En pleine cure d'austérité, le Portugal fait figure de bon élève aux yeux du FMI

 |   |  386  mots
La directrice générale du FMI, Christine Lagarde. Copyright Bloomberg
La directrice générale du FMI, Christine Lagarde. Copyright Bloomberg (Crédits : Bloomberg)
La directrice générale du FMI juge le pays "en bonne voie" quant à l'exécution du programme de réformes lancé en mai 2011 en échange d'une aide financière internationale. Elle s'est dit samedi "très confiante" en ce projet.

En ce début d'année 2013, le Portugal fait figure de bon élève aux yeux de Christine Lagarde. Dans un entretien accordé à l'hebdomadaire portugais Expresso et publié ce samedi, la directrice générale du Fonds Monétaire International (FMI) s'est dit "très confiante" concernant l'exécution du programme de réformes lancé dans le pays en mai 2011.

Ce vaste projet qui doit s'étendre sur trois ans est la contrepartie d'une aide de 78 milliards d'euros que l'Union européenne et le FMI ont versé à ce pays du sud de la zone euro en 2011.

Le FMI souligne le courage des Portugais

"Le programme est en bonne voie. Une part significative de l'ajustement budgétaire a déjà été concrétisé" s'est réjoui Christine Lagarde. "Les autorités portugaises et les Portugais ont été extrêmement courageux et fermes dans l'application de réformes difficiles et douloureuses" a-t-elle souligné.

Pourtant, dans un rapport paru fin octobre, le Fonds semblait nettement plus inquiet. "Les risques pesant sur les objectifs du programme se sont nettement accrus" considérait-il à propos du plan d'austérité mis en place par Lisbonne. C'était alors la forte contestation sociale qui mine le Portugal qui retenait l'attention du FMI.

Une restructuration de la dette exclue

En ce mois de janvier, la confiance est revenue. La directrice générale du Fonds monétaire international se dit aujourd'hui certaine que Lisbonne ne suivra pas le chemin de la Grèce et ne s'enfoncera pas dans une spirale de récession. Elle exclut une restructuration de la dette du Portugal . "C'est hors de question. Les autorités portugaises sont résolues à entreprendre le nécessaire pour achever le programme de manière à pouvoir de nouveau accéder aux marchés (des emprunts d'Etat)" assure Christine Lagarde. Elle ajoute s'attendre à ce que le FMI approuve la dernière tranche de prêt au terme de la sixième évaluation qui sera effectuée à l'automne.

Dans ce pays du sud-ouest de l'Europe, le chômage atteint des niveaux record, touchant près de 16% de la population active. Et fin novembre, le gouvernement de centre-droit a adopté un budget d'une rigueur sans précédent afin de réduire coûte que coûte son déficit public. Les impôts vont massivement augmenter.

