Le PIB espagnol chute un peu moins fortement que prévu

 |   |  165  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le PIB espagnol a chuté de 1,4% en 2012. Le gouvernement s'attendait à une chute de 1,5%.

Le gouvernement Rajoy tablait sur une chute de 1,5%. Le PIB espagnol s'est finalement réduit de 1,37% en 2012. C'est ce qu'indiquent les données provisoires publiées ce mercredi par l'Institut national de la statistique. En revanche, au quatrième trimestre, la contraction s'est accélérée de 0,7% par rapport au trimestre précédent, soit un peu plus que la prévision des analystes interrogés par Reuters (-0,6%).

Chômage record

Dans le même temps, le pays connaît un niveau de chômage record. Au cours des trois derniers mois de l'année 2012, il atteignait ainsi 26,02% de la population active, soit 5.965.400 millions de personnes. Une situation que certains économistes et une partie de la population impute aux politiques de rigueur imposées par les créanciers du pays.

Retour de la croissance en 2014?

Selon Madrid, l'Espagne devrait rester en récession cette année avec une contraction prévue de 0,5%. Mais Mariano Rajoy a promis le retour de la croissance pour 2014. 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/01/2013 à 16:36 :
1,4. ,1,5 par contre 900000 emplois détruits, 3,5 millions d emplois détruits en 5 ans ,il leurs faudra 20 ans pour s'en remettre.
a écrit le 30/01/2013 à 14:49 :
Encore un effort pour réduire votre dette. Privatisez l'éducation et la police. L'embellie est proche.
Réponse de le 30/01/2013 à 15:01 :
Pas besoin vu qu'il y a déjà énormément moins de fonctionnaires inutiles comme en France, qui elle collectionne des millions de planqués dans des ministères, des conseils généraux et départementaux, à la sécu, à l'ANPE, dans les ports dits "autonomes",, les trésoreries générales, les grattes papiers des hopitaux, etc, etc.. La dessus non plus les espagnols n'ont pas de leçon à recevoir par les collectivistes français.
Réponse de le 30/01/2013 à 15:20 :
c'est étonnant comme les réseaux des banques régionales espagnoles arrivent à supprimer plus de 50% de leurs agences. Ceux qui y "travaillaient" ne servaient donc à rien. Pourquoi la direction était-elle assurée par des politiciens ? Comment est-il possible qu'elles fassent faillite ? Et c'est encore l'Europe, donc la France qui vient à leur secours !! non aux assistés espagnols ! On peut dire la même chose des gouvernement autonomes, qui ont construit des équipements de prestige et des aéroports fantômes. Encore les contribuables collectivistes français qui mettent la main à la poche pour des subventions parties dans les sables..
Réponse de le 30/01/2013 à 19:45 :
Je vous signale qu'en France aussi on supprime des agences et des emplois dans les banques. vous ne le saviez pas ? Je vous signale aussi que les banques française sont aidées par l'état et par la BCE. Vous ne le saviez pas ? comme quoi ...
Réponse de le 01/02/2013 à 18:27 :
Vous habitez dans quelle Communauté Autonome Senior ??
Parce que l'Administration Espagnole alors là... bonjour !!
LOL comme on écrit maintenant.
En tout cas sur Madrid. Il parait qu'à Barcelone cela ne va pas mal. Rien à voir en tout cas avec la capitale. Vous séjournez à Barcelone je parie.
a écrit le 30/01/2013 à 12:23 :
C fou qu'une statisque en rapport avec les prévisions - même mauvaises - soit finalement une bonne nouvelle... Mais c vrais qu'ici nous ne sommes pas habitués à cela !!
a écrit le 30/01/2013 à 11:26 :
Allemagne , la Grandre-Bretagne; aujourd'hui l'Espagne et dans quelques heures présentation du PIB 2012 estimé pour les USA. Si je l'ai bien compris l'estimation du šPIB français sera publié dans 2 semaines? La fonction publique en France (malgré ses nombreux talents de statisticiens) nous présentera cela bien plus tard? Et pourquoi nous allons devoir assister à une correction sévère de l'estimation plus tard dans l'année 2013? La fonction publique française n'a pas le sens du service pour nous tenir informé?
Réponse de le 30/01/2013 à 11:42 :
Et l'état! L'état français doit reviser d'urgence son budget 2013; Il a besoin de ce service et des chiffres (ils ne sont pas là) et il a besoin de chiffres fiables (cela ne sera pas le cas) Pendant ce temps, notre état continue à dépenser....
a écrit le 30/01/2013 à 11:19 :
"Le PIB espagnol chute un peu moins fortement que prévu"

Dites donc chez vous il faut lire les sous titres : "Le PIB espagnol a chuté de 1,4% en 2012. Le gouvernement s'attendait à une chute de 1,5%."

Ca relativise
Réponse de le 30/01/2013 à 13:58 :
Lu dans l'état du monde : 20 ans ,c'est le temps qu'il faudra pour que les espagnols retrouvent le niveau de vie de 2007, qui n'était pas un des plus hauts d'europe, mais plutôt un des plus bas d'europe occidentale avec le portugal et la grèce.

What else? Ca leur fait une belle jambe d'avoir une croissance négative moins pire qu'attendu, il faudra 2 décennies pour retrouver la prospérité.
Réponse de le 30/01/2013 à 14:22 :
Ne croyez pas tout ce que vous lisez dans ce journal de gauche (comme 90% des journalistes français). L'Espagne n'a pas de leçon à recevoir de la France avec ses 3 millions de fonctionnaires en trop par rapport à son nombre d'habitant. L'Espagne s'en sortira bien plus vite que son voisin ultra collectiviste français, de plus ce peuple est courageux, et il fait tout pour encourager l'initiative privée, la création d'entreprise et la création de richesse. Les impots sont bien moins élevés qu'en France, et l'assistanat n'existe as. Cela fait 40 ans que la France a un déficit chronique, l'Espagne seulement depuis 5 ans. What else ?
Réponse de le 30/01/2013 à 14:55 :
"Cela fait 40 ans que la France a un déficit chronique, l'Espagne seulement depuis 5 ans. What else ?" Ben oui, l'Espagne a profité des subventions européennes, possible grâce aux contributeurs nets comme... La France.
Réponse de le 01/02/2013 à 18:31 :
Argent européen qui a servit à construire de belles routes, mais que les espagnols n'ont plus les moyens d'entretenir. Quand à l'Espagne qui s'en sortira plus vite dîtes moi avec quoi ???? Son jamon serrano, ses tomates cultivés en plein désert murcien par des semis-clandestins marocains, ses puty clubs, son futur Las Vegas ????
a écrit le 30/01/2013 à 10:39 :
Ce que l'on peut reconnaitre à l'Espagne ce que ce pays a eu le courage de baisser le salaire des fonctionnaires, des élus, et des dépenses en général. Ce gouvernement a aussi l'intelligence de réduire l'imposition des entreprises, pour aider la reprise, à l'inverse du matraquage fiscal français. La mentalité espagnole n'a rien à voir avec la mentalité française. Les espagnols sont en général des gens courageux n'ayant pas peur de cumuler plusieurs emplois, plutot que de tendre la main vers l'état. Comme ils n'ont que 1,4 million de fonctionnaires pour 44 millions d'habitants, alors que la France en a 5,5 millions pour seulement 65 millions d'habitants, l'Espagne se redressera plus vite que la France, avec des charges, des taxes et des impots ben moins hauts qu'en France. Je sais que ça rassure les français de croire leurs journaux télé expliquant que l'Espagne est au fond du trou, mais moi qui vis dans ce pays, je peux témoigner que les espagnols sont bien moins assistés et bien plus responsables que les français, et je suis persuadué qu'ils sont sortiront bien avant la France. Enfin le statut d'autonomo (travailleur indépendant) permet à tous ceux qui le souhaitent de créer leur affaire avec un forfait maximum de charges de 270 euro par mois tout compris, de déduire tous les frais (partie du loyer, la voiture, l'essence, les restos, frais de représentation, et tout le reste) de leur déclaration. On peut même avoir un nom commercial, embaucher des gens, prendre un véhicule en leasing, et le tout sans limite, etc..bref tout ce qui est interdit en France entant qu'indépendant. L'Espagne n'entretient pas les immigrés illégaux, aucun aide pour les clandestins et les tricheurs, et par rapport à l'enfer fiscal français, l'Espagne est un paradis. La richesse de ce pays c'est son peuple et sa mentalité de travailleur non assisté. Il n'y a pas de gestapo fiscale en Espagne, et les impots sont modérés et tolérables. Les retraités sont bien traités, et le système de santé n'a rien à envier à la France. Les hopitaux sont modernes, les prisons aussi. La jalousie n'existe pas non plus, personne ne va rayer votre voiture parce qu'elle est plus belle que la sienne. Certes la crise est ressentie plus durement car l'assistanat est bien moins important, mais c'est leur chance car la valeur travail et réussite est bien présente. Les français se croient supérieurs mais ils se trompent. Ceux qui critiquent l'Espagne n'y ont certainement jamais vécu. Tout n'est pas parfait mais c'est un pays bien plus libéral qu'en France, et on vous encourage à créer, à travailler et à réussir. C'est à dire tout l'inverse de la France. La qualité de vie en général est bien plus agréable qu'en France, du moins c'est mon avis.
Réponse de le 30/01/2013 à 11:00 :
L'Espagne est un très beau pays. Leur seul problème : ils sont dans l'UE et utilisent l'euro.
Problème partagée par beaucoup d'européens.
Réponse de le 30/01/2013 à 11:12 :
L'avantage de la France, c'est qu'elle ne diminue pas les retraites, ce qui permet à un expatrié au soleil de pouvoir la critiquer tout en profitant de ses avantages, et de bénéficier en plus du système de santé espagnol qui, ne lui en déplaise aide aussi les étrangers en situation irrégulière (heureusement pour eux) qui n'ont pas d'autre solution. Les espagnols ont souffert de façon beaucoup plus importante que les français car les banques y ont une puissance encore plus importante, demandez aux expulsés de leurs appartement ce qu'ils en pensent, (ceux qui se sont suicidés ne peuvent plus répondre) et à tous les autres qui tremblent en guettant le taux de l'Euribor qui leur augmente automatiquement leurs crédits. Les mesures prises par Rajoy profitent toujours aux mêmes, les plus riches, qui continuent à trafiquer dans l'immobilier et la banque, encore plus depuis que c'est la débandade. Les scandales de corruption se succèdent sans qu'on voie de condamnation. Ceux la vont effectivement en ressortir encore plus fort. les autres, qu'ils travaillent s'ils peuvent (26% de chômage !!!) et qu'ils se taisent. Demandez à ceux qui ont 400 euros par mois (une majorité des chômeurs) quelle est leur qualité de vie ! On la devine. C'est facile de dire que le vie est agréable en regardant vers la plage.
Réponse de le 30/01/2013 à 11:22 :
C'est exact mais je sais que contrairement aux français le peuple est prét à revenir aux Pesetas s'il le fallait, ce n'est pas tabou ici. Ce peuple a eu la chance de ne pas être intoxiqué par 40 ans de politique d'assistanat et d'état providence.
Autre chose de frappant ici, lorsqu'un enfant à l'école dit qu'il veut être Mossos (policier), il est la star de sa classe, alors qu'en France il se ferait mattraquer. Lorsqu'un policier pourchasse un voleur dans la rue, la population lui vient en aide, et l'applaudit lors de son arrestation, en France les policiers se font agresser. On ne discute pas avec la Police en Espagne, et il n'y a pas de horde de sauvages agressifs dans les centres commerciaux, ou dans la rue, c'est la tolérance zéro pour ceux nuisent au bien être des gens, et ça change tout.
J'ai personnellement entendu de la bouche de marocains qui travaillaient en Espagne dire que puisqu'il n'y a plus de boulot en Espagne (car s'ils viennent ici c'est uniquement parce qu'ils y a du travail pour eux vu qu'il n'y a pas d'aide, hormis la santé et l'alimentation solidaire), et bien ils partent en France, car en France l'état s'occupera d'eux. Si vous les français vous êtes d'accord avec ça et bien ne changez rien.
Réponse de le 30/01/2013 à 11:22 :
arrêter de dire n'importe quoi, l'espagne est en ruine totale car les gouvernements précedent ont misé á fond sur l'immobillier á tout va. il n'y a aucune alternative aujourd'hui pour les espagnols. sinon fuir le pays ou accepter des salaires de misère.
Réponse de le 30/01/2013 à 11:38 :
@ssb
encore quelques mois et les "salaires de misère" , c'est pour vous aussi.
Remarquons que ces "salaires de misère " vous classeront quand même dans les 10 % plus riches de la planète.
Réponse de le 30/01/2013 à 11:42 :
à Travailleur. Pour ma part je ne suis pas en retraite, je suis un travailleur indépendant (Autonomo), et je ne bénéfice d'aucune aide, ou de prestation de la France, et il me semble que c'est l'Europe qui permet de vivre ou on veut au sein de l'union, retraités ou pas. Contrairement à ce que vous dites il n'y a aucune aide médicale en Espagne si vous ne cotisez pas soit à la sécu espagnole, ou si vous n'avez pas d'assurance santé privée. bien sur si vous êtes victimes d'un accident d ela route on vous soignera, assurance ou pas. en Espagne comme en France si vous ne payez pas le crédit de votre maison vous serez expulsé, mais il est aussi possible d'avoir un moratoir de 2 ans sans rien payer pour trouver une solution, je ne coris pas que cela soit le cas en France, donc ce que vous dites est faux.
Il y a bien plus d'expulsion pour non paiement en Espagne plutot qu'en france car les espagnols sont à 88 % propriétaire de leurs logements, pour seulement 55 % en France, alors mathématiquement il y en a bien plus, c'est normal, mais ça votre télél ne vous l'explique pas.
Je connais aussi des suicidés en France à cause de leur surendettement, ou bien parce que votre gestapo fiscale les a dépouillé de tout. Demandez à leur familles à votre tour ce qu'elles en pensent. Il est vrai que les taux des crédits sont en général moins plafonnés (cantonnés) qu'en France, mais il ne faut pas oublier non plus que les espagnols ont connus 15 ans de croissance ininterrompue durant 15 ans, tout en ayant remboursé tous les crédits européens. Depuis combien de décennies la France n'a t'elle pas connue de croissance ininterrompue durant autant de temps ? Les mesures prises par le gouvernement ici n'est uniquement destiné aux "riches" comme vous dites, mais à toutes les entreprises, et la majorité sont petites, mais aussi pour les indépendants (autonomos), votre propagande est donc fausse la aussi. C'est vrai qu'en France ne pas être pauvre c'est un crime, en Espagne la réussite est encouragée, c'est toute la différence. Se focaliser sur les éventuels magouilleurs financiers est stupide, car il en eiste partout, et la France est considérée comme un des principaux pays ou sévit la corruption, d'aprés des classements mondiaux, je ne crois pas que l'Espagne a de leçon à recevoir des français la dessus non plus. de plus il y a d nombreuses condamnations pour les abus dans l'immobilier ici, étrangement vous n'en parlez pas. quand au chomage la différence entre l'Espagne et la France est qu'ici il n'y a pas de RMI, RSA, ou autre traficotage des chiffres pour faire diminuer artificiellement le nombre de chomeurs. En France si on additionne les chomeurs inscrits, les non inscrits, les RMIStes professionnels, les stagiaires, les pré retraités, il y a longtemps que la France dépasse les 20 % de chomeurs, en Espagne c'est nouveau. quand aux 400 euro par mois demandez donc vous memes aux RMIstes français combien ils percoivent, de plus le cout d ela vie ici est 30 % moins élevé qu'en France, et le travail au noir est toléré (pas trop tout de meme) car cela participe à l'équilibre économique des espagnols, en Espagne on préfére cela plutot qu'à l'assistanant, au moins la valeur travail veut dire quelque chose ici. Je précise aussi que les femmes seules avec des enfants, et les personnes âgées sont ici bien mieux aidés qu'en France. Je vois que vos clichés sur l'Espagne vous empêche d'être objectif. Je répète que tout n'est pas rose mais tellement différent de la sale mentalité française qui en veut à ceux qui possèdent plus qu'eux, que décidément je n'ai aucun regret à m'être instalé en Espagne, et le nombre d'exilé français ne cesse d'augmenter. Ce n'est pas un exil mais une exode.
Réponse de le 30/01/2013 à 11:49 :
à ssb. Si je dis n'importe quoi et bien dites moi précisément quels sont les points que vous contestez, plutot que de vous limiter à rejeter en bloc mes propos. Il est vrai qu'il y a des espagnols qui cherchent ailleurs du travail. Mais dois je vous rappeler le nombre de français qui ont fuient la France pour un meilleur avenir ? 300.000 rien qu'en Angleterre, et plusieurs millions au total dans le reste du monde. Tous mes amis de ma génération (j'ai 45 ans) qui avaient de l'ambition et qui pouvaient partir, sont tous partis de la France, écoeurés par la pression fiscale, et beaucoup sont en Asie, aux USA, en Angleterre, et autres, et ce depus des années. Et cela continue avec la jeune génération française. C'est autant d'entreprises et d'emplois en moins chez vous. Et après vous pleurez parce qu'il y a du chomage en France ? Quelle rigolade !!
Réponse de le 30/01/2013 à 14:48 :
@senior :" l'assistance sanitaire" aux sans papiers a existé jusqu'à septembre 2012, encore que les autonomies ne l'ont pas toutes supprimée depuis, elle subsiste. Crédit immobilier : la saisie de la résidence ne paye pas souvent le reliquat de crédit car les taux de prêts variables ont souvent fait accumuler une dette supérieure au prix de la résidence, d'où expulsion plus dette résiduelle importante, ce qui est un cas inexistant en France. D'ailleurs, pendant le moratoire éventuel, la dette continue de s'accumuler. La croissance de l'Espagne, grâce aux crédits européens est heureusement un fait, et la France y a grandement participé. Je n'ai pas écrit que les mesures économiques prises par Rajoy ne profitent qu'aux riches, mais qu'elles favorisent les plus riches. Renseignez vous. Le classement de Transparency International place la France en position 25 et l'Espagne en position 30, donc plus corrompue, mais ce n'est pas mon propos, simplement la corruption y touche surtout ces très riches politiciens, banquiers promoteurs (souvent les mêmes ou liés). Le décompte des chômeurs est celui qui est accordé au niveau international, chaque pays le décompte de la même manière, et prend les mesures sociales qui lui conviennent. Les chiffres de 11% pour la France et 26% pour l'Espagne sont basés sur le même mode de calcul. Vous pouvez ne pas être d'accord, mais c'est votre opinion. Maintenant en résumé, je n'utilise pas de clichés sur l'Espagne, ni sur la France d'ailleurs, et je ne considère pas un pays supérieur à l'autre. J'ai longtemps travaillé hors de France, pas par dépit pour celle-ci, mais je respecte votre opinion et vos choix. Par contre si je ne critique pas l'Espagne, je ne pense pas qu'elle soit un modèle à suivre pour la France. Les deux pays ont des histoires et des économies différentes, l'Espagne a eut à se relever du franquisme qui l'avait laissée dans un état économique et social arriéré par rapport au reste de l'Europe et elle a bien rattrapé son retard, mais elle a aussi fait des erreurs économiques fortes, en particulier sur la place excessive du secteur de la construction et la formation de ses jeunes. Je reconnais également que les espagnols ont (avaient) une vision de la vie plus optimiste que les français, plus grincheux. Mais l'économie est quand même plus solide en France, et les inégalités moins criantes que dans beaucoup de pays, et oui, certainement la pression fiscale et la redistribution y sont pour quelque chose. Encore que, bien sûr, il vaut mieux être bien portant, riche et jeune que pauvre, malade et vieux. On peut alors se passer de toutes ces compensations.
Réponse de le 30/01/2013 à 15:40 :
à Travailleur.

Vous avez raison de préciser que l'assistance aux sans papier a existée jusqu'en septembre 2012, depuis elle a cessée, alors qu'en France les clandestins n'ont qu'à mettre leur enfants à l'école pour qu'ils deviennent inexpulsables, et ils peuvent bénéficier de toutes les aides sociales payées par les contribuables. Comme d'ailleurs, en France, n'importe quel individu qui fracture la porte de votre logement pour s'y installer, et qui a mis un contrat EDF a son nom, les propriétaires ne peuvent pas l'expulser pour récupérer leurs biens. En Espagne cette aberration n'existe pas.

En France non plus la vente d'un bien immobilier sous crédit ne paie pas toutes les dettes, et même si le moratoir n'empèche pas l'accumulation des dettes, il laisse un repis au propriétaire, ce n'est pas le cas en France ou aucun moratoir n'est possible, sauf arrangement rare avec la banque préteuse.

La croissance a été financée par l'Europe, certes, mais ces prets ont été remboursés, et ce ne sont pas des prets qui créent la croissance mais e dynamisme économique d'un pays. Expliquez nous pourquoi la France elle n'a pas connue 15 ans de croissance ininterrompue alors qu'elle n'avait pas besoin de ces prets européens. Je vous rappelle aussi que la France bénéfice de 40 milliards d'euro de la part de l'Europe tous les ans, pour subventionner son agriculture, la fameuse PAC, et l'Espagne contribue à payer ces aides, elle aussi.
Je précise aussi que la France elle a bénéficie de l'aide financière des USA à la sortie de la guerre, le plan Marshall pas l'Espagne, sans cela la France serait encore au moyen age, si je suis votre raisonnement. Et la France qui déteste le monde de la finance lui empreinte des milliards depuis 40 ans pour tenter de bouffer les trous de ses déficits dues à sa mauvaise gestion collectiviste.

Ecrire que la politique actuelle en Espagne bénéficie d'abord aux plus riches ne signifie pas que cela est vrai, il faut le démontrer. Et contrairement à vous je vis en Espagne, et entant qu'indépendant, j'affirme que les mesures fiscales allégées prises par le gouvernement Espagnol actuel bénéficie d'abord aux indépendants et aux PME, donc à l'emploi, et au peuple. Veuillez aussi définir ce que le "mot" riche veut dire pour vous. A partir de combien se fait on traiter de "riche" en France ? Ce qui est devenu une insulte, voir une honte. En Espagne on considère que s'enrichir est un bien, car plus de riches, c'est moins de pauvres, et les "riches" font vivre beaucoup de gens, et je sais qu'en France on pense inversement. Voci pourquoi vous vivez une exode fiscale massive depuis des années. Demandez aux français qui s'installent chaque jour en Espagne, et vous verrez.

Je ne crois pas non plus que l'Espagne a de leçon à recevoir en matière de scandale immobilier, financier ou politiciens magouilleurs, surtout de la part de la France. Rappelez vous le scandale du Crédit Lyonnais (200 milliards payés par les contribuables) et personne en prison, les Charbonnages de France, les scandales des CE d'EDF ou de la RATP, personne en prison non plus, le scandale actuel de DEXIA, ou l'état est actionnaire majoritaire (encore des milliards payés par les contribuables), du déficit de la SNCF (170 milliars encore payés par les contribuables), mais aussi le scandale du sang contaminé (et le fameux responsable mais pas coupable de la part des politiciens de gauche au pouvoir), etc, etc...non décidément la France est mal placée pour se prévaloir de quoi que ce soit en la matière. Les "riches" politiciens de gauche, comme de droite, en France ne rendent de compte à la justice, en Espagne je ne dis pas que cela n'existe pas mais c'est sans commune mesure avec la France, et je vis en Espagne depuis longtemps alors je peux comparer. La France non plus n'est pas un modèle ni pour l'Espagne, ni pour le reste du monde d'ailleurs. Votre fameux système social en faillite que personne ne veut copier fait doucement rigoler. Car sous couvert d'arguments dits de "solidarité" c'est avant tout un système qui entretient la misère, et permet d'embaucher de smillions de fonctionnaires en trop, bien sur payés par les contribuables, mais qui votent pour les politiciens qui les protégent. Et on voit le résultat !!

Si pour vous l'économie est plus solide en France ce n'est certainement pas grace à vos politiciens et l'état interventionniste qui se méle de tout, nuit à tout, et qui confisque 57 % de la richesse nationale pour entretenir le "mammouth", comme le disait un politicien de gauche. En Espagne au moins la création d'entreprise est encouragée, et on ne reçoit que 1 papier de l'administration par semestre, contrairement au maquis administratif français, et sa complexité sans nom.

Votre vision collectiviste de ce qu'est l'inégalité est toute française, car pour le reste du monde votre égalitarisme n'est que du collectiviste totalitaire. L'égalité en Espagne c'est l'égalité des droits, mais aussi et surtout la responsabilité des individus. Votre égalitarisme provoque les plus inégalités qui soient, car celui qui travaille se voit dépouiller de ses richesses pour entretenir des hordes de fonctionnaires, des assistés professionnels, des étrangers polygames et autres, mais aussi des monopoles d'état ultra syndiqués. non vraiment en espagne comme ailleurs on ne veut pas de votre sens d el'égalité, merci.

Jamais je ne reviendrai dans ce pays ultra collectiviste qui n'est plus le mien, et bon courage aux franchouillards persuadés d'avoir raison contre le monde entier. Et contrairement à vos propos en Espagne les plus faibles sont aidés, les femmes avec des enfants, les personnes agées, et les handicapés, mais tous ceux qui sont en mesure de travailler doivent se bouger, et ne pas à la charge du contribuable, c'est une autre façon de voir, et qui n'attisent pas les jalousies contre les "riches" comme vous dites.
Réponse de le 30/01/2013 à 15:43 :
Arrêtez de décrire l'espagne comme le paradis alors que c'est tout le contraire. les espagnoles ont crées grâce à l'appui de tous une économie basée sur la construction uniquement, résulat éclatement de la bulle immobilitère, une quantité énorme de familles ruinées ou endettées pour plusieurs génération en plus baisse sans arrête de sprix ds logements ce qui rend le panaorama encore pire. 20 millions d'espagnoles vivaient de ce système et pour changer les choses il faudra au moins 30 ans. résultat 10 millions de personnes pratiquemment non recyclables et perspectives vraiment morose. le rest de l'économie á fait baisser les coûts du travail pour concurrencer l'asie, je ne suis pas sûr non plus que cela soit la bonne solution.
200000 jeunes espagnoles surdiplomés ont dû évacué le pays pour éviter la misère et 100000 étranger (amérique du sud ) sont rentrés au bercail. Résultat les ingénieurs espagnols, valables, sont partis renforcés les économies les plus puissantes.
je ne vois pas dut tout le tableau rose que vous décrivez????
Réponse de le 30/01/2013 à 16:10 :
à SSB;
Paradis ? Ou voyez vous le mot "paradis" dans mes commentaires ? Vous ne vivez pas en Espagne alors que moi ci, et je vous prie de lire mes commentaires et de répondre aux questions que je souléve. J'argumente sur le fait qu'en Espagne le poids de l'état et des taxes écrasantes et bien moins fort? J'argumente sur le fait que cela fait 40 ans que la France vit à crédit en empruntant sur les marchés financiers, alors que votre président dit les détester. Je dis qu'en France 57 % de la richesse produite est confisquer pour entretenir 5,5 millions de fonctionnaires pour seulement 65 millions d'habitants, alors qu'en Espagne il n'y en a que 1,4 million pour 44 millions d'habitants. Je dis que les récentes mesures prises en Espagne pour encourager la création d'entreprise, et donc d'emplois, c'est l'inverse de ce qui se pratique chez vous avec l'extra ordinaire pression fiscale, la plus importante d'Europe. Je dis que votre mentalité anti riche est contre productive et que votre gouvernement a réussi à rallumer la lutte des classes du 19 eme siècle. Je dis que le mentalité espagnole est plus intéressée à réussir par le travail et l'entreprise, alors qu'en France l'assistanat régne et ou il est mal vu de réussir. J'attends vos démonstrations du contraire.
Réponse de le 01/02/2013 à 18:50 :
Je vous réitère la question posé plus haut : dans quelle communauté autonome vivez-vous Señor ?
Car déjà il faut bien le préciser : l'Etat espagnol est une fédération de Communauté très très autonomes. Difficile d'imaginer à quel point dans notre état français jacobin. Pour avoir vécu 3 ans à Madrid et y aller régulièrement je vais me permettre de vous reprendre sur certains points.
Vous avez raison, pour l'instant, concernant le système médical espagnol... dans les villes. Très bon, pour l'instant, vous savez pourquoi je dis ça.
Concernant les fonctionnaires je vous rappelle les énormes files d'attentes pour n'importe quel papier que l'on peut retirer ici en France sur internet.
Moi aussi j'ai été autonomo et vous oubliez de préciser qu'un autonome cela se fait lourder en 1/2 secondes, et qu'il ne touchera pas le chômage. Et sans famille direction le sas de la banque pour aller pioncer sur un carton. De plus maintenant moins en moins de CDI mais tout le monde autonome. Rajoy s'en est bien rendu compte et c'est pour ça qu'il a officialisé le despido (licenciement) vite fait bien fait.
Quand au fait que vous osez écrire qu'il n'y a pas de saisie d'appartement j'hallucine !!! Il y a eu un moratoire certes mais parce qu'il y avait de plus en plus de monde qui se jetait par la fenêtre quand arrivait la police !!
Et grâce à la Plataforma.
Une pause : vous parliez de Mossos vous êtes donc bien en Catalogne. Je le savais car tous les français qui vivait à Barcelone ont ce discours. Ils méconnaissent grandement la réalité du reste du territoire (j'ai vécu un peu à Murcia également) La Catalogne pour moi est indépendant dans les faits. Le castillan n'est même plus enseigné sur son sol. Toute ce que vous dîtes en parlant de l'Espagne est faux. Ecrivez Catalogne svp ou Cataluña comme vous voulez. Je vais pas vous reprendre sur le reste vu que je ne connais pas cette Comunidad Autónoma.
Réponse de le 11/02/2013 à 3:51 :
Pour bien connaître l'Espagne je suis d'accord avec senior la France est devenue une poubelle. Je vais m'installer en Espagne pour faire du business car la bas on sait ce que c'est que le travail

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :