L'Auvergne, ses volcans endormis, son eau minérale et ses... billets de banque

 |   |  599  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : DR)
Quatre nouveaux billets de cinq euros sur dix sont fabriqués dans la première imprimerie de billet d'Europe... à Chamalières, en Auvergne.

L'Auvergne est connue pour ses volcans éteints et son eau de source. Un peu moins pour ses imprimeries de billets de banque. Pourtant, 40% des nouveaux billets de cinq euros mis en circulation il y a quelques jours par la Banque centrale européenne y sont fabriqués. L'usine de Chamalières, dans le Puy-de-Dôme est tout simplement la première fabrique de billets d'Europe.

L'impression de billets de banques, "un fleuron" français

Rien de surprenant que le site n'ait été choisi par la Banque centrale européenne pour Erick Lacourrège, en charge de la fabrication des billets à la Banque de France. "L'activité de fabrication de billets est très secrète du fait de la nature même du produit, mais c'est un fleuron industriel de la France", explique-t-il, cité par l'AFP. Pour le renouvellement des coupures de cinq euros, le site auvergnat a été choisi parmi plusieurs imprimeries privées et publiques européennes en raison de son volume de production (entre 2,5 et 3 milliards de billets par an) et parce que "depuis plusieurs années, l'usine s'était spécialisée dans les petites coupures", a indiqué Maxime Maury, directeur régional de la Banque de France en Auvergne.

Environ 20% des commandes de la BCE

Premier imprimeur public de billets en Europe, le site auvergnat assure ainsi chaque année 20% des commandes de la BCE, selon la Banque de France. Le travail d'impression, qui mobilise près de 1.000 salariés, est précédé par celui des 250 papetiers installés à Vic-le-Comte, à une trentaine de kilomètres de Chamalières. Contrairement aux papeteries classiques qui utilisent le bois, le papier à billet est fabriqué à partir de balles de coton, récupérées par la Banque de France dans les rejets des filatures. L'imprimerie de Chamalières, en périphérie de Clermont-Ferrand, avait été choisie après la Première Guerre mondiale "pour parer aux risques d'invasion du territoire puisqu'on se situe le plus loin possible de toutes les frontières", a-t-il rappelé.

20 millions d'euros investis pour la nouvelle gamme d'euros

Pour la nouvelle gamme d'euros, la Banque de France a investi 20 millions d'euros dans de nouvelles machines, rendant plus difficile le travail d'imitation des faussaires. Les usines de Chamalières et Vic-le-Comte vont assurer "une partie de la gamme de chaque billet" avec la sortie d'une nouvelle coupure prévue dans la zone euro chaque année. Les nouveaux billets de cinq euros conservent leur couleur grise et leur format, mais sont agrémentés du portrait de la déesse Europe, qui permet d'inclure de nouveaux signes de sécurité. 

Craintes d'une privatisation

Pascal Favard, secrétaire de la section CGT à Chamalières, a craint que les "besoins très forts d'investissement, surtout pour les grosses coupures", n'amènent "les prémices d'une privatisation" à la papeterie de Vic-le-Comte. "L'usine a des commandes jusqu'à fin 2014", a assuré quant à lui Maxime Maury, certain de l'avenir de l'imprimerie, qui est l'un des 20 plus gros employeurs en Auvergne selon l'Insee. "Cela va permettre de remplacer 200 départs à la retraite dans les années à venir", a-t-il relevé. Le syndicaliste Pascal Favard est lui inquiet du "non-remplacement d'un départ à la retraite sur deux".

Il a connaissance du "plan de charge bien fourni", mais déplore que les employés de l'imprimerie soient "de moins en moins nombreux pour faire de plus en plus de travail". Les deux usines jouent en effet un rôle important dans une région où l'emploi industriel a diminué de 20% entre 2001 et 2012, avec une chute à partir de 2008, à l'unisson de la tendance nationale dans l'industrie.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/05/2013 à 12:52 :
Valéry Gischcard d'Echtaing tient à faire chavoir que Chamalières a héberché le plus grand maire de Franche ! Tout le reste n'est qu'anechdote !!! (étonnant non!)
a écrit le 12/05/2013 à 22:39 :
euro monnaie d'escroc
a écrit le 12/05/2013 à 3:13 :
le "M" de ASM ?
Association Sportive de Montferrand (quartier de Clermont Ferrand)
a écrit le 11/05/2013 à 22:44 :
l'usine de Chamalière n'est pas connu pour son manque de productivité au contraire c'est une usine modèle : ne dénigrons pas l'expertise technique des papetiers et imprimeurs français qui sont au contraire extrêmement performants c'est dingue l'auto bashage français en cours sur les forums.
a écrit le 11/05/2013 à 22:00 :
Bizarre cet article: De La Rue en Angleterre est le plus gros producteur mondial de billets de banque support et impression pour tous les pays du monde alors que l'usine de Chamalière est réputée pour son manque de productivité. D'ailleurs , si cette usine ne produit que 20 % des besoins de la BCE alors qu'il n'y a pas tant d'imprimeurs que ça pour cette spécialité, cela surprend un peu. C'est là qu'on relit et prête attention au terme imprimeur "public" : et oui les concurrents sont majoritairement privés !
a écrit le 11/05/2013 à 17:56 :
pourquoi un M ?
a écrit le 11/05/2013 à 17:54 :
bien vu roger
a écrit le 11/05/2013 à 17:44 :
ASM champion d'Europe!
Rien à voir avec le sujet, mais on ne fabrique pas que des biftons e Auvergne
a écrit le 11/05/2013 à 16:30 :
Bonjour, si cela pouvez être une mine de diamants, ou une mine d'or cela soulagerai bien les problèmes de la France..... Faire des biffons pour l'Europe ne donne pas vraiment du travail et cela ne nous enrichis pas non plus.....
a écrit le 11/05/2013 à 16:23 :
Un seul "m" dans le nom de la ville qui est le sujet de l'article...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :