Renzi : rendre son âme à l'Europe, mais... sans en changer les règles

 |   |  659  mots
Si l'Europe faisat un selfie, on verrait le visage de la fatigue, dans certains cas de quelqu'un de résigné. L'Europe aujourd'hui aurait sur ce selfie l'air ennuyé
Si l'Europe faisat un selfie, "on verrait le visage de la fatigue, dans certains cas de quelqu'un de résigné. L'Europe aujourd'hui aurait sur ce selfie l'air ennuyé" (Crédits : reuters.com)
Pendant son semestre de présidence de l'Union européenne qui débute mardi, l'Italie de Matteo Renzi entend impulser une Europe plus engagée en faveur de la croissance. Mais il ne revient pas sur le Pacte de stabilité, qui impose la discipline budgétaire aux États-membres.

Le discours de Matteo Renzi, le président du Conseil italien, au Parlement européen était l'un des évènements phares de la journée. Au deuxième jour de la présidence italienne de l'Union européenne, le jeune chef du gouvernement italien a appelé à réformer l'Europe pour lui rendre son âme. Au menu, phrases choc, références contemporaines et antiques.

Une Europe "fatiguée"

"Si l'Europe faisait un selfie, quelle image verrait-on sur l'écran ?", a lancé le jeune chef du gouvernement italien, faisant allusion à ces autoportraits réalisés à l'aide d'un smartphone.

"On verrait le visage de la fatigue, dans certains cas de quelqu'un de résigné. L'Europe aujourd'hui aurait sur ce selfie l'air ennuyé", a-t-il lui même répondu.

Le grand défi, selon lui, sera donc de "retrouver l'âme de l'Europe, le sens profond de notre vivre ensemble". Pour cela, il a appelé la jeune génération de dirigeants européens, appelée pour l'occasion la "génération Télémaque", en référence au fils du héros d'Homère, à accepter l'héritage des pères de l'Europe afin de poursuivre leur oeuvre :

"Je n'étais pas encore majeur au moment du Traité de Maastricht. Nous ne voyons pas le fruit de nos pères seulement comme une offrande, mais comme une conquête que nous nous devons de renouveler chaque jour. (...) La monnaie que nous avons en poche n'est pas notre seul destin : notre destin est de se réclamer de l'hérédité de nos pères, d'assurer un futur à leurs traditions".

Stabilité... et croissance

Sur le fond, Matteo Renzi est resté dans les rangs. "Nous avons été les premiers à dire que nous voulons respecter les règles, nous ne voulons pas changer les règles", a-t-il à nouveau assuré, faisant allusion au Pacte de stabilité qui engage les Européens à maîtriser leurs dépenses publiques et leurs dettes.

Mais pour y parvenir, il a défendu la nécessité de mettre l'accent sur la croissance. "La demande de croissance, ce n'est pas un pays qui le veut, ça ne sert pas à l'Italie, ça sert à l'Europe", a expliqué le président du Conseil italien. Et de rappeler concernant le Pacte qu'au mot stabilité est accolé le mot "... croissance".

Dans un monde qui "va deux fois plus vite que l'Europe", il a souhaité que cette dernière "rattrape l'écart". "Il n'y a pas d'espace pour l'Europe si nous acceptons de rester un petit point sur Google Map", a-t-il argumenté.

Pas de révolution

Dans une version rajeunie, Matteo Renzi reprend en fait l'argumentaire dont avaient déjà usé avant lui Mario Monti, ancien président du Conseil, Enrico Letta, son prédécesseur et François Hollande à mainte reprises depuis 2012 et l'ajout d'un volet croissance étriqué au Pacte de stabilité.

Un discours qui lui a déjà permis, avec le soutien de la France, d'obtenir plus de souplesse dans l'application des règles budgétaires actuelles, sans toutefois que celles-ci ne soient modifiées. Pas de révolution, donc, mais plutôt la recherche d'une solution équilibrée. Reste le bras de fer sur les project bonds, qu'il veut mettre en place pour financer "un grand programme d'investissements", mais auxquels s'oppose l'Allemagne.

Quoiqu'il en soit, le discours policé sur le fond de l'étoile montante de la gauche européenne n'a pas déplu au conservateur finlandais, ancien commissaire européen aux Affaires économiques et monétaires et nouveau vice-président du Parlement européen, Olli Rehn. Comme en atteste ce tweet :

 (Le Premier ministre Renzi à la pleinière du Parlement européen maintenant : "deux parties dans le Pacte, stabilité mais aussi croissance". Je suis d'accord : gardons le Pacte, mais aplliquons le intelligemment!, ndlr)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/07/2014 à 22:20 :
Il a tout faux notre petit italien, il fait passer la charrue avant les bœufs. il faut changer les règles et renégocier les traités pour redonner une espérance à l’Europe, dire autre chose c'est se moquer du monde........
a écrit le 03/07/2014 à 13:47 :
Matteo Renzi n est qu' un leurre , les italiens vont bientôt s en apercevoir .Mais l ordre mondial aura gagné quelques mois pour essayer de finaliser son but.
a écrit le 03/07/2014 à 8:28 :
“Tout ce dont nous avons besoin est la bonne crise majeure, et les nations vont accepter le Nouvel Ordre Mondial.”

David Rockefeller

« Certains croient même que nous faisons partie d’une cabale secrète agissant contre les grands intérêts des États-Unis [...] ils vont jusqu’à prétendre que nous conspirons avec d’autres capitalistes dans le monde pour construire une structure politique et économique mondiale plus intégrée – un seul monde, si vous voulez. Si c’est ce dont on m’accuse, je plaide coupable et j’en suis fier ».

David Rockefeller, page 475 de ses Mémoires

“Le but des Rockefeller et de leurs alliés est de créer un gouvernement mondial unique combinant le Supercapitalisme et le Communisme sous la même bannière, et sous leur contrôle. [...] Est-ce que j’entends par là qu’il s’agit d’une conspiration? Oui, en effet. Je suis convaincu qu’il y a un tel complot, d’envergure internationale, en planification depuis plusieurs générations, et de nature incroyablement maléfique.”

Lawrence Patton McDonald (1935-1983), congressiste américain tué dans l’attaque d’un vol de la Korean Airlines

Mince, mai c'est que ça ressemble beaucoup à ce qui se passe aujourd'hui, non? Et si cette "crise" était voulue? :/
Réponse de le 03/07/2014 à 8:50 :
Bravo on a de saines lectures à ce que je vois:)
Réponse de le 03/07/2014 à 9:17 :
Vous m'avez démasqué, je suis un affreux conspirationniste :(
a écrit le 03/07/2014 à 8:17 :
Je n'étais pas très âgé lors du Traité de Maastricht en 92, mais je crois me souvenir que le projet qu'on nous avait vendu dans son joli papier cadeau à l'époque, était assez éloigné de ce qu'est l'Union Européenne actuelle... Et malheureusement avec le Traité Transatlantique et le TISA qu'ils sont en train de nous concocter discrètement en coulisse, je pense que nous pouvons nous attendre à pire encore demain...
a écrit le 03/07/2014 à 8:10 :
Encore un leurre pour ne rien changer et gagner du temps afin d' imposer leur dogme!
a écrit le 03/07/2014 à 3:11 :
Parole..parole..parole
a écrit le 03/07/2014 à 0:52 :
Du vent.
Il veut changer quoi alors? Comme tous les autres pantins qu'on nous impose en construisant une légende marketing pour les faire élire.
a écrit le 02/07/2014 à 21:11 :
Ce sont des mots totalement déconnectés des réalités. Il faut rappeler que l’endettement public italien a augmenté de plus 77 milliards d’euros lors des 4 premiers mois de l’année 2014, que l’Italie croule sur une montagne de dettes de 2.146,4 milliards d’euros fin avril 2014, on s’approche des 140 % du PIB et que ce pays demeure quasiment en croissance proche de 0 après avoir été en forte récession. A noter l’interview datant de quelques jours de Graziano Delrio, secrétaire italien d'État à la présidence du Conseil des ministres, au Corriere della, sur le traitement de la dette italienne. Il a dit que l'Italie pourrait apporter une partie de son immobilier au sein d'un fonds européen. Les autres Etats de la zone euro feraient la même chose et ainsi l’Italie pourrait émettre des obligations, qui pourraient être utilisées soit pour faire des investissements, soit pour réduire la dette de 25-30%. Plus étonnant il n'a même pas rejetée l'idée d'une restructuration de la dette publique italienne du style grecque ou argentine. Les marchés financiers sont tellement drogués qu’ils ont totalement ignorés cette déclaration.
a écrit le 02/07/2014 à 19:31 :
il a raison il faut arrêter cette Europe allemande et austère.
a écrit le 02/07/2014 à 18:47 :
je trouve ces propos inquiétants plutôt que rassurant

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :