L'Allemagne économise 20 milliards d'euros grâce à ses taux bas

 |   |  503  mots
Le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble en compagnie du ministre de l'Economie Pierre Moscovici.
Le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble en compagnie du ministre de l'Economie Pierre Moscovici. (Crédits : Reuters)
Le caractère refuge des obligations d'Etat allemandes va permettre à Berlin de réaliser d'importantes économies d'ici à 2016.

Durant l'année 2013 en Allemagne, les éditorialistes, les économistes et même les politiques allemands n'ont pas cessé de se plaindre de la politique de taux faibles menés par la BCE. Mais les taux bas n'ont pas que des désavantages. Ce mardi matin, Bild-Zeitung, citant des sources proches du ministère fédéral des Finances, assure que l'Etat fédéral allemand va économiser sur deux ans pas moins de 20,1 milliards d'euros grâce aux très faibles taux payés par l'Allemagne sur le marché.

Un taux moyen de 0,08 % en 2013

Depuis le début de l'année 2010, les taux allemands ont fortement chuté. La fuite vers la qualité, le caractère de refuge des obligations d'Etat allemandes ainsi que la bonne gestion des finances publiques germaniques ont ainsi conduit à un effet de rareté qui a fait reculer fortement les taux allemands. Ainsi, sur les 18 derniers mois, le taux à 10 ans allemand s'affiche à 1,708 % alors que sur les 18 mois précédents, ce taux était encore de 2,90 %. Entre juin 2008 et janvier 2010, cette moyenne était de 3,52 %... Autrement dit, émettre des titres à 10 ans est, en moyenne, près de 60 % moins cher depuis 18 mois pour l'Allemagne.

Sur le reste de la courbe des taux, le phénomène est encore plus prononcé. Le taux moyen à 2 ans allemand sur les 18 derniers mois est de 0,09 % contre 0,79 % au cours des 18 mois précédents. En 2012, l'Etat fédéral a même pu émettre des bons à 2 ans avec un taux négatif, autrement dit être payé pour placer sa dette ! Selon la Cour des comptes allemande, la moyenne du taux auquel l'Allemagne a pu emprunter a été de 0,08 % cette année.

34 milliards de « cagnotte » en tout

Au final, tout ceci finit par se voir dans les comptes budgétaires. Les économies seront ainsi de 5,3 milliards en 2014 pour le budget fédéral. En 2015, 6,1 milliards d'euros seront économisés et en 2016 8,7 milliards d'euros. A ces économies s'ajouteront 14 milliards d'euros de rentrées fiscales supplémentaires si l'on en croit les experts du ministère des Finances. En tout, le budget allemand devrait bénéficier d'un ballon d'oxygène de 34 milliards d'euros.

Payer les promesses de la coalition

Cette « cagnotte » va sans doute permettre de payer une grande partie des « promesses » de la coalition estimée par le gouvernement à 23 milliards d'euros par le « traité de coalition. » Mais elle ne manquera pas de déclencher outre-Rhin un débat sur la nécessité d'attribuer ces fonds au désendettement d'un pays dont le ratio de dettes sur PIB est encore élevé (80 %) par rapport aux critères du traité de Maastricht.

L'Allemagne, grande gagnante de la crise de la zone euro

Comme la France, l'Allemagne est donc un des grands gagnants en termes budgétaires de la crise de la zone euro. Mais à la différence de la France, nos voisins orientaux bénéficient d'un moindre endettement, de taux beaucoup plus bas et surtout de recettes fiscales en forte hausse en raison notamment des succès à l'exportation de ses entreprises. 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/12/2013 à 16:33 :
Ce qui fait la force de l’Allemagne aujourd’hui, sa folie d’hier, il ne faut pas oublier qu’elle a été mise sous tutelle pendant plus de 50 ans. A cause ou grâce à sa folie barbare des années 40 elle a eu droit au plan Marshall des états unis, puis de la guerre froide entre les deux blocs des années 196 à 1980. Il en reste encore des traces aujourd’hui avec l’automobile (ford et Opel (GM)), ils n’ont aucun mérite se sont des profiteurs et aujourd’hui enfermé dans un égoïsme ils seront demain obligé de s’ouvrir aux autres puisqu’ils ont une population vieillissante et il est sûr qu’ils auront besoin de la jeunesse de notre pays et là il ne faudra pas oublier ce qu’ils nous font subir , a bon entendeur salut !!!
Réponse de le 03/01/2014 à 11:10 :
Petit rappel : la France à touché 2 713 millions de dollars d'aides avec le plan Marshall et l'Allemagne 1390 millions. Et pourtant l'Allemagne a subit des destructions bien plus importantes que la France pendant la seconde guerre mondiale.
C'est bien gentil de baver sur les allemands mais il faudrait peut être se regarder dans la glace non ? Dans la catégorie des "profiteurs" comme vous dites je pense que les français sont loin devant les allemands. On est à la remorque de l'Allemagne et de l'Europe car on ne veut pas assumer que le monde à changer : on n'a plus d'empire colonial, on ne peut plus piller les pays du tiers monde impunément et on doit donc générer nous méme notre richesse
Réponse de le 04/01/2014 à 17:52 :
Pour arriver à se sortir de ce bourbier il est nécessaire voire vital d'acheter Français, hors beaucoup de personnes de la communauté Européenne vivant en France achètent principalement des voitures de marque Allemande, il suffit de regarder au niveau des rétroviseurs intérieurs et le lien est très rapidement effectué, la France est critiqué par beaucoup d'Européens viennent tout simplement profiter de notre système, il suffit de lire les arnaques à la sécurité Sociale, le RSA, les aides humanitaires, etc....
a écrit le 28/12/2013 à 17:14 :
Ce qui fait la force de l’Allemagne aujourd’hui, sa folie d’hier, il ne faut pas oublier qu’elle a été mise sous tutelle pendant plus de 50 ans. A cause ou grâce à sa folie barbare des années 40 elle a eu droit au plan Marshall des états unis, puis de la guerre froide entre les deux blocs des années 196 à 1980. Il en reste encore des traces aujourd’hui avec l’automobile (ford et Opel (GM)), ils n’ont aucun mérite se sont des profiteurs et aujourd’hui enfermé dans un égoïsme ils seront demain obligé de s’ouvrir aux autres puisqu’ils ont une population vieillissante et il est sûr qu’ils auront besoin de la jeunesse de notre pays et là il ne faudra pas oublier ce qu’ils nous font subir , a bon entendeur salut !!!
a écrit le 26/12/2013 à 15:56 :
Au plus on a de dette au plus on économise sur les remboursement lorsque les taux sont bas. Il faut donc en profiter et accumuler autant de dette qu'on peut pour gagner encore plus sur son remboursement !
a écrit le 25/12/2013 à 21:11 :
les allemands ont une cagnotte ils vont dépenser un peu pour tenir les promesses social democrates. Quand la France a une cagnotte elle fait du Jospin : plutot que reformer et rembourser la dette : dépenses tous azimuts , 53% en 98, 53% en 2002 malgré du 3,5% de croissance, cherchez l erreur..
Réponse de le 26/12/2013 à 13:00 :
Malgré une croissance moyenne de 3,5% pendant 3 ans et 38 milliards d'euros de recettes de privatisation.
Réponse de le 26/12/2013 à 15:55 :
Ne vous en faites pas, quand elle n'a pas de cagnotte elle dépense aussi tous azimuts. Chirac et Sarkozy ont bien montré de quoi ils étaient capables !
Réponse de le 27/12/2013 à 14:35 :
Sauf que le fond spécial de financement des retraites mis alors en place a été dilapidé ensuite par la droite, et vous oubliez de dire que la dette publique rapporté au PIB a alors baissé.
a écrit le 25/12/2013 à 14:57 :
Tant que les taux d´interet sont positifs un état paye pour sa dette . L economie est relative = car c´est la depense en moins par rapport a ce qui avait ete budgetté.
Ce n est que lorsque les taux d´interet sont négatifs (on en est pas loin, certes) qu alors un etat "economise " car le capital emprunté va alors rapporter.
Affrimer que l´ Allemagne et d´autres pays font des economie est faux. Ils depensent moins certes, mais ce n´est pas la même chose.
Le drame est a un autre niveau : les millions de petis epargnants qui ont souscrits des contrat assurance-retraites et qui ne verront jamais le fruit de leurs epargnes le jour venu.
a écrit le 25/12/2013 à 12:29 :
Merci l'Euro
a écrit le 25/12/2013 à 10:39 :
par contre quand les taux vont monter pour la france ....!
a écrit le 25/12/2013 à 8:40 :
Il est clair qu'il faut d'abord réduire la dette, puis, le 60% atteint, on baisse à fur et à mesure les impôts, et quand tous les pays seront retombés à 60%/pib, on abaissera aussi ce seuil 50 40 30 20 10 0%. Des pays dont la population baisse, ça donne une déflation, donc la dette ne peut pas être payées sauf à avoir une balance commerciale excédentaire.
Mais comme tous les pays ne peuvent pas être excédentaires, on a un problème, à moins de reporter les déficits de la planète sur les pays africains, encore en plein boom démographique.
Mathématiquement il n'y a pas de solution à la crise, c'est comme essayer de colmater une pyramide de Ponzi qui s'écroule, on ne fait que gagner du temps, du temps pour chacun essayer de gagner un max d'argent pour ensuite se protéger quand tout s'écroulera, un chaos généralisé comme la France en a vécu pendant la révolution.
Ceux qui disent que l'Allemagne doit abaisser son bénéfice commerciale, c'est comme s'ils disaient à l'Allemagne de se suicider, l'Allemagne n'a pas le choix, et à terme sa voie de salut et de jouer perso en attirant de la population non allemande vers l'Allemagne pour faire regrossir sa population( l'Allemagne a changé la loi du sang vers la loi du territoire, comme la France), ce qui se passe actuellement( la différence est que l'Allemagne fait venir chez elle des ingénieurs et des techniciens et non des pauvres comme la France). L'Allemagne va être de plus en plus détestée en Europe.
L'occident est en train de cuver une croissance démographique ininterrompue depuis le 15ème siècle, une croissance qui permettait à l'idée, saugrenue à l'origine, de s'endetter pour acheter ou investir, c'est à dire au final payer plus cher un truc que si on avait économisé pour le payer d'un coup, toute la magie du système reposait sur l'inflation, sur la création à chaque génération de nouveaux endettables, de nouveaux payeurs, pour financer la génération précédente. Et maintenant la fête est finie, le réveil sera rude.
Il y a encore de nouveaux gens à endetter dans les pays du sud, pas tous, j'ai estimé l'effondrement du capitalisme( système basé sur un différentiel de taux) vers l'année 2050, mais cela pourrait se faire bien plus tôt si celui-ci s'auto-anticipe. Il faudra penser un nouveau système fonctionnel avant pour ne pas subir ce qui pourrait faire passer la crise des années 30 pour un simple éternuement.
a écrit le 25/12/2013 à 8:35 :
Il est clair qu'il faut d'abord réduire la dette, puis, le 60% atteint, on baisse à fur et à mesure les impôts, et quand tous les pays seront retombés à 60%/pib, on abaissera aussi ce seuil 50 40 30 20 10 0%. Des pays dont la population baisse, ça donne une déflation, donc la dette ne peut pas être payées sauf à avoir une balance commerciale excédentaire.
Mais comme tous les pays ne peuvent pas être excédentaires, on a un problème, à moins de reporter les déficits de la planète sur les pays africains, encore en plein boom démographique.
Mathématiquement il n'y a pas de solution à la crise, c'est comme essayer de colmater une pyramide de Ponzi qui s'écroule, on ne fait que gagner du temps, du temps pour chacun essayer de gagner un max d'argent pour ensuite se protéger quand tout s'écroulera, un chaos généralisé comme la France en a vécu pendant la révolution.
Ceux qui disent que l'Allemagne doit abaisser son bénéfice commerciale, c'est comme s'ils disaient à l'Allemagne de se suicider, l'Allemagne n'a pas le choix, et à terme sa voie de salut et de jouer perso en attirant de la population non allemande vers l'Allemagne pour faire regrossir sa population( l'Allemagne a changé la loi du sang vers la loi du territoire, comme la France), ce qui se passe actuellement( la différence est que l'Allemagne fait venir chez elle des ingénieurs et des techniciens et non des pauvres comme la France). L'Allemagne va être de plus en plus détestée en Europe.
L'occident est en train de cuver une croissance démographique ininterrompue depuis le 15ème siècle, une croissance qui permettait à l'idée, saugrenue à l'origine, de s'endetter pour acheter ou investir, c'est à dire au final payer plus cher un truc que si on avait économisé pour le payer d'un coup, toute la magie du système reposait sur l'inflation, sur la création à chaque génération de nouveaux endettables, de nouveaux payeurs, pour financer la génération précédente. Et maintenant la fête est finie, le réveil sera rude.
Il y a encore de nouveaux gens à endetter dans les pays du sud, pas tous, j'ai estimé l'effondrement du capitalisme( système basé sur un différentiel de taux) vers l'année 2050, mais cela pourrait se faire bien plus tôt si celui-ci s'auto-anticipe. Il faudra penser un nouveau système fonctionnel avant pour ne pas subir ce qui pourrait faire passer la crise des années 30 pour un simple éternuement.
a écrit le 24/12/2013 à 23:51 :
La France aussi profite des taux très bas, mais à la différence de l'Allemagne, le gouvernement ne communique pas et a déjà dépenser cet argent, car autrement le déficit sera encore plus élevé et atteindre des niveaux comme en 2009-2011. Aucun mérite ce gouvernement.
a écrit le 24/12/2013 à 18:42 :
et oui, les allemands ont mis en place des politiques de restructurations sociales depuis une bonne décennie (sous schroder ) . Le problème des français c'est que nous voulons le beurre l'argent du beurre et le cul de la crémière !!!
a écrit le 24/12/2013 à 18:05 :
la constitution de l ex Yougoslavie elle aussi était une et indivisible les solutions locales sont
souvent pertinentes et de bons sens n en déplaises aux centralisateurs de tous poils
vives les régions et l Economie de proximités
Réponse de le 24/12/2013 à 18:46 :
Quand vous serez dans votre présipauté de Groland, l'oligarchie européiste aura encore plus de facilités à vous tondre ....
a écrit le 24/12/2013 à 17:21 :
Les journaux économiques et/ou de droite mettent toujours en avant l'Allemagne prospère et vertueuse ou tout va bien. Je dirais: tant mieux pour eux! Par contre, c'est trop fréquemment à mon goût pour sous-ligner la "mauvaise France" trop laxiste et flemmarde qui laisse filer ses déficits de quelque nature qu'ils soient. C'est oublier un peu facilement que l'Allemagne a une consommation des ménages plutôt faible et qu'elle doit une partie de sa croissance à l'utilisation d'une main d'oeuvre allemande ou d'Europe centrale payée à bas coûts! Sans parler de la possible disparition économique du pays du fait d'une démographie déclinante puisqu'en 2050, la France comptera plus d'habitants ou autant que l'Allemagne MAIS beaucoup plus jeunes du fait de ses décennies de forte natalité...
Réponse de le 24/12/2013 à 17:57 :
c'est surtout la main d'oeuvre étrangère d'Europe Centrale qui ne leur coûtent pas cher. Ne pensez surtout pas, pas qu'un allemand de souche est aussi mal payé qu'un immigré à travail égal.
Réponse de le 25/12/2013 à 1:26 :
Et pourtant, le taux de chomage allemand est plutôt faible - ce qui contredit vos propos comme quoi le success allemand se base sur l'utilisation de la main d'oeuvre d'Europe centrale. S'il y a l'utilisation de la main d'oeuvre d'Europe centrale c'est parce que l'Allemagne peine à trouver suffisamment de la main d'oeuvre en Allemagne - ce qui est refleté par le taux de chomage très bas en Allemagne.
Réponse de le 25/12/2013 à 8:33 :
Tout simplement parce que du a la natalité plus importante en France, il faut créer 110000 emplois en France, pour la moitié en Allemagne donc c'est plus facile.
a écrit le 24/12/2013 à 16:40 :
Finalement, messieurs les socialistes, ce n'est pas si bête que cela d'être moderne et performant, vous devriez y réfléchir..
Réponse de le 24/12/2013 à 16:46 :
Ben qu'est-ce que vous attendez ?
Réponse de le 24/12/2013 à 18:42 :
Je ne suis pas socialiste, pas de chance n'est-ce pas ?
Réponse de le 25/12/2013 à 8:32 :
En effet, vous n'avez donc aucune excuse...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :