Le gouvernement économique européen est né, et il ne plaît pas à François Hollande !

Les recommandations de la Commission européenne adressées à la France dévoilées ce mercredi s'inscrivent dans une nouvelle architecture européenne. Mais ce "gouvernement économique" n'est pas celui rêvé par le président français.

7 mn

Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Photo Reuters)

Mine de rien, c'est une nouvelle époque qui s'ouvre ces jours-ci. Ce jeudi entre en vigueur le « two pack », une procédure qui permet à la Commission européenne de réclamer aux Etats une nouvelle version des budgets nationaux si ces derniers ne sont pas conformes aux objectifs du pacte de stabilité et de croissance. Ce « two pack » vient compléter le « six pack » et le « semestre européen » qui sont respectivement en place depuis 2011 et 2012. Ils dessinent une nouvelle gouvernance de la zone euro, dirigée par la Commission.

Nouvelle étape

Schématiquement, « les recommandations » de la Commission dessinent désormais une feuille de route économique pour les Etats membres. Une feuille de route qui n'est plus seulement un v?u pieu de Bruxelles. L'ignorer est certes théoriquement possible, mais ceci signifiera prendre le risque de voir son budget rejetée par la Commission. Ce sera aussi prendre le risque d'une sanction pécuniaire pour les pays qui refuseraient de se conformer à ces recommandations. Surtout, ce serait, pour le gouvernement concerné, prendre le risque de se désigner lui-même comme un gouvernement irresponsable et d'endosser, en cette période de crise, la responsabilité morale d'une mise en danger de l'équilibre et de l'unité de l'Europe.

Ce 30 mai 2013 est donc très clairement une étape nouvelle dans la construction de l'Europe. Une étape où les Etats membres vont devoir s'habituer à intégrer dans leurs politiques économiques les recommandations de Bruxelles et où, en conséquence, ils vont accepter d'abandonner de facto une part de leur souveraineté économique. C'est donc bel et bien le premier pas vers un gouvernement économique.

 

Réponse implicite à François Hollande

Dans ses recommandations générales, la Commission répond du reste implicitement à la proposition de François Hollande de créer une nouvelle instance qui serait baptisée « gouvernement économique » en proposant de donner les moyens à l'Eurogroupe, instance qui existe déjà, « d'assurer la surveillance et la coordination des politiques budgétaires des pays de la zone euro. » Pas besoin donc d'un nouveau président, ni d'un nouveau collège : tout est là à disposition de François Hollande s'il le souhaite. Pourtant, le président français a déjà répondu que "la Commission n'avait pas à "dicter à la France ce qu'elle avait à faire." Autrement dit, l'Elysée vient de rejeter sa propre idée de gouvernement économique. Comme un ballon de baudruche, la proposition de François Hollande, jugée audacieuse par tant d'observateurs hexagonaux, semble s'être déjà dégonflée.

Fruit de la proposition de Nicolas Sarkozy

Ce n'est pas un hasard si François Hollande ne se reconnaît plus dans sa propre proposition. Cette gouvernance économique est en effet directement issue de la revendication de Nicolas Sarkozy d'un « gouvernement économique » formulée en 2011 pour - déjà - soi-disant piéger l'Allemagne. Sauf que Berlin avait pris Paris au mot et consenti à cette coordination qui a débouché sur les procédures de contrôles et sur le pacte budgétaire. Le rêve de François Hollande est donc en marche, à l'exception du « président » dudit gouvernement qu'il veut installer. Mais, à part satisfaire l'envie bien française de penser que les problèmes se règlent avec des présidents, on ne voit pas ce qu'un « président » de plus apporterait à ce gouvernement. D'autant que l'Europe a déjà trois présidents : José Manuel Barroso à la Commission, Jeroen Dijsselbloem à l'Eurogroupe et Herman van Rompuy au Conseil.

Une naissance tourmentée

Le « gouvernement économique » de l'Europe est donc bel et bien en marche. Mais de quel gouvernement s'agit-il ? Quelles sont ses lignes directrices et son programme ? Pour répondre à cette question, il faut remonter à son origine. Ce dispositif de coordination engagé par la Commission a été conçu avant tout pour éviter la répétition de la crise de la dette souveraine. Et il ne peut se comprendre qu'en rappelant les circonstances de sa naissance.

Son berceau idéologique, c'est cette idée que la crise est le résultat d'une gestion budgétaire laxiste menée par des gouvernements nationaux qui ont sacrifié la compétitivité de leurs pays à une croissance facile par la consommation et la dépense publique. Son objectif principal est donc de redresser et d'empêcher la répétition de ces « graves déséquilibres macroéconomiques. »

Un « gouvernement économique » fondée sur les dévaluations internes

Il en résulte deux réalités dans la politique de ce « gouvernement économique. » La première, c'est la volonté de poursuivre les « dévaluations internes » comme seul vrai remède à ces déséquilibres. Certes, certains verront dans les dernières recommandations de Bruxelles, un accroc au « dogme de l'austérité » parce que des délais ont été accordés, parce que la Commission reconnaît qu'on pourrait « utiliser des marges budgétaires disponibles pour encourager les investissements. » Mais ce ne sont que des concessions faites aux réalités actuelles de la récession économique.

Le c?ur de l'action de ce gouvernement économique, c'est que la réduction des déséquilibres au sein de la zone euro doit se faire uniquement dans un sens, celui de l'amélioration de la compétitivité des pays périphériques par la dévaluation interne. Réduction des dépenses publiques, réformes « structurelles » et baisse de la fiscalité demeurent donc les axes principaux de ce gouvernement économique. Quant aux pays en fort excédent courant, il ne leur est rien demandé ou presque. Mieux même, on demande à l'Allemagne de « conserver comme prévu une position budgétaire saine garantissant le respect de l'objectif à moyen terme sur toute la durée du programme. »

On valide donc l'idée qu'il n'y a pas d'effort à faire de ce côté-ci pour réduire les déséquilibres. Il ne peut pas en être autrement, puisque le pacte budgétaire prévoit de réduire à 0,5 % maximum le déficit budgétaire structurel des Etats membres en 2018. La Commission se garde bien en réalité de demander un rapprochement des deux Europe, et se contente de demander une uniformisation du modèle économique de tous les pays de la zone euro autour de l'objectif de favoriser les exportations. Sauf que c'est cette politique même qui a mené l'Europe dans la crise profonde où elle se trouve.

L'oubli démocratique

La seconde réalité de ce nouveau gouvernement économique européen est son manque de légitimité démocratique. Certes, il n'y a pas de « dictature » de Bruxelles. Les recommandations doivent en passer par la validation du conseil des chefs d'Etats et de gouvernements qui, eux, peuvent la faire valoir. Mais enfin, l'abandon substantiel de la souveraineté concédée par les Etats dans le cadre de cette procédure ne s'accompagne pas d'un contrôle démocratique accru. Les parlements nationaux sont, en quelque sorte, mis sous surveillance dans leurs compétences budgétaires, mais le parlement européen, lui, ne voit guère ses compétences accrues. Il doit seulement rendre un avis.

Mais ceci est logique, puisque la crise est née de la « démagogie » budgétaire des gouvernements... Il faut donc le plus possible ôter aux élus l'initiative budgétaire et, pour le dire, un peu brutalement, chasser le peuple de ces domaines. C'est la même logique qui a présidé à la mise en place d'une banque centrale indépendante. Or, ce qui peut se comprendre et se justifier dans le domaine monétaire l'est beaucoup moins sur le plan budgétaire qui est un élément essentiel de la démocratie au sein d'un pays.

Ôter l'autonomie des parlements sur ce sujet pourrait alimenter encore le ressentiment d'une certaine partie de la population, la plus fragilisée par la crise notamment. C'est faire le lit des "populismes". On le voit donc : le gouvernement économique avance dans la zone euro. François Hollande vient de découvrir, mais un peu tard, que ce n'était pas la panacée économique et certainement pas une façon pour lui de regagner du pouvoir en Europe.
 

7 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 79
à écrit le 21/09/2013 à 18:01
Signaler
Fin Mai 2014 nous votons pour la France et les Français. Point !

à écrit le 06/06/2013 à 12:59
Signaler
L'Europe libérale est en marche!

à écrit le 01/06/2013 à 21:55
Signaler
La fin de l'Europe est programmée, car ce système gouvernance n'est pas démocratique.

à écrit le 30/05/2013 à 18:00
Signaler
L'arrogance de la France dans toute sa splendeur ...

à écrit le 30/05/2013 à 15:52
Signaler
Mais quelle mauvaise foi ! Vouloir un gouvernement de la zone euro, ne veut pas dire accepter n'importe quelle bande d'incompétents pour jouer ce rôle ! Premièrement la commission n'est pas légitime puisqu'elle n'est pas assise sur une assemblée rep...

le 30/05/2013 à 16:53
Signaler
@bobo c ce qu on vous dit depuis le debut ! Ils ont créer l euro sans demander au peuple quelle gouvernance mettre en place.

le 30/05/2013 à 20:43
Signaler
http://www.u-p-r.fr/videos/conferences-en-ligne/pourquoi-leurope-est-elle-comme-elle-est

à écrit le 30/05/2013 à 15:38
Signaler
l'europe pourrait aussi demander un "smig", une retraite par répartition, une assurance chômage, une sécurité sociale, dans touts les pays de l'union, ce serait un minimum, non. Quand on a connaissance de leurs rémunérations, du peu d'impôts qu'ils ...

à écrit le 30/05/2013 à 15:28
Signaler
Holalnde est une erreur de l'histoire. Tant qu'il sera au pouvoir avec son équipe de bras cassés, le bateau Europe continuera de tanguer.

le 30/05/2013 à 15:36
Signaler
Nan tant qu'on sera dans une europe aux ordres du patronat allemand le bateau coulera. Hollande c'est la stricte continuité de sarko.

le 30/05/2013 à 17:09
Signaler
+1000

à écrit le 30/05/2013 à 15:21
Signaler
Beaucoup de sages paroles sur le sujet. L'on se dispute en France, mais jamais les principaux problèmes ne sont exposés, alors qu'on "affectionne" les cérémonials électoraux. Personne n'a présenté pareils tenants et aboutissants aux Français ; pire, ...

à écrit le 30/05/2013 à 15:16
Signaler
Excellent article. Les mois qui viennent vont etre interessant a vivre pour la classe dirigeante entiere. L'idee de l'europe va ne plus plaire a certains, maintenant qu'elle rapelle a la realite. Le fait qu'elle ne soit pas entierement democratique d...

à écrit le 30/05/2013 à 15:11
Signaler
Bon article, mais fortement teinté d'idéologisme... "la crise est le résultat d'une gestion budgétaire laxiste menée par des gouvernements nationaux qui ont sacrifié la compétitivité de leurs pays à une croissance facile par la consommation et la dép...

le 30/05/2013 à 16:44
Signaler
+1.

à écrit le 30/05/2013 à 14:22
Signaler
Nos dirigeant, F Hollande comme les autres, se servent de l'Europe pour masquer leur manque de volonté politique. Comment demander aux citoyens d'aimer l'Europe après ces discours et remarques irresponsables. Pourtant sans l'Europe que serions nous a...

le 30/05/2013 à 17:06
Signaler
Que serions nous? Tout simplement un pays de 60 M d habitants C pas la peine d' imiter la grenouille.

à écrit le 30/05/2013 à 14:19
Signaler
Amusant comment un sujet sur le mode de gouvernance de la commission de Bruxelles dérive fatalement sur des arguments de comptoir franchouillars gauche droite terre à terre et dans bien des cas malheureusement hors sujets. Bon, pour résumé la situati...

le 30/05/2013 à 17:12
Signaler
Il faut prendre le temps pour le lire mais c'est très bien vu!

à écrit le 30/05/2013 à 13:24
Signaler
Que je sache, notre bon président a fait partie de la grande masse de politiques qui ont poussé à valider le traité européen en 2005. Que les instances européennes nous donnent des directives est donc une résultante. Pourquoi pleure-t-il?

le 30/05/2013 à 15:10
Signaler
Oui mais c'est bien sarkozy qui n'a pas tenu compte du vote des Français et n'en a fait qu' a sa tête en nous marchant sur la gue..e !

à écrit le 30/05/2013 à 12:54
Signaler
Normal nous fait un petit coup de calgon ou une grosse comédie.?d'accord ou pas d'accord n'est pas le problème . en revanche les réformes structurelles sont impératives. les états d'âme de FH ne sont là que pour boucher l'écran. il continue à perdr...

à écrit le 30/05/2013 à 12:43
Signaler
Les recommandations de la Commission européenne adressées à la France sont basés sur une réalité démographique basique est indéniable. La population française depuis la fin du baby-boom décline à long terme en sachant que les naissances ont été depui...

le 30/05/2013 à 12:55
Signaler
Sauf qu'il faut tenir compte des gains de productivité plutôt que de raisonner qu'en terme cotisant/travailleur ! Et pour cause si on prend ce fait on voit bien que tout ces gains sont partis dans la poche du capital et non les revenues du travail (e...

le 30/05/2013 à 12:59
Signaler
Effectivement, Hollande est grisé par son statu de chef d'Etat et ne supporte pas qu'on lui dise quoi faire. Il aurait pu dire qu'il prennait acte de ces recommandations de l'OCDE qui n'est pas n'importe quel organisme, mais même cela, il n'y arrive ...

le 30/05/2013 à 13:07
Signaler
La cigale France va mourir. Hollande se prend pour le Saint Esprit et ne fera jamais RIEN qui puisse redresser la France.

le 30/05/2013 à 14:00
Signaler
@bob44: Je n'apprécie pas la vision du monde à travers des "modèles" et je ne suis pas "libéral". Dans votre commentaire, Il y a certain bruit de fond et termes très difficile à définir (et en finalité inutile) comme "pays libéraux" (tous pays "rich...

le 30/05/2013 à 14:13
Signaler
@bob44, quand on gagne en productivité pour produire du jetable au lieu de durable, on s'appauvrit n'en déplaise aux partisans du courtermisme. Donc gagner en productivité n'est pas un objectif viable.

le 30/05/2013 à 14:43
Signaler
@déni de réalité, soit mais pour élargir un peu plus mon idée le système actuel et cela dans tout les pays occidentaux tant vers la compression salariale qui est compensé par des emprunts pour la très grande majorité des citoyens pour continuer à con...

le 30/05/2013 à 14:45
Signaler
Votre raisonnement est faux, @déni de réalité. Mais vous êtes trompé comme nombre de français par des informations diffusées dans ce but. La mesure de l'espérance de vie est un pourcentage, le fait qu'il augmente ne veut pas dire que l'on vit plus vi...

le 30/05/2013 à 16:07
Signaler
Mais Corso! Mes études des statistiques descriptive n'ont pas été brilliante, mais l'espèrance de vie est une moyenne qui est chiffre absolu. Je ne suis pas une victime d'un complot et notre système social est honnêtement mal adapté pour fonctionner ...

à écrit le 30/05/2013 à 12:43
Signaler
Ils veulent mettre à "poil" les français ..c'est tout ne cherchez pas d autres raisons de ces attitudes de l'Europe sur le chômage et la "pseudo" crise ..Cette histoire de prendre l'argent des autres n'est pas nouvelle mais est renforcée par cette E...

le 30/05/2013 à 13:08
Signaler
N'importe quoi, pff. On doit seulement payer nos dettes. Si en avait pas autant, la commission Européenne ne dirait rien sur la France. Arretez par votre manque de culture de critiquer les autres. Si la France va mal, c'est pas la faute à l'Allemagn...

à écrit le 30/05/2013 à 12:06
Signaler
Il faut arrêter les manoeuvres dilatoires qui consistent à brocarder la politique européenne -certes imparfaite, mal construite, malade de ses institutions et parfois de son dogme- . Les vraies causes de l'enlisement sont endogènes et plutôt que de s...

le 30/05/2013 à 12:43
Signaler
@Sun Tzu, ouais bazardons tout nos acquis sociaux et diminuons les salaires (le Smic est encore trop élevé selon la commission !), vive le marché partout (dans la santé et à lécole y compris), l'appauvrisement pour tout le monde sauf les très riches ...

à écrit le 30/05/2013 à 12:01
Signaler
Facile de promouvoir quelque chose contre l'avis de son peuple et sans jamais en expliquer la finalité, pour ensuite crier au scandale histoire de faire croire qu'on est proche de lui malgré tout.

à écrit le 30/05/2013 à 11:31
Signaler
Il est bon Flamby à faire des moulinets avec son sabre de bois. Pour un peu, il me ferait rire.

à écrit le 30/05/2013 à 11:05
Signaler
ah! bon?pourtant il avait fait l'éloge il y a peu de l'ancien gouvernant Allemand, non? une girouette que ce monsieur! pour avoir l'étoffe d'un président, faut avoir d'autres qualités que celles proposées....MDR

à écrit le 30/05/2013 à 10:36
Signaler
FAITES COMME JE DIS , PAS COMME JE FAIS .!!!!

à écrit le 30/05/2013 à 10:36
Signaler
Sur 27 pays membres de l'UE, seuls quatre d'entre eux (Estonie, Finlande, Luxembourg et Slovaquie - non, non, pas l?Allemagne) respectent encore aujourd'hui les deux critères imposés par le pacte de stabilité de la zone euro (déficit annuel maximum d...

à écrit le 30/05/2013 à 10:15
Signaler
les amendes, tt le monde s'en f...; ils laissent le suivant payer.... par contre si l'europe coupe tte subvention aux pays qui ne respectent pas les regles, ca risque de se passer autrement... et avec des gens comme les francais, c'est la seule solut...

le 30/05/2013 à 12:52
Signaler
Encore +1, je regrette énormément la clémence qui nous a été accordée d'atteindre moins de 3% de déficite dans 2 ans au lieu de cette année.

le 30/05/2013 à 13:41
Signaler
Encore une magouille; il fallait couper les vivres à la France (subventions) sur le champs...! et pas à la saint gllnglin...

le 30/05/2013 à 15:21
Signaler
il aurait été bien que le gouvernement sarkozy aussi respecte la régle au lieu de s'en auto dispenser...

le 30/05/2013 à 15:25
Signaler
Et si l'europe avait coupé les vivres en 2007 qu'auriez vous dit.

le 02/07/2016 à 12:47
Signaler
Ils n'ont pas froid aux yeux ces gens!quel monde!

à écrit le 30/05/2013 à 10:12
Signaler
A t'on tenu compte de l'avis des Français qui ont voté non à plus de 56 % au référendum de 2005 sur le traité Européen ? Bien sûr que non..?? Et ces crétins qui nous parlent de démocratie. Les Français subissent tous les jours une dictature digne de ...

le 30/05/2013 à 11:06
Signaler
Bien! Bien ! +++++++ 10000000

le 30/05/2013 à 11:22
Signaler
@ Astérix Sans potion magique, c'est dur de faire le malin . Après 30 ans de socialisme, le choix, c'est la misère ou la soumission ! Pour l'instant, on a choisi la soumission. Certains, sans voir plus loin que le bout de leur nez, préfèreraient la ...

le 30/05/2013 à 12:54
Signaler
Il faudrait que notre druide prépare assez de potion magique pour tous les Français... Mais une majorité n'en prendrait même pas... Ils sont trop avachis... Le Français ne sait pas ce qui va lui tomber sur la tête.. Quant à la soumission ou la misère...

à écrit le 30/05/2013 à 9:57
Signaler
L'Europe.. L'Europe.. L'on peut toujours sauter sur sa chaise comme un cabri ( Charles De GAULLE ). Tout est dit...!

à écrit le 30/05/2013 à 9:55
Signaler
Au lieu de se demander si l'Europe a le droit de nous donner des directives, on ferait bien de se demander si ces directives sont bonnes pour le pays. Or que dit la Commission:? Qu'il faut équilibrer nos comptes, rassainir le régime des retraites, dé...

le 30/05/2013 à 10:53
Signaler
Même si les recommandations pourraient être considérées comme "de bon sens ", cela reste de l'ingérence démocratique. Les "ya qua' de ceux qui ne sont pas en responsabilité gouvernementale sont sujet à caution.

le 30/05/2013 à 11:28
Signaler
@Onze A voir le taux de croissance des pays européens (Allemagne y compris, et oui 0.7% en 2012...) je suis sur que les USA, Cananda, Chine, Bresil, etc sont franchement impressionnés par le "bon sens européen"... Contrairement à vous, je pense q...

à écrit le 30/05/2013 à 8:33
Signaler
Aucune présidence de quelque structure que ce soit de l' Europe ne pourra jamais avoir la moindre efficacité. Puisqu'en définitive, chacun des trois présidents cités dans cet article ne réagit qu' en tant que rapporteurs des émergences politiques. Co...

à écrit le 30/05/2013 à 8:08
Signaler
notre économie ne tient (encore) qu'en raison de notre appartenance à l'union européenne,nous ne pouvons rejeter les directives de la C.E. qui s'imposent aux membres, sauf à en subir les sanctions...

à écrit le 30/05/2013 à 7:48
Signaler
C'est une question d'equilibre . L'Allemagne et ses méthodes deviennent hegemoniques. Arrêtons d'acheter ses produits. Je vous garantis que les autres produits sont d'aussi bonne qualité, voire mieux, pour nettement moins cher.

le 30/05/2013 à 8:19
Signaler
@ivanleterrib:bravo pour le conseil:génial,dans la dispute entre la France et la CE vous ne raté pas l'occasion de meler à nouveau l'Allemagne avec des propos des cargotte de village. A 7:48 vous etes en train de cracher votre bile et fiel contre les...

le 30/05/2013 à 11:11
Signaler
+ 100 !

à écrit le 30/05/2013 à 6:53
Signaler
Lorsque je lis qu'un système politique doit chasser le peuple pour fonctionner, cela me fait froid dans le dos ...

à écrit le 30/05/2013 à 1:27
Signaler
Romaric Godin ne fait que des articles où il s'en prend à Hollande de manière trop souvent peu objective, çà devient lassant, peu crédible et çà n'a guère d'intérêt. On en a marre des débats binaires droite-gauche qui sont particulièrement pauvres et...

le 30/05/2013 à 15:12
Signaler
Ah ce que la realite est difficile a accepter quand on voudrait continuer a rever! Et bien non, la realite est bien la et il faut se reveiller! Je trouve l'article excellent dont l'aureur ose parler de demagogie politique. Reveillez vous!!! Le plus t...

à écrit le 30/05/2013 à 1:26
Signaler
Romaric Godin ne fait que des articles où il s'en prend à Hollande de manière trop souvent peu objective, çà devient lassant, peu crédible et çà n'a guère d'intérêt. On en a marre des débats binaires droite-gauche qui sont particulièrement pauvres et...

le 30/05/2013 à 11:39
Signaler
Ce que vous dites est totalement faux! "Il a notamment plus réduit globalement le nombre de fonctionnaires que Sarkozy" => complètement faux! les réductions de 2012 sont portées par Sarkozy, Hollande a ralentit la cadence (embauches de Peillon dans l...

à écrit le 29/05/2013 à 23:28
Signaler
Ce pauvre Président Hollande est empêtré dans ses contradictions, il veut l'Europe mais son socialisme naïf ne peut cohabiter avec le réalisme libéral des ses partenaires, il est donc coincé. Dans cette affaire seuls 2 points de vue sont cohérents en...

le 30/05/2013 à 0:09
Signaler
donc soit on accepte l'europe liberal soit on sort de l'europe ? je suis d'accord avec vous,c'est axactement ca. toute tentative de réorientation de l'europe, comme l'espere Hollande, est de la naiveté. C'est pour cela qu'un referundum, comme le prop...

le 30/05/2013 à 1:37
Signaler
Quelle idée un référendum ! L'Union européenne existe depuis plus de 50 ans, elle a été largement approuvée compte tenue de l'histoire. Si chaque fois que l'on traverse une période plus difficile on fait un référendum dans l'Europe et donc 28 pays on...

le 30/05/2013 à 7:09
Signaler
Elle est tellement bien adoptée que le projet de constitution a été retoqué en 2005 par le peuple français et qu' il a fallu passer en force le traité de Lisbonne quelques années plus tard.... Enfin je dis ça, je ne dis rien....

le 30/05/2013 à 9:54
Signaler
Un beau copier/coller d'un script. Encore un troll payé par l'UE (avec nos impots) pour défendre cette catastrophe européenne.

le 30/05/2013 à 11:13
Signaler
OUI à MA-RI-NE !!!!

le 30/05/2013 à 12:55
Signaler
@Oui à l'Europe non au FN, je cite "elle croit encore que l'on est un grand pays, que l'on n'a jamais été véritablement.". Ce n'est pas la question, la France ne désire pas dominer le monde mais le bonheur, le bien être et la sécurité -intérieure e...

à écrit le 29/05/2013 à 23:10
Signaler
Sortons vite de ce carcan européen qui nous mène à la ruine, et retrouvons notre souveraineté monétaire et budgétaire, pour rebondir et ruiner le patronat allemand.

le 29/05/2013 à 23:28
Signaler
sortir de l europe ne réglera rien on est sclérosé avec des tonnes de fonctionnaires , on est pas bon dans la qualité et depuis 30 ans on dépense plus qu on ne gagne jouer avec la monnaie ca ne changera pas nos problèmes structurelles finalement l ...

le 30/05/2013 à 0:07
Signaler
Sortir de l'Europe ne nous dispensera pas de nous réformer, c'est vrai, mais une dévaluation nous permettra d'éviter cette ravageuse politique de déflation; mais échapper au tarif extérieur commun nous permettra de défendre nos industrie (re) naissan...

le 30/05/2013 à 9:57
Signaler
"Sortir de l'Europe ne nous dispensera pas de nous réformer" Oui vous avez raison mais cela serait moins douloureux si on sort de cette arnaque européenne que si on y reste. l'UE comme l'URSS finira pas éclater (les peuples européens n'en veulent pas...

à écrit le 29/05/2013 à 22:40
Signaler
Enfin ,on commence a reconnaître que l'Europe n'est pas démocratique , et après ont veut donner des leçons aux autres pays non démocratique !! Le but c'est de nous faire croire que nous avons le choix arrêtons de rêver ,nous n?orrons jamais le choix ...

le 30/05/2013 à 11:15
Signaler
sous la coupe de l'Allemagne! belle perspective......

à écrit le 29/05/2013 à 22:37
Signaler
Un gouvernement économique de l'Europe n'existera que le jour où un traité en bonne et due forme et dans ce sens sera approuvé par les états-membres...D'ici là, seul des coups de menton ou des bonniments seront à l'ordre du jour...Au travail...

à écrit le 29/05/2013 à 22:29
Signaler
La politique économique étant inscrite dans les traités, il ne peut y en avoir d'autre. En cela il ne faut pas s'étonner que la politique de Hollande ou Sarkozy soit exactement la même. Nous ne sommes plus que dans une démocratie de façade avec destr...

à écrit le 29/05/2013 à 22:01
Signaler
"Vous l'avez votre gouvernement, certes il n'est pas démocratique mais vous l'avez! Hollande a dit Gouvernement il a pas dit qu'il fallait qu'il soit démocratique! Nanananana!!!" Monsieur Godin semble se réjouir que des personnes non élues et nommée...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.