avec agences

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/01/2013 à 14:11 :
Comment résoudre le problème des déséquilibres des balances commerciales. Tant que l'Union Monétaire n'aura pas un budget fédéral il nous faudra arriver à cet équilibre par d'autres moyens. Une T.V.A. variable, pour produits locaux (15%) et produits importés (25%), serait une mesure rapidement applicable et aussi efficace. Ceci obligerait des firmes à construire des usines dans les pays vers lesquels elles exportent actuellement. Il n'y a aucune raison qu'une voiture de luxe (Audi ou Maserati par exemple) destinée au directeur de banque madrilène soit construite par des Allemands en Allemagne ou des Italiens en Italie, rapportant ainsi au fisc allemand et italien par le biais des impôts sur les salaires. eElles pourraient toute aussi bien être produite en Espagne par des Espagnols, ce qui rapporterait au fisc espagnol et réduirait du même coup les dépenses allocations chômage ainsi que le brain drain auquel nous assistons actuellement. Le transfert du travail me semble plus judicieux et plus facile à faire accepter par des prolétaires allemands que les transferts de capitaux permanents nécessaires à cause des déficits des balances commerciales chroniques de ces pays, déficits commerciaux qui sont la conséquence logique et inévitable des excédents chroniques allemands, Chinois et autres.
a écrit le 06/01/2013 à 15:54 :
Je me suis longuement interrogé ce qui guidait notamment Angela Merkel pour entrainer ainsi l?Europe dans la récession, pour trouver dans cette succession de mauvaises nouvelles la conviction de poursuivre son ?uvre. Les v?ux de la Chancelière apporte l?éclairage nécessaire et tout devient clair. L?Europe doit expier. Elle doit expier sa prospérité trop éclatante, elle doit mériter sa rédemption et Angela Merkel sera sa Némésis. Nous avons quitté le domaine économique pour entrer dans celui du mysticisme. Toutes les éléments sont en place, y compris le sacrifice.....http://laphrasedeshabillee.blogspot.fr/
a écrit le 06/01/2013 à 11:48 :
Et pendant que Miss Lagarde fait ses déclarations de nombreuses cantines d'écoles primaires sont restées ouvertes pendant les deux semaines des congés de Noël et de fin d'année, afin d'offrir tous les jours un déjeuner aux enfants dans les quartiers déshérités, où de nombreux parents sont au chômage et en fin de droits. 13000 écoliers ont été déclarés souffrir de carences alimentaires au Portugal par les établissements scolaires.
a écrit le 06/01/2013 à 11:44 :
Les bourreaux sont confiants, le peuple accepte leurs visions: tout va très bien, les malades agonisent sans geindre.
a écrit le 06/01/2013 à 9:41 :
Et en France tout va bien avec le Président normal et son équipe de grand-guignolesque.
Réponse de le 06/01/2013 à 10:39 :
le 6 mai, ton candidat de kadhafi a perdu...
a écrit le 06/01/2013 à 4:53 :
Le quotidien allemand « Die Zeit » du 10.12.2012 ecrit "Das beschämende Gefühl, Hartz IV zu beziehen" ce que je traduirais par: "Le sentiment de honte de devoir percevoir le RMI". Et bien voyez vous, dans plusieurs pays du sud de l'UME le RMI n'existe même pas. Les jeunes chômeurs (plus 50%) ont le choix entre le suicide et l'exode, il n'est pas rare qu'ils choisissent la première solution. L'exode vers d'autre continents prévaut encore, le Canada, l'Australie, les États Unis et même l'Amérique latine (Brésil, Argentine) les accueillent volontiers. Ils sont perdus pour L'UME et pour nôtre futur, car il ne retrouvent que rarement le chemin de l'Europe.
Réponse de le 06/01/2013 à 9:31 :
C'est bien là une triste vérité. Pas de perspective, pas d'avenir pour notre jeunesse. La fuite vers d'autres cieux est donc la seule planche de salut. Un livre bien idéaliste parle de cette jeunesse désabusée "les corps indécents". C'est pas pour rien qu'un professeur ait choisi le thème du suicide dans une dissertation. Quelle horreur. Comment changer cette situation intolérable et si cruelle ?
Réponse de le 06/01/2013 à 10:50 :
L'exode. Alors que la quasi totalité des pays ont leur chômage qui augmente du fait de la crise, est-ce une solution..??
Réponse de le 06/01/2013 à 10:54 :
Encore un jaloux qui en veut aux boomers.
Réponse de le 06/01/2013 à 11:48 :
La solution ? Se remettre au boulot une bonne fois pour toutes, finies les lubies de 30 piteuses.
Refonte du code du travail dans un sens plus equilibre et moins anti-employeurs, suppression des 35h, suppresion de 2 jours de conges, 45 ans de cotisations avant d'obtenir la retraite a taux plein.
Sur toutes ces mesures ne se debattent pas : si nous ne les mettons pas en oeuvre nous-memes, on se retrouvera sous tutelle et serons sommes de le faire.
a écrit le 06/01/2013 à 0:47 :
C'est curieux, ces multiples sondages et déclarations officielles allant dans le sens d'une "confiance" retrouvée..
Ce que fait la Troika est un pillage scandaleux, les populations rongent leur frein sans avoir eu le temps de s'organiser - car nous sommes devant une opération de Capitalisme de Choc - le sentiment que gouvernements et systèmes démocratiques actuels deviennent au mieux inopérants, voire corrompus est en train de monter..
Gare au conséquences !
Réponse de le 06/01/2013 à 9:27 :
Pour confirmer vos dire, une excellente vidéo sur Viméo datant de 2 semaines (90mn) de Nicolas Dupont Aignan et sa vision du monde actuel, c'est long mais intéressant.
a écrit le 06/01/2013 à 0:10 :
madame Lagarde et comme tous ses économistes , les chiffres ,les chiffres!!!!!! et le peuples????? .
a écrit le 05/01/2013 à 21:30 :
C'est Mme Lagarde nous disait en 2011 que la crise était finie, la croissance était revenue et le chômage en diminution. Spécialise de la langue de bois.
Réponse de le 06/01/2013 à 9:33 :
Madame Lagarde nous disait que la crise était finie en 2009 !!!! Pour elle, c'est vrai, il n'y a jamais eu de crise. Elle ne paie même pas d'impôts !
a écrit le 05/01/2013 à 21:22 :
la Rigueur est surtout sur le " les gens du bas" .
Les hauts fonctionnaires, ministres, députés européen etc... continuent de profiter de tout les avantages et de leurs situations avant et pendant la crise. Et malgré les manifestations du peuple et fcts, rien ni fait, les dépenses et autres avantages personnelles continuent.
Alors que sont sont bien eux qui ont mit le Portugal dans l'état ou il est maintenant. Avec une croissance qui était lié, depuis des années, au subvention de la CEE. Et ou chacun essayait de se remplir le plus les poches. L' intérêt personnel avant l?intérêt du pays.... comme d'autres pays je suppose.
a écrit le 05/01/2013 à 20:38 :
pathétique
a écrit le 05/01/2013 à 20:30 :
c'est pas centre-droit, c'est libéral
a écrit le 05/01/2013 à 17:28 :

c est lune des raisons de l investissement de VINCI .*
a écrit le 05/01/2013 à 17:17 :
Lagarde a encore frappé : le Portugal s'enfonce dans la misère mais les portugais sont très courageux ... Dites-moi madame la Marquise, si vous baissiez votre salaire de 30% , ça se serait courageux !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :