique qui tolère et même encourage les excédents et les déficits des balances commerciales qui en découlent, ne peut à long terme fonctionner.
Alors soyons honnêtes, que l'année 2013 soit difficile pour l'Allemagne est peut-être une bonne nouvelle et espérons le, la fin du cauchemar « Euro Allemand » remplacé enfin par un vrai Euro européen et, pourquoi pas, on peut rêver, avec un budget fédéral pour l'Union Monétaire.
Bon la, - I'm Day Dreaming, je l'admet.
Réponse de le 31/12/2012 à 9:10 :
Ah ! Que ceux qui veulent une Europe fédérale viennent me voir, car quand je lis ce genre de commentaire germanophobe, je me dis que ce n'est pas demain la veille. Quant à l'Euro, n'est ce pas une invention francaise voulue par des enarqueurs qui ont ruiné le pays par leur incompétence notoire ?
Réponse de le 31/12/2012 à 9:17 :
Day Dreaming@, l'engraissement vient de la supériorité des produits allemands de la qualité allemande pas de la merde comme Peugeot, Renault et compagnie, donc autrement dit vous voudriez punir celui qui gagne, c'est très socialiste comme raisonnement l'égalité par la médiocrité et la bêtise, car la Merkel ne s'est pas engraissée, mais prélève des impôts et ceux qui s'engraissent ce sont les créateurs de richesse, les industriels vous savez pas les grattes papiers fainéants fonctionnaires suçant les contribuables et prenant la retraite à 55 ans alors que l'on vit jusqu'à 85 ans, mais bien les inventeurs et autres créateurs industriels. L'idéologie socialiste détruit une économie en stigmatisant les riches en égalisant par le bas et faisant de la propagande du genre le mariage pour tous, des imbécilités de ce genre sont du venin pour un pays, la France est en train d'en faire l'expérience, mais le peuple français est infantile, ingrat et inconstant, Louis XII l'avant dit puis Necker, donc rien de nouveau. Le peuple allemand est obéissant, travailleur et se contente de peu, il n'y a pas la prime de Noel pour les chômeurs !
Réponse de le 31/12/2012 à 12:01 :
@mdr : vous avez raison sur l'euro. Les français voulaient faire une monnaie commune (une excellente idée) mais quand Kolh est venu avec l'idée de dire que ce serait mieux une monnaie unique (car plus simple) alors personne ne s'y est opposé car incapable de faire la différence entre monnaie unique et monnaie commune. Résultat, les allemands ont mis en place un moyen de rafler la mise si leur pays pouvait gagner rapidement en compétitivité. C'est ce qui s'est passé avec la réunification des 2 allemagnes par un afflux massif de main d'oeuvre pas chère. Certes pendant plus de 10 ans l'allemagne a dépensé des sommes asrtronomiques pour la réunification mais chaque Mark dépensé allait dans des gains de compétitivité dont les excédents financaient la réunification. Une fois la réunification terminée, les excédents sont là et contribuent à donner à l'allemagne un avantage que jamais nous ne pourrons rattraper sans une sortie de l'euro.
Réponse de le 31/12/2012 à 13:15 :
Joli scénario. N'importe quoi! Un petit tour en Fac, en auditeur Libre devrait vous aider.
Réponse de le 31/12/2012 à 13:30 :
@Tomibiker
Le rêve de tout dictateur, un peuple obéissant, travailleur, si possible avec une dose de travail forcé.Une patate pour les uns, un bol de riz pour les autres, les vieux, les minorités, les exclus, qu'ils se débrouillent.
Allemagne et Chine en sont l'archétype, ou quand la dictature néo-libérale rencontre la dictature communiste. Même combat.
Réponse de le 31/12/2012 à 15:29 :
@ Paulo,
pourriez vous expliquer "la différence entre monnaie unique et monnaie commune"
Personnelement je pense cependant que Mitterrand a simplement suréstimé la France Quand l'Euro a été introduit la France aussi accusait un excédent de la balance commerciale.
Mitterrand pensait que la France pourrait, de même que l'Allemagne, profiter de la monnaie unique, celle-ci désavantageant surtout les économies faibles.
En fait l'idée c'était de coloniser le reste de l'Europe ou mieux refaire l'empire de Charlemagne.
Actuellement on se dirige plustôt ver l'empire de Barbarossa.
(Merkel est originaire de la même région que l'était Barbarossa, dont l'occupation préférée était de piller l'Italie du Nord, surtout Milan pillé par ses hordes plusieurs fois).
Réponse de le 31/12/2012 à 15:37 :
,ç paulo: + 1
Réponse de le 31/12/2012 à 19:34 :
@Day Dreaming : la MONNAIE UNIQUE est la meme devise pour tous les pays de la zone et une seule banque centrale. Donc un pays ayant une moindre compétitivité par rapport à un autre ne peut pas compenser par une dévaluation de sa monnaie, et donc doit faire de la dévaluation salariale/sociale et aussi investir pour augmenter sa productivité. Mais augmenter sa productivité est aussi liée au fait de disposer d'ingénieurs et de personnels qualifiés, et donc l'investissement n'est pas uniquement dans les usines mais à tous les niveaux de la société (en particulier l'éducation et la formation professionnelle). La MONNAIE COMMUNE est une devise commune aux pays de la zone pour leurs échanges intra et extra zone, mais chaque pays dispose de sa monnaie nationale (le Franc pour nous). L'ECU était une forme de monnaie commune mais n'était pas parfaite tout en étant mieux que l'euro. L'intérêt dans notre cas d'une monnaie commune est que quand un pays comme la Grèce est en difficulté alors il peut dévaluer sa monnaie de 40% en concertation avec les autres et pour une période déterminée (afin d'éviter de maintenir un avantage compétitif déséquilibré par rapport aux autres). Avec cette bouffée d'oxygène alors la Grèce aurait pu accompagner les réformes et éviter d'entrer en grande dépression à coup d'austérité suicidaire. Aujourd'hui la Grèce voit se développer le troc (plus de 20% des transactions) et donc plus de TVA ni d'impots qui entrent dans les caisses, ni d'évaluation correcte de l'évolution de l'économie. L'euro2 monnaie commune permettrait de payer en Italie en Lire comme si on payait en Franc (taux fixe mais révisable), mais aurait cet avantage de permettre aux pays à la traîne de compenser temporairement leur différence de compétitivité sans massacrer leur économie.
Réponse de le 03/01/2013 à 14:13 :
@ Paulo ,
Interessant, ce serait une solution possible, à retenir!
Possible que l'on en arrive à cela, par le biais d'une monnaie parallele propre à chaque pays. Bien que cela ne soit pas prévu, en fait il n'est même pas prévu qu'un pays quitte l'Union Monétaire sans quitter L'UE.
En tout cas le modèle actuel ne fonctionne pas.
a écrit le 31/12/2012 à 8:28 :
Tiens, tiens! patience et courage pour les Allemands! no comment
a écrit le 31/12/2012 à 7:50 :
En France notre Président nous affirmait pourtant récemment la main sur le coeur que la crise était finie. Mme Lagarde avait déjà dit la même chose en 2009. C'est beau la candeur tout de même ! Il ne fait aucun doute - pour les gens lucides cette fois - que 2013 et 2014 seront des années extrêmement difficiles. Pour la France bien plus difficiles que pour l'Allemagne. Il se pourrait même qu'il y ait du monde, beaucoup de monde, dans les rues.
a écrit le 31/12/2012 à 7:44 :
Et pour les autres pays elle nous souhaite quoi deviné......journaleux ou vivaient vous
Réponse de le 31/12/2012 à 9:22 :
si vous voulez que l'on comprenne vos commentaires relisez-vous!!!!!!! devinez!!!!!!journaleux ou vivez vous ???????????
Réponse de le 31/12/2012 à 15:43 :
cours du soir........
Réponse de le 31/12/2012 à 16:33 :
Avant de rédiger un commentaire, il serait urgent de vous arrètez de rire.......

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :