L'Allemagne a réussi "quelque chose de décisif en France : regagner la confiance" (Schäuble)

 |   |  730  mots
Avec ses baisses de charges et d'impôts, le pacte de responsabilité est le bon chemin et il crée une nouvelle confiance. Le climat devient meilleur en France, estime Wolfgang Schäuble.
"Avec ses baisses de charges et d'impôts, le pacte de responsabilité est le bon chemin et il crée une nouvelle confiance. Le climat devient meilleur en France", estime Wolfgang Schäuble. (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le ministre des Finances allemand, dans une interview croisée avec son homologue français Michel Sapin, insiste sur la nécessité, en France comme dans l'Union européenne, de relancer les investissements privés. Il émet une mise en garde sur des risques de bulle spéculative sur le marché immobilier.

"Qu'a fait l'Allemagne mieux que les autres?"  À la flatteuse question posée par les quotidiens économiques Les Échos et Handelsblatt, le ministre des Finances allemand, Wolfgang Schäuble, répond au premier abord avec modestie: "(...) Nous avons aussi eu un peu de chance". Pour ajouter toutefois immédiatement:

"Et puis, nous avons réussi quelque chose qui est maintenant décisif en France. Nous avons regagné la confiance".

Le principal en matière d'économie, c'est la psychologie

Interrogé  dans le cadre d'une interview croisée avec Michel Sapin publiée lundi par les deux quotidiens économiques d'une rive et de l'autre du Rhin, Wolfgang Schäuble explique: "Le principal en matière d'économie, c'est la psychologie". Il rassure néanmoins son homologue français:

"Avec ses baisses de charges et d'impôts, le pacte de responsabilité est le bon chemin et il crée une nouvelle confiance. Le climat devient meilleur en France et quand le climat est meilleur, les investissements et la demande privée augmentent".

>>LIRE: Pacte de responsabilité : que peuvent espérer les entreprises ?

"Nous avons besoin de plus d'investissements privés"

Ces deux facteurs, "confiance" et "investissements", selon le ministre des Finances allemand sont non seulement essentiels en France: ils devraient aussi être au centre de la politique économique européenne. Il précise:

"Nous ne devons pas tout de suite assimiler investissements à investissements publics. Nous avons besoin de plus d'investissements privés. Nous pouvons financer les infrastructures beaucoup plus par ce biais. Nous travaillons sur ce sujet en Europe. Il y a tellement de moyens en Europe qui n'ont pas été utilisés ces dernières années. Ce n'est pas par manque d'argent que nous avons trop peu d'investissements".

Sapin veut encourager le privé sans réduire le public

De son côté, Michel Sapin tempère ces propos. Sur les colonnes des Échos et de Handelsblatt, le ministre socialiste français s'empresse de préciser:

"Ce qui est crucial en France et en Europe, c'est l'investissement, public et privé. En France, nous prenons garde à ne pas réduire l'investissement public et à encourager l'investissement privé, nous réduisons en revanche les dépenses de fonctionnement de l'Etat".

Pour Michel Sapin, c'est surtout ce "sérieux budgétaire" que nécessite la croissance (en outre que "des mesures de structure favorables" et "des programmes d'investissement"). Un chantier qui s'imposerait à la France même "si elle était toute seule", mais dans lequel l'Allemagne est sans doute un modèle:

"Le jour ou je présenterai un budget à l'équilibre comme Wolfgang, j'apporterai quatre caisse de champagne!", plaisante-t-il.

En affirmant espérer "trouver avec les autres (Etats membres de l'UE: ndlr) le bon timing" pour concilier rigueur et croissance, il souligne:

"Nous n'en sommes pas encore là mais nous faisons des économies absolument drastiques (...)".

Le Pacte de stabilité: à appliquer plutôt qu'à interpréter

Selon les deux ministres, cependant, il n'ya a pas besoin d'une nouvelle interprétation du Pacte de stabilité et de croissance pour parvenir aux objectifs qu'ils se fixent.

"Le débat sur une nouvelle interprétation n'aide pas à surmonter la crise de confiance qui est apparemment là", souligne Schäuble.

"Le mot interprétation est dangereux et peut donner lieu lui-même à interprétations, selon Sapin.

Il s'agit plutôt d'appliquer les règles déjà existantes, s'accordent-ils. Et donc "de raisonner au-delà des questions de personne", de la crainte "très subjective" - selon les termes de Miochel Sapin - exprimée des deux côtes du Rhin quant à l'identité du futur commissaire européen censé appliquer le Pacte de stabilité.

"Ces décisions ont une portée symbolique et on doit avoir cela en tête", insiste Wolfgang Schäuble.

"Des signes de bulle spéculative"

Enfin, ce dernier interrogé sur les effets sur l'économie réelle de la politique monétaire menée par la Banque centrale européenne, affirme que:

"Nous devons réussir les réformes structurelles menées avec détermination et ensuite la confiance reviendra. (...) Nous n'avons pas trop peu de liquidités."

Plus spécifiquement, sur le marché immobilier, qui aux yeux de  Michel Sapin nécessite d'importants investissements, Le ministre allemand des Finances dit observer "des signes de bulle spéculative", et pas seulement en Allemagne. 

>>LIRE: Berlin fixe ses conditions à la nomination de Pierre Moscovici à Bruxelles

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/08/2014 à 17:44 :
J'espère que ce Monsieur ne place pas sa confiance au niveau de nos SYNDICATS à la gomme car là il se plante complètement dans ses réflexions .
a écrit le 22/07/2014 à 17:54 :
L’Europe vous êtes en train de la détruire avec votre austérité en période de crise,alors ne venait pas donner des leçons.Et vous le faites de manière ,à affaiblir les autres pays, alors votre professeur nimbus,le peuple français n'accepte pas son arrogance germanique!
Réponse de le 19/10/2014 à 13:22 :
Et de quel droit vous vous exprimez au nom du peuple francais? C est votre avis et il n'engage que vous.
a écrit le 22/07/2014 à 13:39 :
"Wolfgang Schäuble explique: "Le principal en matière d'économie, c'est la psychologie"." : ben non, le principal en matière d'économie, c'est l'argent, et entre-autres le pouvoir d'achat (réel, pas celui calculé par les économistes !). Le Pacte de Responsabilité, on n'en a rien à f... tant que c'est des mots. Quand il sera devenu réalité, il y aura peut-être des effets concrets, peut-être que le pouvoir d'achat augmentera et peut-être alors que la confiance reviendra ! Bref, encore un politique qui met la charrue (virtuelle ?) devant les bœufs.
a écrit le 22/07/2014 à 7:56 :
Arrêtons d'acheter des produits allemands : adidas, allianz, braun, haribo, fa douche, henkel, senseo, etc. C est servir d'engrais a la prospérité allemande.
Réponse de le 22/07/2014 à 9:17 :
Drôlement intelligent comme analyse!
Réponse de le 22/07/2014 à 10:53 :
+ 1000000000 !
Réponse de le 04/09/2014 à 17:47 :
C'est déjà en cours: au boulot, quand on a un besoin, on regarde les fournisseurs. S'il est allemand, on cherche si on trouve un équivalent dans un autre pays. Si oui, on prend ce dernier.
a écrit le 22/07/2014 à 0:36 :
Il était un petit homme... cacahuettes aux singes sur scène, en effet, une petit divergence. C'est comme à la volette... pour les marchés de la volaille, genre agent triple x en poulet! Reste la relance par les hihihuettes ou les hihanneries! On applaudit bien fort en chanson!
a écrit le 21/07/2014 à 22:45 :
Objet: Organisation,0 Europeene potentiel,0 Economic,0 perspective previsionels Objectifs pour chemin,0 de parcourt,0 sectoriel vectoriel marge de mouvements optic,0 discernement plus que réactif circonstantiel et déjà anticipation,0 comportementale politic,0 program,0 a +\- long termes projections aboutissement évolutif d'actualisations au grès des besoins

PerlAnote,0 public,0 et/ou privé,0 pour insertion,0 Societale type infrastructure sectoriel Intelligente Organisation,0 jusqu'à tolérances marges des manœuvres acces ponctions des volumes financiers sur des entreprises déjà existantes dans les secteurs d'activités dites responsabilités et infrastructures secteurs conséquences dans le dit domaines infrastructures en et entre public,0 privé,0 assimilations des conséquences des recettes financières du secteur,0 entreprises existantes et compétitivité consequentiel assouplissement des ponctions du secteur infrastructure et modèle pour ceux concerner par les compétitivités résultantes de ces nouvelles désertes infrastructures mettant au grand jours certaines Evolutions de compétitivité perspectives consequentiel idéologique intelligente Organisation,0 des installations des entreprises aux secteurs existant conserner et support Preambulatif informatif et descissionaire possible en mairie tribunal et chambre métier commerces en conséquences des couts des chiffres d'affaires existants des bonnes intentions des entreprises favorisable au grès des conséquences des ponctions de volumes financiers a venir de recette par compétitivité survenu suite au réaménagement sectoriel du au nouvel infrastructures plusieurs outils d'Interventions type obligations de qualités de services de produits par des prix bridant la compétitivité conditionnel des entreprises a venir dans l'objectifs des couts complémentaire d' infrastructures amortissements et circulations rentabilisante par ces Evolutions de désertes et réseaux des distributions jusqu'au clients services acquisitions paliativement Intelligente,0 Concurences Insertions modulable acces régulations complémentaire outil fiscal localisations origines souche des recettes reversements finaux tenant compte des balances Economic,0 nati,o régi,o Mondi,o pour proportionalite fiscal consequentiel au besoins des recettes d' état pris en compte par plan geolocalisable des secteurs géographique attractif conciliations fiscale et rapports complémentaire intarissable régionales réorganisations Intelligent Calculs perspectives calques Economic,0 objectif,0 évolutifs résultats vers descissions prononçable circonscriptif envisageable perspectives discernement des supports prise en comptes pour les dites Evolutions résultats devant probable réaménagement interets des régions situations programmable sur schéma nouvelles infrastructures perspectives outils gestions régi,o National pour une insertion,0 intelligente,0 Anticipation,0 comportemental rapports corespondances parallèle sector Aplication,0 industrialisation partiel technologies résultats des meilleurs Evolutions modèle,0 potentiel des reports type comme exemple bagage mémoires outils acces et optionnel en palette des hypoteses discernements des besoins par les capacités d' être ce qui n'est pas encore circonscriptible des besoins et determinaisons apologic,0 formation,0 apparition,0 de ce qui est invisible sans L'1NTELLIGENCE,0 un jour du souvenir de 7 ans de mariage comme a chaque Cycle,0 de L'Humanite,0 etc, etc, etc a notre Amour Perl'Arcange,0 L'<O>.<O>
Réponse de le 11/08/2014 à 12:11 :
Vous pouvez faire le même commentaire en français primaire ? Merci !
a écrit le 21/07/2014 à 22:13 :
C'est quand vous voulez, Mr Schauble, voyez les sondages.
a écrit le 21/07/2014 à 19:34 :
la confiance ca se cree avec des mesures incitatives, pas avec l'apologie de la fenenatise et de l'assistant ' paye par personne'... la difference entre les allemands et les francais est la ( expliquer en toute confiance a des sales investisseurs qu'ils n'ont qu'(a perdre leur argent gratuitement sans rentabilite, c'est un peu limite)
Réponse de le 21/07/2014 à 21:26 :
N'importe quoi! Propos démesurés: "l'apologie de la fenenatise et de l'assistant" indique bien votre idéologie. C'est à cause de tels extrémismes que le dialogue est impossible (et éviter les banalités du style "vous êtes un socialiste": je n'en suis pas un, largement pas, mais par contre, je ne supporte pas les discours réducteurs, simplistes et finalement faux).
"perdre leur argent gratuitement sans rentabilite" Encore de la démesure! Peut-être vous faudrait-il méditer sur le fait qu'un taux de rentabilité attendu de 10% (sociétés côtés et partenaires notamment) est anormalement haut et tue l'économie réelle?
a écrit le 21/07/2014 à 17:58 :
Nous, nous constatons bien autre chose ! ne pas nous faire prendre des vessies pour des lanternes, ça NE MARCHE PLUS!!!!
Réponse de le 22/07/2014 à 6:55 :
Votre constat ne veut malheureusement pas dire grand chose. Un arbre ne grandit pas en un jour. 2 ans en économie, c'est rien. A force d'être pressé, nous ne faisons depuis 40 ans que de prendre des mesures et des contre mesures. Résultat , rien ne progresse. Il faut laisser le temps et juger à la fin du mandat
Réponse de le 22/07/2014 à 10:56 :
à la fin du mandat???parce que vraiment vous croyez d'ici là, à une amélioration notoire? on refilera les patates à d'autres, et ainsi de suite ! en attendant, on se sera bien sucré", au passage, car il n'y a que CA ! qui les interessent !
a écrit le 21/07/2014 à 17:56 :
"Le jour ou je présenterai un budget à l'équilibre comme Wolfgang, j'apporterai quatre caisse de champagne!", plaisante-t-il.

Autant dire qu'il ne trinquera pas avant longtemps, en revanche les Français vont trinquer avec la politique stupide de ce gouvernement. Le jour où ils auront le courage de s'attaquer aux vrais problèmes de ce pays, on en reparlera ...
a écrit le 21/07/2014 à 16:57 :
Vous meprisez votre lectorat......votre titre ne veut rien dire.....celui qui a ecrit cela devrait doit etre sab0nctionne
a écrit le 21/07/2014 à 16:47 :
Je reste ébahi par l'absence de vue géopolitique de nos dirigeants depuis presque 20 ans.
Il faut savoir que l'allemagne -historiquement la prusse- cherche à maitriser l'espace européen.
Après 150 ans d'efforts infructueux suivant une approche coercitive, les germains ont changé de tactiques après s'être réunifié: l'approche monétaire : la punition est pire que les 20 millions de marks par jour exigés il y a un soixantaine d'années ... et nos dirigeants courbent l'échine d'une façon plus pitoyable encore que Pétain et sa clique de loosers !
Et que vive la GB qui sait garder son indépendance face au montre teuton ! God save the Queen !
a écrit le 21/07/2014 à 16:19 :
Il faut que les gouvernants de la bande à HOLLANDE pensent à créer une taxe ou un impot sur la CONFIANCE au cas ou elle reviendrait. Et bien sur elle sera destiné uniquement aux politiciens qui ne nous donnent que des problèmes et nous prélèvent notre argent
a écrit le 21/07/2014 à 14:11 :
L'Allemagne a tout simplement mis un frein très violent à l'idée d'Union Européenne. La notion même d'Union leur est aujourd'hui étrangère. L'Allemagne a ainsi refait émerger le réflexe délétère qui consiste à expliquer qu'il est hors de question de payer pour les autres: or, justement, l'UE servait à faire en sorte que les pays à l'intérieur de l'UE ne soient pas "les autres". Il ne viendrait à l'idée de personne en France par exemple de raisonner de cette manière en ce qui concerne les régions (même chose pour les Länder en Allemagne). L'Allemagne a ainsi conduit l'UE sur la pente du repli sur soi nationaliste. Pour que l'UE fonctionne, deux pays ne pouvaient pas donner cette image: la France et l'Allemagne. Ce dernier pays en a décidé autrement: il ne restera qu'un champ de ruines où cette fameuse confiance européenne va tarder à se retrouver. Cette crise a montré qu'au premier coup de vent violent, l'UE se pouvait que partir en loques. Nous n'avançons donc pas: nous n'avons largement pas appris de nos histoires communes et continuons nos guerres fraternelles (même si elles sont plus larvées et moins visibles). Triste constat...
Réponse de le 21/07/2014 à 15:19 :
En Allemagne les querelles budgétaires entre Länder sont omniprésentes.
Et au niveau européen, il me semble que la France rechigne au mois autant sinon plus que l'Allemagne à payer pour ses voisins.
Réponse de le 21/07/2014 à 19:37 :
vous ne connaissez pas les allemands, et vos lecons de morales culpabilisatrices, ca ne marche que chez les socialistes francais.... les allemands vont payer lourd pour les espagnols, portugais, et autres, qui font de gros efforts... certainement pas pour les francais qui se votent ' la retraite a 50 ans pour tous financee par personne via eurobonds'............ si vous ne comprenez pas, envoyez moi les coordonnes de votre carte bleue, ca viendra vite !
Réponse de le 21/07/2014 à 21:17 :
1) Je connais très bien les Allemands justement. 2) il ne s'agit pas de morale culpabilisatrice: c'est l'Allemagne qui avec une doctrine moralisatrice du style "celui qui faute doit payer coûte que coûte" a confondu économie et leçon de morale. 3) Si vous ne comprenez ce qu signifie faire une union, je ne peux rien pour vous.
"les allemands vont payer lourd pour les espagnols, portugais, et autres, qui font de gros efforts" Comme beaucoup d'autres pays...
L'Allemagne a une vison uniquement germano-centrée de l'économie depuis quelques temps. Le problème est que ce pays a subi une histoire socio-économique terrible qu'elle érige comme l'alpha et l'oméga de tout principe économique; de plus, elle a accepté des sacrifices inacceptables (notamment avec les lois Hartz) qui n'ont conduit qu'à un appauvrissement de l'allemand moyen (et là je sais de quoi je parle). A ce stade, et c'est un biais cognitif bien connu, les allemands ne peuvent faire marche arrière: au vu du coût accepté, un retour sur ces doctrines économiques inefficientes seraient un aveu flagrant d'un aveuglement et de sacrifices inutiles; Dès lors, seule la fuite en avant est possible même si l'UE doit en payer le prix...
a écrit le 21/07/2014 à 14:08 :
Tiens! première nouvelle ! il y en a qui prennent leurs volontés pour des réalités.....
a écrit le 21/07/2014 à 13:19 :
Moi pas avoir confiance Allemagne
a écrit le 21/07/2014 à 13:17 :
il suffit de ne plus faire d'enfants comme en Allemagne et après il n'y a plus de chomeurs.
a écrit le 21/07/2014 à 13:04 :
Tu parles trop j'entends du soir au matin les mêmes mots toujours le même refrain et bla bla bla bla bla. M'en fous de ce que tu dis, m'en fous je constate point.
a écrit le 21/07/2014 à 13:03 :
Quand sur la moindre rentrée d'argent vient se greffer de la csg, investir en France n'a pas le moindre intérêt.
Les pays qui marchent le mieux sont ceux ou on paye le moins d'impôts de ce type.
Réponse de le 21/07/2014 à 15:14 :
Comme aux USA ? Un économie florissante n'est-ce pas...
a écrit le 21/07/2014 à 12:51 :
Encore et toujours la méthode Coué."Oyez citoyen , dormez tranquilles, tout va bien , on s'en occupe"!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :