Le gouvernement britannique enchanté du retour de la croissance

 |   |  334  mots
Nous devons poursuivre notre travail et nous tenir à notre plan d'économies sur le long terme a persisté George Osborne, ministre des Finances. Reuters
"Nous devons poursuivre notre travail et nous tenir à notre plan d'économies sur le long terme" a persisté George Osborne, ministre des Finances. Reuters (Crédits : Reuters)
"Britain is coming back!" Comme un air de revanche dans la bouche du ministre des Finances anglais, qui se réjouit des 3,1% de croissance du Royaume-Uni sur les douze derniers mois.
Les parlementaires britanniques avaient le sourire aux lèvres ce mardi à la Chambre des Commune. La raison? Le retour à la croissance dans le pays. Lors de la séance diffusée sur la chaîne BBC, le ministre des Finances George Osborne a expliqué que, pour la première fois en 10 ans, les trois secteurs économiques principaux du Royaume-Uni - l'industrie, les services et le bâtiment - avaient progressé "d'au moins 3%" l'an dernier.

La plus longue période positive depuis la crise financière

Des données qui montreraient selon le Chancelier de l'Échiquier que "l'économie britannique est revenue de la récession" avec pour preuve l'augmentation de 0,8% du Produit intérieur brut (PIB) au premier trimestre 2014. Une évolution marquant, selon le Bureau national des statistiques "une 5e période consécutive de hausse", la plus longue depuis la crise financière. 

Mais très vite, le ministre a montré sa vigilance, expliquant qu'il ne fallait surtout pas se reposer sur ses lauriers :

"Nous devons poursuivre notre travail et nous tenir à notre plan d'économies sur le long terme."

Poursuite de l'austérité

Il a ainsi appelé à la prudence pour continuer à "réparer les finances publiques" avec de nouvelles coupes dans les dépenses, cette année et l'an prochain. Selon lui, le déficit budgétaire est encore trop élevé à un peu plus de 6%, bien qu'il atteignait les 11% lors de sa prise de fonction. Une réduction qui s'est faite en particulier avec la suppression d'un nombre important de fonctionnaires. 

Malgré ces progrès, l'austérité reste donc de mise pour George Osborne, ignorant les appels d'Ed Balls, le député chargé des finances pour l'opposition (parti travailliste). Ce dernier s'est satisfait hier de l'amélioration de l'économie mais s'est plaint que le niveau de vie des britanniques continue de se détériorer "d'année en année" et prédit que le nombre de chômeurs serait plus élevé aux prochaines élections qu'il ne l'était en 2010. 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/04/2014 à 17:02 :
3,1% de croissance du Royaume-Uni, mais cette fois-ci sans bulle immobilière, promis juré.
a écrit le 30/04/2014 à 16:14 :
Le gouvernement britannique a, si je ne m'abuse, un grand nombre de solutions qui se rapprochent de celles du FN. Je le remarque de plus en plus et cela marche chez eux, pourquoi pas chez nous ?
a écrit le 30/04/2014 à 15:50 :
Vous parlez de "revanche" ! Revanche sur qui ? sur les gouvernements socialistes précédents ? ce mot est étrange, et se ressent d'une plume de journaliste français.
Il faut au contraire se réjouir de la croissance de l'économie britannique, et de son faible taux de chômage. Evidemment cela donne envie !
Mais pour en arriver là il faut d'abord accepter de se serrer la ceinture....couper les dépenses somptuaires de l'état, investir dans ce qui est rentable....horrible mot pour un syndicaliste français aux relents staliniens, non ?
Réponse de le 30/04/2014 à 16:37 :
Vous n'avez pas compris...le déficit est a 6% cela signifie qu'il dépensent encore plus d'argent qu'il n'ont pas que nous pour générer ces 3% de croissance. Bref ce sont de grands dépensiers....
a écrit le 30/04/2014 à 15:29 :
ils rationalisent, professionnalisent les services publics dont dépensent moins et investissent sur ce sur est porteur : les entreprises. Donc même s'ils se sont endettés, ils ont retrouvé la croissance qui donne un solde positif quand en farnec on engloutit toute la richesse créée par les entreprise pour alimenter le tonneau des danaides de la fonction publique et politique, à pure perte : chomage en hausse croissante, ainsi que la dépense publique et la dette, tous les indicateurs dansle rouge !!! heureusement que Valls prend la direction d'une gestion à la suédoise, pas facile, flanby l'a cerné de ses pots à la greque, dépensiers, sectaires, laxistes antigestionnaires !!
a écrit le 30/04/2014 à 15:20 :
ils ont supprimé 400 000 fonctionnaires et ont créé encore plus d'emplois, ce qui fait que le ch^mage est redéscendu à 7% et avec une bonne croissance, le cercle vertueux de la baisse des mauvaises dépenses pour financer ce qui est porteur. Pas étonnant qu'avec nos socialos gauchos qui ne voient que par la dépense et la dette suicidaire, ce qoit l'exode : entre 15 000 et 30 000 diplomés, cadres, patrons.. qui partent ailleurs, là où on encourage l'esprit d'entreprise et la réussite plutôt que la haine et le racket fiscal au bénéfice des nantis qui s'engraissent à ne rien faire...la solutin est pourtant simple et il suffit de voir ce qui se fait ailleurs, suéde, canada...valls donne le cap mais nos gauchos khmers rouges sont contre, vive les gaspillages, record d'europe !!!
Réponse de le 01/05/2014 à 11:03 :
ils ont surtout dévalué.
a écrit le 30/04/2014 à 14:52 :
Commentaires anti GB complètement ridicules, vous n'avez pas plus les vrais chiffres sur l'économie Anglaise que ceux annoncés par le gouvernement !
La performance économique est ici une fierté. Il est clair qu'il y a de la précarité comme partout....
Ce qui est vrai, c'est que les Anglais sont prêts à faire des efforts sans se plaindre pour relancer l'économie de leur pays, ce qui est loin d'être le cas des Français sclérosés par leurs petits aides sociales, leurs syndicats ou leur refus au changement.
Arrêtons de critiquer sans cesse pour masquer notre médiocrité
Fier d'être Français mais je dois reconnaitre que l'on est maintenant un pays presque boulet de l'Europe....
a écrit le 30/04/2014 à 14:04 :
... Et mettons en parallèle avec les chiffres d'une pseudo-croissance britannique qui n'est que poudre aux yeux pour gogos, ceux de miliers d'enfants scolarisés en G-B - à hauteur d'environ 15 % d'entre eux - qui sont en état de sous-alimenation chronique, seln les plus récents chiffres récoltés après des instits et profs. Sous-alimentation chronique (un chiffre smilaire à celui de l'allemagne et de son "miracle" économique) qui entraîne un retard de ... croissance (!!) physique, un retard de développement intellectuel et des résultats scolaires catastrophiques. La G-B, comme l'Allemagne, tente de doper sa croissance, qui n'est que chimère et propagande, en sacrifiant des générations entières. Le beau résultat - réel, concret et sérieux, contrairement aux ciffres tronqués de la "croissance" - que voilà !
Réponse de le 30/04/2014 à 15:24 :
on ne doit pas avoir les mêmes lectures : rapport ocde, pisa, cours des comptes...on dépense 30% de plus par élève que quantité d'autres pays qui ont de bien meilleurs résultats scolaires !!! même le tadjikistan a un taux d'illétrisme inférieur au notre !!! la honte absolue !! pas un problème de moyens mais d'efficacité, de performance, d'état d'esprit !!!! le dogme du 100% de bacheliers est une annerie monumentale, baisse des programmes et des niveaux, ils notent sur 25 pour arriver au bon %, et quantité d'élèves s'ennuient au lieu d'aller en apprentissage comme en allemagne...le système éducatif français est une usine à chômage !!! il serait temps de regarder ailleurs et réorienter le mammouth !!!
a écrit le 30/04/2014 à 13:16 :
Tiens, voilà des chiffres (mensongers, certes), sur la pseudo-croissance qui arrivent à point nommé avant les élections truquées de l'UE. Mais il manque quelques chiffres à ce "fantastique" bilan britannique. Notamment celui des plus de 15 % d'enfants en âge de scolarité qui, sur base d'une récente érude menée auprès des instits et profs, sont en état de sous-alimentation chronique. e qui entraîne des retards de croissance (tiens, la croissance !??) physique, des retards dans le développement intellectuel et des catastrophes scolaires. ET pourqoi ne parle-t-on pas des 20 à 25 % de britanniques vivant sous le seuil de pauvreté (chiffre similaire à celuid e la belgique et inférieur toutefois à celui de la france) ? C'est comme le pseudo excédent primaire de la rèce qui arrive juste avant les anti-démocratiques élections européennes. Il n'existe pas d'ecèdent primaire en rèce car les calculs utilisés pour obtenir de résultat mensonger ont été sciemment tronqués sur ordre des européens, et des "boches" en particulier (notamment, les sommes versées pour le renflouement des bq grecques et qui apparaissent dans les calculs pour tous les autres pays, ont été mystérieusement "oubliés"). Les élections en faveur de la junte européenne approchant; les mensonges sontde plus en plus énormes et nombreux.
a écrit le 30/04/2014 à 12:57 :
Des chiffres prometteurs pour le R-U en ce qui concerne la croissance mais financés par combien de milliards de crédits? Une croissance faite avec de la dette, je ne parle même pas du déficit du pays qui est bien supérieur à la France. Triple AAA n'est ce pas? Enfin bon, on a pas de leçon à donner vu l'état de notre pays....
a écrit le 30/04/2014 à 12:28 :
Le spectacle promet d’être passionnant une fois que les masques seront tombés. Comme l’indiquent d’autres commentaires, leur statistiques sont complètement bidons. Planche à billet + livre faible + pauvreté fortement accrue de la majorité + déficit bien plus élevés que chez nous … ça fait rêver.

Reste la seule vraie question à poser finalement : mais à QUI profite donc cette croissance ?
Réponse de le 30/04/2014 à 16:00 :
On se plaint de l'Euro fort. Or la livre que vous dites faible est à environ 1,40 €....vous avez dit faible ?
a écrit le 30/04/2014 à 12:26 :
Contrairement à nous, les brits ont leur propre monnaie, et si ils ne faisaient pas partie de ll'Union Européenne. leur croissance serait encore plus importante. Cherchez l'erreur.
Réponse de le 30/04/2014 à 12:33 :
Pure spéculation, si ma tante en avait elle aussi... Mais elle en a pas et on en sait rien.....
Réponse de le 30/04/2014 à 12:48 :
Dans le genre spéculation, les gogopéens sont pas mal non plus dans le genre en nous promettant l'apocalypse en cas de sortie de l'euro !
a écrit le 30/04/2014 à 12:02 :
De la croissance à crédit après une récession violente, pour l'instant le bilan me semble très mitigé.
a écrit le 30/04/2014 à 11:44 :
ne pas avoir l'euro ça aide !!!!!!!!!!!!!!
Réponse de le 30/04/2014 à 12:24 :
@xavier
Ce qui aide surtout les Anglais, c'est de profiter de l'´Europe en participant le moins possible et de se comporter comme un paradis fiscal.
a écrit le 30/04/2014 à 11:42 :
Les anglais sont malins : ils disent qu'il font de l'austérité mais en réalité il ne font pas réellement de l'austérité. Résultat en absence d'austérité l'économie repart.
a écrit le 30/04/2014 à 11:14 :
Il semblerait que la GB s'en sorte toujours mieux que la France et la zone euro....économie réactive tant décriée pourtant. J'ignore d'où vient cette croissance amis elle es réelle, aussi réelle que le chômage élevé chez nous et l'absence de croissance!
Réponse de le 30/04/2014 à 11:26 :
avant 2007/2008 aussi on s'extasiait devant la croissance anglo-saxonne.
il y a des chances que ce soit de nouveau du bling-bling, non ?
a écrit le 30/04/2014 à 11:12 :
on peut s'interroger sur le modèle britannique....... qui malgré des coupe sévères..... fait encore 6% de déficit..... mais a été inondé de liquidité et surtout bénéficié d'un cours favorable de la livre......

autrement dit, monnaie, planche à billet et coupe des budgets publiques...... mais encore 7% de chômeurs... officiels..... et déficit de 6%........ ça va ou?

je ne parle pas des contrats zéro heures, bien sûr.......
a écrit le 30/04/2014 à 10:59 :
elle vient d'ou cette croissance ? j'avoue que je ne suis pas économiste.
mais j'ai vu que le UK a un des taux d'investissement (public et privé) en % du PIB les plus faibles d'Europe. et que son déficit commercial sur les marchandises est près du double du nôtre avec un environnement supposé bien plus "business friendly" qu'en France.
c'est parce-qu'ils partent de plus bas ?
c'est la finance qui booste ? et la consommation à crédit ?
a écrit le 30/04/2014 à 10:57 :
Et qui profite de cette croissance? Donc pour qui est-ce une bonne nouvelle? Est-ce vraiment UK qui revient ?
a écrit le 30/04/2014 à 10:39 :
aucun pays de la zone mark ne fait aussi bien.
Réponse de le 30/04/2014 à 10:44 :
Bah austérité ou planche à billets, de toutes façons on sait comment ça va se terminer et qui va payer les errements de l'oligarchie mondialiste !
a écrit le 30/04/2014 à 10:15 :
Je suis impressionné par la "réussite" du modèle britannique de planche à billets et de déficit chronique...Wahoo, Manolo el Blanco doit être soufflé !
a écrit le 30/04/2014 à 9:51 :
la GB fait de l'austérité c'est une plaisanterie ? le déficit public est le double de celui de la France.
La livre est dépréciée par rapport à l'euro. VOILA LE SECRET
a écrit le 30/04/2014 à 9:51 :
la GB fait de l'austérité c'est une plaisanterie ? le déficit public est le double de celui de la France.
La livre est dépréciée par rapport à l'euro. VOILA LE SECRET

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :