Allemagne : le moral des investisseurs dégringole encore un peu plus en mai

 |   |  343  mots
Cette baisse signifie que les investisseurs ne s'attendent pas à ce que l'économie allemande maintienne le rythme élevé de croissance enregistré au premier trimestre, a expliqué l'institut Zew. (Photo : Reuters)
Cette baisse signifie que les investisseurs ne s'attendent pas à ce que l'économie allemande maintienne le rythme élevé de croissance enregistré au premier trimestre, a expliqué l'institut Zew. (Photo : Reuters) (Crédits : Reuters)
L'indice ZEW recule pour le cinquième mois consécutif à 33,1 points et retombe à son niveau le plus bas depuis janvier 2013. Une chute inégalée depuis deux ans.

Les attentes des milieux d'affaires allemands concernant la conjoncture outre-Rhin, mesurées par le baromètre mensuel ZEW, sont au plus bas. L'indicateur publié mardi par l'institut du même nom, s'est en effet replié de 10,1 points à 33,1 points contre 43,2 points enregistrés en avril, signant son cinquième recul de suite. Il s'agit de son niveau le plus bas depuis janvier 2013.

Les analystes interrogés par l'agence Dow Jones Newswires misaient certes sur une baisse du ZEW mais bien moins prononcée, tablant sur 41 points (- 2,2 points).

Une reprise plus modérée

Cette baisse signifie que les investisseurs ne s'attendent pas à ce que l'économie allemande maintienne le rythme élevé de croissance enregistré au premier trimestre, a expliqué l'institut. "Pour autant, il est escompté une évolution conjoncturelle positive en 2014", a précisé le président du ZEW, Clemens Fuest.

Alors que le chiffre de la croissance allemande pour le premier trimestre est attendu jeudi, dans son rapport mensuel publié ce mardi, le ministère de l'Economie estime aussi qu'"après un premier trimestre solide la reprise de printemps sera certainement plus modérée que d'habitude".

"Les perspectives économiques mondiales restent globalement en voie d'éclaircissement mais les tensions géopolitiques constituent un facteur de risque supplémentaire. On ne peut pas s'attendre à ce que le commerce extérieur fournisse d'impulsion (à la croissance)", selon Berlin.

La chute la plus importante depuis mai 2012

Carsten Brzeski, économiste chez ING, constate que la chute du ZEW est la plus importante depuis mai 2012. Ce cinquième recul d'affilée montre que "les risques pour l'Allemagne augmentent", a-t-il ajouté, citant les risques géopolitiques aux portes de l'Allemagne, l'inquiétude au sujet de la croissance chinoise et les indicateurs industriels décevants de la semaine dernière.

Cependant, les indicateurs allemands "solides" montrent que l'économie du pays est sur de bons rails, estime Annalisa Piazza, du courtier Newedge, soulignant que la composante qui mesure la situation actuelle en Allemagne a progressé pour la sixième fois de suite. Elle a pris 2,6 points à 62,1 points en mai.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/05/2014 à 13:06 :
quand la chine ralentie , l'Allemagne tousse et c'est parti pour un moment , plus le contexte en europe , rien de bon a attendre , le modèle allemand et son aura ? , on en reparlera d'ici la fin de l'année .. les nuages s'accumulent
Réponse de le 14/05/2014 à 20:10 :
le Deutschland über alles commence à donner des signes de faiblesse.
a écrit le 13/05/2014 à 15:47 :
Il faut investir dans la chaussette car le moral est dedans.
a écrit le 13/05/2014 à 14:34 :
Faut investir en France ,le dernier gouvernement socialiste a dit que la croissance est devant nous. ...!
a écrit le 13/05/2014 à 13:51 :
Les arbres ne montent pas jusqu'au ciel?
Réponse de le 13/05/2014 à 16:47 :
Il ne faut pas investir en France le chiffre d'affaire des croissants est en baisse .

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :