Comment Berlin a sapé les espoirs de "flexibilité" budgétaire de Matteo Renzi

 |   |  1333  mots
Matteo Renzi doit faire face à un feu roulant de critiques venant du nord sur la flexibilité du pacte de stabilité
Matteo Renzi doit faire face à un feu roulant de critiques venant du nord sur la flexibilité du pacte de stabilité (Crédits : reuters.com)
Depuis une semaine, Wolfgang Schäuble, le ministre des Finances allemand, multiplie les interventions pour faire comprendre que la "flexibilité" sur l'application du pacte de stabilité promise lors du sommet européen du 27 juin est vide de sens. La défaite de Matteo Renzi semble désormais évidente.

A l'issue du sommet européen des 26 et 27 juin derniers, le président du Conseil italien Matteo Renzi avait salué une « victoire » de sa stratégie de croissance sur la logique austéritaire. Un cri de victoire qui était déjà un peu excessif lorsque l'on sait qu'il ne reposait que sur cette phrase des conclusions du Conseil : « Il faut aussi utiliser au mieux la flexibilité qu'offrent les règles actuelles du pacte de stabilité. » Déjà, il avait dû renoncer à modifier le mode de changement de ces règles, notamment en excluant les dépenses d'investissement.

Voile déchiré

Matteo Renzi n'avait donc obtenu qu'un rappel des règles existantes. Il avait feint d'y voir un succès en promettant une meilleure prise en compte de la croissance dans l'effort de consolidation budgétaire. Du reste, ces efforts devaient être soutenus par des programmes d'investissements publics de l'UE promis de façon fort vague par le Conseil.

Moins d'un mois plus tard, le voile est déchiré. A peine l'encre des conclusions du Conseil séchée que l'Allemagne et plusieurs de ses alliés traditionnels ont mis fin à toutes ces illusions. Par une série de déclarations, les dirigeants « du nord » ont rejeté jusqu'au terme même de « flexibilité. » Dès le 2 juillet, le premier ministre néerlandais Mark Rutte se vantait « d'avoir stoppé » les exigences franco-italiennes sur les règles budgétaires. Mais depuis quelques jours, l'offensive contre Matteo Renzi bat son plein.

Les règles, rien que les règles

Et c'est le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble, qui mène la danse. Depuis une semaine, au rythme quasiment d'une interview par jour, il se livre à un pilonnage en règle de cette idée : il ne faut changer ni les règles, ni la pratique du pacte de stabilité. Le 15 juillet, dans une interview à la Badische Zeitung il explique : « Naturellement, il n'est pas bon de voir certains Etats-membres penser plus à la façon dont on peut élargir les règles plutôt qu'à celle de les respecter. Si les règles n'étaient plus valables aujourd'hui pour quelques Etats, alors ce ne serait pas compréhensible pour ceux qui ont fait des efforts par le passé. » Autrement dit, tout le monde doit être pendu à la même potence de l'austérité... Si l'on a fait souffrir les Grecs ou les Espagnols, pourquoi épargner Italiens et Français ?

Trois jours plus tard, dans Le Monde, le même Wolfgang Schäuble défend la politique menée jusque là et refuse toute alternative. « Les pays qui ont encore des difficultés sur le plan économique les ont parce qu'ils n'ont pas résolu leurs problèmes structurels. Il n'y a pas à choisir entre austérité et croissance », affirme le ministre en prenant pour exemple les pays qui ont pratiqué cette austérité et « qui vont mieux. » Et de conclure : « ce n'était pas facile mais c'était le bon chemin. » Là encore, pas question donc de considérer que la politique d'austérité massive menée dans le sud de l'Europe a été un échec (même si l'on notera que Wolfgang Schäuble se garde bien de citer le cas de la Grèce !).

La veille à Berlin, le même Wolfgang Schäuble avait déjà affirmé que « les règles ne sont pas le problème, ce sont la solution. » Aussi insiste-t-il pour que les pays qui ont tenté de promouvoir un changement de ses règles rentrent dans le rang. Il demande donc à l'Italie « plus de réformes structurelles. » Il le répète le 19 juillet sur Deutschlandfunk : « les réformes structurelles créent plus de croissance. »

Pas de temps en plus pour la France

Pour être le plus clair possible, Wolfgang Schäuble traduit concrètement ce qu'il faut attendre de la flexibilité promise à Bruxelles le 27 juin. Dans son interview sur Deutschlandfunk, Wolfgang Schäuble refuse ainsi tout délai supplémentaire pour la France. « La France a déjà eu par deux fois plus de temps. Ce débat nuit à la confiance. » Même son de cloche dans l'interview accordée aux Echos et au Handelsblatt parue lundi 21 juillet (la quatrième en six jours !) avec Michel Sapin : « le débat sur une nouvelle interprétation n'aide pas à surmonter la crise de confiance. » Bref, la France ne doit pas compter sur la bienveillance de la prochaine Commission. Pas davantage que quiconque, du reste. Le 19 juillet, le nouveau commissaire aux Affaires économiques et monétaires Jyrki Katainen - qui remplace provisoirement Oli Rehn élu au parlement - évoque une volonté de « trucage » du pacte et affirme qu'il est « dangereux de parler de flexibilité. » Autrement dit, ce sont les conclusions du Conseil européen qui sont « dangereuses ! » Au final, la « victoire » de Matteo Renzi s'apparente davantage à un Caporetto (l'équivalent italien de Waterloo en 1917).

Le choix crucial du Commissaire

Mieux même, pour sanctionner cette confirmation de la rigueur, Wolfgang Schäuble est à la manœuvre concernant le choix du futur commissaire aux Affaires économiques et monétaires qui sera chargé d'interpréter les « règles. » Lundi dans les Echos et le Handelsblatt, il affirme que le futur commissaire ne devra pas forcément être un socialiste, comme l'avait promis Jean-Claude Juncker. Jyrki Katainen ou l'Espagnol Luis de Guindos, tous deux intransigeants orthodoxes sur le plan budgétaire, restent donc en lice. A la différence de Pierre Moscovici, « l'ami » de Wolfgang Schäuble qui lui a glissé quelques peaux de bananes sous les pieds tout en le couvrant d'éloges. Jeudi et vendredi, le ministre allemand des Finances a indiqué que la nomination d'un Français serait un « mauvais signal », autrement dit le signalement d'un relâchement dont le gouvernement fédéral allemand ne veut pas.

Paris cède...

L'attitude de Paris reste ambiguë et lui fait donc perdre toute consistance. Selon Paris Match, Elisabeth Guigou serait préférée à Pierre Moscovici et ne réclamerait pas de poste économique. Une bonne nouvelle pour Berlin. Globalement, la France semble mal à l'aise, prise au piège entre son alliance du mois de juin avec Matteo Renzi et sa volonté d'afficher son alignement sur l'Allemagne pour ne pas effrayer les marchés (qui, du reste, ne le sont guère, le taux français à 10 ans restant historiquement bas). D'où ces circonvolutions byzantines de Michel Sapin qui demande que l'on trouve le « bon timing » pour la réduction des déficits après avoir assuré qu'il ne « quémande pas encore un peu de temps. » Ou bien cette affirmation : « le mot interprétation [du Pacte de stabilité] est dangereux et peut donner lui-même lieu à interprétations. » Du grand art qui cache mal une indécision dont profite l'Allemagne qui peut ainsi pousser son avantage face à Rome.

Résistance italienne

Pour le moment, l'Italie semble vouloir tenir sa ligne. Cependant, le secrétaire d'Etat italien aux affaires européennes, Sandro Gozi, a répondu à Jyrki Katainen que « ce n'était pas lui qui décidait » des choix budgétaires italiens. Et ce mardi 22 juillet, le ministre des Finances, Carlo Padoan, a à nouveau demandé que l'on applique le pacte de stabilité « dans une perspective de long terme » et que l'on trouve de quoi « motiver les pays à entreprendre des réformes structurelles. »

La résistance italienne risque pourtant de se heurter à la détermination allemande, aidée par les hésitations françaises. Il y a donc fort à parier que Berlin devrait réussir à imposer - notamment grâce au choix d'un commissaire orthodoxe - le maintien de la stratégie qui a été appliquée jusqu'ici : priorité à la consolidation budgétaire et aux réformes structurelles. Quel qu'en soit le prix. Il sera toujours possible de se cacher derrière le fameux plan de relance de 300 milliards d'euros sur 5 ans promis par Jean-Claude Juncker et qui semble aussi évanescent que son prédécesseur, le « pacte de croissance » de 2012 voulu par François Hollande...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/07/2014 à 21:00 :
J'adore Merkel , elle est comme gourdin elle fait de l'écologie sans le savoir. Avec l'austérité elle organise la décroissance. Elle croit l'Allemagne a l'abris de cette décroissance pour le moment réservée a ces partenaires Européens mais malheureusement elle la subira aussi. Et ce sera tant mieux.
Réponse de le 22/07/2014 à 21:10 :
"elle est comme Jourdain" , j'adore ce correcteur orthographique, gourdin ça lui va bien aussi a Merkel
a écrit le 22/07/2014 à 18:48 :
Le pacte de stabilité est applicable à condition que les pays concernés aient conservé une capacité de production suffisante pour fabriquer et exporter des biens et services attractifs. M Schauble ne changer pas d'un iota un pacte qui fait un pont d'or à son pays, qui affame par l'usure les pays débiteurs. Quelle compétitivité peut -il y avoir en réduisant à néant les capacités d'une nation à s'en sortir? C'est le retour du Traité de Versailles.
Le Portugal et l'Espagne ont fait des efforts considérables pour apurer une dette creusée par leurs politiques corrompus. Si l'Espagne à conservé une industrie capable, le Portugal est exsangue et doit à ce jour emprunter encore pour fonctionner...Ou est le gain de tant de sacrifices...Il est en Allemagne et nulle part ailleurs
Réponse de le 22/07/2014 à 21:46 :
Autrefois, il y avait les rois fainéants. Aujourd'hui, les socialistes fainéants espèrent se faire sortir de l'ornière où ils se sont mis en faisant travailler les autres...
a écrit le 22/07/2014 à 18:09 :
Il serait grand temps que la France prenne ses responsabilités en assumant les réformes structurelles indispensables pour sauver le fameux "système social" Français (une illusion mais bon ...). Ensuite, notre pays pourra se permettre de faire la leçon et contrôler l'Europe. L'Allemagne a les mains libres pour un moment, il serait bon de réagir ! Fini l'alliance avec les anglais pour contre balancer la toute puissante Allemagne, l'Espagne et l'Italie comme contre poids? une blague. Au Président de se bouger et redorer le blason de notre pays !
a écrit le 22/07/2014 à 17:44 :
Renzi à servi d attraction pour détourner les votants des 5 étoiles. L avenir nous dira si les Italiens vont accepter de se faire berner longtemps.
a écrit le 22/07/2014 à 17:32 :
pour faire changer la politique allemande de Bruxelles, il suffit de ne plus acheter de produits allemands.
a écrit le 22/07/2014 à 17:07 :
Comme d'habitude, Hollande hésite, atermoie et va perdre face à une Angéla déterminée.
Et, rassurez-vous, au final, ce seront toujours les mêmes qui en feront les frais....
a écrit le 22/07/2014 à 15:57 :
Derriere le grand concept de 'croissance', Renzi et Hollande pensent relance de la depense publique et de la dette, qui satisfait leur electorat et constitue leur unique chance d'etre reelus. Quid de l'interet de leur pays a long terme? Ces dirigeants mediocres sont dementis par les resultats de l'Allemagne: croissance estimee a 1.8% pour 2014!
Réponse de le 22/07/2014 à 16:35 :
Mais 0,4% en 2013, on verra en 2014 (croissance due à l'accroissement des salaires, enfin à l'oeuvre).
Il n'est pas vrai que l'austérité favorise le rétablissement des comptes publics, surtout dans un contexte de morosité généralisé, la politique pro-cyclique à l'oeuvre en europe est une absurdité économique qui nous mène à la ruine.
Ce sont pourtant des concepts macro-économique assez simple, auxquels même pas mal de libéraux souscrivent.
a écrit le 22/07/2014 à 15:09 :
Hollande, ses fonctionnaires, ses subventionnés, ses assistés, ne pourront imposer leur veulerie et leurs mensonges aux Allemands. La défaite socialiste est totale. Le système français sera écrasé. Bonne nouvelle !!!!
Réponse de le 22/07/2014 à 16:40 :
La défaite socialiste ? Non mais vous avez un sacré toupet de dire ça, après la gabegie des années UMP ! Les plus gros effort de remise au pas des comptes publics est actuel. Veuillez réviser votre jugement et vos considérations économique avec plus de parcimonie et moins de haine du socialo bas du front.
Réponse de le 22/07/2014 à 17:49 :
collaboS!!!
Réponse de le 22/07/2014 à 20:07 :
Je vous trouve extrêmement sévère avec l'UMP. La présidence Sarkozy n'a généré que 600 milliards de dette de plus pour la France et le parti respire l'aisance financière au point qu'ils n'ont pas besoin de regarder à la dépense (voyage d'avion, salaires des collaborateurs, téléphone....). Jaloux!!!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :