Royaume-Uni : les salaires en hausse, le chômage au plus bas depuis 2008

 |   |  266  mots
Dans son dernier rapport trimestriel, la Banque d'Angleterre table sur une croissance de 2,9% en 2015.
Dans son dernier rapport trimestriel, la Banque d'Angleterre table sur une croissance de 2,9% en 2015. (Crédits : REUTERS/Darrin Zammit Lupi)
Le chômage a connu une baisse surprise en décembre, à 5,7% alors que les économistes l'attendaient stable à 5,8%. Les salaires ont augmenté de 2,1% sur un an.

L'activité poursuit sa reprise au Royaume-Uni. Le chômage a une nouvelle fois reculé sur les trois mois achevés fin décembre, s'affichant à 5,7%, contre 5,8% en novembre, a annoncé mercredi 18 février l'Office des statistiques nationales (ONS). Avec 1,86 million de chômeurs, le Royaume-Uni retrouve ainsi un niveau proche de celui de 2008, avant la crise financière.

Après la baisse de 0,2% enregistrée entre octobre et novembre, ce recul était inespéré : les économistes interrogés par Bloomberg s'attendaient à un chiffre stable. Sur la même période en 2013, le chômage atteignait 7,2%.

L'augmentation des salaires au-dessus de l'inflation

Le salaire des Britanniques (bonus inclus) a pour sa part progressé de 2,1% en décembre sur un an, bien plus vite que l'inflation, qui s'est établie à 0,5% sur le mois et a connu en janvier un plus bas depuis 1960, à 0,3%. La combinaison de ces deux facteurs "devrait créer un puissant cocktail" accélérant la reprise au Royaume-Uni, a commenté Rob Wood, économiste à la banque Berenberg de Londres.

À moins de trois mois des prochaines élections législatives, c'est une bonne nouvelle pour le pouvoir en place puisque le bas niveau des prix accroît le pouvoir d'achat des ménages et pourrait inciter la Banque d'Angleterre à repousser le début de son cycle de hausse des taux. Hors énergie, alimentation, alcool et tabac, le taux d'inflation a cependant augmenté à 1,4% contre 1,3% en décembre.

Dans son dernier rapport trimestriel publié début février, la banque centrale table sur une croissance de 2,9% en 2015. Elle devrait entraîner une hausse des salaires de 3,5%, soit le double de celle de 2014.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/02/2015 à 19:27 :
C'est fou le nombre de commentaires de français sceptiques sur le fait que deux indicateurs majeurs sur la santé de l'économie du Royaume-Uni (chômage, salaires) soient bons ! On pourrait peut-être essayer d'en tirer quelques enseignements... non ?
Réponse de le 25/02/2015 à 10:33 :
si..par exemple qu'il faut avoir des salaires très bas (smic anglais inférieur de 10% au smic français), des indemnités de chômage limitées à 6 mois et à un plafond comparable au RSA, et instaurer des contrats "zéro heure" (plus d'un million de "salariés" en 2014 à attendre qu'on les siffle pour venir travailler 1h ou 2h). Et si ça ne suffit pas, il reste l'esclavage...
a écrit le 18/02/2015 à 17:41 :
Il aurait été bien de mettre en parallèle la courbe de la consommation depuis 2010 ainsi que celle de l' inflation....beaucoup plus parlant . Maintenant , qui dit hausse des salaires dit baisse de la productivité , par les temps qui courts ce n' est peut être pas judicieux .
a écrit le 18/02/2015 à 14:35 :
bof l'angleterre n'attire plus personne, à part comme paradis fiscal pour milliardaires du moyen orient ....mais sinon les anglais ont tous fuit aux usa ou en australie , alors c'est n'importe quoi de dire que c'est un pays qui monte, c'est plutot un pays foutu et mort comme la france ou l'allemagne !!:!
Réponse de le 18/02/2015 à 19:23 :
Bravo pour votre commentaire sans préjugés !
a écrit le 18/02/2015 à 14:22 :
On compare le salaire sur un an et l'inflation sur un mois ! ça donne une bonne image du sérieux de l'article.
Par ailleurs, on pourrait aussi parler des impôts, des aides sociales et de la santé, ça influe aussi sur le revenu final. Mais là c'est un peu moins schématique et un peu moins favorable. On va voir l'opinion des électeurs sur le sujet.
a écrit le 18/02/2015 à 13:39 :
Mettre en parallele baisse du chomage et hausse des salaires au RU sans prendsre en consideration la duree est une analyse au moieux biaisee au pire tendancieuse. RDV dans 2 ans ?
a écrit le 18/02/2015 à 13:21 :
fabuleux modèle où bizarrement le nombre de personnes handicapées est 2x supérieur à la France. Autre pays, autre maquillage des stats...
a écrit le 18/02/2015 à 13:20 :
On s'en fout, nous on 'l'esprit du 11 janvier', l'abc de l'egalité et le mariage gay, et ca va nous sauver.
Réponse de le 18/02/2015 à 13:56 :
La GB a également adopté le mariage gay. Et celà fait longtemps que les programmes de lutte contre le sexisme y sont pratiqués à l'école, bien avant la France. Vos arguments sont assez pitoyables.
Réponse de le 18/02/2015 à 16:26 :
@Sam je crois que Steph fait du 2nd degres pour dire que la France fait dans le social et non dans l'économique contrairement aux britons!!! LOL
a écrit le 18/02/2015 à 13:04 :
La GB n'est pas parfaite mais son modèle est sûrement supérieur au nôtre....moins de chômage, emploi salarié en hausse, économie en croissance.. Certes les déficits y sont élevés mais chez nous ce n'est guère mieux. Le vrai problème ne viendrait-il pas de la rigidité de la Zone Euro?....
Réponse de le 18/02/2015 à 13:24 :
Non, elle vient de la couverture sociale qui y ai moins développé. Lorsqu'un pays dépense 600 Milliards par An en protection sociale, sous 30% de son PIB, il a un peu du mal à s'en sortir! Nous avons trop peu d'actif occupé en France, c'est aussi simple que ca.
Réponse de le 18/02/2015 à 14:25 :
C'est vrai que les "employés" à zéro heure sont un exemple de souplesse, surtout pour les chiffres du chômage.
Réponse de le 22/02/2015 à 18:11 :
@européenlucide a répondu le 18/02/2015 à 14:25:

les contrat zero heures n'ont pas d'impact sur les chiffres du chomage car il est possible de toucher le chomage tout en ayant ce contrat
(J;habite et travailled au RU)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :