Vagues de grève dans les transports en Allemagne

 |   |  480  mots
Après les avions de la Lufthansa hier, les trains ont cessé de circuler ce matin.
Après les avions de la Lufthansa hier, les trains ont cessé de circuler ce matin. (Crédits : reuters.com)
Les conducteurs de train ont débrayé ce samedi matin, au lendemain d'une grève des pilotes de la Lufthansa.

La grève des conducteurs de trains allemands a officiellement pris fin ce samedi matin à 9 heures, mais le trafic demeure très perturbé sur les réseaux régionaux de plusieurs grandes villes ainsi que sur le trafic de fret. Le syndicat des conducteurs, le GDL, avait décidé d'une « grève d'avertissement » (Warnstreik) de trois heures ce samedi matin de six à neuf heures.  Cette procédure est classique dans les conflits liés aux négociations salariales. Le GDL avait déjà invité avec succès ses adhérents à débrayer lundi de 18 à 21 heures. A chaque fois, ces arrêts de travail provoquent néanmoins une désorganisation plus générale du trafic et les perturbations durent pendant plusieurs heures après la reprise officielle du travail.

Conflits entre syndicats

Le GDL réclame une réduction de la semaine de travail à 37 heures pour les personnels ferroviaires et une augmentation de salaire de 5 %. Le cas du secteur du rail est très particulier en Allemagne, car c'est l'un des rares où les syndicats classiques issus de la puissante DBG (qui regroupe entre autres IG Metall dans l'industrie et Ver.di dans les services) n'est pas dominante. Le syndicat ferroviaire issu de la DGB, l'EVG est donc sous la pression de la GDL et, quoique traditionnellement plus modéré, relève aussi les enchères face au patronat. L'EVG réclame une hausse de salaire de 6 % tout en critiquant « l'extrémisme » de la GDL dans son recours régulier aux grèves. En tout cas, la GDL, qui a émergé grâce à son intransigeance dans le secteur annonce de nouvelles grèves. Il peut compter sur une forte mobilisation : entre 90 % et 95 % des conducteurs de trains ont suivi le mot d'ordre de grève ce samedi.

Grève des pilotes

A la Deutsche Bahn, principale entreprise du secteur, on critique cette surenchère syndicale, sans vraiment faire de proposition concrète sur les salaires. Ce conflit ferroviaire vient s'ajouter au conflit dans le secteur aérien. Vendredi 5 septembre, les pilotes de Lufthansa ont également cessé le travail de 17 à 23 heures, provocant l'annulation de 200 vols. Il s'agissait là aussi de la deuxième grève en sept jours. Cette fois, ce ne sont pas les salaires qui sont en cause, mais les conditions de départ des pilotes en préretraites. Jusqu'ici, les pilotes pouvaient partir en préretraite à partir de 55 ans, Lufthansa voudrait relever cet âge.

Demandes de la Bundesbank

De façon générale, ces conflits montrent que la gestion syndicale traditionnelle de la DGB est sous pression. Les salariés allemands commencent à demander des conditions de rémunération et de travail plus avantageuses, alors que la DGB reste dans une position de compromis avec le patronat. Le tout dans un contexte où même la Bundesbank réclame des hausses de salaires pour soutenir l'économie allemande...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/09/2014 à 0:23 :
pilotes et conducteurs de trains sont du fait de leurs licences iremplacables .De ce fait ils ont beau jeu en annoncant des grèves et profitent de leur monopole.
Heureusement ces grèves sont généralement très localisées et de courte durée.
Pour Lufthansa c est souvent le week end sur les lignes intérieures.
a écrit le 07/09/2014 à 12:03 :
Tiens ! Tiens! ils se réveillent ceux qui sont tant disciplinés? ...!
a écrit le 07/09/2014 à 4:02 :
Comme quoi l'Allemagne n'est pas le paradis qu'on nous décrit.
Réponse de le 07/09/2014 à 11:03 :
@mougeon: la nature humaine étant ce qu'elle est, les patrons allemands, comme les autres, sont d'accord pour que le contribuable s'appuie les pertes...sans partager les profits :-) et comme d'habitude, il faut se battre pour obtenir quoi que ce soit :-)
a écrit le 06/09/2014 à 21:40 :
la bundesbank veut une hausse de salaires pour soutenir l'économie?.. je rigole.. ils veulent juste créer de l'inflation pour contrer la déflation crée par draghi qui file du fric a taux presque zero. il n y a rien de gentil envers las salariés dans dans tout ca.
a écrit le 06/09/2014 à 19:45 :
encore un coup de Hollande !
a écrit le 06/09/2014 à 19:40 :
Il y a longtemps que je ne prends plus les trains allemands que je ne vole plus avec Lufthansa et que je ne roule plus BM il y en a marre de ces nantis privilégiés fonctionnaires arrogants toujours en greve
a écrit le 06/09/2014 à 11:22 :
je croyais qu'en Allemagne tout allait bien mais entre cette grèe, les minijobs et l'entrée en récession ...
Réponse de le 06/09/2014 à 11:31 :
Non. Soyez rassure! C est un pays appauvri, impérialiste, injuste et en aucun cas un modèle! Vive la France !
Réponse de le 06/09/2014 à 21:23 :
et très nationaliste!
Réponse de le 06/09/2014 à 21:23 :
et très nationaliste!
Réponse de le 07/09/2014 à 12:06 :
tu parles! les Allemands sont disciplinés, ils se couchent.....quand ils en auront vraiment marre, des emplois sous payés et, vous verrez qu'ils feront comme nous, les Français à la réputation "indisciplinée"! chacun son tour ! ils ne sont pas des SAINTS! et la chancelière, non plus.
Réponse de le 07/09/2014 à 14:36 :
"quand ils en auront vraiment marre, des emplois sous payés" : Ces emplois semblent surtout concerner les salariés de l'Europe de l'Est non?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :