Madrid et Berlin renforcent leur alliance en faveur de l'austérité

La rencontre entre Angela Merkel et Mariano Rajoy a resserré les liens entre les deux pays autour de la défense de la politique d'austérité. Madrid y a gagné la direction future de l'Eurogroupe.

3 mn

Luis de Guindos, ministre de l'économie espagnol et futur patron de l'Eurogroupe
Luis de Guindos, ministre de l'économie espagnol et futur patron de l'Eurogroupe (Crédits : Reuters)

Entre Berlin et Madrid, l'entente n'a jamais été aussi parfaite. La rencontre de ce lundi entre Angela Merkel et Mariano Rajoy à Saint-Jacques-de-Compostelle s'est déroulée dans une ambiance des plus joyeuses et dans une entente parfaite sur la nécessité de poursuivre et de soutenir les politiques d'austérité en Europe.

Défense de l'austérité

Angela Merkel s'est même voulue lyrique en promettant de ne « jamais oublier de toute sa vie » son séjour dans la cité apostolique, patrie du président du gouvernement espagnol. Il est vrai qu'elle a des raisons de se réjouir car la chancelière a pu compter sur un soutien sans faille et enthousiaste de Mariano Rajoy. « Il faut poursuivre la politique de consolidation budgétaire, il faut faire plus de réformes structurelles », a-t-il martelé. Et Angela Merkel de se réjouir : « je partage l'opinion de Mariano Rajoy sur la consolidation budgétaire et les réformes structurelles. » Bref, l'accord est parfait.

Une récompense pour Madrid

Comme jadis on scellait une alliance par un mariage princier, l'Allemagne a récompensé l'Espagne de sa fidélité par l'obtention d'un poste européen. Le ministre des Finances du gouvernement espagnol Luis de Guindos a ainsi obtenu le soutien d'Angela Merkel pour sa nomination à la tête de l'Eurogroupe. C'est un poste important, car l'Eurogroupe, qui regroupe les 18 ministres des Finances de la zone euro, est décisionnaire dans la plupart des dossiers économiques concrets, notamment le suivi des aides aux pays ayant réclamé le soutien du MES.

Continuité dans l'Eurogroupe

Ce poste-clé avait, après le départ de Jean-Claude Juncker en 2012, fait l'objet d'une lutte entre Paris et Berlin, mais Angela Merkel avait réussi à imposer le travailliste néerlandais Jeroen Dijsselbloem. Ce dernier a plus d'un point commun avec Luis de Guindos. Comme lui, il a défendu et mis en œuvre dans son pays une politique d'austérité sévère et il est partisan d'une orthodoxie financière stricte. Nommer l'Espagnol à la tête de l'Eurogroupe assure donc une continuité qui complait à Berlin. Pour justifier son choix, Angela Merkel a indiqué que Luis de Guindos s'entendait très bien avec Wolfgang Schäuble, son propre ministre des Finances, ce qui est une condition sine qua non pour ce poste. Quoi qu'il en soit, le futur patron de l'Eurogroupe devra donc bien se souvenir de qui il tient son poste.

Une alliance essentielle pour Berlin

Pour Berlin, l'alliance avec Madrid est un pas stratégique essentiel. D'abord, parce que l'Espagne apparaît comme un des rares exemples de « succès » de l'austérité en Europe avec sa croissance au deuxième trimestre 2014 de 0,6 %. Mariano Rajoy et Angela Merkel n'ont eu de cesse ce lundi de se féliciter de ce chiffre. Sans évidemment évoquer le risque déflationniste qui menace le pays (l'inflation était de -0,3 % en juillet), ni le chômage encore à 24,5 % de la population active. Ensuite et surtout, parce que Berlin se cherche des alliés sûrs et puissants pour faire contrepoids aux critiques de la BCE et de plusieurs pays d'Europe contre l'austérité. S'il venait à l'idée à François Hollande de soutenir les demandes de flexibilité des calculs de déficits de Matteo Renzi, l'axe germano-espagnol ne sera pas de trop pour le contrer.

Cette journée « inoubliable » en Galice d'Angela Merkel est donc importante : c'est celle de la naissance d'un couple « germano-espagnol » de défense de l'austérité qui pourrait bientôt être plus important du point de vue allemand que le vieux et poussif couple franco-allemand.

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 33
à écrit le 27/08/2014 à 12:58
Signaler
il faudrait que les journalistes arrêtent de noyer le poisson et expliquent un peu mieux les vérités fondamentales (il n'y a pas d'économie gestion à l'école du journalisme ?) ce que les frondeurs et autres irresponsables appellent rigueur, ce n'est ...

à écrit le 27/08/2014 à 11:41
Signaler
Une preuve de plus de l isolement de la France sur l' échelle européenne On est encerclé par l'Allemagne avec l' Italie qui est partisane de l' austérité, Espagne, Pays Bas etc.... Notre pays est cuit, pas crédible.

à écrit le 27/08/2014 à 11:02
Signaler
l'allemagne est entrain de consolider au sud ce qu'elle a fait à l'est, à savoir un réservoir de main d'oeuvre industrielle pas cher.......... plutôt que de faire des enfants..... les allemands utilisent ceux des autres, comme des esclaves modern...

le 27/08/2014 à 11:19
Signaler
arrêtez de faire votre morale aux allemands, quand la france a colonisé et pillé toute l'afrique et continue encore, et quand la france a utilisé l'armée coloniale africaine pour se défendre contre les nazis, et ensuite a refusé de les payer et les r...

à écrit le 27/08/2014 à 10:07
Signaler
La France N'est Plus Du Tout Parmi Les Gagnants ;)))!!!!

à écrit le 27/08/2014 à 9:15
Signaler
bigre dans toutes entreprises quand un cadre est mauvais on se separe de lui . pour les politiques tout le contraire plus on est mauvais mieux c, est. Monsieur DE GUINDOS grand responsable chez LEHMANN vous connaissez la suite. Ministre des fin...

à écrit le 27/08/2014 à 8:56
Signaler
Encore des manigances germaniques qui rabaissent l'Europe. Vive l'union économique francophone!

à écrit le 27/08/2014 à 8:28
Signaler
Si la France avait perdu la guerre, elle serait aussi riche et prospère que l'Allemagne, plein emploi, croissance produits qui s'exportent, trains qui roulent sans grève etc... or on voit l'inverse avec cette politicaille cette kaste, c'est le déclin...

à écrit le 27/08/2014 à 8:27
Signaler
Il n'y a pas de miracle en matière économique, on ne donne pas encore une bouteille de vin à la personne ivre, or, c'est ce que la France pense être la bonne situation, lorsque l'on veut maigrir on ne mange pas le double de ce que l'on mange pour mai...

le 27/08/2014 à 9:02
Signaler
On attend toujours que l'Allemagne fasse de même. Avec 80 % de dette par rapport au pib allemand, merkel ferait mieux de se taire.

à écrit le 26/08/2014 à 16:55
Signaler
Aguilar de Campo en Espagne le 23 Août a dû célébrer les Allemands et la légion Condor pour leur aide aux franquistes. ( La manifestation était prévue, je ne sais si elle s'est tenue). Merkel a sûrement apprécié l'intention qu'on n'a pas dû manquer...

le 26/08/2014 à 18:52
Signaler
Quelle comparaison inique vous faites JB38 ! Decidement votre germanophobie et maintenant votre hispanofobie d'un autre temps fait partie de la somme de vos inepties débitées jour après jours sur ce forum !! Au passage vous oubliez de citer le soutie...

le 27/08/2014 à 5:28
Signaler
Héritier des collabos qui ont donné les pleins pouvoirs à Pétain, des médaillers de la francisque et des porteurs de valises, vous êtes très très mal placé pour donner des leçons ! Mais bon, comme tous vos pairs, vous osez tout et c'est à cela que l'...

le 27/08/2014 à 9:03
Signaler
Oui les réactionnaires s'unissent contre la liberté des peuples et l'égalité. Vieille histoire.

à écrit le 26/08/2014 à 16:44
Signaler
Madrid et Berlin. Franco et Hitler. L'écrasement des républicains par le premier, bien aidé par la "luftwaffe" du second. L'Espagne repaire de beaucoup d'anciens nazis reconvertis dans les affaires, mais pas dans les idées. Rigidité, austérité, rien ...

le 27/08/2014 à 6:33
Signaler
@ JB38 Pffff n'importe quoi ! Compare Merkel et Hitler, vous n'avez pas honte.

à écrit le 26/08/2014 à 15:12
Signaler
Quand je vois les chiffres du déficit public espagnol, je rigole que l on puisse voir ce pays comme partisan de l'austérité...

le 26/08/2014 à 19:02
Signaler
Et le déficit français depuis 40 ans il ne vous fait pas rigoler celui la ?

le 27/08/2014 à 9:04
Signaler
Et la dette allemande ? Je me marre...

à écrit le 26/08/2014 à 14:33
Signaler
Couple franco-espagnol comme moteur de l'EU. C'est a mourir de rire. Pour memoire le PSD precedent etait hollandaise, cela signifie que merkel a troque un allie Hollandais contre un espagnol. Personne ne s'y trompe sauf si le sujet c'est le French ba...

le 26/08/2014 à 18:57
Signaler
Il n'y a pas besoin de faire du french basing la France se ridiculise elle meme !!

à écrit le 26/08/2014 à 12:25
Signaler
la Rome antique a trouvé ses esclaves!!

à écrit le 26/08/2014 à 12:24
Signaler
Après des années en menant une politique presque anti-Italien on voit mal comment la France pourra-t-elle se rallier du côté des transalpins. Il nous reste les britanniques, quand-même. Ou les Portugais... les Grecs...

le 26/08/2014 à 20:52
Signaler
100% d'accord, il ne nous reste que les Britanniques. Et nos traditionnels alliés, les Américains.

le 27/08/2014 à 9:00
Signaler
C'est plutôt l'Allemagne qui est isole en ce moment et qui recherche désespérément des allies. Critique BCE, US, ...

à écrit le 26/08/2014 à 12:20
Signaler
Merkel, prépares tes troupes, la France ne veut pas coopérer, elle refuse ta supérieur raison raisonnable divine magnifique. Une invasion militaire s'impose. Les peuples inférieurs, composés de non ariens doivent payer (zut, j'en suis).

le 26/08/2014 à 19:00
Signaler
Comme les autres vous accusez les allemands de l'incurie francaise, c'est si facile plutot que de se remettre en question. La France a signé les accords européens qui nous empéchent de jouir de notre propre monnaie et de notre souveraineté, et mainte...

le 27/08/2014 à 9:07
Signaler
Vous renversez la perspective. C l'Allemagne qui accuse le monde entier de ne pas être comme elle. Pauvre de nous, nous ne pensons comme les Allemands.!...

à écrit le 26/08/2014 à 12:03
Signaler
Voilà ce qui tue l'EU, les "couples". l'EU est une structure qui ne fait pas ou plus rêver. Alliance de jadis qui menaient à la guerre, alliances civilisées au sein de l'EU pour comploter les uns contre les autres. Et si ceux qui prônent une autre EU...

le 26/08/2014 à 12:09
Signaler
Aucune autre Europe n'est possible. Ni à 2, ni à 28, ni à 92. Le système ne peut pas fonctionner car il faut l'accord de TOUS les pays pour chaque décision prise. Autant dire irréalisable.

le 26/08/2014 à 13:46
Signaler
Mais si une autre UE était possible, cela ferait bien longtemps qu'elle aurait déjà changé. Mais le But de l'UE n'a jamais était de rendre les peuples heureux. Juste permettre a de grands industriels et multinationales d'avoir accès a un marché él...

le 26/08/2014 à 15:04
Signaler
Ah bon ? je ne savais pas que tous les pays devaient se mettre d'accord. Ce que je vois, c'est plutôt des pays contraints d'avancer dans la même direction, suivant le cap imposé par l'Allemagne à l'Europe.

le 26/08/2014 à 19:04
Signaler
à anti-démo Faux la France a signé tous les accords qu'elle dénonce aujourd'hui sans vouloir tout de fois de sortir de l'Europe. Les responsables sont vos politiciens que vous élisez année aprés année. Les allemands n'y sont pour rien, ils s'en tienn...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.