UBS sanctionnée pour avoir tenté de manipuler le taux Hibor

 |   |  337  mots
Plus de 31 millions de messages chats ont été scrutés dans le cadre des soupçons concernant un potentiel truquage des taux interbancaires à Hong-Kong (Hibor). (Photo : Reuters)
Plus de 31 millions de "messages chats" ont été scrutés dans le cadre des soupçons concernant un potentiel truquage des taux interbancaires à Hong-Kong (Hibor). (Photo : Reuters) (Crédits : reuters.com)
Des traders de la banque helvète ont tenté de manipuler les taux de prêts interbancaires hongkongais (Hibor) entre 2006 et 2009. Ces tentatives n'ont finalement pas eu d'impact sur la fixation du taux.

Après les scandales sur la manipulation des taux interbancaires Libor et Euribor, place au (presque) scandale du Hibor (Hongkong Interbank Offered Rate). La banque suisse UBS a été reconnue coupable par l'autorité monétaire hong-kongaise (HKMA) d'avoir tenté de manipuler les taux de prêts interbancaires de la place financière asiatique entre 2006 et 2009, indique un communiqué publié vendredi

À défaut d'amende, des mesures disciplinaires ont été imposées à la banque pour cette tentative ratée. Les autres établissement financiers examinés n'ont pas été incriminés.

31 millions de messages passés à la loupe

Au cours de son investigation, le régulateur bancaire de la ville a pu découvrir une centaine de "messages chat" dans lesquels les traders d'UBS demandaient aux responsables de la soumission des taux de changer leur niveau. Des demandes qui n'ont finalement pas eu d'impact sur la fixation des taux, a assuré le HKMA.

L'enquête sur un potentiel truquage du Hibor a démarré en 2013, en plein milieu du scandale sur la manipulation des taux interbancaires londoniens et européens. Le HKMA aurait examiné plus de 31 millions de messages au sein de neuf banques impliquées dans la fixation du Hibor entre 2005 et 2012.

"Le HKMA a trouvé des preuves de mauvaise conduite dans la soumission des taux Hibor chez seulement une banque, et rien n'indique qu'il y a eu connivence entre plusieurs banques pour truquer sa fixation", a déclaré le régulateur hongkongais.

Echec des contrôles internes

Les contrôles internes de la banque suisse présentaient des "faiblesses matérielles" et a manqué de rapporter en temps voulu ces mauvaises conduites à la HKMA, lorsque les pratiques ont été découvertes, poursuit l'organisme de régulation.

UBS s'est dite satisfaite que l'enquête ait conclu à un impact nul sur la fixation du Hibor. L'établissement suisse avait été l'une des banques au coeur du scandale du Libor, pour lequelle elle a dû payer un record de 1,5 milliards de dollars d'amendes aux autorités américaines, britanniques et suisses.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/03/2014 à 14:49 :
Libor ou Hibor ?
Manipulé ??
Réponse de le 14/03/2014 à 16:18 :
L'article semble plutôt clair, il est question du marché asiatique... à Hong Kong.
a écrit le 14/03/2014 à 14:45 :
"Des traders de la banque helvète ont tenté de manipulé"
Bravo, la conjugaison!!!! Bravo, la Tribune...
Vous savez, on trouve dans le commerce des Bescherelles d'occasion a des prix tout a fait abordables.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :