Plus de 2,6 millions de votants aux primaires socialistes

 |   |  158  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Selon les résultats définitifs, plus de 2,6 millions d'électeurs ont participé dimanche au premier tour de la primaire socialiste. François Hollande arrive bien en tête avec 39,2% des voix, devant Martine Aubry (30,4%), son adversaire du second tour dimanche prochain.

Selon les résultats définitifs validés par la Haute autorité des primaires (HAP) qui veille au bon déroulement du scrutin, François Hollande totalise 1.038.207 voix et obtient 39,2% des suffrages. Martine Aubry recueille 806.189 voix (30,4%). Les vont d'ailleurs s'affronter ce mercredi soir sur France 2 à quatre jours du second tour de la primaire socialiste.

Arnaud Montebourg recueille plus de 455.000 voix (17,2%), se classe troisième. Ségolène Royal vient ensuite avec 6,9% des voix, suivie de Manuel Valls (5,6%) et Jean-Michel Baylet (0,6%), selon un communiqué signé par Me Jean-Pierre Mignard, Catherine Barabaroux et Rémy Pautrat, les trois membres de la HAP.

Selon le communiqué, 2.665.013 personnes ont voté, dont 2.650.259 se sont exprimées. Jusqu'alors le PS avait fait état d'une participation dépassant les 2,5 millions de votants.

La commission souligne que les résultats de 83 bureaux de vote n'ont pas été pris en considération. Parmi eux, 45 n'ont pas été tenus, les autres n'ont pas satisfait au règlement électoral.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/10/2011 à 6:49 :
Nombre de votants en france?Que votent les autres citoyens?pourquoi autant de non votants?Que pensent les TOUTES les personnes qui ne votent pas?
a écrit le 13/10/2011 à 21:06 :
Une telle participation a permis d'encaisser 2,5 millions d'euros théoriquement au profit du PS, mais l'autre question à poser est combien cette désignation a t-elle coûté (location ou mise à disposition de locaux publics, personnel communal payé en heures sup le Dimanche), et surtout qui va payer la facture ? Le candidat désigné devrait s'engager Dimanche soir auprès des contribuables par médias interposés à rembourser l'intégralité de la note aux collectivités pour prouver son honnêteté et sa responsabilité.
Réponse de le 15/10/2011 à 9:35 :
Ne rêvez pas !

le contribuable sera toujours l'éternel dindon avec ces tristes gens !
Réponse de le 16/10/2011 à 16:40 :
Et selon vous à quoi vont servir les 1 euros ?
a écrit le 12/10/2011 à 11:51 :
une seule question:pourquoi personne ne parle des premières primaires italiennes de qui ont fait 4,5 millions de votants?
Réponse de le 12/10/2011 à 13:54 :
ON FERA MIEUX LA PROCHAINE FOIS
a écrit le 12/10/2011 à 11:11 :
pour faire court: sur 40 millions de votants, beaucoup mais vraiment beaucoup de socialistes n'ont pas voté!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!UN DESASTRE à mes yeux!!!!!!!!!!!!!!!!!!
Réponse de le 23/10/2011 à 8:28 :
Oui d'accord, mais t'as vu le prix d'entrée ???
a écrit le 12/10/2011 à 9:32 :
Le grand show des primaires
Monumentale farce que ces primaires dont les participants sont tout simplement formés de la clientèle habituelle s'opposant à des réformes pourtant indispensables au pays. A commencer par la fonction publique. Ceci expliquant en premier lieu le nombre des votants , qui est encore au-dessous de la pléthore de fonctionnaires et assimilables, arc-boutés sur leurs avantages catégoriels, au nom de la démocratie et de l'égalité de traitement de tous les citoyens mais dont seuls ceux qui ont une activité solvable font les frais.
Il faut cependant reconnaître au Ps l'efficacité de ses communicants telle qu'ils viennent d'en faire la démonstration en des circonstances majeures, même si un antisarkozysme primaire soigneusement entretenu les y aide. Ne voilà-t-il pas que le résultat des primaires serait un plébiscite anti-Sarkozy !
C'est en tout cas avec tout le savoir faire d'une dialectique héritée du marxisme qu'ils ils ont su écarter du parti les retombées de l'affaire DSK; après avoir porté avec tapage celui-ci aux nues en dépit de la trahison dont il était l'image, des valeurs fondamentales de la gauche.
C'est encore avec la même infatigable obstination qu'ils sèment leurs mines sous les pas de la majorité, à coups de rumeurs dont ils se soucient peu de savoir si elles sont fondées ou non dès lors qu'elles sont susceptibles de troubler un peu plus le paysage politique
Mais c'est surtout à l'occasion des primaires que s'est exprimé ce talent propagandiste.
Opération de communication de grande envergure ayant mobilisé la plupart des media dans une complicité qui ne date pas d'hier et qui confirmerait s'il en état besoin le niveau d'infiltration auquel en est la presse de notre pays. Rappelons à ce sujet que prétendre que la presse n'est pas largement noyautée par la pensée unique sous prétexte que des grandes fortunes en seraient les propriétaires, c'est d'abord nier l'évidence, dans la plus pure tradition de cette même dialectique qui enseigne de ne jamais hésiter à le faire si la conquête du pouvoir le nécessite. Il n'est que de regarder la TV et de lire n'importe quel journal pour s'en rendre compte, tant il est vrai que rares sont ceux qui ne font pas des feuilletons des moindres avatars, réels ou supposés, du pouvoir, en évitant par contre de mentionner, ou pour le moins de s'attarder, sur ceux de l'opposition. Mais ne faisons pas de mauvais esprit ; peut-être est-ce dû à l'exemplarité irréfutable des représentants de l'opposition, de droite comme de gauche ?
Nier ce noyautage, c'est aussi proférer quelques contradictions de taille :
Pour ce qui est de la mainmise des grandes fortune sur la presse et en déduire que celle-ci s'en trouve muselée à leur avantage, c'est oublier un peu facilement que l'argent n'ayant pas d'odeur, un patron de presse n'a qu'un objectif : celui d'en gagner davantage et pour cela de servir à son lectorat ce qui lui plaît et non pas ce qui risquerait le détacher de son journal, avec pour conséquence de se ruiner. N'importe quel riche est apolitique dès lors que ses intérêts sont en jeu (c'est d'ailleurs son point faible). De ce point de vue, faire élire un représentant de la droite pour laisser ensuite son propre journal lui tirer dessus à longueur de temps n'a rien de contradictoire pour un patron de presse. Il est par contre surprenant de voir combien de journalistes se prêtent à cet exercice. Il n'en demeure pas moins que davantage qu'une injure, le dire reviendrait à accuser bien des journalistes et des rédactions de trahir leur propre opinion, ce qui serait iconoclaste.
Quoi qu'il en soit, passer de 1 million de votants le soir de la consultation à 2 millions et demi le lendemain matin, soulève quelques questions : le dépouillement était-il si compliqué que le deuxième chiffre n'ait été connu que le lendemain ? Et s'il était connu le soir même, comme cela est plus vraisemblable, pourquoi le PS se serait-il privé de s'en réjouir aussitôt ? Effet de son étonnement, scrupule motivé par un tel succès ou effet d'annonce savamment calculé ? il est vrai qu'entre les gauchistes qui sont allés pousser Montebourg, les frontistes qui ont voté Aubry pour contrer Hollande et tous ceux qui, à un titre ou à un autre n'ayant rien à voir avec le choix d'un candidat socialiste, ont voulu profiter de l'occasion, il y a de quoi douter, sinon du caractère démocratique de la consultation, au moins de son sérieux et encore plus de la signification de ses résultats
Il n'en demeure pas moins que ces primaires sont une opération de publicité sans précédent, violant sans vergogne la règle du temps de parole et engagée sans le moindre risque, leurs organisateurs ayant su compter pour se rendre aux urnes,sur tous ceux qui habituellement se rendent sagement aux convocations lancées lors de grèves et manifestations en tous genres auxquelles ils sont abonnés par soumission idéologique autant que par intérêt catégoriel.
Réjouissons-nous, nous aurons droit à une resucée avec le deuxième tour.
Après la parodie de débat du premier tour, dans lequel 3 éléphants fatigués ont tenu la tête d'affiche, devant 3 faire-valoir, les uns et les autres ne faisant que ressasser les vieux poncifs qui sont loin de faire un programme, nous allons vivre le palpitant épisode de la confrontation à deux (plus 1). Oublieront-ils encore que la situation économique et sociale mondiale, telle que générant une inquiétude généralisée aggravée par la démographie, demande autre chose que le désir de revanche d'un gauche bien franchouillarde qui n'a qu'à s'en prendre à elle-même ? Et le énième énoncé des recettes d'une idéologie et d'une démagogie dépassées, appliquées à la France, comme si rien d'autre n'existait suffira-t-il à assurer le succès du gagnant (ou de la gagnante) lorsqu'il s'agira de choses sérieuses ?
Réponse de le 12/10/2011 à 11:04 :
voila un humoriste qui s'ignore

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :