UE : le Parlement rejette l'accord des 27 sur le budget "en l'état"

Les députés européens ont massivement rejeté mercredi l'accord "sous sa forme actuelle" passé début février entre les dirigeants des 27 sur les dépenses de l'Union européenne pour la période 2014-2020. Ils ont toutefois renoncé à contester les plafonds de dépense, soit 960 milliards d'euros en crédits d'engagement (les autorisations de programmes) et 908,4 milliards en crédits de paiement (ce qui est effectivement déboursé).

4 mn

Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

C'était attendu. Les chefs des quatre principaux groupes au Parlement avaient prévenu début février que le budget européeen serait rejeté "en l'état". Les eurodéputés ont en effet massivement rejeté mercredi l'accord passé début février entre les dirigeants des 27 sur les dépenses de l'Union européenne pour la période 2014-2020. Une résolution marquant la défiance - présentée par le Parti populaire européen (PPE), les Socialistes et démocrates, les Libéraux et démocrates, les Verts et le groupe communiste - a été approuvée par 506 voix contre 161 et 23 abstentions, selon le décompte officiel. "Le Parlement européen rejette cet accord sous sa forme actuelle parce qu'il ne reflète pas les priorités et les préoccupations qu'il a exprimé", souligne la résolution. Une enveloppe budgétaire représentant environ 1% du revenu national brut de l'Union européenne qui est en baisse pour la première fois dans son histoire sous la pression notamment de Londres.

Un manque de solidarité?

Le président du groupe PPE, auquel appartiennent une majorité des chefs d'Etats et de gouvernements de l'UE, a dénoncé une stratégie de "repli sur soi" dans un contexte de crise économique qui demande, selon lui, plus de solidarité. "Plus que jamais l'Europe a besoin d'Europe parce que notre continent ne sortira pas renforcé de la crise si nous ne sommes pas plus européens", a le Français Joseph Daul. Et de poursuivre: "il nous faut plus de cohérence, plus de politiques communes, plus d'investissements communs et plus d'outils communs."

Les plafonds des dépenses approuvé, sous conditions

Dans un contexte d'austérité générale, le Parlement européen a toutefois renoncé à contester les plafonds des dépenses, soit quelque 960 milliards d'euros en crédits d'engagement (les autorisations de programmes) et 908,4 milliards en crédits de paiement (ce qui est effectivement déboursé) mais fixe quatre conditions. Les parlementaires veulent davantage de flexibilité au sein du budget entre les lignes budgétaires et d'une année sur l'autre. Ils exigent la possibilité de réviser le budget en cours d'exercice et appellent à la mise en place de ressources propres pour l'UE, actuellement financée en majeure partie par les contributions des Etats membres. Selon le président du Conseil européen Herman Van Rompuy, les dirigeants de l'UE sont prêts à des concessions sur ces exigences.

Les eurodéputés ont également posé comme préalable de solder un déficit estimé entre 16 et 17 milliards d'euros dans le budget 2013, exprimant leur "opposition ferme à un cadre financier susceptible de mener le budget de l'UE dans un déficit structurel". Tout en dénonçant le manque de transparence sur les modalités de conclusion du compromis, ils insistent sur leur "volonté d'entamer de véritables négociations avec le Conseil (...) en vue d'assurer que l'Union dispose d'un budget moderne, prévoyant, souple et transparent, qui puisse produire de la croissance et des emplois".

Un compromis d'ici l'été

De son côté, la ministre irlandaise des Affaires européennes, dont le pays assume la présidence tournante de l'UE, a laissé entendre que d'un accord pourrait être trouvé sur la flexibilité et la révision à mi-parcours mais a insisté sur l'étroitesse des marges de manoeuvre. "Le Conseil estime que le conseil de février a donné un résultat solide et qu'on a atteint les limites de ce qui était possible à cette occasion", a assuré Lucinda Creighton. Ce rejet de l'accord "sous sa forme actuelle" n'a du reste qu'une valeur déclarative mais annonce la position du Parlement dans les négociations qui vont s'ouvrir avec le Conseil en vue d'un compromis auquel les deux parties espèrent parvenir d'ici l'été.

Un non qui va aider à la France à faire avancer sa politique de croissance

"Nous ne sommes pas dans une relation antagonique avec le Parlement européen. Nous considérons que le Parlement européen par la résolution qu'il a prise hier aide la France à transformer l'essai et l'Europe à transformer l'essai", a réagi le ministre des Affaires européennes Bernard Cazeneuve, sur Canal+. "Ca va permettre d'engager un dialogue positif avec le Parlement européen pour faire en sorte que le budget soit amendé, amélioré et qu'on puisse en faire un budget de croissance", a-t-il ajouté. Le ministre des Affaires européennes a considéré que "c'est la ligne du président de la République, c'est la volonté française de réorienter en profondeur la politique de l'Union".

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 17
à écrit le 14/03/2013 à 22:00
Signaler
Moi, j'en ai vraiment marre qu'on dépense autant d'argent pour une institution qui nous a été imposée, qui n'a aucune légitimité démocratique (les décisions sont prises à Bruxelles par les représentants des différents gouvernement, le parlement n'est...

à écrit le 14/03/2013 à 17:14
Signaler
Oui l'Europe résistera-t-elle à tout cela ? http://www.magtuttifrutti.com/article-union-europeenne-construction-ou-desintegration-116030502.html

à écrit le 14/03/2013 à 12:19
Signaler
Tempète dans un verre d' eau....on ne touche pas au plafond . Un caca nerveux pour faire voir qu'ils existent et sont fort utiles.....il ne faut surtout pas toucher au ronron quotidien .

à écrit le 14/03/2013 à 11:19
Signaler
Vous recommandez l'austérité, vous l'avez ! Tout le monde sait que vous avez largement de quoi vous serrer un peu la ceinture et si ça ne vous convient pas n'hésitez pas à démissionner.

à écrit le 14/03/2013 à 11:07
Signaler
Dans cette histoire, celui qui joue le plus gros, c'est Cameron. A vouloir préserver les intérêts de l'Angleterre pour des considérations bassement électorales, malgré sa tentative de créer un axe Londres/Berlin au détriment de Paris, il est fort pro...

le 14/03/2013 à 12:29
Signaler
hors l'Europe, point de salut ! il n'ecoute donc pas ce monsieur Cameron, toutes ces "belles ames" qui se succedent aux emissions pseudo- eco de France television.

le 14/03/2013 à 15:33
Signaler
Cameron veut le beurre et l'argent du beurre, et la joue perso

à écrit le 14/03/2013 à 11:07
Signaler
Dans cette histoire, celui qui joue le plus gros, c'est Cameron. A vouloir préserver les intérêts de l'Angleterre pour des considérations bassement électorales, malgré sa tentative de créer un axe Londres/Berlin au détriment de Paris, il est fort pro...

à écrit le 14/03/2013 à 11:02
Signaler
Je me demande sérieusement combien de temps encore va pouvoir tenir cette UE ? Après les impôts locaux, nationaux, le parlement de l?Europe va surement voter à l'unanimité si un impôt européen est proposé en plus des deux autres. Sauf que, les peupl...

le 14/03/2013 à 13:13
Signaler
Bien vu. L'Allemagne étant déjà entrée à reculons (chantage à la parité DM-Euro) elle attend d'avoir résorbé ses derniers déficits et d'avoir basculé majoritairement ses marchés de vente hors Europe pour se tirer avant que les fameux mécanismes europ...

à écrit le 14/03/2013 à 9:53
Signaler
Le Parlement a raison sur le fond. Il est absurde de réduire les dépenses soutenant l'innovation et la recherche. En même temps l'Europe récolte les fruits de l'austérité qu'elle a semé sans discernement partout en Europe. Comment l'Espagne et l'Ital...

à écrit le 14/03/2013 à 9:45
Signaler
Messieurs les journalistes, faites remontez ce message aux élus que vous fréquentez : NOUS N'EN VOULONS PLUS DE CETTE EUROPE DICTATORIALE QUI NOUS MENE DANS LE MUR ! MERCI.

le 14/03/2013 à 11:10
Signaler
nous ? vous êtes plusieurs ou c'est le nus de majesté ?

le 14/03/2013 à 11:27
Signaler
La grande majorité des français (55% contre le traité de Lisbonne). Et vous c'est quoi votre contribution ? Vous êtes heureux dans cette UE ? C'est quoi le bilan de 20 ans d'UE ? misère, dictature et regression sociale et humaine.

à écrit le 14/03/2013 à 9:24
Signaler
L'important est que le fonctionnement de l'Europe ne dépasse pas 1%, qu'i ne fasse pas de déficit, que son pouvoir règlementaire accélère la croissance, que les services soient organisés de façon optimale et non bureaucratique. Il semble que les dépu...

à écrit le 14/03/2013 à 9:18
Signaler
Ce que nous pouvons retenir de cette article qui me semble flou, c est que le parlement fait une fronde ce qui est normal vu que la décision des 27 mais surtout du tandem Merkel Cameron ne refletent pas la vision de la grande majorite des Europeens...

à écrit le 14/03/2013 à 8:06
Signaler
premiere chose à faire supprimer le président puisque le president tournant existe encore deuxieme chose supprimer le déménagement tous les six mois trois mettre le personnel au 40 heures comme dans la majorité des pays faisons du ménage dans la Pac...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.