Bruxelles milite pour une hausse des salaires en Allemagne

 |   |  398  mots
Les salaires évoluent moins vite que la productivité en Allemagne.
Les salaires évoluent moins vite que la productivité en Allemagne. (Crédits : reuters.com)
Pour tirer l’Europe vers le haut, la commission européenne juge indispensable une hausse des salaires en Allemagne.

Bruxelles estime "indispensable" une hausse des salaires en Allemagne, pour que le pays puisse aider ses voisins européens à la traîne, a expliqué samedi le commissaire européen en charge de l'Emploi, Laszlo Andor.

"Il serait très important que l'Allemagne intensifie les investissements publics, stimule la demande et réduise ses excédents commerciaux excessifs, qui font du tort à ses voisins européens. Pour cela, un changement sur la politique des salaires est indispensable, du point de vue de la commission", a expliqué le Hongrois, chargé de l'Emploi et des Affaires sociales à Bruxelles, dans une interview accordée au quotidien allemand Die Welt, à paraître dimanche.

La croissance des salaires est plus faible que celle de la productivité

"La croissance des salaires est restée fortement derrière l'évolution de la productivité" depuis plus de 10 ans en Allemagne, critique le commissaire européen dans les colonnes du journal conservateur. "Ce serait mieux, si les salaires augmentaient de concert avec la productivité", a-t-il ajouté.

Le débat sur une hausse des salaires a récemment été ravivé en Allemagne. Le patron de la Bundesbank, Jens Weidmann, a notamment estimé que les salaires avaient une marge de progression de 3% dans un pays où, par endroits "nous sommes quasiment en situation de plein emploi".

En effet, l'Allemagne a vécu des années de retenue salariale, un facteur déterminant dans la compétitivité de ses entreprises.

Corriger le différentiel de compétitivité

Dans une zone euro toujours en plein marasme économique, l'idée a fait son chemin chez certains européens qu'un coup de pouce aux salaires allemands profiterait à tous, en corrigeant le différentiel de compétitivité et en stimulant le pouvoir d'achat des foyers du plus grand marché de la zone.

La France est coutumière d'appels du pied en ce sens. La rhétorique a aussi ses partisans en Allemagne, par exemple chez les sociaux-démocrates, initiateurs de la loi sur le salaire minimum, qui doit entrer en vigueur au 1er janvier 2015.

Mais le coup de mou de l'économie allemande au deuxième trimestre jette un voile sur ces tentations de hausse de salaire. La croissance du pays accuse un recul de 0,2% entre avril et juin. Dans ce contexte, le patronat allemand a déjà prévenu que les négociations salariales sectorielles prévues dans les prochains mois "vont être difficiles".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/08/2014 à 16:23 :
Bonne idée,mais c'est bien sur et la compétitivité des entreprises allemandes on s’assoit dessus face au autres pays de la zone qui tirent les salaires vers le bas ex: Grèce Espagne,Portugal.Bonne nouvelle on n'est pas à l'abri de voir des entreprises allemandes franchir le Rhin.Willkommen Deuschland.
a écrit le 18/08/2014 à 15:30 :
Une hausse des salaires, c'est plus d'achats de produits asiatiques! Ce qui est possible pour l'Allemagne, sa balance commerciale étant largement excédentaire, ne l'est pas pour la France où les biens et services sont loin d'être compétitif!
a écrit le 18/08/2014 à 11:41 :
Vous n'y êtes pas du tout, votre fascination pour l'allemagne vous aveugle et votre parabole footbalistique est nulle. Remplacez là par Ben Zema qui dit à Ronaldo qu'il joue perso, et qu'une meilleure entente permettrait de marquer beaucoup plus de buts!
a écrit le 18/08/2014 à 8:54 :
Bruxelles ferait mieux de réduire le nombre de fonctionnaire!!!
trop d'improductif en Europe
a écrit le 18/08/2014 à 8:18 :
Même si les Allemands augmentaient leurs salaires, achèteraient-ils plus de produits français? Bruxelles, ce sont des fonctionnaires qui ont peur pour leur rente, qui ont peur de l'explosion de l'Europe. Ils ne cherchent pas le bien des peuples mais à protéger les structures qui les entretiennent. Ils préfèrent une Europe pauvre et unie que prospère et désunie. Un fonctionnaire reste un fonctionnaire.
a écrit le 17/08/2014 à 19:17 :
C'est la blague du jour.
Bruxelles ferait mieux de s'occuper des pays qui ne sont pas dans les clous. Bruxelles devrait plutôt négocier les traités eco trans-Europe (Corée, Japon, USA, Inde,...).
Pauvre de nous. Et encore, Mosco est pas encore nommé...
a écrit le 17/08/2014 à 12:46 :
C'est là, vraiment, que l'on se rend compte qu'ils n'ont rien compris au capitalisme, cette commission. Et dire qu'ils prennent des décisions économiques...
a écrit le 17/08/2014 à 11:57 :
que l Europe explose , de cette Europe j en veux pas , son l Europe la France peux sont sortir, ceux qui vous dise le contraire , ce sont des menteur et ils ont que des argument Qui ne tienne pas la route
Réponse de le 17/08/2014 à 14:02 :
Et tu es content de ton commentaire ?
Réponse de le 17/08/2014 à 18:33 :
@HIHI et oui tellement hihi le commentaire, sans aucun argument en dehors peut-être de ceux lancer par le FN ou le FDG nos deux jumeaux du ridicule populisme.
a écrit le 17/08/2014 à 11:37 :
les allemands pendant 10 ans ont fait stagner et de baisser leurs salaires pour détruire les industries des autres pays de la zone euro. ON SORT DE L EURO ET ON DEVALUE;
a écrit le 17/08/2014 à 11:30 :
nous sommes en école primaire en France où il ne faut plus noter pour faire plaisir AUX CANRES; Encourager le travail n'est pas d'actualité chez nos "socialos". la nomination de moscovisi va sans doute le confirmer
Réponse de le 17/08/2014 à 19:21 :
Oui ça fait penser a cela.
Le pire est que étant donner que l'Allemagne ne fait plus appel aux marchés pour s'endetter (budget à l'équilibre), la France profite d'un taux bas.
Si l'Allemagne relance des crédits, la dette française sera black deal. Et ça coûtera encore plus chère de faire les réformes.
Réponse de le 17/08/2014 à 20:12 :
L Allemagne n'est pas le 1er de la classe mais la terreur de la classe qui demolit ses camarades.
Réponse de le 17/08/2014 à 20:16 :
Les fameuses "réformes"
a écrit le 17/08/2014 à 10:29 :
Bruxelles "milite"...comme les adhérents d' un syndicat? J'y croirais lorsque ces messieurs de Bruxelles défileront porte de Brandebourg en Allemagne , avec des pancartes pour demander une hausse des salaires.
a écrit le 17/08/2014 à 10:27 :
Quelle est la technocratie la plus incompétente et irresponsable, la notre ou celle de Bruxelles?
Réponse de le 17/08/2014 à 15:48 :
Si on te le demande, tu dis que tu sais pas.
a écrit le 17/08/2014 à 10:23 :
Tu parles d'une Europe unie toi. Il faut vite quitter ce panier de crabes qu'est l'Europe, encore une preuve.
a écrit le 17/08/2014 à 10:16 :
L'économie Allemande ne va pas si bien que ça, les Allemands ne sont pas prêts d'augmenter les salaires. Ceci dit, les "mauvais" chiffres qu'ils annoncent tombent à point nommé...Sans être parano, on peut aussi penser raisonnablement que les chiffres peuvent être "arrangés".... Notre Insee d'ailleurs ne s'en prive pas.
Réponse de le 17/08/2014 à 13:58 :
l'Allemagne ne va pas bien depuis la crise de l'euro , elle produit de l'excedent du a la crise chez les autres , nuance donc , mais aussi si la crise arrive en allemagne , ils continueront le plan hartz4 qui a consisté a laisser des milliers de gens dans la précarité absolue et donc de laisser progresser la pauvreté a 14% actuellement et qui va encore monter en flèche , donc les petites entreprises ne veulent pas d'un salaire minimum ni de hausse du cout salarial , pour les grosses marques a l'export c'est autre chose et le poids des petits et plus important que des gros chez les allemands , le contraire en france .. ceci explique cela aussi .. malheur aux pauvres et faibles salaires ..
a écrit le 17/08/2014 à 8:36 :
Quelle différence entre exiger et militer.? : Pareil qu' entre une loi et une charte . Comprenne qui voudra !
a écrit le 17/08/2014 à 5:46 :
Moi, je milite pour le bonheur de ma famille; vivre en dehors de l'europe... et ça nous va tellement bien!
a écrit le 17/08/2014 à 0:12 :
La Grèce a fortement augmenté les salaires après son entrée dans l'euro pour avoir un maximum de gens pouvant s'acheter des grosses voitures allemandes.Ça lui a réussi. Non? A un moment donné on ne s'est plus quoi faire comme bêtise pour préserver l'euro à tout prix.
a écrit le 16/08/2014 à 21:40 :
"Bruxelles" , disons l'UE, annonçant principalement des âneries , cela prouve juste qu'il ne faut surtout pas augmenter les salaires.
l'UE , cette boussole qui indique le Sud !!
a écrit le 16/08/2014 à 20:54 :
En Allemagne comme ailleurs, si la main-d'oeuvre est moins chère en Chine, au Bengladesh ou en Ethiopie, on fabrique là-bas :-)
Réponse de le 16/08/2014 à 21:50 :
Le salaire minimal en Chine est maintenant supérieur à beaucoup de régions de la Zone Euro... Te dire.
a écrit le 16/08/2014 à 20:46 :
Et en France, on sent le gaz ?
a écrit le 16/08/2014 à 20:17 :
Ce sera un critère facilitant, mais cela n'empêche pas les nombreuses réformes à faire en France...
Réponse de le 16/08/2014 à 21:31 :
Quelles réformes ?
Réponse de le 17/08/2014 à 10:27 :
La première réforme c'est de baisser ton salaire si toutefois tu bosses, bonne idée n'est ce pas.
a écrit le 16/08/2014 à 20:17 :
Ce sera un critère facilitant, mais cela n'empêche pas les nombreuses réformes à faire en France...
a écrit le 16/08/2014 à 19:03 :
Objectif diametralement oppose a la france un a la philosophie du travail pour tous l'autre du mariage pour tous .
Réponse de le 17/08/2014 à 10:06 :
@Trinity
La philosophie du travail c'est quoi pour vous? L'esclavage c'est du travail pour tous. Quel lien avec le mariage pour tous? La liberté c'est pour tous.
a écrit le 16/08/2014 à 19:02 :
Soit : ils ont loupé le 1er avril et essaient de se rattraper, soit, ils anticipent le 1er avril prochain, les commissionnaires...
a écrit le 16/08/2014 à 18:48 :
De quoi je me mêle
Réponse de le 16/08/2014 à 18:59 :
dispositif européen "Six-pack" qui s'impose aux membres de l'UE.
a écrit le 16/08/2014 à 18:33 :
On suggére, on fait tout pour l'Allemagne ( le pognon)... le jour où quelqu'un dira la même chose pour la France, peut-être dans un siècle..
a écrit le 16/08/2014 à 18:20 :
Cela ne concerne pas la Commission. Laissons les entreprises et leurs employés (bien représentés par les syndicats) de s'occuper des salaires.
Réponse de le 17/08/2014 à 0:56 :
Olala, enfin qq qui comprend (sans aucune ironie) !

Les salaires, c'est l'affaire privée entre employeur, employé et les syndicats. La politique - surtout en Allemagne - n'y a aucun mot as dire. Heureusement. Sinon, j'aurais peur de vivre dans un état communiste ou fachiste.
Réponse de le 17/08/2014 à 18:59 :
plus de la moitié des salariés en Allemagne ne dépende plus d'aucune convention collective... donc pas de syndicats, représentant du personnel...
a écrit le 16/08/2014 à 17:18 :
la race supérieure n'en a que faire des recommandations de Bruxelles.
Réponse de le 17/08/2014 à 11:23 :
J'espère que vous vous sentez mieux après avoir écrit ça, sinon ça ne valait vraiment pas le coup.
a écrit le 16/08/2014 à 17:02 :
Ils ont du culot. J'imagine le courroux vengeur de la chancelière, rouge de colère, faisant entendre sa voie depuis les sommets du mont Berlin : "Comment osez vous vous adresser à nous autres, vous, les inférieurs, les nuisibles !"
Réponse de le 16/08/2014 à 17:37 :
cvous connaissez l'adage "aide toi et le ciel t'aidera"? susurrez le à hollande afin qu'il essaye de comprendre que les efforts ont été faits de ce côte du Rhin et que lui n'en fait aucun excepté pomper d'impôts, taxe et autres, le petit peuple de France pour des résultats TOUS négatifs. Alors NEIN, Ich will nicht.
Réponse de le 16/08/2014 à 20:23 :
La manière actuelle de faire de l'Allemagne ne pourra pas durer. Ceci étant si l'Allemagne est dans cette situation c'est d'abord parce que la France n'a pas fait les réformes nécessaires depuis plusieurs dizaines d'années. Quel autre choix que de faire cavalier seul quand son principal partenaire refuse toute evolution. Donc la priorité est de s' occuper de nos fesses et de nos comptes publics au lieu d'accuser les autres. Nous aurons d'autant plus de poids pour faire passer nos idées.
Réponse de le 16/08/2014 à 21:51 :
nous sommes le point faible de l'Allemagne.
quand on mise son succès sur l'export et que les clients à l'export sont en faillite ... forcément ça va beaucoup moins bien :-)
Réponse de le 17/08/2014 à 17:45 :
Merkel énervée ? Bein non : rien a foutre de ce que ces petits fonctionnaires étrangers déblatèrent...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :