Mario Draghi se veut rassurant mais ne convainc pas

 |   |  703  mots
(Crédits : Reuters)
A l'issue de l'annonce d'une baisse surprise de 0,25 point du taux directeur de la BCE, son président prévient que le taux d’inflation sera bas « pendant longtemps. » Mais il affirme aussi avoir encore l'artillerie nécessaire pour répondre à la déflation.

Une baisse des taux et un peu plus. Mario Draghi a, ce jeudi, lancé un véritable tir de barrage pour tenter d'éviter à la zone euro d'entrer dans la déflation. Outre la baisse du taux principal et marginal de refinancement de 25 points de base à 0,25 % et 0,75 % respectivement, le conseil des gouverneurs de la BCE a décidé de « mettre à jour » son « forward guidance », autrement dit l'assurance que les taux resterait « durablement » au niveau actuel ou plus bas.

C'est confirmer qu'un taux directeur de zéro est désormais une possibilité sérieuse. Enfin, la facilité de refinancement sera étendue jusqu'en juillet 2015.

Inefficacité de la BCE jusqu'ici

Pourquoi de telles actions ? Mario Draghi a refusé de croire que les différentes mesures qu'il avait prises depuis mai dernier, autrement dit la baisse à 0,5 % du taux directeur et le premier « forward guidance », n'avaient pas eu d'impact. Le président de la BCE a même soutenu que ces mesures avaient permis de « réduire la fragmentation » du marché du crédit dans la zone euro. Mais enfin, il a dû également reconnaître que « beaucoup de choses ont changé depuis un mois. »

« Temps prolongé d'inflation faible »

Ce qui a changé, c'est évidemment le risque baissier sur le taux d'inflation. Désormais, la BCE prévient que l'on va devoir faire face à « un temps prolongé d'inflation faible. » Un « temps » qu'il n'a pas voulu définir plus précisément. Force est donc bien de constater que les mesures prises par la BCE aujourd'hui scelle son impuissance à agir sur l'inflation, sur la reprise et sur le crédit. Malgré sa politique ultra-accommodante et tous ses efforts, la masse monétaire a reculé en septembre dans la zone euro. La déflation est plus que jamais un risque pour l'UEM.

La zone euro n'est pas le Japon…

Mario Draghi s'est certes voulu le plus rassurant qu'il pouvait. Il a assuré que, avec ces mesures, les anticipations d'inflation à moyen et long terme devraient se situer au niveau de l'objectif de la BCE d'une hausse des prix « sous, mais proche des 2 %. » Il a martelé qu'il ne voyait toujours pas de mouvement déflationniste, sauf en Grèce. C'est une nouveauté, mais la déflation grecque ne gêne pas Mario Draghi qui n'y voit qu'un « ajustement bienvenu. » Il a enfin assuré que la zone euro n'était pas le Japon. Et même, ce qui a beaucoup fait ricaner sur les réseaux sociaux, que « la zone euro avait les meilleurs fondamentaux du monde. »

… mais le devient de plus en plus

Mais il ne faut pas s'y tromper : cette baisse hâtive des taux dénote avant tout un désespoir. Celui de ne pouvoir transmettre dans l'économie sa politique monétaire. Celui de pouvoir contrer efficacement les tendances déflationnistes induites par les politiques d'ajustement à l'œuvre dans la plupart des pays de l'UEM.

Mario Draghi espère toujours une reprise menée par les exportations. Justement ce qu'a jugé peu probable la Commission mercredi. Comme le notent les équipes de recherche de Royal Bank of Scotland (RBS), « ce n'est pas le Japon, mais ça ressemble de plus en plus au Japon. »

Encore de l'artillerie

L'essentiel restait pour Mario Draghi ne pas demeurer sans arme. Il a beaucoup insisté sur ce point : la BCE pourrait encore agir si la déflation frappe. Comment ? D'abord en baissant le taux directeur à 0. « Nous n'avons pas encore atteint les limites basses de la politique monétaire », a indiqué le président de la BCE. Et d'ajouter que la possibilité de faire passer en territoire négatif le taux de dépôt continue « à faire partie de notre artillerie. » « Nous sommes techniquement prêts », a-t-il répété. Mais ces allures de matamore devront désormais se confronter aux faits.

Réaction des marchés marquée par la surprise

La réaction très positive du marché des changes et des actions, elle, non plus, ne doit pas impressionner. Elle est en grande partie due à la surprise d'une baisse des taux attendue plutôt vers décembre. Mais là encore, elle pourrait faire long feu dans la durée. Les expériences de mai et de juillet dernier doivent inviter à la prudence.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/11/2013 à 18:23 :
Il n'y a pas d'inflation zéro : +0,7 d'inflation, c'est déjà être grave en déflation.
Et la BCe n'y peut plus rien avec son taux à 0,25%.
Il ne nous reste plus qu'à prier le Bon Dieu pour que l'euro prenne une bonne claque : je vais mettre un cierge à Saint Philippe du Roule.
a écrit le 08/11/2013 à 9:44 :
La seule "arme" qui soit en sa possession c'est de gagner du temps en jouant sur la com... et prier!
a écrit le 07/11/2013 à 22:31 :
On n'a pas purgé le système bancaire ultra déficient après la crise des subprimes, et on s'étonne que ca ne va pas... On injecte des sommes énormes dans des banques qui misent tout sur les marchés, et on s'étonne que l'argent versé par la BCE ne va pas dans l'économie réelle. Quelle incompétence de la part de ces banquiers centraux... IL aurait suffi de séparer les banques d'investissement des banques de détail, et d'attribuer les aides de la BCE uniquement aux banques de détail pour être sûr que l'argent arrive bien dans l'économie réelle... Mais on n'a pas voulu faire de tord aux amis banquiers d'affaire... Pas touche aux copains traders de M. Draghi ancien de Goldman Sachs...
Réponse de le 08/11/2013 à 8:05 :
+1
Réponse de le 08/11/2013 à 8:24 :
les loups ne se dévorent pas entre eux , l'adage est toujours vrai , Mr Draghi fait de l'incantatoire comme le japon fut enlisé dans la récession -Deflation depuis 15 ans , l'euro ne pouvant pas dévaluer et le reste de l'Europe paralysé , chute de la demande dans de nombreux pays ( a force de fabriquer des pauvres , eux ne consomment plus d'ou les carnets de commandes qui s'effondrent) , le prix de l'immobilier l'inquiète a ce point ? c'est vrai avec son salaire on est bien loin des ouvriers ou d'un cadre médian , en plus quand on est a la Madrasa Goldman Sachs qui n'a ni morale ni pudeur a exploiter les pauvres et les simplets on en sortira pas .. qu'il se rassure les partis extrémistes et populistes aux européennes font faire un carton magistral , qu'il se plaigne donc pas l'année prochaine a pleurer sur son sort et de sa technostructure pléthorique qui ne servent de soupe qu'a des banques spéculatives et vampires . sortez les gousses d'ail et les crucifix .. a défaut de prières a l'euro ..
a écrit le 07/11/2013 à 19:29 :
Le problème c'est l'Euro et l'UE. ça ne marche plus.
Réponse de le 08/11/2013 à 2:39 :
Voila ce qu'aurait fait la France pour contrer le risque deflationiste si elle n etait pas dans l'europe.
Tout comme le Japon elle imprime de la monnaie, elle en profite pour racheter une partie de sa dette, et pour ameliorer le taux de change pour ameliorer l'exportation. Le japon n'a rien declare mais une sorte de barriere minimum etait mise 98yen pour le $, quand le yen est reparti a la hausse ils ont revendu leurs $ et fait un profit en Yen...
Réponse de le 08/11/2013 à 17:00 :
Non pas "plus" elle n'a jamais fonctionné pour le travailleur. L'UE et l'Euro on toujours existé pour augmenter la différence de richesse entre les pauvres et les riches. Au début on étaient douze puis quand le prix de la mains d’œuvre à trop augmenté on a accepter des pays moins développé économiquement que nous pour avoir la main d’œuvre moins cher. Les dirigeant de l'Europe s'en sont mis plein les fouilles et nous on a perdu notre économie et notre argent. De plus les USA pas conne a dévalué le dollar qui sur le coup leur a fait un peut mal mais maintenant ils se marrent bien en nous voyant enlisé dans notre propre mer...
a écrit le 07/11/2013 à 19:05 :
draghi c est un 2em.hollande il y a le feu en europe c est la revolte de partout et lui pense que la zone euro a les meilleurs fondements soit il est NUL soit il se fout de nous le japon na pas 14% de chomage le japon n est pas en recession le japon na pas un pib en berne le japon se porte bien contrairement à l europe qui est foutue morte
Réponse de le 07/11/2013 à 19:12 :
Le Japon se porte bien ? Vous avez su... un clown au déjeuner ?
a écrit le 07/11/2013 à 18:50 :
On peut tirer avec une ficelle mais on ne peut pas pousser, remarquait le grand Keynes.
a écrit le 07/11/2013 à 18:35 :
Donc si rien ne marche il faudrait que nos serviteur de l oligarchie revoient tous leur dogmes tel la compétitivité,la concurrence libre et non fausse, l efficience du marche et tous les mantras qu ils nous répètent jusqu’à la nausée.
a écrit le 07/11/2013 à 18:04 :
la déflation c'est l’inondation, l'inflation l'incendie ! A Mario de choisir !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! Plus facile de combattre un incendie d'après moi !
a écrit le 07/11/2013 à 18:03 :
Mr Draghi peut s'adresser à notre grand Mamamouchi président des Gaules et roi du bricolage.
a écrit le 07/11/2013 à 17:55 :
dans les années 30 la baisse des taux était déjà inefficace . Quand aucun acteur ne veut investir car le retour sur investissement n' est pas satisfaisant , on croise les bras et on attend des jours meilleurs . Il y en a pour des années ....
Réponse de le 07/11/2013 à 18:06 :
Nous suivons les erreurs du Japon !
Réponse de le 07/11/2013 à 21:57 :
On finira comme au Japon, près avoir les taux à 0%, il faudra relancer à coups de milliards d'euros ! Plus on attendra plus cela coûtera cher !!! Mais tant qu'on sera gouverné par des ayatollahs monétaristes on n'en s'en sortira pas !!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :