Croissance : Bruxelles un peu plus optimiste pour la zone euro en 2014

 |   |  384  mots
La croissance de la zone euro atteindrait 1,2% en 2014 selon la Commission européenne. (Photo : Reuters)
La croissance de la zone euro atteindrait 1,2% en 2014 selon la Commission européenne. (Photo : Reuters) (Crédits : © 2010 Thomson Reuters)
La Commission européenne estime que le PIB de la zone euro connaîtra une croissance de 1,2% en 2014 et 1,8% en 2015. Elle met en garde contre des risques de faible inflation.

La reprise pourrait être plus forte que prévue. La Commission européenne a annoncé mardi une légère révision en hausse de ses prévisions de croissance dans la zone euro pour 2014 et 2015. 

Alors qu'elle faisait état en novembre d'une croissance du PIB de 1,1% en 2014 et 1,7% en 2014, la Commission estime à présent que les hausses seront respectivement de 1,2% et 1,8%.

"La reprise gagne du terrain en Europe"

"La reprise gagne du terrain en Europe, après le retour à la croissance intervenu au milieu de l'année dernière. Le renforcement de la demande intérieure cette année devrait nous aider à obtenir une croissance plus équilibrée et durable", a commenté le commissaire européen chargé des Affaires économiques, Olli Rehn.

Importantes disparités selon les pays

Ces chiffres cachent cependant des écarts majeurs au sein des 18 pays de la zone euro. L'Allemagne devrait ainsi afficher une croissance de 1,8% cette année, pour passer à 2% en 2015, alors que la France, deuxième économie de la zone, ne connaîtrait qu'une hausse de son PIB de 1% en 2014 puis 1,7% l'année suivante. 

Si certains pays, comme Chypre (-4,8%) et la Slovénie (-0,1%) risquent d'être encore en récession selon l'exécutif communautaire, d'autres pays en sortiraient. L'Italie devrait ainsi afficher une faible reprise (+0,6%) cette année (contre -1,9% l'an passé), tout comme la Grèce (+0,6%) qui connaîtra une forte accélération de la reprise en 2014 (+2,9%) mais reste toutefois plombée par sa dette souveraine (plus de 175% du PIB) et son chômage record (26%). 

Peu de risque de déflation

Si le risque de voir l'Europe basculer dans la déflation est marginal, selon la Commission, elle estime toutefois que l'inflation dans la zone euro pourrait tomber à 1% cette année et ne devrait pas dépasser 1,3% en 2015, s'éloignant un peu plus de l'objectif de 2% de la Banque centrale européenne (BCE).

"L'inflation actuelle très basse - bien en-dessous de la définition de la stabilité des prix de la BCE - pourrait exacerber le risque d'une croissance durablement sans relief si elle devait se prolonger", prévient l'exécutif communautaire. 

Une recommandation d'autant plus importante que la zone euro affiche une croissance inférieure à celle des Etats-Unis (2,9% en 2014 puis 3,2% en 2015) et au Royaume-Uni (2,5% cette année, 2,4% l'année d'après).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/02/2014 à 16:44 :
Une question idiote: si on utilisait une mesure de l'inflation non faussée, aurait on la même croissance? Par ailleurs, les dépenses des états sont comptabilisées dans le PIB? Ah...
a écrit le 25/02/2014 à 14:40 :
Super ces prévisions qui ne tiennent compte ni d'une partition de l'Ukraine, ni d'une guerre civile en Thailande, ni d'une crise financière en Chine...

Allez, on y croit.
Réponse de le 25/02/2014 à 15:17 :
Au contraire à moins de 200 euros le salaire mensuel ukrainien, l'oligarchie européenne ne peut être que confiante dans son propre avenir. Vous verrez les ukrainiens pressés de fuir leur misère vont rapidement obtenir satisfaction auprès des hautes instances européennes.
Réponse de le 26/02/2014 à 16:33 :
Certes, mais pour avoir de la croissance, il ne faut pas avoir de chars russes qui tirent sur tout ce qui bouge, ni de néo nazis ukrainiens sabotant des gazoduc...

Bref, peut être 0,4 % de croissances dans 20 ans, à la Libération. Ou jamais, pour cause de ciel noirci par les cendres radioactives et d'hiver nucléaire de plus de 10 ans...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :