Allemagne : le taux de chômage inchangé, à 6,8%

 |   |  264  mots
Les analystes ont salué l'ampleur de la baisse du nombre de chômeurs. REUTERS/Michaela Rehle
Les analystes ont salué l'ampleur de la baisse du nombre de chômeurs. REUTERS/Michaela Rehle (Crédits : Reuters)
Le nombre de demandeurs d’emplois a diminué de 28.000 en janvier, à 2,927 millions, soit un recul nettement plus marqué que les 5.000 qui étaient attendus.

Pas de changement pour le taux de chômage en Allemagne, qui reste à 6,8% en janvier, selon un chiffre corrigé des variations saisonnières publié jeudi par l'Agence pour l'emploi.

Le nombre de chômeurs recule de 28.000, permettant ainsi au pays de descendre à 2,927 millions de chômeurs et de faire mieux qu'attendu par le consensus d'analystes de l'agence Dow Jones Newswires qui tablait sur un taux de chômage CVS de 6,9% avec une diminution du nombre de chômeurs de 5.000.

Selon les experts de Natixis, «le taux de chômage [CVS] est proche de son plus bas niveau depuis la réunification».

Reprise de l'activité

En données brutes, moins représentatives pour les experts mais qui font référence dans le débat public, le taux de chômage a connu une forte augmentation par rapport à décembre (6,7%) et s'établit à 7,3%.

"Le nombre de chômeurs a nettement augmenté en janvier pour des raisons liées à la saison" hivernale, a expliqué dans un communiqué Heinrich Alt, un responsable de l'Agence pour l'emploi, qui note une hausse "plus faible que ces dernières années" entre décembre et janvier.

Une analyse partagée par Annalisa Piazza, analyste du courtier Newedge:

"Les indications en provenance des enquêtes sur le marché du travail ont été nuancées ces derniers mois mais le rapport d'aujourd'hui montre clairement que le bon rythme de l'activité est parvenu jusqu'au marché du travail, soutenant la création d'emplois."

Le marché du travail allemand poursuit sa reprise entamée en 2013, année pendant laquelle 232.000 emplois ont été créés outre-Rhin

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/02/2014 à 11:17 :
L industrie allemande dispose de 7 fois plus de robots que la France.
Plus la production est automatisée, plus elle est rentable donc compétitive.
Plus elle est competitive plus elle embauche ( au lieu de débaucher ....)
Tourt cela na rien à voir avec la demographie ni avec l Euro !!!
a écrit le 01/02/2014 à 19:11 :
Si vous voulez tout comprendre sur le miracle allmand il faut lire jacque sapir.
a écrit le 31/01/2014 à 10:02 :
n allemagne 7.5 millions de personnes ont un minijobs et 1.2 millions de ces personnes sont aidés par l'état allemand pour survivre car leur revenu est trop faible
a écrit le 31/01/2014 à 6:52 :
Le chomage baisse en Allemagne.C'est la faute de l'Euro! ;-)
Stupide anti-euro mouvement
Réponse de le 01/02/2014 à 10:56 :
ce qui est drole c'est que le chomage baisse en allemagne grace à l'euro et augmente en france à cause de l'euro. Mais le problème de gens comme vous c'est que vous ne comprennez rien aux mécanismes monétaires. Ainsi quand un pays dévolue une monnaie sont chomage peut baisser grace à la baisse de sa monnaie et augmanté à cause de cette meme baisse de monnaie
Réponse de le 01/02/2014 à 13:03 :
Ainsi quand un pays dévolue une monnaie sont chomage peut baisser grace à la baisse de sa monnaie et augmanté à cause de cette meme baisse de monnaie dans d'autres pays (j'avais oublié la fin)
a écrit le 30/01/2014 à 22:15 :
Je suis technicien en France, et je constate toute la différence avec nos voisins concernant la façon dont les métiers techniques sont considérés dans nos deux pays. En France le technique a toujours été dévalorisé aux profits de professions plus intellectuelles. Cela fait plus de 30 ans que cela dure, et commence à porter ses fruits porris. Et c'est encore bien ancré dans les esprits Français, le travail technique, manuel est dévalorisé pourtant c'est la base de tout.
a écrit le 30/01/2014 à 21:23 :
L'Allemagne a 6% de chômage, nous sommes au double officiel, 5 millions toutes catégories. Et on nous annonce, tenez-vous bien 50% des diplômés sont sur le carreau entre 20 et 35 ans... voila une société de progrès!
a écrit le 30/01/2014 à 19:34 :
L'allemagne s'est réunifiée, a moins de chômeurs que nous, elle exporte pour 150 milliards quand on fait 70 de déficit, elle a moitié moins de chômage, elle a fait une monnaie forte et financé les dettes des pays du sud, elle n'a pas de déficit. qu'avons-nous fait pendant ce temps là?
Réponse de le 01/02/2014 à 10:59 :
nous nous sommes fait bouffés par l'euromark monnaie surcotée servant à l'allemagne a mangé les parts de marché de la france de l'italie de l'espagne et des autres. Et maintenant on nous oblige à une austérité en accéléré qui détruit notre économie
a écrit le 30/01/2014 à 19:30 :
Pour faire court: Les Allemands sont capables, les Français malheureusement non. Et à tous ceux qui ne cessent de répéter qu'on Allemagne les gens auraient des jobs à 400 EUR le mois et 1 EUR l'heure ... merci enfin de vous renseigner correctement, ce n'est pas si difficile ... Et demandez-vous pourquoi en France et qui propage ces rumeurs ....
a écrit le 30/01/2014 à 19:20 :
Oui l'Allemagne se porte bien, alors qu'aux USA on parle de bulles menaçantes. L'économie rhénane reste équilibrée, mais avec beaucoup de chômeurs. On note au passage que mr Hartz de la réforme du travaille, conseille le président français. Seulement leur niveau de vie n'est pas menacé par le déficit et ils font de la croissance. Parle-t-on du chant du cygne du système ou des signes de reprise, laquelle? L'internet est-il le fruit du malin, alors que ça conduit les Egyptiens à botter un dictateur dehors... Nous sommes en perspectives négatives, on vend la dette, rien d'extraordinaire. Pour la compétitivité, on nous publie l'allemagne no4 mondial, la France 23, l'Espagne 35, l'Italie 49, le Portugal 51, la Macédoine 73 et l'Angleterre 10, tout le nord européen est en bonne position... alors les latins sont des feignasses? Notre balance des biens est négatives et l'automobile comme les machines ou ordinateurs, contribuent en négatif. Les prix alimentaires ont considérablement augmenté, la viande est passée de 112 à 140 en dix ans. On planche de salut, c'est la planche du pirate qui envoie la population à la falaise? Il parait que 50% des entrprises innovantes chercheraient des financements. Mais l'argent des banques retourne à la BCE. 800 milliards, banque qui n'a que 400 milliards de fonds propre et 3000 milliards d'actifs toxiques... alors qu'on nous dit qu'il en reste 1000 milliards dans les banques non déclarés... Notre PMI recule à 47, il diminue sous les 50, mais il est à 54.3 pour l'allemagne et 57 pour les pays bas, 51.6 pour la zone euro. Nous sommes les lanternes rouges de la croissance européenne! Les français dans les sondages voudraient moins de pouvoir à l'Etat, à l'europe et plus pour leur mairie. Plus y a de fonx, moins y a d'emplois, c'est comme le gruyère! Les banques et l'Etat pénaliseraient l'économie... et 62% se disent pour la défense de l'industrie... ça reste à faire! Et les curés, imams et rabins vont-ils manifester pour la question du genre?
a écrit le 30/01/2014 à 17:40 :
En allemagne, il ya 82 millions d'habitants et 350 000 jeunes qui rentrent sur le marché du travail chaque année.
En france, il y a 66 millions d'habitants et 650 000 jeunes à 680 000 jeunes qui rentrent sur le marché du travail chaque année
.
Voila pourquoi le chomage malgré une croissance faible n'augmente pas
Réponse de le 30/01/2014 à 21:15 :
il y a un problème en France: Naissances annuelles en Allemagne début des années 90 par an: environ 900 000; bien plus qu'en France à l'époque; 1,6 enfant par femme contre 1,7 en France à l'époque. Le taux d'emploi actuel est de 10 point de % plus élevé en Allemagne; 73 % de la population travaille contre 64 % en France. Le niveau de vie est étroitement corrélé avec le taux d'emploi . Pays riche taux d'emploi élevé :l'Allemagne, Suisse, Suéde et pays pauvre, taux d'emploi bas : France etc
a écrit le 30/01/2014 à 16:13 :
Il faut combien de JOBS à quelques Euros l'heure pour payer un loyer,certes moins élévé qu'en France?????
Au moins 3 disent les analystes,qui parlent aussi de millions de travailleurs pauvres!!!!!!
mais comme ILS ont un/des Jobs ILS ne sont plus en liste chômage.
Alors est-ce le bon exemple?
Réponse de le 30/01/2014 à 21:58 :
tu crois qu'y a pas des travailleurs pauvres en France ??? En Allemagne, la plupart des jobs a 400 euros sont des temps partiels pour ceux qui veulent pas d'un plein temps. En France, le gt a interdit tout simplement les emplois temps partiels (avec date d'application différée, pour plomber les chiffres du chômage du prochain quinquénat, sauf loi corrective prise en urgence)
a écrit le 30/01/2014 à 13:45 :
ce qui est très surprenant en allemagne (positivement pour nos voisins) c'est la capacité de l'économie allemande à ne pas détruire d'emplois y compris en temps de récession ou de croissance faible. La croissance cette année outre-rhinr fut bien maigre et malgré tout le chômage ne bronche pas. est ce lié a la question démographique ? à l'organisation des entreprises ? au "pacte social allemand" qui favorise d'autres modes d'ajustement ?
Réponse de le 30/01/2014 à 14:48 :
Juridiquement, le marché du travail y est aussi rigide qu'en France. Mais la société allemande est une société de loisirs. Le but du travail consiste uniquement à encore moins travailler qu'avant. Le présentéisme n'existe qu'en France. L'absentéisme organisé, c'est le culte des allemands. Comme les loisirs sont chers; il faut également maximiser la rentabilité de son travail; A midi, le vendredi, la majorité des allemands part en we. Maintenant, il est difficile d'envisager un rdv avant 9 h et après 16 h dans une société allemande (je viens de planifier mon déplacement). La durée contractuelle du travail (elle n'est jamais légale, car trop élevé 48 h / sem) n'est donc rarement respectée; souvent la durée réelle est inférieur aux contrats, mais souvent aussi plus longue! En période d'activité économique forte. Puis, les grands groupes peuvent créer des accords spécifiques de réduction du temps de travail: 32 h par exemple, mais à salaire réduit; la compensation salariale se fait donc, en période faste, grâce à des primes très importantes. En résumé, la productivité, réelle est bien plus importante que celle affichée par des comparatif de la productivité horaire. Là les français sont champions! Dès que la productivité est ramené à une productivité / habitants, l'analyse devient catastrophique pour la France, elle ne cesse de baisser depuis des années (et d'augmenter pour l'Allemagne)
Réponse de le 30/01/2014 à 15:15 :
C'est en parti grâce au chômage partiel lors de diminution de commandes.
Réponse de le 30/01/2014 à 17:11 :
C’est aussi du à une arithmétique démographique très favorable à court terme à nos voisins.

La population active allemande se contracte de 250 000 personnes/an contre une croissance de 300 000/an pour la France (cela fait tout de même un différentiel de 450 000 !!).

Pour résumer avec une croissance à 0%/an et même en y ajoutant une immigration de +250 000/an, le chômage en Allemagne ne bougerait pas.

En France il nous faut au minimum 1,5%/an de croissance pour amorcer une réelle diminution du chômage.

En plus de cela, nos voisins pratiquent un dumping social outrancier avec des travailleurs pauvres allemands et d'Europe de l'Est payés avec un cailloux.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :