Jean-Pierre Raffarin attaque Nicolas Sarkozy en frontal

 |   |  323  mots
(Crédits : © 2010 Thomson Reuters)
Même s'il estime que Nicolas Sarkozy "déroute" les Français en instituant "une forme de désacralisation de la fonction présidentielle", Jean-Pierre Raffarin dit souhaiter "sincèrement" qu'il se représente en 2012.

Jean-Pierre Raffarin estime que "l'hyperprésidence" de Nicolas Sarkozy aboutit à "une impasse institutionnelle" qui doit être, selon lui, corrigée sans délai. Pour l'ancien Premier ministre, la situation actuelle, entre un chef de l'Etat à la cote déclinante et un Premier ministre, François Fillon, à la popularité insolente n'est pas "durable".

"Le président de la république doit faire un choix. Soit il continue à assumer son exposition politique, auquel cas, il faut évoluer vers un régime présidentiel à la française. Il faudrait alors remplacer le Premier ministre par un vice-président", déclare l'ancien Premier ministre dans L'Express."Soit le président veut revenir à l'esprit de la Vème République, et il n'a pas d'autre issue que de renouer avec la conception du domaine réservé, plus ou moins large", ajoute-t-il dans cet entretien à paraître jeudi.

Même s'il estime que Nicolas Sarkozy "déroute" les Français en instituant "une forme de désacralisation de la fonction présidentielle", Jean-Pierre Raffarin dit souhaiter "sincèrement" qu'il se représente en 2012. "Je pense qu'il est la chance de la majorité. Il doit aussi accepter que la majorité soit une chance pour lui, donc pour la France", souligne le sénateur UMP de la Vienne.

Autre attaque ce mercredi, celle du député UMP Thierry Mariani, longtemps fidèle parmi les fidèles de Nicolas Sarkozy et tête de liste UMP aux élections régionales dans le région Provence-Alpes-Côte d'Azur. Il a annoncé qu'il boycotterait la rencontre, ce mercredi à l'Elysée, des élus UMP avec le chef de l'Etat en lançant : "quand on est pris pour un con, il faut savoir terminer les choses".

Interrogé par l'AFP sur ses attentes par rapport à la rencontre, il a répondu : "je n'irai pas, tout comme je n'irai pas au dîner jeudi soir à l'Elysée avec l'ensemble des têtes de liste UMP des régionales".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/03/2010 à 17:39 :
Quelle ironie! Quelle blague! Un politique qui dit ce qu'il fait, fait ce qu'il dit. C'est pour le moins surprenant M. le Président. Combien se sont contentés de regarder passivement. Mais nous avons la mémoire courte et préférons acclamer celui qui, grand homme, sait parler à la croupe des vaches du salon de l'agriculture. Allez hop, envolés la Présidence Europénne durant la crise etla réforme de la Taxe professionnelle. Le statut de l'auto entrepreneur et le service minimum dans les transports...
Et oui M. le Président, on ne fait pas le bonheur des gens malgré eux. Allez, mangeons des pommes!
a écrit le 31/03/2010 à 14:01 :
Quand Nicolas Ier était tout puissant, tous ses "amis" politique fermaient leur g.... Aujourd'hui qu'il a un genou à terre les langues se délient. Pour autant Raffarin a raison ou dit plus trivialement, l'interêt d'un 1er minsitre est de servir de fusible pour pouvoir changer de politique (ou au moins faire semblant). En étant toujours et sur tous les sujets en 1ère ligne, notre président s'sst enfermé dans une impasse, changer de 1er minsitre n'a pas de sens puisqu'il est clair pour tout le monde que seul le président décide, donc pour pour changer de politique il faut changer de président ce qui est évidemment impensable.
a écrit le 31/03/2010 à 10:47 :
vous avez raison ,mais le president actuel est dangereux pour la paix
a écrit le 31/03/2010 à 10:24 :
de ce que Monsieur Raffarin nous dit, nous en comprenons qu'ila besoin d'exister et qu'il est déseouvré - nous le plaignonsq ce monsieur mais s'il veut encore nous ecrire de raffarinade, pourquoi pas, ca nous amusera, AMIS RIEN DE PLUS !
a écrit le 31/03/2010 à 10:01 :
encore un débat dont on se contrefout ! Une fois de plus, le fossé continue à se creuse entre la France qui se lève tôt et la France qui parle pour rien dire.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :