Matteo Renzi et... la relance à l'italienne

 |   |  618  mots
Alexandre Mirlicourtois, directeur de la conjoncture et de la prévision de Xerfi/ DR
La Tribune publie chaque jour des extraits issus des analyses diffusées sur Xerfi Canal. Aujourd'hui, Matteo Renzi et... la relance à l'italienne

Croissance d'abord, respect du pacte de stabilité ensuite. C'est bien le sens des premières mesures du nouveau 1er ministre Italien.

Matteo Renzi a ainsi annoncé un plan de relance de 90 milliards d'euros dont les 3 volets principaux sont, du côté des ménages, un allégement de la fiscalité sur les bas revenus de 10 milliards d'euros.

Du côté des entreprises, il s'agit une réduction de 10% de la taxe professionnelle, un allègement de la facture énergétique et surtout le paiement des 68 milliards d'arriérés du secteur public.

Le dernier volet concerne l'investissement public avec le déblocage d'une enveloppe de 5 milliards d'euros pour la rénovation des bâtiments scolaires et l'aménagement du territoire. Si le financement de ce plan reste flou, il est clair que le déficit public va déraper. Mais à la grande différence de la France, l'Italie dispose de petites marges de manœuvre budgétaire avec seulement 3% de déficit public.

Non, l'Italie ne souffre pas de son déficit public mais bien plus de son déficit de croissance. Avec une hausse de 0,1% de son PIB au 4ème trimestre, elle vient à peine de sortir de plus de 2 années consécutives de récession, la plus longue période connue depuis l'après-guerre. Mais ce retour très timide de la croissance ne laisse pas espérer d'une bonne année 2014 avec un acquis de croissance légèrement négatif (-0,1%).

Surtout, le PIB italien vient juste de retrouver son niveau du 2ème trimestre 2000 : c'est 14 ans de perdus. On comprend donc mieux la volonté du gouvernement italien d'entretenir et de pousser la croissance naissante. Une croissance qui ne tient qu'au fil très ténu des exportations.

Des exportations qui ont renoué avec leurs meilleurs niveaux mais qui ont tendance maintenant à faire du surplace et campent sous le plafond des 400 milliards d'euros. Bref, l'Italie ne peut s'en remettre à la seule demande externe pour se relancer. Cela se voit, dans le décalage croissant entre les succès extérieurs italiens et la production industrielle qui ne se relève toujours pas et reste très loin de ses niveaux d'avant crise.

Pour bien comprendre cette différence, il faut se pencher sur les particularités du tissu productif de la péninsule. L'Italie, c'est le royaume des PME et des micro-entreprises. Elles forment la quasi-totalité d'un parc fort de plus de 6 millions d'entreprises, deux fois plus que celui de la France !

Or, par nature ces petites unités sont branchées sur la demande intérieure. Ce n'est d'ailleurs pas un hasard si la Lombardie, siège des grandes entreprises italiennes et des ETI tournées vers le grand large a relativement peu souffert, même au moment les plus sombres de la grande récession avec un PIB régional en repli de 2,6% entre 2008 et 2012. De son côté, la Vénétie, emblème de cette tradition industrielle portée par les petites entreprises chutait elle de 8,1%.

Les arbitrages du gouvernement Renzi sont donc bien moins paradoxaux qu'il n'y paraît : le problème crucial dont souffre l'économie italienne c'est celui de l'endettement public qui atteint 130% du PIB et dont la dérive reste préoccupante. Or ce n'est pas le déficit public, sous contrôle à 3% du PIB qui en est la cause mais bien le déficit de croissance.

Et avec un excédent courant de plus 12 milliards d'euros dégagés en 2013, la relance de la demande constitue bien l'arme la plus efficace pour stabiliser la dette : il suffirait juste pour cela que l'Italie accroche 2,5% de croissance en valeur soit 1,5% environ en volume. C'est largement à sa portée.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/05/2014 à 9:14 :
Ne pouvant dévaluer tous les pays du sud se sont lancés dans la déflation salariale et social,
nous leur avons emboité (timidement certes) le pas ne pouvant faire autrement,nos amis allemands ne vont pas rigolés bien longtemps croyez moi.La déflation étant vraiment la dernière connerie à faire en matières économique.C'est un peu le trou noir de l'économie,pour prendre un exemple d'astrophysique.
a écrit le 13/05/2014 à 9:35 :
l'Italie n'est pas prêt de s'en sortir l'austérité a mis a mal son économie. Elle exporte beaucoup grace à des baisses de salaires. On nous avait dit que le banquier Monti allait tout réglé comme Renzi... encore les experts incompétents.
Réponse de le 14/05/2014 à 8:57 :
Aucun pays de la zone euro est prêt pour sortir l'austérité, à commencer par la France. Tout ce blabla des ministres accompagné de statistiques et des données manipulées c'est pour l'opinion public, les US et le Royaume-Uni nous ont en donné l'exemple. Pendant ce temps là, ça creuse du côté du gouffre des déficits et on parle foot !
a écrit le 13/05/2014 à 9:30 :
l'italie le plus beau pays au monde s'en sortira ils travaillent dure depuis la nuit des temps
Réponse de le 13/05/2014 à 11:00 :
Et côté dureté tu t'y connais hein "Rocco" ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :