La hausse des salaires allemands rééquilibrera-t-elle le modèle économique du pays ?

 |   |  956  mots
Le pouvoir d'achat des Allemands a augmenté en 2014 de 1,6 %.
Le pouvoir d'achat des Allemands a augmenté en 2014 de 1,6 %. (Crédits : © Kai Pfaffenbach / Reuters)
En 2014, le pouvoir d'achat des Allemands a progressé comme jamais depuis 2008. Pourtant, cette hausse reste très modérée au regard des conditions de l'économie germanique.

Lundi 9 février, l'office fédéral des Statistiques allemand, Destatis, a indiqué que les salaires réels outre-Rhin avaient progressé de 1,6 % en 2014. C'est la plus forte progression depuis le début de la mise en place de ces statistiques en 2008. En 2013, les salaires réels allemands avaient reculé de 0,1 %. Cette hausse des salaires est-elle le signe du fameux rééquilibrage de la croissance allemande qui, désormais marcherait sur ses deux pieds : la demande interne et le succès à l'export. Et dans ce cas, l'Europe est-elle susceptible de profiter de cette relance des salaires outre-Rhin ?

En 2014, la demande intérieure a réalisé l'essentiel de la croissance allemande. La consommation a contribué à hauteur de 0,6 point sur la hausse de 1,5 % enregistrée l'an passé, soit 40 % de cette croissance. Après avoir bénéficié de l'amélioration de sa compétitivité externe, l'Allemagne serait donc sur le point de rééquilibrer son modèle en faveur des ménages. La croissance allemande marcherait donc désormais sur ses « deux pieds. » Le phénomène est cependant plus complexe.

Les raisons de la hausse

L'augmentation réelle des salaires est supérieure à la productivité qui a progressé de 0,6 % l'an dernier. Il y a donc bien un rééquilibrage en faveur des salaires, même si c'est un mouvement très réduit et qui ne doit pas occulter l'évolution des années précédentes où cette répartition était inverse (par exemple en 2013). Dans l'industrie manufacturière, les salaires ont ainsi progressé de 10 % entre 2010 et 2013, alors que la productivité n'a progressé que de 2 % sur la même période.

Néanmoins, cette hausse des salaires ne remet pas fondamentalement en cause la compétitivité allemande pour deux raisons. D'abord, les salaires des services aux entreprises restent inférieurs de 10 % à ceux de 2004. D'autre part, les prix à l'importation ont reculé de 2,2 % en 2014, notamment en raison de la déflation salariale dans les pays fournisseurs de la zone euro et de la baisse du prix des matières premières. Les entreprises allemandes ont donc de la marge pour augmenter les salaires.

Une hausse limité du pouvoir d'achat

Elles ne le font pourtant que fort prudemment. Le pays affiche en effet un taux de chômage de 4,9 % et se situe en plein emploi. Dans ce cadre et compte tenu des marges de manœuvre rappelées plus haut, la hausse nominale de 2,6 % de 2014 semble assez faible. En effet, en 2008 et 2011, alors que la croissance était plus faible (respectivement 0,8 % et 0,6 %) et le taux de chômage supérieur, les salaires avaient connu des hausses nominales supérieures (3,1 % et 3,3 % respectivement). L'effort de 2014 n'est donc pas exceptionnel, il semble même retenu.

Hausses sous pression

En réalité, les entreprises ont surtout augmenté les salaires lorsque le rapport de force ne leur était pas favorable, autrement dit dans le cadre des salaires négociés par branche ou par entreprises (Tarifbindung). Dans ce secteur, la hausse nominale a été de 3,1 %. Or, depuis les réformes Schröder, la part des salariés couverts par ces accords est en chute libre, il est passé de près de 70 % en 1998 à 55 % aujourd'hui. Et la tendance devrait se poursuivre. Mais là où les employeurs sont en position de force - lorsque les salaires sont fixés individuellement - la hausse est beaucoup plus modérée, de 2 % seulement, soit une hausse réelle de 1,1 %. Il est donc difficile de conclure à une forte pression salariale sur l'économie allemande, surtout en période de plein emploi.

Faiblesse de la croissance de la consommation

Deuxième élément : que font les allemands de ces gains de pouvoir d'achat ? C'est là la clé du rééquilibrage. Or, en 2014, les Allemands ont très fortement augmenté leur épargne, malgré les taux faibles, voire nuls. L'épargne totale a ainsi, selon Destatis, progressé en 2014 de 14,7 % par rapport à 2013. La part de l'épargne dans le revenu disponible a atteint l'an passé 10,7 %, soit le plus haut niveau depuis 2011. La consommation progresse donc modérément : de 2,1 % pour celle des ménages sur un an. La part de la consommation dans le PIB allemand est, à 89,3 %, là aussi le plus faible depuis 2011. En 2004, cette part était de 92 %. Autrement dit une part importante des gains de pouvoir d'achat n'ont pas servi la demande. Là encore, ceci explique une croissance relativement faible de l'économie allemande en 2014 compte tenu de deux éléments : un record des exportations et le plein emploi.

Réflexe d'épargne

Pourquoi un tel réflexe d'épargne ? Les raisons ne manquent pas. Beaucoup d'Allemands ont le sentiment - justifié - que la crise de la zone euro n'est pas achevée et ils préfèrent donc rechercher de la sécurité. Par ailleurs, le pouvoir d'achat avait stagné en 2013, il y a donc eu un élément de récupération. Enfin, dans la situation démographique du pays, cette épargne devient une nécessité pour beaucoup de ménages. C'est aussi la conséquence de la précarisation du marché du travail qui conduit beaucoup de salariés à épargner en cas de futurs jours difficiles, et ce, malgré la situation de plein emploi.

Un rééquilibrage limité

Le rééquilibrage de l'économie allemande est donc précaire et incertain. Elle est principalement liée à une situation conjoncturelle : l'inflation faible, des prix à l'importation en recul, un rattrapage salarial encore loin d'être effectué dans certains secteurs. La tendance à l'épargne ralentit clairement ce rééquilibrage qui n'est guère poussé par le plein emploi. Ceci explique que, comme toujours, sans son moteur externe tournant à plein régime, l'Allemagne ne peut guère espérer compter sur des taux de croissance comparables à ceux de 2010 et 2011, lorsqu'ils avaient dépassé les 3 %.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/02/2015 à 20:16 :
seul une partie (minorité) des allemands sont concernés par ses hausses de salaires.
Ceux dont l'entreprise, est encore affiliée à une convention collective, soit moins de la moitié des salariés allemands.
a écrit le 26/02/2015 à 9:32 :
Encore un titre qui dénote un article orienté : l'économie allemande n'est pas déséquilibrée, ou plutôt, elle est déséquilibrée positivement : elle est dynamique, crée de la richesse, un bon taux d'emploi et un budget du gouvernement en équilibre.
Ce qui n'est pas le cas de l'économie française, qui, elle, est vraiment déséquilibrée négativement : pas de croissance, baisse graduelle du pouvoir d'achat moyen, immobilier trop cher, taux de chômage scandaleux, et déficits récurrents et incontrôlés apparemment.
Bref...
Réponse de le 26/02/2015 à 9:52 :
Ach!!! l'économie Allemande n'est pas déséquilibrée, et bien demandez aux Roumains Tchèques, Slovaques et Polonais qui viennent travailler en Allemagne pour un salaire de 2 Euros de l'heure dans le bâtiment et les abattoirs et autres, c'est tout simplement pour cette raison que les dés sont pipés et qu' un bon paquet d'Allemands n'ont plus de couverture sociale!!!
Réponse de le 26/02/2015 à 10:09 :
Vous semblez ignorer que depuis le début de l'année, il y a un smic en Allemagne. Quand le gouvernement allemand a voulu appliquer ce smic au transitaires étrangers lors de leur passage en Allemagne, les premiers à se plaindre étaient les Européens de l'Est.
Réponse de le 26/02/2015 à 15:40 :
Les allemands sont ils écrasés par les prélèvements de la securite sociale comme en france ou on frappe tous azimuts cet argent d'ailleurs demanderait bien d'etre controle a savoir s'il va bien ou il devrait aller.
Réponse de le 26/02/2015 à 15:50 :
@@ helmut ce qui prouve bien que le modèle allemand est déséquilibré :)
le modèle allemand est encore plus déséquilibré que le modèle chinois : les excédents de la balance des paiements allemands dépassent ceux de la Chine. et l'europe entière (allemagne aussi d'ailleurs) criaient au dumping , demandaient à la chine de laisser apprécier sa monnaie et de favoriser la consommation interne. Faites ce que je dis ne faites pas ce que je fais.
Mais bon , la bonne nouvelle est que il semble que l'économie allemande reprenne le mode normal d'une économie capitaliste "normale" : quand le chomage baisse que les entreprises vendent et engrangent des bénéfices, les salaires ont tendance à monter. Et c'est une bonne chose. Le plus serait : une baisse des impots en allemangne qui donneraait encore un autre coup de fouet à la demande privée, et nos voisins seraient tres heureux de voir baisser leurs taxes. la republique fédérale en a les moyens, largement
Réponse de le 28/02/2015 à 9:37 :
@Helmut
Vous avez tout à fait raison. Si en Allemagne l'économie connaît un boom c'est grasse aux Roumains, Tschèque, Polonais et tous les étrangés, car ils travaillent pour 2 euros de l'heure, et s'ils gagnent maintenant peut-être 1,6% de plus, ce n'est pas trop. En tout cas les gagnants sont toujours l'industrie, les entreprise etc... Et la cerise sur le gâteau: l'exportation! C'est une raison pour laquelle Merkel et consortes claironnent à chaque occasion: l'Allemagne est fort, l'Allemagne est équilibré, l'Allemagne est modèle à suivre ....etc.
Et n'en parlons pas du Smic en Allemagne, seulement deux mois en usage (et pas pour tout le monde), les employeurs essaient de le dépasser avec des excuses bidon. Et les retraites en Allemagne, elles ont pas si élevé qu'on croit, mais c'est un autre sujet.
Soyons clair: L'Allemagne n'est pas qu'elle prétend d'être.
Salutations d'une retraitée allemande en France!
Réponse de le 28/02/2015 à 10:36 :
@carofu
Je me réferais aux transitaires polonais etc. qui voyaient leur compétitivité entamée par le smic allemand. Dans tout le chomage dans les pays occidentaux de l'UE, il y a aussi un côté aide aux pays de l'Est ou bien délocalisation du chomage de l'Est à l'Ouest.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :