Nouveau ralentissement des prix dans la zone euro en décembre

Les prix à la consommation ont progressé de 0,8 % sur un an en décembre, contre 0,9 % en novembre. Ce qui complique encore le problème de la BCE
Les prix à la consommation ont augmenté de 0,8 % en décembre 2013 sur un an dans la zone euro.
Les prix à la consommation ont augmenté de 0,8 % en décembre 2013 sur un an dans la zone euro. (Crédits : Forex)

La désinflation reprend son cours en Europe. Selon les chiffres d'Eurostat publiés ce mardi, l'inflation des prix à la consommation dans la zone euro en décembre s'est élevé à 0,8 % sur un an, contre 0,9 % en décembre. Un recul modéré, mais qui confirme la faiblesse de la hausse des prix parmi les 18 pays de l'union économique et monétaire puisque sur les trois derniers mois de l'année, la hausse des prix a évolué en zone euro entre 0,7 % et 0,9 %.

Recul des prix des services

Progressivement, on semble donc s'éloigner de l'objectif de la BCE d'une inflation « inférieure, mais proche de 2 %. » D'autant que ce chiffre de décembre est un peu différent des deux précédents. En octobre, comme en novembre, la désinflation avait en effet été alimentée par le recul des prix de l'énergie (-1,7 % en octobre, -1,1 % en novembre). Cette fois, les prix énergétiques se sont stabilisés. L'inflation sous-jacente (hors énergie et alimentation) est ainsi de 0,7 %, son plus-bas historique. La désinflation est donc le fruit d'un recul des prix des autres biens et services. C'est donc une pression supplémentaire sur la marge des entreprises, notamment dans le secteur des services où la hausse annuelle des prix est passée de 1,4 % en novembre à 1 % en décembre.

L'Allemagne touchée par la désinflation

Autre source d'inquiétude : l'affaiblissement de l'inflation dans les pays du nord de la zone euro, particulièrement en Allemagne. Jusqu'ici, on pouvait prétendre que la stabilité des prix ou la déflation qui frappe certains pays du sud comme l'Espagne, la Grèce ou Chypre étaient des phénomènes « sains », comme l'a déclaré lui-même Mario Draghi, dans la mesure où il s'agissait d'un ajustement lié à la baisse du niveau de vie de ces pays. Mais lundi on a appris que l'Allemagne ne devrait connaître une inflation de 1,2 % seulement en décembre. C'est un chiffre faible pour la première économie européenne. Le risque serait que les sociétés allemandes tentent de compenser l'affaiblissement de la hausse des prix par une modération salariale qui affaiblirait le pilier centrale de la croissance allemande attendue pour 2014. Le risque d'une spirale déflationniste ne peut donc être exclu.    

Que fera la BCE ?

En octobre, l'affaiblissement brutal de la croissance de 1,1 % à 0,7 % avait conduit la BCE à abaisser encore d'un quart de point son taux directeur à 0,25 % pour contrer cette désinflation. Le Conseil des Gouverneurs de la BCE qui se réunit jeudi va donc devoir constater que cette baisse n'a pas permis de débloquer la situation. Mario Draghi va-t-il proposer, pour autant, de sortir une partie de sa « panoplie » ou de son « artillerie » pour contrer le phénomène ? Rien n'est moins sûr. Beaucoup plaident encore pour l'attentisme et misent sur une accélération de la reprise économique pour relancer la hausse des prix. Mais cette accélération pourra-t-elle avoir lieu avec une si faible inflation et avec des banques toujours aussi peu promptes à prêter ? De la réponse à cette question dépend la croissance européenne en 2014.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 12
à écrit le 08/01/2014 à 18:44
Signaler
tout se passe comme prévu . (ça fait des années qu'on le dit). L'Europe se veut plus vertueuse que la vertu elle même, plombe ses économies, et entre y compris en Allemagne malgré le plein emploi entre à son tour dans une spirale déflationniste. Alor...

à écrit le 08/01/2014 à 1:03
Signaler
Je dois être le seul pauvre à avoir lu ces lignes, car ce que je constate c'est une diminution très nette de mon pouvoir d'achat et en particulier en faisant les courses. Je ne parle pas d'électronique ou de voitures, simplement de l'incontournable: ...

le 08/01/2014 à 10:35
Signaler
Le problème de la France est particulier. Le brutal surcroît de taxes survenu au niveau des entreprises diffuse peu à peu dans tous les produits jusqu'à se retrouver dans le porte-monnaie du consommateur. Normalement, ce processus devrait se stabilis...

à écrit le 07/01/2014 à 16:30
Signaler
Analyse complètement fausse, quand on sait que l'Allemagne base son économie sur une industrie d'exportation, la baisse des prix n'aura pour effet que de rendre plus compétitive les produits allemands. Pour ce qui est de la déflation, elle ne fait qu...

le 07/01/2014 à 21:32
Signaler
j'adore les experts comme vous, diantre veuillez postuler au lieu et place de Draghi, nous serions sauvés. De grâce je vous implore, sauvez nous.

le 08/01/2014 à 10:39
Signaler
Gregusbou, vous avez totalement raison !

à écrit le 07/01/2014 à 15:08
Signaler
Le problème c'est que les politiques (France + Europe) ne veulent pas d'inflation. Exemple avec mon boulanger (lui + 3 salariés): Lorsque le prix du blé, de l'électricité, des charges augmentent, il ne peut pas augmenter ses prix, donc il rogne sur...

le 08/01/2014 à 0:06
Signaler
J aurais pas dit mieux , bravo ! Je suis restaurateur et c est ce que je vit ... c est dur il faut vraiment en vouloir

à écrit le 07/01/2014 à 14:00
Signaler
Mettre des ingrédients dans une mayonnaise raté cela peut parfois fonctionner mais là, j'ai un doute...! Il va falloir dévaluer ou faire exploser l'euro!

le 07/01/2014 à 14:20
Signaler
Bonne année aussi. Bonne réflexion, d'ailleurs. Mais comme tous les autres pays ont déjà dévalué leur monnaie, si nous suivons le mouvement, c'est l'inflation en Chine qui explose.. Mince : on est pas seuls sur terre... ;-)

à écrit le 07/01/2014 à 13:52
Signaler
"Le risque serait que les sociétés allemandes tentent de compenser l'affaiblissement de la hausse des prix par une modération salariale qui affaiblirait le pilier centrale de la croissance allemande attendue pour 2014. Le risque d'une spirale déflati...

à écrit le 07/01/2014 à 13:33
Signaler
Merci de cet article. C'est d'autant plus notable que, justement, le mois de Décembre est celui du "rally" de fin d'année. Soit, des achats en pagaille. Ils ont voulu une crise, ils l'ont. Bonne déflation à tous.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.