Scandale du Rubygate : sept ans de prison pour Silvio Berlusconi

 |   |  303  mots
Silvio Berlusconi a été condamné à sept ans de prison, ce lundi, dans le cadre de l'affaire Ruby / Reuters
Silvio Berlusconi a été condamné à sept ans de prison, ce lundi, dans le cadre de l'affaire Ruby / Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Silvio Berlusconi a été condamné à sept ans de prison et à l'interdiction à vie d'exercer un mandat public, ce lundi 24 juin, par le tribunal de Milan. Il comparaissait dans l'affaire du "Rubygate".

La condamnation a été plus lourde que prévue. La justice milanaise a en effet infligé à Silvio Berlusconi à sept ans de prison, ce lundi 24 juin. Un verdict sévère puisque le parquet avait requis six ans de prison à l'encontre de l'ancien président du Conseil italien. L'homme d'affaires de 76 ans a également écopé d'une interdiction à vie d'exercer un mandat public. 

Une affaire judiciaire qui dure depuis deux ans

Silvio Berlusconi comparaissait devant le tribunal de Milan dans le cadre de l'affaire du "Rubygate". Il Cavaliere était accusé "d'abus de pouvoir" et de "prostitution de mineure". L'affaire du "Rubygate" a fait la Une des journaux nationaux et internationaux ces deux dernières années. Silvio Berlusconi était soupçonné d'avoir eu des relations sexuelles tarifées avec la danseuse Karima El-Mahroug, lorsqu'il était président du Conseil. La jeune femme était mineure à l'époque. Tous deux ont toujours nié avoir eu ces relations intimes.

Silvio Berlusconi comparaissait également pour "abus de pouvoir", soupçonné d'avoir fait libérer Ruby alors qu'elle était incarcérée, en mai 2010, dans une affaire de vol.

Des répercussions politiques

Ce procès risque d'avoir des répercussions sur la vie politique du pays. La condamnation d'Il Cavaliere pourrait fragiliser le gouvernement d'union formé après les législatives de février dernier. L'équilibre de cette coalition tient notamment grâce au soutien du Peuple de la liberté (PDL), présidé par Silvio Berlusconi. D'après lemonde.fr, plusieurs membres du PDL ont incité l'homme politique à rompre avec cette coalition droite-gauche-centre. Des conseils qu'il pourrait désormais suivre, car contrairement à ce qu'il espérait, son soutien au gouvernement ne l'a pas aidé à se débarasser de ses ennuis judiciaires... Sa condamnation ne sera toutefois définitive que lorsqu'il aura épuisé tous les recours possibles en justice.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/06/2013 à 22:28 :
Il fait pas son âge le Silvio !
a écrit le 24/06/2013 à 21:17 :
Oh nooooo lui il savait jouer de la guitare et les autres nous font pleurer...
a écrit le 24/06/2013 à 20:28 :
Bunga bunga dans une cellule de 8 metres carres, ca risque d'etre encore plus festif pour Silvio
a écrit le 24/06/2013 à 19:50 :
C est cher comme condamnation pour des faits qui ne paraissent pas prouvés. Un abus de pouvoir peut être aussi une grace présidentielle. En France, on est condamné à l étranger, mais pas dans le pays. D aillleurs on apprend qu au PS il y aurait un traficant de drogue? Le pouvoir avait protégé le terroriste batisti au grand dam du monde politique européen ! ça serait un complot des partisans de l urss qui veulent le pouvoir, s enrichir et démolir la société ! Le panem et circenses.
a écrit le 24/06/2013 à 19:19 :
Un petit coup de fil a Christine et tout devrait s'arranger pour Silvio
a écrit le 24/06/2013 à 19:17 :
c'est un complot de la gauche italiennne contre berlusconni...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :