Affaire Karachi : François Léotard met les pieds dans le plat

 |   |  165  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : © 2010 Thomson Reuters)
L'ancien ministre de la Défense a reconnu qu'il pouvait exister un lien entre l'arrêt de commissions liées au contrat Agosta avec le Pakistan et le mobile de l'attaque de mai 2002 qui a fait onze victimes françaises.

"Soit c'est Al-Qaïda, mais cela me paraît peu probable, compte tenu de la nature des explosifs utilisés, soit c'est une vengeance de personnes n'ayant pas touché leur part de commissions. Je penche personnellement - mais c'est juste un sentiment - pour la deuxième hypoyhèse". L'ancien ministre de la Défense d'Edouard Balladur a reconnu en ces termes, lors d'une audition devant une mission parlementaire le 24 novembre 2009, qu'il pouvait exister un lien entre l'arrêt de commissions liées au contrat Agosta avec le Pakistan et le mobile de l'attaque de mai 2002 qui a fait onze victimes françaises.

Le Monde daté de ce samedi précise que le procès-verbal de cette audition a été remis au juge Trévidic par un député communiste membre de la mission parlementaire. Et qu'il est de nature à conforter la thèse du juge antiterroriste, selon laquelle, en interrompant le versement des commissions, le président Chirac aurait enclenché un mécanisme infernal.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/12/2010 à 13:50 :
Le crochet de boucher est' il devenu définitivement un outil politique ?
a écrit le 03/12/2010 à 18:20 :
Serait-il possible que le Conseil Constitutionnel qui a été floué dans cette affaire lorsque Roland Dumas en était le président, demande maintenant la levée de tous les documents liés aux affaires douteuses de cette époque-là et qui sont toujours protégés par ce fameux <secret-défense>. Prétendre être une démocratie et faire la morale à tout le monde est une chose; le démontrer et être un exemple crédible en est une autre. Jean-Claude Meslin
a écrit le 03/12/2010 à 16:44 :
Donc si nous avions les noms des bénéficiaires de ces commissions, mais qui ne les ont pas touchées, aurions nous alors une piste pouvant nous orienter vers les commanditaires de cet attentat ?
Réponse de le 07/12/2010 à 8:03 :
enfin dans la marée d'incohérence journalistique un commentaire intelligent
a écrit le 03/12/2010 à 15:03 :
Il faut espérer qu'il quitte le sous-marin alors que celui-ci est en surface ;-)
a écrit le 03/12/2010 à 14:08 :
Tout çà grâce aux communistes qui ont donné le compte rendu de l'enquête parlementaire au juge. Merci de cette transparence pour la démocratie.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :