Affaire Adoboli : un ancien d'UBS banni de la finance

 |   |  254  mots
Lors du procès de Kweku Adoboli, qui a écopé de sept ans de prison en première instance, John Hughes avait reconnu avoir eu connaissance du fonds secret utilisé par son ex-collègue pour dissimuler des opérations non autorisées.
Lors du procès de Kweku Adoboli, qui a écopé de sept ans de prison en première instance, John Hughes avait reconnu avoir eu connaissance du fonds secret utilisé par son ex-collègue pour dissimuler des opérations non autorisées. (Crédits : reuters.com)
L'Autorité de conduite financière (FCA) britannique a interdit à un ancien d'UBS de travailler dans le secteur financier pour n'avoir pas empêché les opérations illégales de son collègue Kweku Adoboli, qui avaient coûté 2,3 milliards de dollars à la banque suisse.

Out l'ancien supérieur de Kweku Adoboli. L'Autorité de conduite financière (FCA) britannique a interdit jeudi à un ex d'UBS, John Christopher Hughes, de travailler dans le secteur financier pour n'avoir pas empêché les opérations illégales de son collègue Kweku Adoboli, qui avaient coûté 2,3 milliards de dollars à la banque suisse.

"S'opposer à ceux qui agissent mal"

Alors que celui-ci était le plus haut gradé du département des fonds indiciels (ETF) à Londres, où travaillait Kweku Adoboli, le gendarme estime que la conduite de John Christopher Hughes a été "malhonnête", car il a fermé les yeux sur les tours de passe-passe financiers utilisés par son jeune collègue pour dissimuler ses pertes.

Tracey McDermott, l'un des responsables de la FCA, estime:

"Les personnes agréés (par la FCA) doivent travailler avec le plus haut degré d'intégrité, c'est à dire non seulement agir correctement mais aussi dénoncer et s'opposer à ceux qui agissent mal. (John) Hughes ne l'a pas fait et cela a eu des conséquences catastrophiques".

Une amende de 36 millions d'euros en 2012

Lors du procès de Kweku Adoboli, qui a écopé de sept ans de prison en première instance, John Hughes avait reconnu avoir eu connaissance du fonds secret utilisé par son ex-collègue pour dissimuler des opérations non autorisées.

Les autorités britanniques et suisses avaient en 2012 infligé une amende de 29,7 millions de livres (36 millions d'euros) à UBS pour ses importantes lacunes dans le contrôle et la gestion des risques dans cette affaire.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/05/2014 à 9:11 :
il sera embauche chez airbus et dans la branche finance
Réponse de le 03/05/2014 à 11:05 :
Un pour l'exemple et encore, c'est même pas le bon et tout le monde le sait...
a écrit le 02/05/2014 à 16:30 :
Et encore un scandale associé à l'UBS ! Un, !! et à quand le suivant ??

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :