Euro fort : ce qu'a vraiment dit François Hollande

 |   |  749  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
François Hollande s'est prononcé mardi pour la mise en place d'un objectif de change au niveau européen, afin de lutter contre les politiques monétaires chinoise, américaine et japonaise à des fins concurrentielles. Mais sur le fond, le président de la République a surtout défendu une concertation des membres de la monnaie unique entre eux sur la valeur réelle de l'euro. Ce afin d'arriver groupés pour négocier la mise en place d'une réforme monétaire internationale avec les membres du G20. Mais face à la fin de non recevoir imposée par l'Allemagne, la partie s'annonce compliquée pour François Hollande.

En se prononçant pour qu'un "objectif de change à moyen terme" soit fixé par les européens pour l'euro, François Hollande a frappé un grand coup sur le plan symbolique. Toutefois, il ne faut pas y voir une prise de position pour la mise en place d'une politique monétaire expansionniste visant à affaiblir l'euro.

Car sinon la force de l'euro, c'est la faiblesse du yuan et du dollar, et la mise en place de politiques monétaires à des fins concurrentielles par la Chine, les Etats-Unis et le Japon, qui était au c?ur du discours de François Hollande. Ainsi, selon lui, "certains pays comme les Etats-Unis ou la Chine utilisent aussi leur taux de change à des fins de soutien de leur propre croissance".

L'indépendance de la BCE n'est pas visée

Pas question toutefois d'entrer dans la guerre des monnaies. "Se lancer dans la guerre des changes conduirait à une destruction mutuelle" commente en ce sens Étienne Farvaque, économiste et auteur de La Banque centrale européenne (Broché). Et ça n'est pas là la stratégie défendue par François Hollande, qui n'a évoqué ni politique monétaire expansionniste, ni manipulation de taux de change de l'euro.

Tout juste la Banque centrale européenne a-t-elle été égratignée concernant son rôle par le président de la République, pour qui "une zone monétaire doit avoir une politique de change" afin de ne pas être soumise "aux humeurs des marchés".

Mais "il ne s'agit pas d'assigner de l'extérieur un objectif à la BCE", s'est défendu François Hollande. De fait, la Banque centrale européenne est seule décisionnaire de la politique de change au niveau de la zone euro, et sa mission est d'assurer la stabilité des prix. Tenter d'imposer une stratégie à l'institut de Francfort n'aurait de toute manière pour effet que de "provoquer un raidissement de la BCE", selon Étienne Farvaque.

Une réforme monétaire internationale

"Nous devons agir au niveau international pour que nous puissions faire valoir nos propres intérêts," a alors plaidé François Hollande, évoquant le seul levier restant à la zone euro pour contrer l'appréciation de la monnaie unique par rapport au yen et au dollar. Plusieurs responsables français avaient évoqué récemment le rôle que jouerait la France à l'Eurogroupe et au sommet du G20 de la mi-février pour un retour à un niveau des parités jugé plus juste.

Ainsi le président de la République milite-t-il pour que les chefs d'États et de gouvernements se déterminent "sur le moyen terme sur un niveau de change qui (...) paraît le plus réaliste, le plus compatible avec l'état de l'économie réelle". Reste à savoir comment les européens peuvent arriver groupés face à la Chine, aux Etats-Unis et au Japon.

L'Europe désunie sur la question de la valeur de l'euro

Car sur la question de la valeur réelle de l'euro, le débat reste entier. Ainsi, suite aux propos de François Hollande, le ministre des finances Philipp Rösler a-t-il immédiatement réagi en considérant que "l'objectif doit être de renforcer la compétitivité au lieu d'affaiblir la monnaie", campant sur les positions allemandes traditionnelles selon lesquelles l'euro ne serait pas surévalué.

Hors zone euro, le président de la République ne pourra sans doute pas non plus compter sur le soutien de David Cameron, qui n'a pas intérêt à voir le niveau de la livre sterling remonter par rapport à l'euro. Ce qui ferait perdre au Royaume-Uni une partie de son avantage compétitif sur la zone euro.

Une récente étude de Deutsche Bank souligne les divergences d'intérêts qui minent la monnaie unique. Selon la banque allemande, le niveau de l'euro à partir duquel l'économie française est fragilisée se situerait autour de 1,22-1,24 dollar, et 1,16-1,17 dollar pour l'Italie. Tandis qu'il serait de 1,54-1,94 dollar pour l'Allemagne. François Hollande pourrait encore trouver un soutien en la personne de Mario Monti, le président du Conseil italien pour quelques semaines encore.

La hausse de la monnaie unique par rapport au yen et au dollar n'est par ailleurs pas sans effet néfaste pour ses membres périphériques, en annihilant les efforts de dévaluation interne consentis depuis le début de la crise. Mais ces soutiens potentiels risquent de n'avoir que peu de poids face à la ligne de Berlin.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/02/2013 à 19:39 :
La France est-elle faible?
a écrit le 11/02/2013 à 19:34 :
L?Europe c?est comme son symbole, on tourne en rond? ça sent l?urine comme dans le métro parisien !
a écrit le 11/02/2013 à 18:51 :
Alors, on pourrait dire : c?est ta famille, jolie famille? 60 milliards de réduction de dépenses et 30 milliards d?impôts ne couvrent pas la compétitivité? Alors nordiste ou? sudiste ?
a écrit le 08/02/2013 à 11:57 :
En tant qu'allemand et fonctionnaire je me dis que pour le moment, grâce a nôtre excédent de la balance commerciale de 16 Milliards PAR MOIS en moyenne et ceci depuis plus de 10 ans. Nous profitons plus que quiconque de l'UE et de l'Union Monétaire, ceci aux dépens des pays moins favorisés que nous. Les quelques petits milliards que l'Allemagne doit verser à Bruxelles tous les ans ne sont rien par rapport à l'excèdent commercial que nous réalisons grâce à cette petite cotisation. Excèdent commercial énorme qui nous permet d'exporter nôtre chômage vers les pays de l'union monétaire économiquement plus faibles et qui, a cause des traités imposés à l'UE et surtout à l'Union Monétaire par l'axe franco-allemand, ne peuvent ni empêcher ni taxer l'avalanche de produits Made in Germany, Made in China, Made in Korea, etc., etc., qui étouffe et empêche leurs propres économies de se développer. Les bénéfices ainsi réalisés dans les pays sur-endettés, y compris la Grèce et la France étant souvent réinvestis par nos grandes entreprises hors de la Zone Euro, souvent dans les pays de l'ancien bloc soviétiques que nous sommes en train de coloniser d'ailleurs en rachetant tout ce qui est privatisé, ce qui va nous donner le contrôle économique sur ces pays. Que la Grèce, l'Espagne, le Portugal et autres affichent un chômage des jeunes qui dépasse déjà les 50% n'intéresse ni M Weidmann, ni M Sarrazin, ni ma pomme, et Merkel s'en balance, en fait cela nous arrange, nous récupérons ainsi l'élite de ces pays, puisque nous manquons de jeunes hautement qualifiés. Quand à M Klaus Regling, qui se dit inquiet pour l'Italie (production industrielle en baisse de plus de 25% depuis 2007), croyez moi, c'est bien le dernier des soucis des Allemands. L'Italie est destinée à faire partie du tiers monde à plus ou moins brève échéance, la France également mais à très long terme. Les accords UE ne garantissent pas une qualité de vie similaires dans les pays de l'Union Monétaire, le fait que les pays pauvres deviennent toujours plus pauvres et les pays riches toujours plus riches le prouve. Une sorte de néocolonialisme en somme. Et qui nous empêchera de quitter ce cirque qu'est l'UE, une fois que nous aurons reconquis en en prenant le contrôle économique, les « Ostgebiete » perdus après la deuxième guerre mondiale? Déjà une bonne partie de ces territoires est au main du gros capital allemand.
Réponse de le 11/02/2013 à 19:14 :
Merci pour votre intervention. En France on fait dans l?individu fonctionnarisé? Reste que vous planquez 40% de votre dette ce qui vaut bien une dégradation et que vous comptez 6% de chômeurs sur une population active faible. Combien de masters sur le carreau aujourd?hui en France ? Le tiers, voila un monde de progrès ! L?Europe c?est la 5ème roue du carrosse mondial, point final ! Certes vous n?avez pas fait dans la bulle immobilière comme tous les autres? Cependant, vous permettez qu?on rigole sur le niveau de croissance de la zone !
a écrit le 08/02/2013 à 8:15 :
Poutrquoi il a dit quelque chose. Ca change dés maintenant!
a écrit le 08/02/2013 à 7:41 :
Espérons que, vu la crise, le temps où l'Allemagne et la France se mettaient d'accord avant un sommet pour imposer leur solution aux autres soit révolu, parce-que c'est bien cela qui a conduit l'Europe au bord du précipice et qui a permis surtout à l'Allemagne, moins à la France, de s'engraisser aux dépens des autres économies européennes, ceci grâce à son excédent commercial chronique avec les pays plus faibles malgré eux. Les accords interdisant à ces pays de limiter le déficit de la balance dommerciale. Déficit qui est aussi la cause du déficit budgétaire par manque à gagner. Alors que son excédent permet à l'Allemagne d'exporter son chômage vers ces pays! 60% de chômage des jeunes en Espagne!
Réponse de le 08/02/2013 à 14:00 :
C´ est bien vrai tout ca . C´est Bismark et la Prusse qui sont responsables de la bulle espagnole !!! Les espagnols n´ont jamais voulu acheter ces 100.000 de milliers d´ appartements financés sans aucun apport personel avec 110 % de crédit et uniquement pour spéculer sur la plus value .... ILs en ont été forcés !!!!
a écrit le 07/02/2013 à 22:32 :
"Une récente étude de Deutsche Bank souligne les divergences d'intérêts qui minent la monnaie unique." Tout est dit !
Une monnaie unique sans solidarité entre ceux qui sont contraints de l'utiliser devient un instrument d'asservissement, de colonisation, et de pillage des pays déficitaires, au profit des pays excédentaires...
Or, les excédents commerciaux du Nord, ne pourraient exister sans les déficits du Sud ! Avec la monnaie unique, la connotation "Excédent=vertu et déficit=vice" est dénuée de sens ! La monnaie unique "sans interet commun" ( entre ceux qui l'utilisent), pour guider l'action de la BCE a conduit à une véritable crise humanitaire en Grece et au Portugal, (avec une baisse sévère de l'espérance de vie). Cette UE de Lisbonne ne mérite que du mépris !
Alors que la politique budgétaire et la création monétaire sont 2 outils permettant de contrôler la masse monétaire, l'indépendance de la BCE, revient à priver la puissance publique des moyens qui peuvent aider à piloter un système économique !
Enfin, la méthode objective de comparaisons entre monnaies, en vue d'établir un taux de change equitable, méthode dite du "calcul en PPA" (Parité de Pouvoir d'Achat), montre que l'Euro devrait être à 1,15$ (et non 1,35 ou davantage).
Le fait que la BCE doive rester inerte devant cet écart (pres de 20%), par rapport au taux de change issu du calcul en PPA... est assimilable à une trahison !

Il faut détruire cette monnaie inique (ou du moins reformer de façon radicale le statut de la BCE), avant... qu'elle ne nous détruise !
Réponse de le 08/02/2013 à 7:33 :
@ R. Zaharria,
Bonne étude des causes des problèmes de l'Union Monétaire. Pas d'accord avec vôtre conclusion. Je pense qu'il faut simplement modifier les traités. L'Euro n'est pas le problème, le problème est l'axe franco-allemand qui a imposé les traités tels qu'ils sont aux autres pays de l'Union. Ces accords avantagent les économies fortes, ce qui explique que les divergences économiques entre les pays de l'Union Monétaire ont augmenté alors que le contraire aurait été souhaitable.
Il nous faudra sans doute revenir à un minimum de protectionnisme pour redresser la barre au sein de l'Union Monétaire si nous ne voulons pas que les petites économies soient cannibalisées par les grosses.
Réponse de le 08/02/2013 à 10:53 :
Sur le remède, je ne crois pas que nous soyons en désaccord : je mentionne l'option "réforme radicale du statut de la BCE", tandis que vous parlez de "simplement modifier les Traités" !

Cependant... sur le "Comment"... il me semble que modifier les traités ne peut se faire "simplement" ! Or, en attendant que cet évènement improbable se produise (27 droits de veto...), l'espérance de vie diminue en Grèce et au Portugal ! (Les premières émeutes de la faim viennent de se produire en Grèce).

Le 6 mai dernier, Hollande représentait l'unique (faible...) espoir de modifier cette situation inacceptable. Or, comme le montre encore l'issue du marathon de négociation de cette nuit, il ne cesse de capituler: OK pour une baisse de 3% du plafond pluriannuel de dépenses de l'UE !
L'UE de Lisbonne est devenue une machine à répandre l'austérité ! Elle peut se comparer à un mécanisme de redistribution de revenus fonctionnant a l'envers: de tous vers les plus riches, en UE et hors UE !
Une union politique dont les règles imposent à des dirigeants locaux, (pusillanimes, ignorants, ou corrompus, peu importe ici), la baisse de l'espérance de vie de leur population, ne vous fait-elle pas horreur ?
Baisse de plus de 20% du PIB, en 4 ans ! Au berceau de la démocratie, ce cauchemar qu'est devenue l'UE de Lisbonne fera-t-il plus de victimes que la dictature des colonels, ou la 2ième guerre mondiale ?
Je répète: il est urgent d'enrayer la machine infernale qu'est devenue cette UE de Lisbonne, (que je désigne ainsi pour ne surtout pas la confondre avec le rêve européen de Victor Hugo... que nous sommes nombreux à partager).
Je ne peux m'empêcher de penser que laisser cette UE de Lisbonne asservir et coloniser des peuples au Sud, c'est un premier pas sur le chemin qui conduit au crime contre l'humanité !
a écrit le 07/02/2013 à 19:22 :
Si la valeur de l'euro est à l'image du roi des illusioniste francoi hollande la cote sera au muinima
a écrit le 07/02/2013 à 2:31 :
Valeur réelle de l'Euro ? Ça ne veut rien dire ! Rien n'a de valeur absolu. La valeur d'une chose dépend de ce que les deux parties qui l'échangent veulent lui donner. C'est du bon sens et le B.A-BA de l'économie.

M. Hollande et les économistes d'opérette qui le conseillent n'ont apparemment rien compris, comme beaucoup de personnes d'après les commentaires qu'on peut lire... En outre, vouloir fixer un cours artificiellement bas aidera certes quelques industriels qui exportent, mais appauvrira l'ensemble de la population avec un renchérissement des produits importés, ou leur disparition pur et simple si ces produits deviennent trop chers. Heureusement, le délire de fixer le cours de l'Euro a sa "juste valeur" risque de ne pas être mis en oeuvre de sitôt.
a écrit le 06/02/2013 à 23:46 :
On tourne en rond. ?uro Fort, pas fort, Yen,Dollar...Le problème c'est la dette des Etats, enfin, le vol autorisé via les banques, ponction sur le travail des peuples. La seule solution, radicale est de ne plus rembourser les dettes, ressources principales de paradis fiscaux, scélératerie néo-libérale. On fait d'une pierre deux coups, on sort du néo-libéralisme et les paradis fiscaux s'effondrent.
Réponse de le 07/02/2013 à 2:44 :
Vous avez raison au début, le problème actuel n'est pas le cours d'une devise mais bien la dette des États. Là où vous vous trompez c'est sur l'origine et la destination de celle-ci.

La ponction sur le travail des peuples s'appelle l'impôt et l'État la gaspille en étendant son rôle de manière permanente et surtout en se gérant très mal. Quant aux paradis fiscaux, il ne se nourrissent pas de la dette, mais de l'argent de ceux qui n'ont plus envie de se faire ponctionner par un État incontinent de l'argent des autres.

Ne pas payer sa dette détruirait à coup sûr l'État et ceux qu'il fait vivre. Les paradis fiscaux deviendraient alors encore plus attractifs car à l'avantage fiscal se rajouterait la sécurité des investissements ! Qui veut en effet prêter et aider un débiteur qui ne rembourse pas et ne tient pas ses engagements ?

Enfin, une dernière remarque sur les paradis fiscaux : ceux-ci existent depuis tout temps et n'ont pas attendu la montée des idéologies économiques du 19ème siècle pour attirer les fonds de ceux qui voulaient se préserver des fourches caudines de l'État. Ils ne peuvent donc être une "scélératerie néo-libérale". L'ennemi n'est pas un "néo-libéralisme" fantasmé et bouc-émissaire utile, mais bien l'impécuniosité des dirigeants qui gèrent nos États.
Réponse de le 07/02/2013 à 4:44 :
@ julito,
l'État ce sont des élus qui sont censé agir selon la volonté de la majorité du peuple.
Nous avons un démocratie indirecte.
Réponse de le 07/02/2013 à 9:15 :
julito ! L''Islande n'a PAS remboursé les Banksters ! Elle les a mis en PRISON ! Certains ont dit : Malheur à l' Islande Mais elle a obtenu cependant un joli prêt ! Conclusion : tirez-la !!!!! Quand le peuple veut vraiment ,il gagne !!!!!
Réponse de le 09/02/2013 à 13:50 :
Bonjour ! Ravie de lire un texte en référence à l Islande! Je regrette qu on n en parle pas dans les médias ! J ai recherche des infos sur l économie actuelle de ce pays et sa situation politique ( la constitution est elle achevée? ) si vous avez des infos des sources ..... Bonne journée
a écrit le 06/02/2013 à 23:00 :
le déficit de la france est de 75 millards quand celui de l'allemagne est en fait un excédent de plus de 200 milliards !!! la différence ? ils ont fait les réformes courageuses pendant qu'on tourne en rond dans des querelles politiciennes stériles. Quand au rapport de force des monnaies, pas trop concernés puisque la trés grande partie de nos échanges est intra europe, et le premier problème est la compétitivité (coût du travail et charges), on a même un déficit de commerce avec la belgique de quelques milliards!!! Donc il faudrait arrêter les man?uvres de diversion sur des problèmes secondaires et s'attaquer aux vrais problème set leviers majeurs, entre autres la baisse de la dépense publique improductive, au moins 30% de gains, de quoi financer l'aide aux PME....alors flanby on y va ? bizarre, il a la tète dans le sable !!!
a écrit le 06/02/2013 à 22:00 :
le déficit de la france est de 75 millards quand celui de l'allemagne est en fait un excédent de plus de 200 milliards !!! la différence ? ils ont fait les réformes courageuses pendant qu'on tourne en rond dans des querelles politiciennes stériles. Quand au rapport de force des monnaies, pas trop concernés puisque la trés grande partie de nos échanges est intra europe, et le premier problème est la compétitivité (coût du travail et charges), on a même un déficit de commerce avec la belgique de quelques milliards!!! Donc il faudrait arrêter les man?uvres de diversion sur des problèmes secondaires et s'attaquer aux vrais problème set leviers majeurs, entre autres la baisse de la dépense publique improductive, au moins 30% de gains, de quoi financer l'aide aux PME....alors flanby on y va ? bizarre, il a la tète dans le sable !!!
a écrit le 06/02/2013 à 19:18 :
le déficit de la france est de 75 millards quand celui de l'allemagne est en fait un excédent de plus de 200 milliards !!! la différence ? ils ont fait les réformes courageuses pendant qu'on tourne en rond dans des querelles politiciennes stériles. Quand au rapport de force des monnaies, pas trop concernés puisque la très grande partie de nos échanges est intra europe, et le premier problème est la compétitivité (coût du travail et charges), on a même un déficit de commerce avec la belgique de quelques milliards!!! Donc il faudrait arrêter les man?uvres de diversion sur des problèmes secondaires et s'attaquer aux vrais problèmes et leviers majeurs, entre autres la baisse de la dépense publique improductive, au moins 30% de gains, de quoi financer l'aide aux PME....alors flanby on y va ? bizarre, il a la tète dans le sable !!!
a écrit le 06/02/2013 à 18:20 :
une seule monnaie pour dix sept économies différentes......
vive l'europe fédérale avec son euro mortifère....

nous ne nous en sortirons pas....ce sont toujours les plus petits qui trinquent - ils n'ont plus la force ni l'envie de se révolter tant ils sont écoeurès
Réponse de le 06/02/2013 à 19:10 :
l'argument des 17 économies différentes n'est pas suffisant pour dénigrer l'euro, voire l'enterrer, il y a 50 pays aux US avec une amplitude de situations bien supérieure à l'europe !! il faut surtout une europe fédérale pour consolider la position de l'europe et de l'euro. Et les petits ont beaucoup gagné à être entrés dans l'europe, et les progrès ne viendront qu'en se retroussant les manches...âs à geindre et à critiquer en permanence ...
a écrit le 06/02/2013 à 17:11 :
Moi je ne comprent pas ce que vous dite mais je voudrais savoir qu'es-ce-que je dois acheté comme ACTION pour placé l'argent que j'ai gagner (presque 3000 euros et je ne comte pas la nouvelle voiture que je dois tuné pour un pote)
Ca monte bien la bourse mais j'ai vu que ca descent pas mal?
a écrit le 06/02/2013 à 15:56 :
Ce n'est pas bien malin de blâmer la force de l'euro, et cela ne fait qu'affaiblir un peu plus l'image du gouvernement français. D'ailleurs, les spéculateurs n'en n'ont que faire (dixit marketwatch.com) parce qu'ils savent bien que les décisions sont prises à Francfort... Le problème, c'est que M. Hollande comme beaucoup de Français (et les énarques notamment) n'a pas de culture économique et, depuis l'abandon du franc, il ne sait plus bien à quoi sert un taux de change. La position extérieure de la zone euro étant assez solide - bien plus que celle des USA, de la GB ou du Japon - il est en soi normal que l'euro se renforce. Faute d'un mécanisme externe de prix, la France (comme les autres pays du Sud) doit se plier à l'ajustement interne: compression des dépenses publiques et baisse des salaires. Je comprends qu'on n'aime pas ça, mais il faudra bien s'y faire. L'ajustement s'effectue toujours d'une manière ou d'une autre - volontairement et sous contrôle ou bien involontairement avec pleurs et grincements de dents. La bonne alternative serait d'émuler les Allemands et de s'assurer de solides gains de productivité; malheureusement, l'économie française est sur le chemin inverse...
Réponse de le 06/02/2013 à 16:21 :
"Ce n'est pas bien malin de blâmer la force de l'euro, et cela ne fait qu'affaiblir un peu plus l'image du gouvernement français." Mais il ne l'a pas blâmé justement. Il a blâmé les pays qui se servent de la planche à billet pour truquer le jeu de la concurrence. Et demande une position européenne commune sur le sujet.
Réponse de le 06/02/2013 à 17:02 :
Evidemment, la politique monétaire et la politique de change vont de pair. On ne peut concevoir l'une sans l'autre (l'incompréhension est totale!!). Pour ce qui est des planches à billet, la BCE a elle aussi utilisé largement la sienne pour refinancer les banques et stabiliser le taux des obligations des Etats du sud. C'est très bien et cela montre qu'il n'y a pas de quoi faire un fromage si d'autres pays font du "quantitative easing"...
Réponse de le 06/02/2013 à 17:16 :
Je compren rien a ce que vous dite. Je dois en acheté des action ou pas? si vous savez pas faut me le dire et je demande a un autre.
Réponse de le 06/02/2013 à 18:02 :
(1) Le conseilleur n'est pas payeur. (2) Si j'avais un tuyau en or, je le garderais pour moi. Et (3) je ne suis pas non plus professeur d'ortaugrafe.
Réponse de le 06/02/2013 à 18:33 :
Qu'est ce que vous dite? Moi je veux juste savoir les actions, c'est tout
a écrit le 06/02/2013 à 14:58 :
Ah lalala l'interventionnisme à la française.... c'est pas vrai.... ne pourrait-on pas laisser les politiques s'occuper de la polis et les économistes s'occuper des marchés nom de nom !
a écrit le 06/02/2013 à 14:40 :
Je trouve étonnant qu'une fois élu, M. Hollande reprenne les arguments de Mme Lepen sur la suévaluation de l'euro. Attendons encore un peu il prposera un retour au franc !!!
Soyons sérieux ! comme ceci est très bien expliqué dans l'article: l'euro est surévalué vis à vis de l'économie réelle de la France et de l'Italie (entre autre) mais reste sousévalué vis à vis de l'économie Allemande. Comme l'euro c'est le DM à plus de 30% aucun risque de voir l'euro revenir à égalité avec un dollar.
Nous voilà donc forcé de réformer notre systeme tout entier pour doper notre compétitivité quitte à sacrifier notre modèle social. Deux solutions existent seulement deux: 1- on suit l'Allemagne ou 2- on quitte l'UE.
Je n'ai pas la réponse mais c'est tristement aussi simple que celà. Pour nous convaincre quel a été les poids de la France sur l'union banquaire ? Nulle ! Sur la modification de traité de stabilité ? Nulle ! Sur l'aide à accorder à la Grèce ? Nulle ! etc...L'allemagne décide et impose son tempo. C'est le pays dominant de l'UE qui utilise naturellement cette position pour conforter ses intérets.
Réponse de le 06/02/2013 à 14:55 :
"l'euro est surévalué vis à vis de l'économie réelle de la France et de l'Italie (entre autre) mais reste sousévalué vis à vis de l'économie Allemande." C'est un des problèmes. Une seule monnaie pour 17 économies différentes.
Réponse de le 06/02/2013 à 15:02 :
La zone euro n'est pas et ne sera jamais une zone monétaire optimale. On ne peut tordre cette réalité, au grand dam des eurobéats. Les intérêts de l'Allemagne ne sont pas ceux de la France, l'économie de la Finlande n'est pas celle de l'Espagne etc... Monnaie unique, fédéralisme: la voie de l'échec.
Réponse de le 06/02/2013 à 15:31 :
Vous avez déjà vu marcher un attelage composé d'un chihuahua, d'un berge allemand, d'un teckel, d'un doberman et d'un patou ? Ils pourront faire toutes les manipulations qu'ils veulent, déployer des trésors de communication, la réalité finira par s'imposer.
Réponse de le 06/02/2013 à 16:47 :
@coco

J'adore votre image cependant cela résume bien la situation. ;-)
Réponse de le 06/02/2013 à 19:22 :
arguments à l'emporte pièce, la multiplicité des pays n'est pas le problème, c'est la consolidation de l'europe qui en est un dans la mesure où on n'est pas allé jusqu'au bout, il faut une europe fédérale comme aux us, et une banque centrale qui prête directement aux pays, et là les marchés seront rassurés et on progressera
Réponse de le 07/02/2013 à 15:38 :
@c'est ça...

Connaissez-vous une seule fédération de grande envergure (pas la Suisse) qui parle officiellement autant de langues qu'en Europe? Si la construction européenne était passée par les peuples avant les banques on en serait pas là aujourd'hui. Votre fédéralisme banquier n'a aucun intérêt pour l'union des peuples. Les royaumes de France se sont unifiés sous l'impulsion de l'unité par la langue française. Les patois locaux reste au patrimoine de l'histoire ancienne.
a écrit le 06/02/2013 à 13:46 :
Il est bizarre que le pouvoir d'achat d'un euro soit plus élevé en Allemagne qu'en France. Les français ont aujourd'hui intérêt à faire leur marché en Allemagne.
La BCE a bien assez avec son objectif de piloter la masse monétaire pour préserver le niveau d'inflation, le crédit et la croissance, au milieu du bazard des mesures économiques prises par les uns et les autres, dont FH qui ne cherche à se coordonner avec personne. Il propose même une mesure sur le taux de change dont la théorie économique montre qu'elle est en parfaite contradiction avec les objectifs de la BCE. On ne peut à la fois poser des contraintes sur le taux d'inflation et sur le taux de change qui sont interdépendants.
Réponse de le 06/02/2013 à 15:44 :
Les suggestions de FH montrent clairement son incompétence sur la question, et sa façon de travailler, surement sous la conduite de quelques sherpas isolés, indiquent que à la fois au niveau européen, mais aussi au niveau gouvernemental, il n'a pas pris le temps de la plus basique concertation. C'est bien de vouloir paraître indiquer un chemin, encore faut-il en avoir ou s'en donner les moyens. Pour le moment ce n'est pas encore au niveau de Cameron, et encore moins de Merkel. Il va falloir qu'il écoute des spécialistes moins autistes que ceux qui l'entourent.
a écrit le 06/02/2013 à 13:30 :
je n ai rien a redire de ce qu il a dit tout ce que je sais c'est que les parlementaires l on appludis mais on voyait que cette façon de faire n etait pas très net et que s il on veut faire une EUROPE nouvelle il faut que la FRANCE sorte de ce mouroir qui a pour nom LA DETTE LA DETTE et encore LA DETTE.
a écrit le 06/02/2013 à 12:53 :
A lire beaucoup de commentaires, si je comprends bien, la France était un pays heureux, prospère jusqu'au moment où elle entrait dans une Union européen et adoptait l'Euro. Est-ce que quelqu'un peut alors m'expliquer pourquoi un certain Abbé Pièrre a fondé Emmaüs? Avait il des pauvres, des mal-logés? ou est-ce que c'était une pure caprice d'un homme? ou savait il ce qui se passerait des décennies plus tard?
Réponse de le 06/02/2013 à 13:32 :
L'église catholique n'a pas attendu l'Abbé Pierre et Emmaüs pour aider les pauvres de France et du monde. D'ailleurs devinez où sont logés la plupart des nouveaux arrivés clandestins dit politiquement correct "sans-papiers"? Dans des églises catholiques, même lorsqu'ils sont de confession juive, bouddhiste ou musulmane.

Ce qu'exprime la plupart des français mono-nationalité ou des français nationalistes/patriotes, c'est que l'Europe a diminuée la France et ses valeurs à petit feu et continuera jusqu'à sa destruction totale à cause d'un mariage dont la charge du foyer n'est pas supportée équitablement. Le divorce devrait très prochainement être demandé et prononcé devant un juge pour dénoncer cette union polygame
Réponse de le 06/02/2013 à 14:02 :
@ Michel Donc, il y avait bien pauvreté en France AVANT Euro et UE? Aujourd'hui, il y a des immigrés fuyant la pauvreté dans leur pays d'origine pour arriver dans une France appauvrie
par une Europe. Je ne comprends pas très bien la logique. Concernant l'église, elle a aidé dans tous les pays, non seulement en France. Le bouddhisme n'est pas vraiment une religion au sens propre.
a écrit le 06/02/2013 à 12:09 :
MERKEL c'est la stratégie égoïste de l'Allemagne qui accepte beaucoup d'entorses à l'intérêt commun : taux de pauvreté élevé en Allemagne, sous-traitance dans des pays non euro ou zone dollar, mansuétude ou aveuglement vis à vis des disparités fiscales, de la fraude fiscale et de l'évasion fiscale en Europe, idem en ce qui concerne les prélèvements sociaux, et des conditions d'exploitation invraisemblables qui existent en Allemagne, pas de salaire minimum, travailleurs agricoles étrangers payés 3 à 4 euros de l'heure comme l'a rappelé hier au Parlement Européen Madame Le Pen. Et pour mieux nous détruire ou assassiner l'Allemagne laisse faire les amerlocs qui du fait de leur politique monétaire scandaleuse et irresponsable, et de l'incapacité de la BCE à agir (ou son manque de volonté car il existe des tas de moyens d'intervenir sur les changes mais c'est vrai que c'est à la chambre haute européenne d'intervenir, ce sont ses prérogatives -au passage qui connait la chambre haute européenne?-, et laisse l'euro s'apprécier. Il faut dire aux allemands ou on revient à un euro calé sur le dollar et le sterling à des niveaux bien inférieurs aux niveaux actuels, ou bien on envoie valdinguer l'euro. Il faut dire aux allemands, ou il y a uniformisation des taux fiscaux et sociaux et la fin de la surenchère fiscale ou sociale (le moins disant) ou bien on met fin à l'UE comme ce que souhaitent les anglais après nous avoir comme des imbéciles fait ouvrir en grand nos frontières. MERKEL n'est que l'agent et le représentant du grand capitalisme allemand elle n'a cure du reste et d'ailleurs elle ne sait rien, ne réforme rien dans les faits au plan européen, c'est un danger permanent.
Réponse de le 06/02/2013 à 12:25 :
J'avais oublié: dans "l'uniformisation des taux fiscaux et sociaux" , la France devra aussi, comme en Allemagne, supprimer le droits de grève aux fonctionnaires.
De plus, et ce point est à la base du problème français, en Allemagne, un fonctionnaire qui veut faire de la politique doit D'ABORD démissionner. Un gouvernement composé à 100% de fonctionnaires, ce n'est pas possible.
Réponse de le 06/02/2013 à 14:04 :
Et pas seulement cela : l´Allemagne se " contente" de 15 % de la population active dans les fonctions publiques. La France à le privilege de s´en payer 25 %.
Comparez le niveau des retraites comparables des 2 cotés du Rhin et vous serez surpris.
L´etat francais vit tout simplement bien au delà de ses moyens c´est simple á expliquer et ce luxe est financé par l´emprunt ....Le jour ou personne ne voudra plus prêter à la France, ce lui pend au bout du nez alors là ....Odillon a bien décrit le scenario !
L´Allemagne ne peut pas etre la bouée de sauvetage pour le reste de l´Europe !
Et si l arche Europe devait chavirer, l´Allemagne es ses satellites au Nord et à l´Est s´en sortiront sans probleme.






Réponse de le 06/02/2013 à 15:06 :
A Odilon et Ventre à choux, vous rajouter tout ce que vous voudrez. L'illusion consiste à croire que l4allemagne est parfaite, elle est très très loin de l'être nous aussi ça fait au moins deux, les belges n'en parlons pas, les irlandais et les luxembourgeois c'est pire, et le ritals c'est pas la faire de faire un dessin comme les espagnols. Donc et en claire, que chacun retourne chez soi, on fait tomber tous les accords OMC je dis tous, toutes les conventions fiscales, les paradis fiscaux on les massacre, etc...et on relance l'armement moi j'ai pas confiance, en personne tous les truqueurs ou des truands, et nos technologies on les verrouille on ne les brade pas, si tu veux que je t'achète, tu m'achète, et transfert de techno macache; Quand à la parité de change 1 euro = 6,50 francs français c'était le cours en 1987/1988 point de réf de la première crise financière donc si on maintien l'euro ça m'étonnerait 1 euro = 1 dollar US et ne ne bouge pas de là.
Réponse de le 06/02/2013 à 15:14 :
Il faut que l'allemagne soit solifaire avec la france pour que la france continue à consommer des produits allemands et à payer des fonctionnaires inutiles...
Réponse de le 06/02/2013 à 16:09 :
A quand la reconstruction de la ligne Maginot et du mur de l'Atlantique ? sans compter un mur bien plus haut sur la côte méditerranéenne et un surélèvement des Pyrénées et des Alpes, Il faudra aussi prévoir des guichet et des caisses enregistreuses à quelques points frontaliers pour les acheteurs, éventuels.
Réponse de le 06/02/2013 à 17:48 :
eh mon monsieur demandez aux amerloxs, aux chinois, aux indiens, aux japonais si leurs marchés et leurs pratiques sont ouvertes à tous vents comme en Europe? Des études récentes de cabinets anglo saxons ou américains disent le contraire, nous on est juste derrière l'Allemagne et pas loin de la GB (donc dans les tous premiers rangs des grands pays) qui vit comme chacun sait de l'évasion fiscale, de la finance (leurs banques s'en prennent plein la gueule tant mieux on voit l'honnêteté anglaise), de l'euro (comment peut on accepter que la monnaie unique soit marchandée par des gens qui l'ont foulé aux pieds et continent de le faire), de la formation en anglais (moi je préfère Malte ou plus loin l'Australie ou la NZ) et du tourisme (on se demande ce que les gens vont foutre en Angleterre) et puis du coup de bol du pétrole et du gaz en Mer du Nord.
a écrit le 06/02/2013 à 12:02 :
Alors si ces messieurs pensent qu'ils ne faut pas faire de la dévaluation en imprimant des billets !! Alors qu'ils régulent aux frontières!!! Autrement c'est simplement du masochisme ..ou plutôt du sadisme car eux ne souffrent pas!!.. Demander à un gars de courir en lui attachant les jambes .. C'est exactement pareil:!!
a écrit le 06/02/2013 à 11:58 :
L' euro devait être la monnaie qui allait rendre les européens plus riches, l' Europe sans frontières devait mieux protéger ses peuples, l' euro devait permettre de peser dans le monde. Et bien voilà tous ceux qui ont voté OUI à Maastricht l' ont bien dans le mille. La messe est dite et les pays qui s' en sortent le mieux en Europe ont gardés leurs monnaies nationales : Suisse, Norvège, Danemark...
Réponse de le 06/02/2013 à 12:15 :
En somme tous les profiteurs du marché commun sans l'Euro, comme le Royaume-Uni et le Danemark par exemple, jouissent d'une croissance résultant d'une Europe à la carte.

Vive la solidarité européenne!
a écrit le 06/02/2013 à 11:45 :
Avec un gouvernement convaincu de sa politique monétaire, ainsi que de sa politique globale, nous aurons une Europe convaincue, l'Allemagne n'est pas le seul pays Européen ... !
a écrit le 06/02/2013 à 11:28 :
MERKEL c'est la stratégie égoïste de l'Allemagne qui accepte beaucoup d'entorses à l'intérêt commun : taux de pauvreté élevé en Allemagne, sous traitante dans des pays non euro ou zone dollar, mansuétude ou aveuglement vis à vis des disparités fiscales, de la frauda fiscale et de l'évasion fiscale en Europe, idem en ce qui concerne les prélèvements sociaux, et des conditions d'exploitation invraisemblables qui existent en Allemagne, pas de salaire minimum, travailleurs agricoles étrangers payés 3 à 4 euros de l'heure comme l'a rappelé hier au Parlement Européen Madame Le Pen. Et pour mieux nous détruire ou assassiner l'Allemagne laisse faire les amerlocs qui du fait de leur politique monétaire scandaleuse et irresponsable, et de l'incapacité de la BCE à agir (ou son manque de volonté car il existe des tas de moyens d'intervenir sur les changes) mais c'est vrai que à la chambre haute européenne d'intervenir, c sont ses prérogatives (au passage qui connait la chambre haute européenne?), et laisser l'euro s'apprécier.
Il faut dire aux allemands ou on revient à un euro caler sur le dollar et le sterling à des niveaux bien inférieurs aux niveaux actuels, ou bien on envoie valdinguer l'euro. Il faut dire aux allemands, ou il y a uniformisation des taux fiscaux et sociaux et la fin de la surenchère fiscale ou sociale (le moins disant) ou bien on met fin à l'UE comme se que souhaitent les anglais après nous avoir comme des imbéciles fait ouvrir en grand nos frontières.
Merkel n'est que l'agent et le représentant du grand capitalisme allemand elle cure du reste et d'ailleurs elle ne sait rien, ne réforme rien dans les faits au plan européen, c'est un danger permanent.
Réponse de le 06/02/2013 à 12:09 :
@MERKEL DEHORS et si elle a déjà acheté et payé le ticket pour le match ce soir au Stade de France? Sera-t-elle remboursée? Comme vous décrivez si bien l'Allemagne, pauvreté, fiscalité, exploitation, prélèvements sociaux, pourquoi habitez vous dans un pays pareil, moi je partirais immédiatement.
Réponse de le 06/02/2013 à 12:09 :
Trop drôe "l'uniformisation des taux fiscaux et sociaux" : la France va devoir supprimer l'ISF, passer la retraite à 67 ans, supprimer le SMIC, supprimer les 35 heures...
Sinon Merkel dehors dites vous !
Mais attention qu'elle ne vous prenne pas au mot, car elle y a drôlement intérêt. La réévaluation du DM de 30% qui en résulterait lui vaudrait une économie IMMÉDIATE de 30% de son stock de dettes ( 2 000 Milliards ) libellé en Euros soit 600 milliards d'Euros.
Ne craigniez rien pour ses exportations, elles se sont depuis 2 ans massivement réorientées vers les pays émergents.
Symétriquement, la perte de la garantie allemande vaudrait une hausse immédiate des taux d'intérêt des autres ( nous ) , voire l'impossibilité de trouver des prêteurs. Il restera alors à l'État francais comme seule solution de puiser à pleine brassée dans le livret A, les contrats d'assurance vie et compte en banque. Impossible ? Regardez l'histoire, ils l'ont déjà fait.
Reste l'or se disent certains, mais une petite loi de rien du tout pourrait "dans l'intérêt supérieur de la Nation ", interdire sa détention par les particuliers et obliger sa conversion en bons du Trésor. Sous peine de mort. La encore, ils l'ont déjà fait.
Votre épargne , terminée ! Elle n'est plus à vous. Déjà , quoique vous croyez.
Bien sur , on peut faire défaut. Là c'est pire. Car le premier préteur à l'État francais, c'est VOTRE banque, qui immédiatement fera faillite avec votre argent dedans. Ainsi que votre compagnie d'assurances avec votre retraite.
Courez vite au DAB le plus proche. Dans une heure, il est fermé.
Préparez vous au troc.
Formidable non ?
Alors, de grâce, réflechissez un peu aux conséquences de ce que vous envisagez avec tant de légèreté, avant de proférer autant de bêtises !
Réponse de le 06/02/2013 à 12:26 :
"voire l'impossibilité de trouver des prêteurs". Et alors, la BCE retrouvera s on rôle initial. Je vous rappelle que ces sont les états qui prêtent aux banques pour que celles-ci reprêtent aux états avec intérêts. A ce sujet, une petite citation de l'américain Wright Patman, membre démocrate du Congrès 1928-1976 président du comité de la Banque et de la Monnaie 1963-1975 :" Je n?ai jamais vu personne ayant pu, avec logique et rationalité, justifier que le gouvernement fédéral emprunte pour utiliser son propre argent? Je pense que le temps viendra où les gens demanderont que cela soit changé. Je pense que le temps viendra dans ce pays où ils viendront nous accuser, vous, moi, et toute personne liée au Congrès, d?être resté assis sans rien faire et d?avoir permis à un système aussi stupide d?être perpétué." Cette citation vaut mieux que touts les explications du monde.
Réponse de le 06/02/2013 à 12:39 :
C'est exactement que qu'a fait le Zimbaboué ! La planche à billets. Vous avez la mémoire courte pour ne plus vous souvenir des ravages d'une hyperinflation. C'est Hitler que vous voulez en France.
Réponse de le 06/02/2013 à 12:54 :
Votre comparaison est ridicule. Parce que la BCE ne fait pas tourner la planche à billets actuellement ? Et où vont les billets actuellement ? Et la la fameuse "règle d'or", n'est-elle pas dans la constitution ? Vous ne savez vraiment plus quoi dire pour défendre les intérêts de votre corporation.
Réponse de le 06/02/2013 à 14:06 :
et un point Goodwin, un !!
Réponse de le 06/02/2013 à 14:10 :
"Je vous rappelle que ces sont les états qui prêtent aux banques pour que celles-ci reprêtent aux états avec intérêts". Pas du tout. Ce sont les banques centrales qui prêtent aux banques. Elle sont indépendantes je vous rappelle.
Réponse de le 06/02/2013 à 14:26 :
Donner les clefs de la Banque Centrale aux politiques, c'est comme confier la bouteille de Cognac à un ivrogne. Il va en abuser , c'est sur.
La France l'a déjà fait : c'était les assignats !
Cela s'est très mal terminé.
En réalité , ceux qui sont pour la sortie de l'Euro et la reprise de l'émission de la monnaie par les politiques sont ceux qui pensent que leur revenu à EUX seront indexés sur l'inflation. Au détriment des autres bien sur. La encore s'oppose la France protégée à statut qui vit sur le dos des autres. Cela ne leur suffit pas. Ils en veulent plus.
A quand une nuit du 4 Aout avec abolition de tous les statuts ?
Réponse de le 06/02/2013 à 14:34 :
N'importe quoi ! La BCE est indépendante dans le choix de sa politique monétaire (de part ses statuts) mais elle reste la banque centrale de l'ue et a pour actionnaires les banques centrales nationales donc ...... les états.
Réponse de le 06/02/2013 à 14:51 :
"La France l'a déjà fait". Quand ? Parce que les déficits ont démarré en 74 après la loi pompidou. "En réalité , ceux qui sont pour la sortie de l'Euro et la reprise de l'émission de la monnaie par les politiques sont ceux qui pensent que leur revenu à EUX seront indexés sur l'inflation". N'importe quoi. Sortir de l'euro : pour faire souffler notre économie et avoir un levier macro-économique quand la situation l'exige (politque de taux de change). Retrouver notre souveraineté monétaire : pour s'affranchir de la pression des marchés, qui finissent par nous gouverner et gagner 50 milliards d'intérêts payés aux banques par an sans aucune contrepartie.
Réponse de le 06/02/2013 à 15:25 :
@@Odilon
Non, les déficits n'ont pas commencé en 1974. Depuis Philippe Le Bel la France a fait faillite à peu près tous les 60 ans. Bien qu'ayant le contrôle de l'émission de monnaie. Du temps de la monnaie métallique, l'État trichait sur le titre des pièces, une forme de planche à billets.
Quand Mr Law a inventé la monnaie scripturale, l'État a cru avoir trouvé la pierre philosophale: un peu comme ceux qui pensent içi à reprendre le contrôle de la banque de France. Cela s'est bien sur très mal terminé avec des Assignats qui n'ont très vite plus aucune valeur.
Le régime révolutionnaire repris la formule et refit faillite.
Plus près de nous, la période des années 60 ont correspondu à une période d'intense répression financière : avec une inflation à 14%, la Caisse d'Épargne versait un intérêt de 6%. Du vol.
En réalité, je persiste à dire que ceux qui veulent de l'inflation sont ceux qui se pensent à l'abri de ses méfaits, car protégés par leur statut. Mais méfiez vous, le peuple commence à comprendre que ses malheurs viennent des prélèvements sur leur travail de 500 000 élus et de leurs supplétifs les 5 millions de fonctionnaires protégés par leur statuts.
Cela ne durera pas.
a écrit le 06/02/2013 à 11:23 :
Avec des pays pauvres dans cette europe il est évident que celle-ci ne pourra JAMAIS être un concurrent des USA... qui eux ont tous le même niveau financier. Je vous laisse votre europe des pauvres.
Réponse de le 06/02/2013 à 11:49 :
L'Arkansas et le Mississippi vous tendent les bras ! leurs revenus sont presque les mêmes que dans le New Jersey u le Connecticut ! ah ah ah ah !!
Réponse de le 06/02/2013 à 12:47 :
vous en êtes un bel exemple ...LOL ! La SUISSE vous en dites quoi ... la jalousie ne vous sert à rien.
a écrit le 06/02/2013 à 11:22 :
Comme pour la semaine des 35 heures, on est en train de faire des suppositions idiotes : le travail n'est pas un stock où si chacun travaille moins il y aura du travail pour plus de monde. On fait un raisonnement similaire simpliste avec la parité de l'Euro, on suppose que s'il est plus faible on exportera plus de produits car ils seront à un prix plus bas. Par là on suppose qu'on vend des produits/services qui sont 100% produit en France, sans rien importer. Ce qui est totalement faux. Ce qu'on exporte (éventuellement) c'est de la valeur ajoutée sur des importations. Et ce qui est important c'est d'éviter les fluctuations continuelles de la monnaie par rapport à celle de nos principaux clients. Et la façon de le faire c'est d'avoir une monnaie 'forte' pour ne pas être soumis aux pressions externes, c'est à dire avoir des échanges globaux équilibrés. C'est le cas de l'Euro actuellement. Il faut que ça continue. Ce qu'il faut améliorer c'est la productivité et la qualité des produits/services, il n'y a pas de secrets. Les dévaluations "compétitives" de la France ou de l'Italie par exemple avant le "serpent" européen n'ont conduit qu'à l'inflation et la destruction de l'économie et aux profits de spéculateurs. Les problèmes actuels, quoi que veuillent nous faire croire nos gentils concurrents, n'ont rien à voir avec l'Euro, mais avec des niveaux d'endettement qui ont favorisé des attaques ciblées des spéculateurs sur des pays qui n'ont pas bénéficié d'une solidarité économique européenne, sinon au dernier moment, à cause du manque de politique budgétaire et fiscale commune et respectée.
Réponse de le 06/02/2013 à 11:58 :
D'accord avec votre point sur le niveau d'endettement, mais soyons serieux, ce ne sont pas les "speculateurs" qui sont a la source des problemes de la zone Euro... De nombreux investisseurs institutionnels ont deserte les marches obligataires espagnoles et italiens, contribuant ainsi a une forte baisse de la demande et donc une remontee des taux pour ces pays-la. Et ils l'ont fait car ils estiment que la situation de l'economie et des finances publiques de ces Etats presentent un risque significatif en ce qui concerne le remboursement de leurs obligations. Les principaux problemes de l'Europe, c'est le manque de competitivite, le poids de la fiscalite et les depenses publiques inconsiderees dans certains pays, la sur-reglementation dans d'autres, et pour le cas particulier de l'Espagne, en plus des maux qui touchent pratiquement tous les pays de la zone Euro, l'eclatement de sa bulle immobiliere. Pas de secret, si nous voulons conserver le meme niveau de vie a long terme (et nos modeles sociaux), il va falloir soit travailler plus (mais sans gagner plus), soit innover et produire plus, ou produire "mieux"! Mais en tout cas, il va falloir se demarquer...
Réponse de le 06/02/2013 à 15:24 :
Les hedge funds qui sont parmi les plus gros acheteur d'obligations risquées sont uniquement à la recherche de gains associés à un niveau de risque élevé et un activisme important sur leurs intérêts ont été parmi les grands gagnants d'achat de dette grecque bradée. On peut les qualifier sans problème de spéculateurs. ils encaissent les intérêts sur les dettes espagnoles et portugaise maintenant pratiquement garanties par la BCE. Ils ne participent au financement des dettes que parce que c'est un moyen de gagner des sommes importantes en ayant les moyens d'appuyer sur les décisions des instances concernées. Les investisseurs institutionnels ont l'obligation de ne pas prendre de risques, et les HF savent prendre leurs place. La compétitivité est le terme à la mode, mais elle signifie lutte destructrice chacun pour soi et ça conduit à une perte des plus faibles, je préfère parler de ce qui permet d'être plus productif et innovant c'est ce qui a toujours été le facteur déterminant dans les échanges mondiaux. Tout au moins pour ceux qui n'ont pas de matières premières abondantes.
a écrit le 06/02/2013 à 11:16 :
L' euro fort, l' Allemagne arrive bien,elle, à exporter ses produits dans le monde entier avec cette monnaie. Hollande lui est incapable de porter les réformes indispensables au redressement du pays qui s' enfonce dans la pauvreté et la responsabilité des socialistes est maintenant totale dans la catastrophe qui s' annonce. Le gouvernement au lieu de nous tabasser de taxes, ferait mieux d' aider les filières industrielles et commerciales à exporter les meilleurs produits de France.
Réponse de le 06/02/2013 à 12:08 :
Qui est le plus gros client de l'Allemagne? Je vous laisse deviner.
a écrit le 06/02/2013 à 11:13 :

sondage sans importance! le barometre politique est a l image du seul barometre economique * chacun peut en deduire
a écrit le 06/02/2013 à 11:12 :
La France a-t-elle à ce point perdu conscience qu'elle est le pivot de l'Europe et non le satellite de l'Allemagne pour se satisfaire de ces geignades formulées par un Président dont le seul physique est déjà celui de la faiblesse et de la soumission? Anesthésié par la pseudo puissance allemande, il en devient le valet.
a écrit le 06/02/2013 à 10:58 :
Voilà les belles promesses d'un Euro protecteur qui s'envolent d'un revers de main de politicien. Vive l'Europe de la corruption!
a écrit le 06/02/2013 à 10:56 :
L'euro ne monte pas c'est le dollar, le yen et le sterling qui sont "dévaluer" par l'utilisation massive de la planche à billet. Vis a vis d'autres monnaies l'euro est stable voir baisse. Si nous avions fait les réformes nécessaire comme les allemands, ça ne nous poserait aucun problème. Mais nous avons fait exactement le contraire. Malheureusement pour la France on vis dans un monde capitaliste et libéral, pas dans un monde étatique. Il va falloir s'adapter ou accepter de sombrer lentement.
Réponse de le 06/02/2013 à 11:40 :
@ Aka
Bien ! faisons comme les Allemands.
Suppression du SMIC . Conséquence : une majorité de jobs à 400 ? par mois et l'aide sociale.
Je devine que vous seriez preneur.
Réponse de le 06/02/2013 à 14:51 :
Exact il n y a pas de SMIC en Allemagne - Par contre à quelques exceptions près, dans pratiquement toutes les branches, il existe des accords partronat/syndicaux de rénumération minimale pour justement pour empêcher lers abus.
L´etat ne peut et veut pas tout régler et surotut ne veut pas se meler dans de telles discutions. L´etat dit : c´est une affaire d entente entre syndicats et patronat.
Apparament ca fonctionne !

Réponse de le 06/02/2013 à 18:14 :
Sauf qu'en ALLEMAGNE il y a plus de pauvres qu'en France. Dans ces commentaires tout le monde oubli qu'avant et pendant 2 ans quand la parité ?/$ était voisine de 1 la balance commerciale de la FRANCE était excedentaire
a écrit le 06/02/2013 à 10:54 :
On s'en fout des propos de ce funeste président, qui doit d'abord répondre aux exigences des lobbys en tout poil qui l'ont achetés !
a écrit le 06/02/2013 à 10:47 :
Nos amis Allemands doivent comprendre que les efforts de compétitivité d'Europe du sud seront réduits à néant avec une monnaie trop forte.
a écrit le 06/02/2013 à 10:44 :
Pourquoi ne pas faire comme le Japon?
Au japon depuis que le Yen c'est tres fortement raffaiblit. Le gouvernement rachette une petite partie de sa dette en affaiblissant sa monnaie.
Pourquoi ne pas faire pareil en Europe?
Réponse de le 06/02/2013 à 11:06 :
Les français veulent-ils racheter de la dette grecque ou espagnole? Je n'y crois pas!
L'oignon de la farce européenne est une maison de paille qui n'attend que le grand méchant loup pour y mettre le feu.
a écrit le 06/02/2013 à 10:38 :
Les USA et le Japon impriment de l'argent (de la fausse monnaie) sorti de nulle part (pas de création de valeur en contrepartie) pour dévaluer leur monnaie et relancer leurs exportations. La seule solution pour lutter et baisser la valeur de l'euro serait d'en imprimer autant qu'eux... Dans tous les cas, les politiques monnaitaires actuelles nous conduisent à moyen terme "dans le mur" avec un risque d'hyperinflation bien réel, pour peu que toute cette fausse monnaie n'atteigne l'économie réelle en sortant des circuits financiers
Réponse de le 06/02/2013 à 11:02 :
Les USA n'impriment pas seulement de la monnaie de singe, ils s'endettent régulièrement. De toute façon ils sont souverains sur leur propre monnaie et en position économique dominante alors peu importe, la dette américaine pourra bien attendre celle du tiers-monde et maintenant celle des européens!
a écrit le 06/02/2013 à 10:26 :
j'ai connu le $ contre Franc a 4 FF puis a 10 FF puis l'euro a 1 contre $ puis a 1,45 $ les allemands et d'autres dont l'angleterre aussi comme nous importons helas plus que nous n'exportons l'Euro nous protege A mon avis le probleme de la France est tout autre et cela les lecteurs de la Tribune le savent
Réponse de le 06/02/2013 à 10:47 :
Regardez l'historique de notre balance commerciale et vous verrez à quel moment elle a basculé.
Réponse de le 06/02/2013 à 11:27 :
comparaison n'est pas raison: l'allemagne n'a pas "basculé", et d'ailleurs la balance commerciale de la zone euro est encore positive. D'autre part l'euro n'est pas si fort que cela et a déja été plus haut. N'ecoutez pas ceux qui font croire que le probleme vient de l'euro et esperons plutot qu'il reste assez fort si nous voulons conserver notre pouvoir d'achat !
Réponse de le 06/02/2013 à 12:08 :
"l'euro et esperons plutot qu'il reste assez fort si nous voulons conserver notre pouvoir d'achat !" Oui comme tous les français le savent, grâce et depuis l'euro, notre pouvoir d'achat a été conservé.
a écrit le 06/02/2013 à 10:11 :
et quel est le niveau de l euro a partir duquel les économie grecs et espagnoles ne serait pas minées ( 0,6 0,7) Le niveau de l euro va amener l Espagne a la faillite
Réponse de le 06/02/2013 à 10:57 :
@leo Ni la Grèce ni l'Espagne ont été forcées de prendre l'Euro comme monnaie, c'était leur choix, et à l'époque ça les arrangeait, ce qui ne veut pas dire que nous les laissons tomber, mais nous autres pouvons demander un effort, il y en a assez d' "assistés" partout, en France par exemple.
Réponse de le 06/02/2013 à 11:10 :
Le pacte de stabilité européenne aurait déjà dû "licencier" économiquement la Grèce, l'Espagne et bien d'autres encore, France comprise. A quoi sert-il de se fixer des règles sans qu'aucun n'y soit contraint? Rien.
Réponse de le 06/02/2013 à 14:13 :
+1 Michel. C'est délicat pour l'Espagne (4e économie de la zone il me semble), mais terriblement vrai pour la Grèce. D'autant plus que l'on sait maintenant qu'ils ont "triché" pour en faire partie.
a écrit le 06/02/2013 à 8:58 :
Dimanche j'ai visité le château de Versailles sur le fronton l'inscription "A TOUTES LES GLOIRES DE LA FRANCE" ça c'était avant.
Réponse de le 06/02/2013 à 9:17 :
Oui, et le nom de "flnby" n'y figurait pas...
Réponse de le 06/02/2013 à 9:53 :
Il serait temps de ne plus appeler François Hollande "flamby" car l'heure n'est plus à la rigolade. M Hollande participe comme beaucoup d'autres à la destruction de la France et de l'europe. Il a voté toutes les lois nous réduisant à la merci de la BCE ainsi que la commission européenne non élue. La misère,les guerres de religion la pseudo guerre au Mali la France s'en relèvera t-elle? Le mariage pour tous avec toutes les questions que cela soulèvent encore un mensonge de plus mais puisque les sondages disent que les français en majorité sont d'accord alors les français sont d'accord.
Réponse de le 06/02/2013 à 10:02 :
Sacré flanby
Réponse de le 06/02/2013 à 11:21 :
@ y'a longtemps : voilà que vous faites le lien entre l'histoire riche de notre pays et notre sois disante situation actuelle, c'est qui n'a aucun sens. Décidement c'est à croire que les francais actuels feraient n'importe quoi pour se rabaisser, vous aimez à ce point là vous mettre vous même des claques dans la figure ?
a écrit le 06/02/2013 à 8:50 :
flanby, ne pouvant se faire entendre par ceux qui comptent, fait des déclarations pour le grand public pour se dédouaner de son impuissance...
a écrit le 06/02/2013 à 8:48 :
l'? n'est pas notre problème, il est notre solution : les commentaires qui décrivent l'? comme une catastrophe n'ont jamais travaillé dans une entreprise où les problèmes de changes pouvaient détruire une trésorerie.
D'autres part, si l'? était VRAIMENT un problème à l'export, il faut m'expliquer les raisons qui font que l'Allemagne est un des gros exportateur mondiaux avec la même monnaie que nous ?????
Réponse de le 06/02/2013 à 10:20 :
1) Environ 50% des exportations concerne la Zone Euro et 90% des exportations allemandes sont facturées en euros.
2) Pour la zone dollar, ils préfèrent produire et vendre sur place
3) Ses produits : très qualité (très connu déjà), très innovation, une forte valeur ajouté
4) les matières premières moins cher
5) à vous ajouter encore LOL
Réponse de le 06/02/2013 à 10:49 :
La part des exportations françaises est que 10% en zone euro et dans zone dollar, on préfère produire chez nous et vendre chez eux
a écrit le 06/02/2013 à 8:38 :
tout ira mieux bientôt, il y aura des étrangers, Egyptiens, qui investiront en France.
a écrit le 06/02/2013 à 8:32 :
La France et le Français un pays et un peuple heureux. Puis venaient des méchants, l'Allemagne, l'Europe, l'Euro et tout d'un coup dans ce pays merveilleux il y a chômage misère, la faute à qui? aux autres! logique. En 1983 au bon vieux temps du Franc il y avait contrôle de devise à la frontière française pour que des méchants n'exportent surtout pas cette monnaie que les autres enviaient tellement aux Français (avec laquelle dans d'autres pays on ne pouvait même pas payer, personne en voulait, demandant bêtement Dollars ou Mark). Et voilà, F.Hollande, dans sont discours a surtout dit ce dont il ne veux pas ! Sans donner une idée ce qu'il beux . C'est génial!!!
a écrit le 06/02/2013 à 8:17 :
Oui mais alors mon coco, il ne fallait ni faire l'Euro dans ces conditions, ni nous venter ce modèle indépassable de l'UE qui allait gagner, on allait voir ce qu'on allait voir! C'est quoi le problème? Le manque de mémoire ou le fait d'avoir à se coltiner les conséquences de ce qu'on a prôné en méprisant ceux qui s'y opposaient à juste titre? Si les français étaient informés correctement ils vireraient définitivement tous les membres de la caste politique qui a poussé à la signature de ces traités et violé notre consentement et le mandat qu'ils détenaient de nous.
a écrit le 06/02/2013 à 7:59 :
Bon, c'est quand qu'il saute ce gouvernement?
Réponse de le 06/02/2013 à 8:51 :
Dans quatre ans...
Réponse de le 06/02/2013 à 9:19 :
vous pariez quoi sur ça ?
Réponse de le 06/02/2013 à 10:46 :
Si c'est pour les remplacer par la droite la plus débile au monde, ça va pas changer grand chose. Il faudrait importer du politique allemand (et c'est pas demain la veille).
Réponse de le 06/02/2013 à 10:49 :
Je pensais plutôt a un 1er ministre plus de Droite que le trotskiste en place, dans un premier temps.
Réponse de le 06/02/2013 à 10:56 :
1 million d'Euros sans aucun souci !
a écrit le 06/02/2013 à 7:39 :
L'euro: un beau jour, des technocrates ont décidé que 17 personnes devraient porter des chaussures ayant TOUTES la même pointure. Résultat: pour certains, c'est parfait, pour d'autres, les chaussures sont trop grandes, et pour d'autres, c'est trop petit et ça fait mal aux pieds et empêche de marcher.La pointure unique, même les chausseurs professionnels n'y avaient pas pensé, mais les technocrates européens l'ont fait !!
Réponse de le 06/02/2013 à 8:10 :
+1. Je préciserai juste que les chaussures sont de marque US. Sortir de l'euro, de l'UE et retrouver notre souveraineté nationale "vendue" aux banques, voilà la solution. Tout le reste n'est que gesticulation. Pour ceux que ça intéresse : u-p-r.fr, un parti républicain caché aux français qui fait de justes analyses sur la situation.
a écrit le 06/02/2013 à 7:08 :
Sortir de l'euro est donc la seule solution pour retrouver la possibilité de diminuer notre déficit commercial. Jamais les européens ne seront d'accord sur la valeur à donner à l'euro. L'Allemagne veut un euro fort, La France a besoin d'un euro plus faible tout comme l'Italie, l'Espagne, la Grèce, le Portugal etc...
Réponse de le 06/02/2013 à 8:52 :
c'est très interessant comme remarque : pour quelles raisons l'Espagne et autres pays du sud auraient besoin d'une ? faible ????
et pourquoi les pays du nord auraient besoin d'une ? fort ????
si au lieu de cela on réfléchissait aux raisons qui poussaient les allemands à vouloir un ? fort !!!!
Réponse de le 06/02/2013 à 11:19 :
@bertrand

Pouvez-vous développer votre réflexion m'intéresse!
a écrit le 06/02/2013 à 7:02 :
Au sujet de l?euro fort ou faible, qui serait un frein ou un accélérateur pour l?économie française, je pense que :

1. L?euro n?est pas une vraie monnaie, car elle n?est pas sous-tendue par une politique commune des pays qui l?utilisent. Ces pays, outre leur extrême hétérogénéité, sont en concurrence fiscale, sociale, budgétaire, économique, juridique. L?euro est donc condamné à flotter au gré des autres monnaies mondiales (dollar, yen, sterling,..) qui elles, sont sous-tendues par les politiques de leurs pays respectifs. Dans l?édifice européen, qui n?est à ce jour qu?un concept, la monnaie aurait dû constituer le point final à la construction de l?UE. Or, on a commencé par cela. On ne s?étonnera donc pas que tout cela finisse mal.

2. La parité de l?euro par rapport au dollar, par exemple : force ou faiblesse ? Pour l?Allemagne, qui a su très tôt et très intelligemment fabriquer des produits à l?export de façon à ne pas dépendre de sa consommation intérieure et prendre ses distances par rapport à une stratégie keynésienne loufoque, la parité euro/dollar est peu importante, car ses produits, à forte valeur ajoutée, sont très demandés, bien vendus et faiblement concurrencés dans les segments de marché où elle sévit. Résultat : les clients sont prêts à payer le prix. Pour la France, notre grand problème est que nous fabriquons de moins en moins de produits à valeur ajoutée et que nous en importons de plus en plus, d?où le déficit de notre commerce extérieur, notre forte dépendance aux variations du coût de l?énergie et notre stupide raisonnement d?une solution keynésienne à nos problèmes. En conséquence, une baisse de l?euro ne nous servirait que très peu à redécoller, car nos entreprises, en perte de vitesse créatrices, seront désavantagées par rapport à des pays largement concurrentiels comme l?Allemagne ; de plus, cela renchérirait le coût de l?énergie et des autres produits importés, entraînant inflation et perte de pouvoir d?achat.
3. Il n?y a pas de génération spontanée de l?argent. La seule richesse de la France, c?est le gaspillage. La plus grande force de la France, c?est la force d?inertie. Ce sont ces deux tares qu?il faut anéantir. Gaspillage : c?est la réduction des dépenses publiques, gabegie constante des élus qui dilapident les deniers du contribuable. Force d?inertie : le refus du changement, de l?évaluation d?une décision, le retour en arrière, le dynamisme font défaut aux élites -mais pas que- de ce pays qui dorment sur leurs lauriers, se croyant en dehors du reste de la planète qui avance, nous dépasse, bouge et se remet quotidiennement en question.

Réponse de le 06/02/2013 à 7:23 :
Bravo, belle analyse !
Réponse de le 06/02/2013 à 9:41 :
Ha, enfin un commentaire censé dans tous ce tissus de conn*ries... +10000, rien a ajouter ;)
Réponse de le 06/02/2013 à 11:51 :
J'aurai juste à ajouter : virer toutes nos pseudos élites, qui est en fait la partie principale sclérosé de la France et non le peuple. Ces "élites" font tout pour qu'en fait rien ne change pour continuer à vivre dans leur mode parasite. Eux sont les freins réels à l'innovation, la création d'entreprise ...
Réponse de le 06/02/2013 à 15:44 :
L'euro faible n'est pas une valeur sure, il faut baisser le train de vie de l'état arreter de faire des Français assistés, baisser les taxes pour baisser le prix de vente des produits manufacturés.
La valeur de l'Euro n'est pas un handicap si les prix sont moins taxés.
Il fautr donner la retraite à tous au même nombre d'années de cotisation, pour les politiques comme pour les travailleurs (2 mandats de député et c'est la retraite assurée, bingo ! ) Allez voir au Canada la vie des ministres, hors de leur fonctions ils n'utilisent pas les vehicules de l'état.
a écrit le 06/02/2013 à 7:00 :
Oui mais alors mon coco, il ne fallait ni faire l'Euro dans ces conditions, ni nous venter ce modèle indépassable de l'UE qui allait gagner, on allait voir ce qu'on allait voir! C'est quoi le problème? Le manque de mémoire ou le fait d'avoir à se coltiner les conséquences de ce qu'on a prôné en méprisant ceux qui s'y opposaient à juste titre? Si les français étaient informés correctement ils vireraient définitivement tous les membres de la caste politique qui a poussé à la signature de ces traités et violé notre consentement et le mandat qu'ils détenaient de nous.
a écrit le 06/02/2013 à 6:55 :
La situation économique de l'Union Monétaire actuelle est le résultat de la soit-disant amitié franco-allemande. Celle-ci a permis d'imposer des traités (Maastricht) aux autres membres de l'Union Monétaire qui au lieu de promouvoir une convergence des économies à l'intérieur de l'Union n'ont fait que accroître les divergences et ont permis le cannibalisme économique entre ses membres.
Alors ce volte face tardif de la France ressemble à un alibi et vient un peu tard pour encore pouvoir sauver la monnaie unique. La responsabilité de l'échec revient principalement à Mitterrand qui a surestimé la France et surtout sous estimé l'Allemagne et son nationalisme (voir Deutschland AG).
Réponse de le 06/02/2013 à 8:48 :
@L'Euro se meurt,.. L'Allemagne et les Allemands ne voulait pas de l'Euro. C'est Mitterand qui 6 mois avant la fin de le Rép.Dém.Allemande y a fait une visite officielle et imposé l"Euro, dont les Français aujourd'hui n'en veulent bizarrement pas. Faut savoir ce qu'on veut. Quant au nationalisme, le Front Nationale est française à ce que je sache! La France ne se surestime-t-elle pas toujours??
Réponse de le 06/02/2013 à 9:48 :
Vous confondez nationalisme (haine des autres) et patriotisme (amour des siens). Les français n'ont jamais voulu de cette UE anti-démocratique (nomination de chefs de gouvernement non élus, référendums bafoués) et qui mène inéxorablement à la misère des peuples. Le front national n'est pas pour un sortie de l'euro. C'est un outil de notre etablishement qui permet de croire à une pseudo-démocratie et de diaboliser l'idée pleine de bon sens d'une sortie de ce machin. A ma connaissance, l'UPR de Francois Asselineau est le seul parti qui est pour une sortie de l'UE et de l'euro depuis ....2007. Et comme par hasard, il n'a pas droit aux médias lui.
Réponse de le 06/02/2013 à 11:04 :
@@euro Vous vous trompez, de Gaulle voulait l'Europe, mais il imaginait que cela sera une Europe FRANCAISE. Comme quoi, on peut se tromper, même Mme Soleil n'aurait pu prédire comment cette Europe fonctionnerait 50 ans plus tard!!!! Pensez aussi, que les "Restos du coeur" authentiquement français reçoivent une grande parti de leur financement de l'UE avec l'argent, entre autres, venant d'Allemagne!
Réponse de le 06/02/2013 à 11:16 :
"Pensez aussi, que les "Restos du coeur" authentiquement français reçoivent une grande parti de leur financement de l'UE" Si vous pouviez arrêter de dire ce genre d'aneries ! La France est un contributeur net. On paie (avec nos impôts) 21 milliards et on en récupère laborieusement 13. Et si l'UE n'existait pas, il n y'aurait pas tant besoin des restos du coeur.
Réponse de le 06/02/2013 à 11:19 :
"même Mme Soleil n'aurait pu prédire comment cette Europe fonctionnerait 50 ans plus tard!!!!". J'oubliais, l'ue est comme elle est et vous savez pourquoi ? Parce qu'on voulait qu'elle soit comme ça. Les objectifs des concepteurs de cette UE sur ce point sont atteints.
Réponse de le 06/02/2013 à 11:23 :
Marre de la propagande pour le candidat UPR, un énième énarque en quête de visibilité politique.
Réponse de le 06/02/2013 à 11:41 :
C'est de la résistance mais vous préférez peut-être la propagande européiste ?
Vu la "pertinence" de vos posts, vous devriez regarder certaines de ses analyses, ca vous évitera de dire n'importe quoi.
Réponse de le 06/02/2013 à 11:55 :
@France alors renoncer a l'aide de lUE pour les restos, mais on les entend déjà pleurnicher. L'Allemagne ne récupère RIEN, mais elle paye, elle et nourri ses habitants. Pourtant selon les Français il y a tellement de pauvres en Allemagne, comment le savent ils? Ils y habitent? Aneries???? lol, il faut r é f o r m e r un pays qui devient ringard!
Réponse de le 06/02/2013 à 13:02 :
@PropagandeUPR

Les lâches avancent masquer. Choisissez-vous un pseudo, ensuite on pourra discuter de la pertinence de mes posts et des analyses de votre candidat (ou de votre propre candidature) qui par le pur fruit du hasard "repompent" quelques vielles casseroles du FN (auxquels j'adhère sans adhérer au parti) concernant la sortie de la présente construction européenne et de sa monnaie unique pour bâtir l'Europe de demain.
Réponse de le 06/02/2013 à 14:09 :
@euro Si je me souviens bien lors de sa campagne électorale Marine Le Pen a bien promis, que si elle est élue elle sortira de l'Euro avec un taux de change de 1 Euro = 1 Franc, émission de télévision française.
Réponse de le 06/02/2013 à 14:24 :
C'est du flan. Elle a recemment dit sur mots croisés de Calvi le mois dernier, qu'elle se donnerait 1 an pour renégocier les traîtés. Elle fera comme notre françois national, c'est à dire rien.
Réponse de le 06/02/2013 à 15:35 :
@SansPseudo<@euro2>
Renégocier les traités c'est aussi prévoir la sortie de l'Euro et de l'UE. Il faudrait arrêtez de dénigrer un parti par idéologie pseudo-antifasciste alors même que le gouvernement au pouvoir est quasi-totalitaire en imposant son programme (mariage homo, PMA, GPA, vote des étrangers, etc) à la représentation française sans aucune forme de consensus. La politique ce n'est pas qu'une étiquette et un nom, c'est aussi l'homme politique qu'il y a derrière. Marine LE PEN n'est pas Jean-Marie LE PEN qui d'ailleurs est bien plus molle que son père ou que Bruno GOLLNISCH mais encore Gilbert COLLARD. Tout comme François FILLON n'est pas Jean-François COPE et que Jean-Marc AYRAULT n'est pas Manuel VALLS. Bref, réfléchissez avec votre cerveau au lieu d'ouvrir les yeux sur des oeillères!
Réponse de le 06/02/2013 à 17:33 :
Bien que je ne sois pas en phase avec les idées du fn, je ne dénigre pas ce parti. S'ils veulent vraiment sortir de l'ue et de l'euro, ils n'ont pas besoin de renégocier les traités, il suffit de faire jouer l'article 50. l'upr est beaucoup plus clair. Depuis 2007 ils ont toujours eu la même position sans bouger d'un iota : sortir de l'ue, de l'euro et de l'otan. Le fn est un parti utile au système puisqu'il permet de discréditer aux yeux des français la sortir de l'ue/euro. Pourquoi invite- t-on MLP et pas Asselineau sur ces questions ? Tout simplement parce que le discours et l'expertise d'Asselineau rendent plus crédible cette idée que si elle est défendue par MLP.
Réponse de le 06/02/2013 à 21:38 :
Vous oubliez peut-être que Mitterand fut Ministre de Pétain ET grand Ami de Laval. ET vous êtes ""étonné"" du résultat ???
Réponse de le 06/02/2013 à 21:46 :
Michel ! Entre nous soit dit : Un énarque de plus!pourquoi PAS ! C'est peut-être celui qui va nous ""étonner"" ??? Bonne nuit!!!
a écrit le 06/02/2013 à 6:53 :
un euro trop fort qui pénalise nos exportations,tout le monde le sait.Rien sur le reste!
Réponse de le 06/02/2013 à 8:42 :
et diminue nos importations energétiques et autre
Réponse de le 06/02/2013 à 9:44 :
@égal à lui-même Si vos clients pensent que les produits que vous produisez sont 1) de bonne qualité, 2) utiles/nécessaires - ils achètent, par contre la camelote ils en trouvent partout et pour pas cher. Puis il faut de la confiance, si le client doit s'attendre à des retards pour la livraison pour cause de grèves, vacances ... il va ailleurs Ce n'est pas le vendeur qui doit dire au client ce qu'il lui faut, et ce n'est pas une question de monnaie.
Réponse de le 06/02/2013 à 10:41 :
Tout cela me semble au final bien naïf.
L'Amérique et l'Asie produisent depuis 2002 un dumping social et monétaire et c'est un fait unique dans l'histoire, dans le sens où l'Europe ne fait rien. Soyons plus précis : l'Allemagne ne veut rien entendre. Mon travail m'a amené 2 ans à Houston, puis 2 ans à Barcelone. Pour travailler aujourd'hui en France avec l'Allemagne, l'Italie et l'Espagne, les pays du Sud ne veulent clairement plus de la politique de la BCE. Créons (menaçons de créer) une zone monétaire de l'Europe du Sud (Italie, Portugal, Espagne, Belgique, France). Les Allemands seront les premiers perdants. Alors, Flamby ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :